Acrimed | Action Critique Médias
Vous êtes ici =>L’information > Société > Sexisme et journalisme > À quoi sert RMC ? À quoi sert le CSA ?
Imprimer

À quoi sert RMC ? À quoi sert le CSA ?

par Michel Ducrot, le 4 février 2013

Mercredi 30 janvier 2013, le Conseil supérieur de l’audiovisuel a mis en demeure la radio RMC pour les « propos injurieux, misogynes, attentatoires à la dignité de la personne et à connotation raciste" tenus à l’antenne sur Nafissatou Diallo, le 21 janvier lors de l’émission "Les Grandes Gueules" ». Certains commentateurs ont parlé d’un "dérapage". Mais peut-on encore parler de "dérapages", ou de "sorties de route" (par définition accidentels) quand, régulièrement, des animateurs de RMC versent dans le fossé à coups de propos de bistrot sexistes ou xénophobes, ou en faisant preuve d’un mépris social particulièrement crasse ?

Ce n’est pas la première fois que RMC est épinglée en raison de la prose de ses animateurs qui, sous couvert de lutte contre la pensée unique, défendent des comportements inacceptables. Dans un précédent article nous nous demandions si les propos de la bande à Vincent Moscato relevaient ou non de l’apologie du harcèlement sexuel. Il y a peu, nous remarquions la très faible présence des femmes parmi les chroniqueurs (et les invités) de la station.

À la lumière du dernier scandale, signalé par un lecteur de Rue 89, on se dit que ce n’est pas exclusivement l’effacement des femmes qui est la cause d’un tel déferlement de sexisme mais plutôt l’orientation générale de la station… À titre d’indice, il suffit de relever que les propos les plus abjects à l’encontre de Nafissatou Diallo ont été tenus par une femme, Sophie de Menthon, chroniqueuse régulière des « Grandes Gueules », qui fit preuve en la circonstance d’une délicatesse que ne laissait pas soupçonner un pedigree des mieux garnis (Sophie de Menthon est présidente du mouvement Éthic - Entreprise de taille humaine, indépendante et de croissance -, membre du Conseil économique et social, Commandeur de l’Ordre national du Mérite et Officier de la Légion d’honneur).

Florilège, relevé par le blog Big Browser du Monde :

- Sophie de Menthon : « Tu veux que je sois politiquement totalement incorrecte ? [...] Je me demande, c’est horrible à dire, si c’est pas ce qui lui est arrivé de mieux. »

- Sophie de Menthon : « Moi je pense que l’argent qu’elle a gagné, qui lui permet d’élever sa fille, elle ne l’aurait jamais eu dans toute son existence et j’espère qu’elle oubliera ce moment extrêmement désagréable [...] Il y a des femmes dans la rue, je suis sûre qu’elles ont pensé ça, en disant "j’aimerais moi aussi être femme de chambre dans un hôtel et que ça m’arrive." »

- Franck Tanguy, le collègue chroniqueur de Sophie de Menthon, participe à la surenchère : « Elle n’a rien pour elle, elle ne sait pas lire pas écrire, elle est moche comme un cul, et elle gagne 1,5 million, c’est quand même extraordinaire cette histoire. »

- Franck Tanguy : « C’est un horrible événement dans sa vie dont certainement elle se rétablira, mais pour elle c’est quand même… ça va quoi ! »

À la suite de la mise en demeure du CSA, c’est la débandade du côté de la belle équipe soudée des « Grandes Gueules ». Franck Tanguy s’excuse timidement. Tandis que Sophie de Menthon essaie de faire croire qu’elle a dit le contraire de ce qu’elle a dit dans l’émission : « Je m’excuse sincèrement d’avoir blessé des femmes par ce raccourci qui a laissé penser que j’exprimais un point de vue méprisant, aux antipodes des valeurs que je défends et qui me sont chères depuis 30 ans de militantisme en faveur de la place des femmes dans la société et de l’égalité des chances. »

De son côté, Olivier Truchot, l’animateur des « Grandes Gueules », charge Sophie de Menthon en rappelant qu’elle avait déjà dérapé l’année dernière en justifiant le travail des enfants en Afrique. Bonjour l’esprit d’équipe !

La suite est rapportée, notamment, dans un article… du Figaro, ce qui ne manque pas d’être savoureux. On y apprend avec quelle élégance Sophie de Menton s’est défaussée : « La condamnation (du CSA) ne s’exerce pas à mes dépens. Elle est bien celle de l’émission et de l’animateur ». Et d’ajouter : « Je regrette cette phrase, mais en aucun cas cette phrase n’est misogyne, ni raciste, ni insultante. » Tout cela a déplu et Sophie de Menthon a été provisoirement privée d’antenne, en attendant une décision définitive que nous ne connaissons pas au moment où nous écrivons.

Au passage, Olivier Truchot essaie de faire croire que « depuis neuf ans que "Les Grandes Gueules" existent, c’est la première fois que le CSA est saisi d’un problème  ». Ce qui est faux. Une précédente mise en demeure du CSA à l’encontre de RMC, en date du 17 avril 2008, faisait suite à des propos mettant en cause la communauté asiatique dans « Les Grandes Gueules ».

Ce que, selon l’article déjà cité du Figaro, Franck Lanoux, directeur général de RMC, reconnaît, pour le relativiser aussitôt « En huit ans d’émission, je ne suis allé devant le CSA que deux fois. » Avant de défendre la conception même de l’émission : « L’émission les “Grandes Gueules” est un exercice risqué car les chroniqueurs expriment des opinions tranchées. » Un exercice risqué ? En vérité une émission dont le principe même est des plus contestables. Sur ce point le CSA n’a, heureusement, rien à dire, mais pas la critique des médias qui ne revendique aucun pouvoir de sanction !

Un « exercice risqué », mais… « Mais Alain Marschall et Olivier Truchot sont de grands professionnels, ils comprennent tout de suite quand les limites sont franchies. Ils savent - ce qu’ils ont fait avec Sophie de Menthon - dire publiquement que de tels propos ne peuvent pas être tenus. Enfin, ils savent présenter des excuses quand ils font des erreurs. Or, Sophie de Menthon s’est dédouanée de toutes responsabilités. Il y a désormais une véritable rupture de confiance entre l’équipe des “Grandes Gueules” et Sophie de Menthon. »

Qu’on n’attende donc pas de RMC une remise en cause de l’émission elle-même.

Quoi qu’il en soit, « Les Grandes Gueules » n’ont pas le monopole des « décisions sanctions » prononcées par le CSA contre RMC :

- Le 2 décembre 2011, mise en garde pour propos déplacés dans l’émission “Moscato Show“ (celle que nous évoquons plus haut)

- L’émission d’Éric Brunet, « Carrément Brunet » dont on peut lire ici même tout le bien que nous pensons [1] a également fait l’objet de mises en demeure et d’une mise en garde du CSA (3 « sanctions » en 3 semaines, record battu !)

Comme on le voit, le CSA a beau agiter son sabre en bois, la station d’Alain Weil continue imperturbablement son bonhomme de chemin en conservant son positionnement de radio macho et franchouilllarde, qui affecte la subversion en hurlant n’importe quoi, y compris le pire, aux oreilles des auditeurs. Le comble, c’est que le propriétaire de la station s’est vu attribuer une chaîne supplémentaire sur la TNT et, cerise sur le gâteau, cette chaîne de télé a été autorisée récemment par le CSA à rediffuser... les émissions de radio de RMC.

Ce n’est donc pas la dernière décision en date du CSA qui nous fera changer d’avis sur cet organisme [2]. Non seulement sa composition et les conditions de nomination de ses membres montrent qu’il n’a rien d’un organisme indépendant, mais, ce qui n’est guère surprenant dans ces conditions, ses décisions contradictoires et sans conséquences sont autant d’aveux d’impuissance…

Michel Ducrot

P.-S. On peut réécouter ici, les scandaleux échanges consacrés à Nafissatou Diallo dans les « Grandes Gueules » du 21 janvier.

Tourne avec Spip       Nous écrire, nous contacter | Mentions légales | Administration | Plan du site       Flux RSS   Haut de page
Site sous « Spip » - Webmaster Yanic Gornet - Optimisé pour Mozilla FireFox
Hébergeur associatif Globenet, hébergeur associatif - Notre éditeur : Editions Syllepse