Observatoire des media

ACRIMED

Tribunaux médiatiques pour syndicalistes « radicalisés »

par Frédéric Lemaire, Julien Salingue,

La mobilisation contre la Loi Travail a pris une nouvelle dimension la semaine dernière, avec une série de grèves dans différents secteurs. Les « experts » et autres éditocrates n’ont pas manqué de dénoncer des blocages jugés « irresponsables ». Mais l’hostilité médiatique à l’égard des grèves s’est aussi exprimée au travers de plusieurs interviews de syndicalistes, dont certaines se sont transformées en véritables interrogatoires.

« Est-ce que vous ne craignez pas quand même que ça se retourne contre vous ? »

La première mise en garde est lancée dès vendredi 20 mai 2016, au premier jour du mouvement de grève dans le secteur pétrolier. Le secrétaire général CGT de la raffinerie de Donges, Fabien Privé Saint-Lanne, est interviewé en duplex sur I-Télé. La journaliste Nelly Daynac annonce la couleur : « Est-ce que vous n’avez pas peur aujourd’hui qu’on vous taxe de preneurs d’otage, est-ce que vous n’avez pas peur que les consommateurs se retournent contre vous ? » On appréciera la manière courageuse dont la journaliste se réfugie derrière un « on » imaginaire, ainsi que derrière « les consommateurs » pour mettre en cause, sans l’assumer directement, les actions syndicales…

Le syndicaliste conteste le terme de « blocage », rappelant qu’il s’agit d’une grève des salariés. Mais son interlocutrice revient à la charge : « Est-ce que vous ne craignez pas quand même que ça se retourne contre vous du côté des consommateurs ? Je réitère ma question. » Visiblement préoccupée par les « craintes » et les « peurs » des grévistes, elle conclut l’entretien en évoquant de possibles violences : « Est-ce que finalement vous n’avez pas peur que sur certains lieux ça dégénère, ou tout est encadré, des consignes sont données pour que ça se passe dans le plus grand calme ? » On se demande bien qui a peur de quoi, mais de toute évidence la journaliste d’I-Télé n’est pas très à l’aise avec les mobilisations sociales.


« Vous trouvez ça bienvenu après les attentats qui ont frappé la France ? »

Au soir du lundi 23 mai, alors que le mouvement prend de l’ampleur et que les pénuries se multiplient dans les stations-service, deux autres syndicalistes sont invités à s’expliquer sur les plateaux des chaînes d’info en continu. Emmanuel Lépine, responsable de la branche pétrole à la CGT, est interviewé sur BFM-TV. Un bandeau barre l’écran : « Pénurie : les automobilistes inquiets ». Et les salariés des raffineries ?

Nathalie Levy s’interroge sur la prochaine étape de la mobilisation, puis se fait l’écho des déclarations du gouvernement : « Myriam El Khomri parle de citoyens, de Français pris en otage, Michel Sapin de blocages qualifiés d’illégitimes, Manuel Valls, il vous accuse ce soir de dérive et de chantage ; vous comprenez bien que la situation n’est pas tenable pour les automobilistes ? » De nouveau, on peut apprécier la façon dont l’intervieweuse se dissimule derrière divers responsables politiques, ainsi que derrière « les automobilistes » pour mieux mettre en cause les actions contre la loi El Khomri.

Comme sa collègue, elle s’inquiète – avec une touchante sincérité – de la popularité du mouvement : « Est-ce que vous êtes prêts à perdre le soutien de l’opinion publique en allant jusque-là ? Parce qu’aujourd’hui près de deux tiers des Français souhaitent que les grèves et les blocages prennent fin. Ce sont les citoyens qui risquent de se retourner contre vous, l’opinion publique ! » Elle oublie soigneusement de préciser que les mêmes sondages attribuent majoritairement la responsabilité des blocages au gouvernement. Avant de s’interroger sur les véritables motivations de la CGT : « Est-ce qu’il ne s’agit pas aujourd’hui de redorer votre blason car vous voyez bien que vous perdez du terrain ! C’est finalement, aussi, un travail chez vous en interne. »

Nathalie Levy n’est pas en reste sur la question de la violence : « Des pompistes ont déjà été pris à partie parfois même vigoureusement par des automobilistes, ils en sont venus aux mains dans certains cas, il y a eu des blessés… c’est vers ça que vous tendez, ce type de situation qui dégénère ? » Sous-entendu : les grévistes seraient responsables de ces bagarres, pour ne pas dire qu’ils les souhaiteraient. Puis elle évoque un tract de la CGT-RATP, avec un dessin de bombe à retardement, qui a manifestement terrorisé les services d’information de BFM-TV, puisqu’il en sera question de manière récurrente sur la chaîne [1]. Elle s’indigne : « Vous trouvez ça bienvenu après les attentats qui ont frappé la France, l’état d’urgence dans lequel on est ? Vous assumez ça ? » On apprécie le sens du raccourci et de l’amalgame de l’intervieweuse qui, étonnamment, n’en a pas fait de même avec l’accusation de « prise d’otage » portée par plusieurs responsables gouvernementaux.


« Les médias ne font pas partie du gouvernement, hein. »

Quelques heures plus tard, c’est Jean-Pierre Mercier, délégué CGT à PSA, qui est interrogé par Jean-Baptiste Boursier sur BFM-TV. Un nouveau bandeau barre l’écran et pose la question : « La "dérive" de la CGT ? » Le présentateur revient de manière un peu alarmiste sur le fameux tract : « Il y a une bombe, il y a une bombe qui est posée à côté du chef de l’État ; d’aucuns pourraient trouver que c’est un peu excessif, que ça sent la menace, est-ce que c’est nécessaire ? » Une fois de plus, « d’aucuns » ont bon dos… On découvrira ensuite (mais est-ce vraiment une découverte ?) que la perspective de grèves dans de nouveaux secteurs ne semble pas particulièrement faire plaisir au présentateur de BFM-TV : « Vous voulez quoi, le blocage complet du pays ? » Mais, alors que son interlocuteur évoque les biais dans les médias et les déclarations du gouvernement, Jean-Baptiste Boursier tient à préciser : « Les médias ne font pas partie du gouvernement, hein. » Utile précision.

Le matin même du lundi 23 mai, Philippe Martinez entamait un véritable marathon médiatique. Le secrétaire général de la CGT, cible préférée de la colère des éditocrates, intervenait dans la matinale de RTL au micro d’Olivier Mazerolle. Le syndicaliste évoque certains sondages qui témoigneraient de l’opposition de l’opinion publique au projet de loi. Son interlocuteur tempère : « On entend beaucoup, quand même, de gens qui se plaignent du fait de la pénurie d’essence dans certaines régions de France, qu’ils ne peuvent pas aller au travail. » C’est vrai qu’on les « entend beaucoup »… dans les grands médias.

Visiblement pas convaincu des motifs avancés par Philippe Martinez pour s’opposer à la loi travail, Olivier Mazerolle évoque lui aussi des motivations « internes » : si le secrétaire général de la CGT se « bagarre », ce serait pour « défendre son pouvoir de centrale syndicale », ou encore parce qu’il est « prisonnier de son extrême-gauche ». Avant de s’interroger : « Selon vos propres chiffres d’adhérents, vous représentez moins de 3% des salariés, quelle est votre légitimité à bloquer le pays ? » Car on le rappelle, il est désormais acquis que c’est la CGT qui, seule et d’un coup de baguette magique, a décrété la mobilisation générale des salariés dans les entreprises en grève. Philippe Martinez lui répond qu’on ne juge pas de la légitimité des partis politiques à leur nombre d’adhérents, par ailleurs inférieur à celui de la CGT : « Vous semblez plus légitime que l’Assemblée nationale » moque alors son interlocuteur. Et moins légitime qu’Olivier Mazerolle ?


« Ça va coûter des points de croissance, est-ce qu’on peut se le permettre ça aujourd’hui en France ? »

Le soir du 23 mai, Philippe Martinez est sur le plateau du « Grand Journal » de Canal plus. Le thème figure sur le bandeau : « La CGT veut-elle bloquer la France ? » Alors qu’il évoque l’absence de dialogue social de la part du gouvernement, des images de barrages et de pneus brûlés défilent en fond. Maïtena Biraben sourit : « Quand on voit les images on ne sait pas s’il y a un dialogue dans l’autre sens », provoquant les rires de l’assistance. Puis, elle met en garde son interlocuteur : « Plus de métro, plus de voiture, comment on va au boulot, comment les Français vont réagir à ça ? » Vient le tour d’Augustin Trapenard, qui accueille l’invité avec un avertissement : « Vous avez du courage quand même d’être là Philippe Martinez, parce que vous vous rendez compte que tout ça c’est assez impopulaire hein. » Avant de s’agacer, un peu plus tard : « Mais vous y croyez, sincèrement, à ça, au retrait de cette loi ? » Puis c’est à nouveau au tour de Maïtena Biraben de s’inquiéter des répercussions des grèves : « Ça va coûter des points de croissance, est-ce qu’on peut se le permettre ça aujourd’hui en France ? » De toute évidence, au vu des questions, on peut se permettre beaucoup de choses aujourd’hui, y compris de tenter de délégitimer tout un mouvement social par des questions biaisées, voire piégées.

Le lendemain matin, mardi 24 mai, Philippe Martinez est au micro de Jean-Jacques Bourdin sur BFM-TV et RMC. Là encore, le syndicaliste est sommé de s’expliquer : « J’ai une première question toute simple : qui gouverne en France ? » [2]. Le présentateur revient à la charge plus tard dans l’entretien : « Mais qui gouverne, c’est vous, si le gouvernement dit : parce que la CGT bloque, je retire la loi ? » Puis Jean-Jacques Bourdin s’interroge sur les motivations de la CGT. Il a de bonnes raisons pour le faire… puisque ses confrères en font de même : « Je regardais la presse ce matin : "fuite en avant de la CGT", "jusqu’au-boutisme", "la CGT se sent en danger", les ultras ont pris le pouvoir à la CGT Philippe Martinez ? » On ne doute pas que dans « la presse » du lendemain, certains confrères de Jean-Jacques Bourdin se sont à leur tour interrogés sur les motivations de la CGT, puisque Jean-Jacques Bourdin avait questionné Philippe Martinez à ce propos.

Vient – inévitablement – la question de la violence. Bourdin évoque une situation « grave », « des permanences de députés socialistes qui sont murées, qui sont saccagées, des tirs à l’arme automatique », puis s’interroge : « C’est la situation, c’est le climat dans ce pays… que vous entretenez ? » Son interlocuteur a beau réfuter ce raccourci grossier, Bourdin ressort (BFM-TV oblige), le tract de la CGT-RATP et son terrible dessin de bombe… L’interview se terminera sur une note dramatique : « Est-ce que vous n’avez pas l’impression de mettre en péril les petites entreprises ; sur la paille des salariés qui vont se retrouver à Pôle emploi ? » Sans même parler de la déforestation, de la guerre civile en Syrie et de la sécheresse dans plusieurs pays d’Afrique…


Florilège…

Nous aurions (malheureusement) pu poursuivre, tant les exemples sont nombreux d’interviews transformées en interrogatoires. Mais nous nous contenterons, pour finir cet article, d’un florilège de quelques-unes des « meilleures » questions entendues ces derniers jours, tout en nuance, tout en précision, tout en journalisme.


- « Est-ce qu’à 15 jours de l’Euro de football c’est raisonnable un blocage pareil ? » [3]

- « Qui gouverne aujourd’hui en France ? C’est le président, le gouvernement, ou c’est la CGT ? » [4]

- « C’est l’information de la nuit, le mouvement de blocage s’étend aux centrales nucléaires. Quel est l’objectif Monsieur Martinez ? Plonger la France dans le noir ? » [5]

- « Un petit mot sur les artisans, dont parlait également Xavier Bertrand ce matin à la radio, il y a des artisans qui n’arrivent pas à travailler parce qu’ils n’ont plus d’essence par exemple, qu’est-ce que vous dites à ces gens ce soir ? » [6]

- « Vous avez également appelé à la grève dans les transports en commun, à la RATP à partir du 2 juin, plus de métro, plus de voiture, comment on va au boulot, comment les Français vont réagir à ça ? » [7]

- « Lors de la dernière manifestation le service d’ordre de la CGT a été attaqué par les casseurs, est-ce que vous regrettez de ne pas avoir, à l’époque, désavoué les affiches de la CGT qui reprochaient à la police d’être à l’origine des violences ? » [8]

- « Est-ce que vous la sentez de votre côté [cette exaspération], Virginie Gensel-Imbrecht, est-ce que vous comprenez ce que vous dit en gros votre voisin, cette espèce de prise d’otage de gens qui n’en demandent pas tant. » [9]

- « Mais le gouvernement, Jean-Pierre Mercier, peut aussi vous répondre aussi que la grande fraction comme vous l’appelez des travailleurs n’est pas si grande que ça, que le mouvement certes dure mais qu’il ne s’est pas amplifié, ce ne sont pas des millions de gens qui sont dans la rue, le pays n’est pas bloqué. » [10]

- « Vous disiez tout à l’heure que ce texte n’avait pas fait l’objet de consultation, il a pourtant été réécrit à plusieurs reprises, et finalement le texte qui a été proposé à l’assemblée, il a été avalisé par plusieurs syndicats dont la CFDT et la CFTC, j’aimerais que vous nous expliquiez ce soir en quoi la légitimité de la position de la CGT serait plus valide que celle de la CFDT par exemple ; ils défendent les salariés après tout. » [11]


Etc.


***



Alors : interviews ou interrogatoires ? Le moins que l’on puisse dire, c’est que les représentants syndicaux sont soumis à un traitement de défaveur qui n’a pas d’équivalent lorsque des représentants du gouvernement ou du patronat sont invités. Les journalistes-intervieweurs reprennent dans la plupart des cas, et peut-être parfois inconsciemment, les « éléments de langage » du gouvernement et du Medef (« prise d’otages », « mobilisations minoritaires », « illégitimité », « blocage », etc.), qui transforment les interviews en véritables interrogatoires, durant lesquels on ne permet guère aux syndicalistes de s’exprimer tant les sommations et rappels à l’ordre sont permanents.

Certes, l’interview n’est jamais un exercice « neutre » et « objectif ». Mais l’on ne peut qu’être agacés – à défaut d’être surpris –, de constater qu’une fois de plus le traitement réservé aux syndicalistes témoigne d’une hostilité à peine dissimulée à l’égard de toute mobilisation au cours de laquelle des salarié-e-s remettent un tant soit peu en cause l’ordre des choses. On pense immanquablement ici à la « haine de classe » évoquée par le regretté Michel Naudy, dans le film Les Nouveaux chiens de garde :

Les journalistes, pour la très grande majorité, au-delà de la majorité, pour eux, les classes populaires, c’est une réserve d’Indiens. Ils ne les connaissent pas. Ils ne viennent pas de ces milieux. Ils n’en connaissent pas les codes, ils n’en connaissent pas les préoccupations, ils n’en connaissent pas les conditions de vie, ils n’en connaissent pas la culture, ils n’en connaissent pas les traditions. Dès l’instant où ces gens sortent de leur rôle qui est d’être un fond de paysage, d’être des gens pittoresques, des gens identifiables à des poncifs idéologiques, dès l’instant où ils sortent de là, où ils ne sont plus des Indiens dans leur réserve, alors ils deviennent dangereux. Parce qu’ils rompent avec le consensus mou de la démocratie molle. Ils rompent la règle du jeu, ils brûlent des pneus, ils occupent des usines, ils séquestrent des patrons, ils sont hors le champ social. Et là, l’appareil idéologique montre ses dents et mord cruellement. Et ce qui est moquerie de classe devient, à certains égards, exclusion, voire haine de classe.


Frédéric Lemaire et Julien Salingue

 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

[1Voir ci-dessous.

[2Une question qui n’est pas sans évoquer la célèbre citation de Jean-Pierre Raffarin face aux mouvements sociaux qui agitaient la France en 2003 : « Ce n’est pas la rue qui gouverne ».

[3Question posée à Éric Beynel (Solidaires), invité sur le plateau de BFM-TV le 25 mai.

[4Question posée à Philippe Martinez (CGT) interviewé par Léa Salamé, France Inter, 25 mai.

[5Question posée à Philippe Martinez (CGT) interviewé par Léa Salamé, France Inter, 25 mai.

[6Question posée à Virginie Gensel-Imbrecht (CGT), invitée au « Grand journal », 25 mai.

[7Question posée à Philippe Martinez (CGT), invité du « Grand Journal », 24 mai.

[8Question posée à Philippe Martinez (CGT), interviewé par Olivier Mazerolle, RTL, 23 mai.

[9Question posée à Virginie Gensel-Imbrecht (CGT), invitée au « Grand journal », 25 mai.

[10« Remarque » faite à Jean-Pierre Mercier (CGT), invité sur le plateau de BFM-TV, 23 mai.

[11Question posée à Sophie Binet (CGT), invitée sur le plateau de BFM-TV, 25 mai 2016.

A lire également...

La meute des éditocrates

Des professionnels du commentaire.