Observatoire des media

ACRIMED

BFM-TV au chevet de François Fillon

par Frédéric Lemaire,

Lundi 6 février, François Fillon tenait une conférence de presse pour s’expliquer sur les révélations dont sa femme et lui font l’objet. Sur le plateau de BFM-TV, Ruth Elkrief compatit : « Il y a une demande un peu totalitaire, parfois, de transparence. » L’animatrice n’en est pas moins rassurée : François Fillon aurait « tourné la page ». La suite lui donnera tort, mais la complaisance de l’animatrice donne le ton : tout au long de la semaine, BFM-TV ne manquera pas une occasion d’annoncer le « rebond » de la campagne de François Fillon.

« Il est convaincant sur le plan politique »

Ce lundi 6 février, les éditorialistes sont de sortie. Dans un article étoffé, Samuel Gontier revient en détail sur leurs réactions enthousiastes, voire émues, sur les plateaux des chaînes de télévision (BFM-TV, i-Télé, LCI, Franceinfo, France 2, France 5).

Sur celui de BFM-TV, les « experts » sont conquis. Pour Anna Cabana, du Journal du dimanche, François Fillon est « sauvé », et d’ajouter : « Le patron, c’est Fillon. Qu’est-ce que vous voulez de plus ? » Pour Laurent Neumann, « il est convaincant sur le plan politique ». « Il a repris l’initiative », commente l’animatrice, Ruth Elkrief. Interrogé un peu plus tard par Jean-Baptiste Boursier, Christophe Barbier est admiratif : « On a vu le caractère d’un homme qui s’est affirmé comme un chef autoritaire, tout le monde s’est mis au garde-à-vous. »

Rebelote le lendemain. Dans son éditorial matinal pour la chaîne d’info en continu, le même Christophe Barbier applaudit « une reprise en main politique spectaculaire et efficace ». Invité sur le plateau, Éric Woerth, conseiller politique de François Fillon, dénonce « un mensonge éhonté » à l’origine de l’affaire. Le bandeau annonce : « Fillon renoue avec la campagne ».



Mais le soir, Le Canard enchaîné annonce de nouvelles révélations. C’est Roger Karoutchi, soutien de François Fillon, qui est le premier interrogé sur ces nouveaux éléments sur le plateau de « BFM Story ». Même s’il le reconnaît : il n’en a pas encore eu connaissance ! Puis c’est au tour des « experts », Guillaume Tabard, éditorialiste au Figaro, Thierry Arnaud, de BFM-TV et Serge Raffy, de L’Obs.

Pour l’expert du Figaro, « on distille au compte-goutte les éléments de sorte que cette affaire ne se referme pas ». Un acharnement du Canard enchaîné ? C’est ce que suggérait, une semaine auparavant, Ruth Elkrief, qui s’adressait au rédacteur en chef de l’hebdomadaire satirique : « Avez-vous l’intention de feuilletonner longtemps ce poison lent qui influe sur l’élection ? [1] »

« On est vraiment dans un feuilleton du supplice chinois », commente Serge Raffy, plein de compassion à l’égard de François Fillon : « C’est une situation épouvantable pour lui. » Thierry Arnaud, en bon conseiller en communication de François Fillon, évoque quant à lui les stratégies qui permettraient au candidat de la droite de redémarrer sa campagne.

Puis c’est Ruth Elkrief qui prend le relais. Après un premier débat, elle reçoit Bruno Retailleau, qui est le coordinateur de campagne de François Fillon. Sans contradicteur, le sénateur de la Vendée dénonce « les pseudo-révélations mensongères du Canard enchaîné », et « demande solennellement aux journalistes d’arrêter cette instrumentalisation ». Puis il distribue un bon point (mérité) à Ruth Elkrief : « Vous avez de la distance, mais ce n’est pas le cas de toutes les émissions. »



Mercredi 8 février, le « 19h Ruth Elkrief » s’ouvre sur une question originale : « L’opération reconquête de François Fillon va-t-elle convaincre ? », avec Eugénie Bastié, journaliste au Figaro, et Sophie Coignard, éditorialiste au Point. Décidément, la presse de droite est à l’honneur puisque la veille, c’était Challenges et Valeurs actuelles qui étaient invités dans l’émission de l’animatrice de BFM-TV. Eugénie Bastié plaide pour un changement de cap de la part du candidat. Quant à Sophie Coignard, elle exprime des doutes sur la capacité de Fillon à « tenir ». Un bandeau barre l’écran : « Fillon contre-attaque sur le terrain »


« L’épreuve du feu qu’il subit est d’une férocité extraordinaire »

La campagne de François Fillon est à nouveau le sujet incontournable de l’émission du soir de BFM-TV le jeudi 9 février : cette fois-ci, c’est l’avocat du candidat LR qui est reçu par Ruth Elkrief, pour évoquer la conférence de presse qu’il vient de donner. Une tribune de dix minutes qui lui permet de remettre en cause l’instruction menée par le parquet financier. Sans contradicteur, il assène : le parquet « ne respecte pas la procédure », il « viole la séparation des pouvoirs », voire « la loi », et son enquête serait « nulle ». Comme toujours, un bandeau barre l’écran, citant les propos pro-Fillon (« une enquête illégale ») tandis que les images de François Fillon défilent en arrière-plan.



Place au débat sur cette « contre-offensive judiciaire », avec sur le plateau Virginie Le Guay (Paris Match), Marion Mourgue (Le Figaro), David Revault d’Allonnes et Anna Cabana (Le JDD). L’avocat de François Fillon n’est plus sur le plateau, mais Ruth Elkrief est bien présente pour rappeler à ses invités les arguments « très nourris » de la défense du candidat LR. Puis, « priorité au direct » : on passe aux images en direct de François Fillon en meeting au Futuroscope.

C’est désormais une « contre-offensive sur le terrain », commentée en long et en large par les éditorialistes : « il joue l’émotion, il lève le poing, le poing serré » ; « est-ce qu’il sera audible ? » ; « il y a comme une transfiguration » ; « il faut qu’il apprenne à sourire » ; « là c’est tapis, il joue tout » ; « on a un nouveau Fillon »… Une discussion passionnante ! Et ce meeting de soutien à François Fillon se poursuit tout le long du « 20h politique » avec Ruth Elkrief, Bruno Jeudy et Anna Cabana.

Au soir du vendredi 10 février, la campagne de François Fillon est toujours et encore au programme de BFM-TV. Cette fois-ci Ruth Elkrief est absente des plateaux, mais c’est Thomas Misrachi qui reprend le flambeau. Après la « riposte » et les « contre-attaques », une question se pose, décidément lancinante : « François Fillon est-il sauvé ? » Un bandeau barre l’écran : « Fillon : la campagne relancée ? » L’émission s’ouvre sur les propos d’Hervé Mariton, député LR de la Drôme, qui défend son candidat, puis c’est au tour de Serge Raffy (L’Obs) et Carl Meeus (Le Figaro Magazine) de débattre.

Ce dernier dresse un bilan plutôt positif de la semaine de François Fillon : le candidat n’est « pas relancé, mais sauvé ». Pour Serge Raffy, « l’épreuve du feu qu’il subit est d’une violence et d’une férocité extraordinaire ». « Ce n’est pas encore le grand tribun qu’on peut espérer pour gagner une élection présidentielle », mais le « mauvais sort qui lui est fait » pourrait l’aider à « fendre l’armure » et « créer cette relation particulière entre un homme et un peuple ». Le présentateur résume l’intervention de Serge Raffy : « Ça ne va pas moins mal, ça va un peu mieux peut-être ? » Une bonne synthèse de la vacuité de l’échange.



***


Pas un soir donc, durant cette semaine du 6 février, sans que la campagne de François Fillon n’anime les plateaux de BFM-TV. C’est la première chose qui interroge : la couverture démesurée réservée aux déboires du candidat LR. Certains éditorialistes reprochent au Canard enchaîné de « feuilletonner » l’affaire Fillon ; ils semblent pourtant ravis, à chaque épisode, de faire partager la vacuité de leurs commentaires aux téléspectateurs.

Ce qui frappe ensuite, c’est la complaisance à l’égard de la stratégie de communication du candidat LR. En témoignent les invitations, sans contradicteurs, de l’avocat des époux Fillon, ou du directeur de campagne Bruno Retailleau – qui n’a pas manqué de remercier Ruth Elkrief –, ainsi que les commentaires pleins de sollicitudes à l’égard du candidat accablé par le « mauvais sort » [2].

Cette complaisance est-elle due au fait que, sur les plateaux de BFM-TV, on trouve une majorité écrasante de représentants de la presse de droite ? Car si l’émission de Ruth Elkrief a le mérite de respecter un certain équilibre entre hommes et femmes, c’est moins le cas s’agissant de la diversité des opinions. Qu’on en juge aux médias invités du lundi au vendredi : Challenges, Valeurs actuelles, Le Point, Le Figaro (3 fois), Paris Match, Le JDD (2 fois) et enfin L’Obs. Inviter des partisans de François Fillon ? Pourquoi pas ! Mais l’absence de contradiction et de pluralisme est tellement flagrante que BFM-TV a pris des allures de QG de campagne du candidat de droite.


Frédéric Lemaire

 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

[2Sauf erreur de notre part, la légitimité de la candidature de François Fillon n’a été remise en cause qu’une seule fois au cours des débats de la semaine dans l’émission de Ruth Elkrief. Comme un pavé dans la mare, Maurice Szafran lançait ainsi, au soir du 7 février : « Dans toutes les grandes démocraties, Fillon ne serait plus candidat. »

À la « Une » des Inrocks : sexe ou sexisme ?

L’hebdomadaire qui refuse les normes, mais pas trop.