Observatoire des media

ACRIMED

En bref

Manifestation des « insoumis » : le journalisme de préfecture a encore frappé

par Frédéric Lemaire,

Samedi 23 septembre, la France insoumise organisait une manifestation nationale pour s’opposer aux ordonnances du gouvernement visant à réformer le code du travail. Comme d’habitude, les grands médias n’ont pas manqué de commenter l’écart entre le décompte des manifestants par les forces de police (30 000) et par les organisateurs (150 000). En oubliant de préciser que le chiffre de la préfecture n’avait rien d’officiel : celle-ci ne communique habituellement aucun chiffre de participation pour les manifestations politiques.

Au soir du 23 septembre, un reportage du JT de France 2 revient sur la manifestation du jour même. La voix-off commente l’écart entre les chiffres des organisateurs et ceux de la préfecture : « la France Insoumise annonce 150 000 manifestants, très loin du décompte de la police, qui n’en voit que 30 000 ».


Dès 18h, le chiffre de la préfecture était repris sur BFM TV ainsi que sur la plupart des sites des grands médias en ligne. Une information surprenante, dans la mesure où, comme la préfecture l’annonce elle-même, elle « ne communique aucun chiffre de participation lors de manifestations organisées par des partis politiques ».


Intrigué, David Perrotin, journaliste de BuzzFeed, a mené son enquête. Il témoigne des réponses – édifiantes – des services de la préfecture à ses interrogations : « Vous diffusez notre chiffre, mais c’est du off ». Puis : « Pour adapter le dispositif de sécurité, nous avons exceptionnellement fait un comptage, mais qui est à titre indicatif ».

Les journalistes du compte twitter Desintox de Libération ont également enquêté sur le « off » de la préfecture et son « statut saugrenu » – sans pour autant remettre en cause la position officielle du quotidien sur les comptages de la préfecture (voir plus loin).

La préfecture a quant à elle publié son communiqué sans évoquer de chiffre. Plusieurs journalistes essaient à leur tour d’en savoir plus sur la teneur de ces chiffres, mais en vain.

Comme le rappelle BuzzFeed, la préfecture avait déjà dérogé à sa règle pour annoncer 30 000 participants à une manifestation organisée par Jean-Luc Mélenchon. Déjà le comptage des manifestants par les forces de police avait été controversé.

Tout cela incite à la prudence. Certes, Acrimed n’a pas vocation à prendre position dans la sempiternelle « bataille de chiffres » qui oppose la préfecture aux organisateurs des manifestations. Notons cependant que ce n’est pas le cas de certains médias.

À Libération, par exemple, le débat a été tranché en faveur du comptage de la police, sur la foi d’un rapport concluant à « l’honnêteté des chiffres de la préfecture » comme le rappelle un récent éditorial. Un rapport pourtant circonstancié (il porte sur plusieurs manifestations de 2014), certes rédigé par des « personnalités indépendantes »… mais néanmoins commandité par la préfecture la police.

Nous l’avions déjà noté à l’occasion des précédentes mobilisations contre la loi travail et d’une manifestation à l’occasion de la conférence climat de l’ONU (COP21) : les informations de la préfecture font rarement l’objet d’un recul critique de la part des journalistes. Devant ce nouveau chiffre « off » de la préfecture, la déontologie la plus élémentaire aurait requis de mentionner le caractère non officiel du comptage de la police, voire de s’interroger sur sa fiabilité et son objet. Mais décidément, le journalisme de préfecture a de beaux jours devant lui !


Frédéric Lemaire

 
  • Enregistrer au format PDF

Michel Onfray critique la presse à la serpe

Pour le philosophe médiatique, la liberté de la presse n’existe pas. Ce qui ne l’empêche pas de l’inonder de ses tribunes !

Un « Conseil de la Presse » ? À quelles conditions et comment

Note d’Acrimed à l’intention de Madame Sirinelli, chargée de mission

Gilles Leclerc, réputé pour ses « ménages », recruté au « Comité d’éthique » de Radio France

Comme dans le cas d’Isabelle Giordano, plus c’est gros, plus ça passe (pour l’instant… ?)