Observatoire des media

ACRIMED

Loi travail : matraquages médiatiques sur les manifestations

par Frédéric Lemaire, Mathias Reymond,

Jeudi 28 avril et dimanche 1er mai 2016 se tenaient deux journées de manifestation, respectivement contre la loi travail et pour la journée internationale des travailleurs. Et sans surprise, ce sont les affrontements entre la police et certains manifestants qui ont monopolisé l’attention des médias.

La couverture de ces violences témoigne des travers déjà bien connus du traitement médiatique des mobilisations sociales : reprise en boucle, au moins dans un premier temps, des chiffres et éléments de langage de la Préfecture ; dénonciation des violences contre la police, silence sur les violences policières ; débats anémiés, se résumant à des injonctions à se positionner pour ou contre les « casseurs » ; et en définitive oubli de l’objet même des mobilisations et des revendications des manifestants. Quand les grands médias ne prennent plus la peine de questionner les sources policières, l’information passe à la trappe…

N.B. – Le stand d’Acrimed ayant subi un gazage en règle lors de la manifestation du 1er mai, nous n’avons pas pu mener une enquête sérieuse sur la nature et le déroulement des « débordements ». Nous nous sommes donc rabattus sur une analyse sérieuse de leur traitement médiatique. Que ceux et celles qui nous ont soutenus, aidés, perdus, cherchés, reçoivent nos excuses consternées et solidaires.

Matraquage

Ce jeudi 28 avril 2016, difficile de passer à côté du « bilan » de la manifestation contre la loi travail, aussi succinct qu’un bandeau de BFMTV : « 124 interpellations et 24 policiers et gendarmes blessés, dont trois grièvement et un en urgence absolue » annoncent à l’unisson les sites des grands titres de presse, reprenant les chiffres du ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve (lemonde.fr, lefigaro.fr, leparisien.fr, l’Express, lepoint.fr). Un bilan ressassé dans la presse papier, en continu sur France Info et qui fait les titres des journaux télévisés de France 2 et de TF1.

Pour en savoir plus sur le déroulé des événements, le lecteur ou le téléspectateur curieux pourra consulter les reportages sur place, sous forme de « directs », de diaporamas ou de vidéos, sur les sites de presse ou dans les 20h des grandes chaînes (liberation.fr, lemonde.fr, lefigaro.fr, leparisien.fr, lexpress.fr, francetvinfo.fr et TF1). Images spectaculaires, commentaires de journalistes présents dans les cortèges, ces témoignages relatent essentiellement les affrontements entre « casseurs » et policiers, ainsi que les dégradations occasionnées (vitrines cassées à Paris, lampadaire dégradé à Rennes, Porsche incendiée à Nantes…). En résumé : les « casseurs » ont cassé, et attaqué la police.

De quoi s’interroger sur la bonne foi du président de l’UNEF, qui dénonce en fin d’après-midi l’« usage disproportionné de la force par la police » et « exige l’arrêt de l’utilisation des flashball  ». Des violences policières ? La plupart des journalistes sur place n’ont vu que des « ripostes » de la police, éventuellement qualifiées de « musclées ». Les journaux télévisés de TF1 et France 2 évoquent brièvement un étudiant blessé à l’œil. Sur les sites de presse en ligne, seuls liberation.fr et 20minutes.fr (à notre connaissance) mentionnent l’existence de blessés côté manifestants (38 blessés et 10 graves à Rennes) au soir du 28 avril.

Au fond, c’est un grand classique du traitement médiatique des manifestations et mouvements sociaux. Comme le rappelle le site Metronews, les préfectures communiquent toujours précisément le nombre de blessés au sein de la police, mais pas parmi les manifestants. L’article va plus loin : il s’interroge sur la fiabilité des chiffres des policiers blessés en rapportant les propos d’un policier syndicaliste (« on fait dire ce que l’on veut à des chiffres »). Quoi qu’il en soit, la moindre des précautions, pour qui fait profession d’informer, serait de questionner ces sources. Force est de constater que l’écrasante majorité des médias se sont contentés de relayer telle quelle la version du ministère de l’Intérieur ou de la préfecture.

Il faut attendre le lendemain pour que soit évoquée plus largement la blessure du jeune étudiant éborgné par un tir de flashball. L’Express reste néanmoins prudent, et recourt au conditionnel d’usage pour évoquer une exaction policière : l’étudiant « pourrait avoir été touché par un tir de flashball ». Il faut dire que l’IGPN (la « police des polices ») vient juste d’ouvrir une enquête officielle ; et la préfecture refuse de confirmer les faits. L’information apparaît sur les sites de la plupart des médias [1] mais aucun détail sur les autres blessés, nombreux du côté des manifestants. Quelques jours plus tard, la question se pose : faut-il interdire l’utilisation du flashball ? 20 minutes dégaine un « sondage » dont les termes ont été soigneusement pesés :



Mais sans doute est-ce de l’humour...

Le site de l’Humanité, rapporte les propos d’un syndicaliste qui dénonce l’« attitude irresponsable » des forces de l’ordre. Sont évoquées les violences de policiers contre des manifestants pacifiques, comme à Gennevilliers, ou encore contre le camion du syndicat Solidaires à Marseille. Sur différents sites et sur Twitter, des témoignages de manifestants évoquent de nombreux blessés graves [2]. « J’allais d’urgence en urgence » explique une infirmière présente dans la manifestation parisienne. Des éléments sans doute suspects aux yeux des autres médias, car non validés par le ministère…

Les grands médias « ne parlent de violences policières que lorsqu’une vidéo-amateur circule sur le net » explique Camille de la campagne « recensement des violences policières », dans l’article de Metronews cité précédemment. La couverture médiatique des événements du 28 avril semble lui donner raison. Deux jours après la manifestation, plusieurs témoignages vidéo de violences policières circulent ; certains sont relayés par des médias comme le Huffington Post ou France Télévisions. Le Parisien publie quant à lui les images de l’« évacuation musclée » de la place de la République, au soir du 28 avril.

La diffusion de ces témoignages dans les grands médias reste néanmoins marginale. La dépêche AFP sur l’évacuation de la place de la République, largement reprise, se fait l’écho du bilan de la préfecture : vingt-quatre personnes placées en gardes à vue, aucun blessé. La vidéo du Parisien montre pourtant plusieurs blessés. Une manifestante affirme que deux de ses proches ont été hospitalisés. Mais plutôt que de questionner les sources policières, certains médias préfèrent s’interroger : qui sont les « casseurs » ? Les sites du Point, ou de l’Express y consacrent un article, sur la base d’une nouvelle dépêche AFP. Et convoquent, pour y répondre, un sociologue… et cinq sources policières.

Comparée à celle du 28 avril, la manifestation du premier mai fait l’objet d’une couverture plus modeste. Le bilan donné par la préfecture est moins spectaculaire : deux blessés légers (un policier et un manifestant) et dix personnes interpellées à Paris. Les manifestations se seraient tenues dans « de bonnes conditions » selon les mots du ministre de l’intérieur Bernard Cazeneuve. Les chaînes d’information en continu s’en tiennent à couvrir les « débordements », débattre du « harcèlement » des forces de l’ordre... et de leur supposé laxisme, comme le note Samuel Gontier sur son blog. Dans son direct de 15h à 18h, BFM TV voit des casseurs partout, comme le rapporte Pascal Maillard, des « black-blocs » « dangereux », « masqués et casqués ». Rien sur les nombreux blessés parmi les manifestants, dont font état plusieurs témoignages (comme celui de l’équipe médicale de Nuit debout).

Plusieurs médias s’interrogent néanmoins sur l’attitude de la police dans la manifestation parisienne, qui aurait exacerbé la tension. Innovation majeure : le discours officiel de la préfecture sur les « casseurs » est mis en balance avec les témoignages de manifestants (lemonde.fr, liberation.fr et 20minutes.fr). Dans l’Humanité, un policier syndicaliste dénonce la stratégie des autorités : « tout est mis en place pour que ça dégénère ».

La place de la République est à nouveau évacuée, après 22 heures, dimanche 1er mai. Des manifestants sont « escortés » par la police jusqu’au métro Jacques Bonsergent. Des gaz lacrymogènes sont employés dans la station (comme le relate ce témoignage), et on compte au moins un blessé suite à une chute (comme le montre cette vidéo). Mais l’épisode ne sera évoqué, à notre connaissance, que dans le site Metronews. Un article de Bastamag recense les violences policières rapportées du 28 avril au 1er mai ; mais de ces violences, les revues de presse de France Inter ou de France info du lundi 2 mai n’en feront pas mention.

En reprenant les informations préfectorales (bien souvent sans nuance), les médias reviennent avec la constance d’un métronome sur les heurts en marge des cortèges. Un moyen de faire diversion ? En tous cas, qu’ils le veuillent ou non, ils contribuent de la sorte à jouer – en deux temps – la partition du gouvernement : ne pas parler du fond (la loi El Khomri) et décrédibiliser le mouvement.


Le rappel à l’ordre

C’est une habitude. Mieux, un leitmotiv. Dès que des mobilisations tournent à l’affrontement, dès que des vitrines sont brisées et des voitures brûlées, ou plus récemment, dès qu’une chemise est déchirée ou un pot de fleur renversé, les porte-voix des grands médias sonnent la fin de la récré. « Il est temps, clament-ils en chœur, que les leaders prennent leurs responsabilités et ordonnent aux fortes têtes de rentrer dans le rang ! » C’est le moment du rappel à l’ordre.

Les acteurs du mouvement Nuit debout, et les porte-parole des syndicats ou des partis politiques s’opposant à la loi El Khomri, se verront sommés de condamner les violences et les casseurs. En déplaçant ainsi la discussion sur ce terrain, les médias exercent leur vrai pouvoir : circonscrire le débat en prescrivant ce à quoi il faut penser (les affrontements plutôt que la loi El Khomri) et tracer le périmètre de l’échange (les violences des casseurs plutôt que celles des policiers).

À plusieurs reprises des invités, « mauvais clients », ne se sont pas laissés dompter par les assignations intempestives des journalistes. Les médias les ont forcés à jouer un jeu qu’ils ont – à juste titre – refusé de jouer. Deux exemples révélateurs : Caroline de Haas, militante féministe, invitée sur I>Télé et Olivier Besancenot, porte-parole du NPA, sur BFM-TV.

Invitée sur I>Télé le 28 avril 2016, Caroline de Haas « à l’origine de la pétition contre la loi El Khomri », doit faire face à un interrogatoire en règle d’Olivier Galzi. Dès la première question, le ton est donné – sur fond d’images d’affrontements diffusées en continu sur le mur d’écrans géants devant lequel se tiennent le journaliste et son invitée : « Moins de participants mais plus de violence, 24 policiers, une trentaine d’ailleurs selon un dernier bilan ce soir, ont été blessés, dont trois très grièvement à Paris, votre réaction justement quand vous voyez ça ? »



Ne souhaitant pas rentrer dans le jeu imposé par l’animateur, elle tente d’emblée de déplacer le thème de la discussion : « Ça me rend triste, parce que résultat, tous les journaux télévisés, comme le vôtre, comme tous les autres, n’ont parlé que de ça et n’ont pas du tout parlé de la loi travail ». Galzi insiste - « Il n’y a que ça qui vous rend triste ? » – puis ne lâchera plus sa proie, la forçant à rester sur ce terrain. Échantillon d’un questionnaire à sens unique :

- « Mais vous y étiez à Nation quand ça s’est produit ?  »
- « Pour vous c’est de la faute des policiers alors ce qui se passe là ? »
- « Donc pour vous c’est une mauvaise gestion policière de l’évènement, c’est ce que vous dites ? »
- « Bernard Cazeneuve dit ce soir : “Il serait quand même temps que les organisateurs – dont vous faites partie – condamnent beaucoup plus fermement ces violences-là”… Est-ce que vous le faites ce soir ? »
- « Peut-être qu’il réagissait Bernard Cazeneuve aussi au tweet du président de l’Unef. Vous avez été vous-même longtemps à l’Unef, vous me direz ce que vous en pensez, regardez ce qu’il dit : “Manifester est un droit, ça ne doit pas être une prise de risque à cause d’usage disproportionné de la force par la police”, donc très clairement il dit : “il y a un problème, la police a un usage disproportionné de la force et c’est pour ça qu’il se passe ce qu’il se passe aujourd’hui quoi”.  »
- « Et vous les mettez sur le même plan [les violences policières et celles des « casseurs »], vous mettez tout ça sur le même plan, le ministre de l’intérieur disait : “On ne peut pas mettre ça sur le même plan”. Il y a des policiers qui essaient de protéger et il y a des gens qui les agressent, c’est quand même assez factuel, leur fonction est de protéger et là ils sont agressés. »

Une fois terminé le rappel à l’ordre auquel Caroline de Haas n’a pas souhaité se plier, Olivier Galzi, plutôt que d’aborder les causes des mobilisations, préfère compter les manifestants : « 170 000 manifestants dans toute la France selon la police, 500 000 selon la CGT, quoi qu’il en soit et quel que soit le chiffre qu’on retienne, c’est deux fois moins qu’il y a un mois à peu près. Ça vous inquiète, vous vous dites ça y est ça se tasse, c’est fini ? » C’est une autre façon de s’attaquer à un mouvement : le tuer dans l’œuf, en évoquant une prétendue résignation…

Trois jours plus tard, sur BFM-TV, le 1er mai 2016, c’est au tour d’Olivier Besancenot de répondre aux sommations des journalistes. L’entretien – on s’en doute – ne tourne pas autour de la Loi El Khomri, ni des sujets sociaux qui justifient les défilés du 1er mai… D’ailleurs la première question donne le la : « Olivier Besancenot (…) est-ce que vous vous sentez une proximité avec ces slogans-là et avec ceux qui, on le voit sur ces images, s’en prennent à la police ? » Le leader du NPA refusant de rentrer dans ce petit jeu médiatique, condamne « la stratégie gouvernementale » et demande à ce que soit « désenclavé le dispositif policier ».



Pas satisfaite par la réponse, Apolline de Malherbe insiste : « On va avoir le temps de s’exprimer sur tout ça, Olivier Besancenot, restons d’abord justement sur ces faits là. Vous dites en gros que le gouvernement a intérêt à ce que ça dégénère, ou en tout cas cherche à ce que ça dégénère. » La réponse de Besancenot est sans ambiguïté : « Ben oui, la preuve, regardez, de quoi on parle ce soir ? On ne parle pas de la loi Travail. Vous montrez en boucle, avec insistance, comme à chaque fois, ces images qui dégénèrent. Donc le but c’est quoi ? C’est de faire peur, de diviser le mouvement… »

Une réponse qui aurait justifié qu’on passe à autre chose. Mais il n’en sera rien. BFM-TV, chaîne de racolage continu, préfère épiloguer à l’infini et poursuivre l’interrogatoire. Échantillon des questions posées à Olivier Besancenot :

- « Est-ce que vous condamnez… ? »
- « Mais Olivier Besancenot vous avez dit le mot “condamner”, vous avez dit “ce que je condamne aujourd’hui ce sont en gros les provocations et l’attitude du gouvernement”, vous ne condamnez pas les violences ? »
- « Mais les violences elles-mêmes, vous ne les condamnez pas ? »
- « Donc les violences… non mais justement, je vous demande : qu’est-ce que vous condamnez  ? Je reprends votre mot, Olivier Besancenot »
- « Pour vous, ce que je voudrais simplement qu’on voit, c’est que vous, ce que vous condamnez c’est ça [les photos de violences policières montrées par Besancenot], ce n’est pas ça [les images de « casseurs »] »
- « Donc Olivier Besancenot, à aucun moment, vous ne condamnez les violences des manifestants ? »
- « Pardon, Olivier Besancenot, mais pour vous, il y a vraiment d’un côté les gentils, et de l’autre côté les méchants ? Il n’y a pas un moment où vous dites pas “Je condamne les deux”, quoi, non ? »
- « Vous les regrettez malgré tout, alors sans aller jusqu’à les condamner, est-ce que vous les regrettez ? »

Et, en vidéo :

À chaque « injonction », Olivier Besancenot refuse de répondre. Cela dure plus de sept minutes. Puis après avoir accepté de déplacer la discussion sur les enjeux de ces mobilisations (pendant quatre minutes seulement), la journaliste de BFM-TV revient à la charge pendant quatre nouvelles minutes. L’occasion d’avoir un nouvel échange où le cocasse flirte parfois avec le surnaturel (voir la retranscription de l’échange en annexe). Pas moins de onze fois, Apolline de Malherbe pose la même question à Olivier Besancenot : se désolidarise-t-il des casseurs ? Mais décidément, l’invité refuse de jouer le jeu et de répondre à cet interrogatoire. Qu’importe, la non-réponse d’Olivier Besancenot fera l’affaire de la chaîne d’information qui publiera la vidéo de « L’after RMC » [3] sous le titre : « Olivier Besancenot refuse de condamner les violences lors des manifestations ». Quand on veut, on peut !

***

« Encore des manifestations, encore des incidents, encore des débordements, c’est en quelques mots résumée la journée d’hier, 1er mai » s’agace Thomas Sotto, sur Europe 1. C’est aussi, en quelques mots résumé, le traitement médiatique des manifestations du 28 avril et du 1er mai par les grands médias. Son interlocuteur évoque-t-il certaines violences de la part de la police ? Sotto tempère : « Ce qu’on a vu ces derniers jours, c’est quand même des casseurs qui viennent casser des abribus. » Ce qu’on a vu, ou ce que les grands médias ont montré ?

Dans ce chœur médiatique, les invités convoqués pour représenter les manifestants apportent une voix dissonante ; mais dans quelles conditions, lorsqu’il s’agit exclusivement d’évoquer les mobilisations sous l’angle des violences, et que le plateau prend la forme d’un tribunal médiatique où l’accusé est enjoint à « condamner les violences » ? La remise en cause claire du cadre même du débat médiatique par les « invités » semble alors inévitable… au risque de se faire « mauvais client ».

Plus tard dans son entretien sur Europe 1, Thomas Sotto, exaspéré, s’interroge : « Une manif égale une castagne, il faut s’y faire, c’est comme ça maintenant ? […] Ça veut dire que c’est aussi aux organisateurs, pardon, mais de foutre dehors ces casseurs qui sèment la pagaille ? » Cette question en appelle d’autres : jusqu’à quand certains éditorialistes pourront-ils ignorer les violences subies par des manifestants (et non des « casseurs »), alors que Reporters sans frontières dénonce les violences policières contre les journalistes ? Et que la ligue des droits de l’homme demande la mise en place d’une commission d’enquête parlementaire sur ces mêmes violences ? Et en définitive, le rôle des médias est-il d’informer, ou d’assurer le maintien de l’ordre aux côtés de la police et de la préfecture ?


Frédéric Lemaire et Mathias Reymond
(avec Olivier Poche et Blaise Magnin)



Annexe : Olivier Besancenot matraqué par BFM-TV


- Apolline de Malherbe : « Olivier Besancenot, est-ce que les casseurs sont des manifestants ? »
- Olivier Besancenot : « (rire) C’est marrant, on tourne un peu en boucle »
- AM : « Ben oui, mais en même temps, c’est important »
- OB : « Je ne suis pas le porte-parole des casseurs »
- AM : « Mais est-ce que c’est des manifestants ? »
Olivier Besancenot sort une balle de flashball, et parle du bilan lourd des armes non létales. « Dans des situations comme ça, ça peut déraper du côté des forces de l’ordre ».
- AM : « Olivier Besancenot, cela dit, je vous repose ma question, est-ce que les casseurs sont des manifestants ? »
- OB : « … J’ai déjà répondu… »
- AM : « Vous ne m’avez pas répondu, vous m’avez sorti… je vous écoute sur les flashball, je vous repose la question, est-ce que les casseurs sont des manifestants ? »
- OB : « Ma réponse ne vous satisfait pas mais va falloir l’accepter »
- AM : « Vous ne faites pas de distinction entre les casseurs et les manifestants ? »
- OB : « Mes modalités d’action on les connaît »
- AM : « Non, mais Olivier Besancenot, vous ne faites pas de distinction entre les casseurs et les manifestants ? »
- OB : « Je connais aussi un petit peu le jeu médiatique, la petite phrase qu’on va vouloir me faire sortir »
- AM : « Mais Olivier Besancenot je ne vous demande aucune phrase, je vous demande simplement vous, est-ce que vous estimez que les casseurs sont des manifestants, ou est-ce que vous vous désolidarisez des casseurs ? »
- OB : « Oui, mais j’ai bien compris, mais vous pouvez me posez la même question avec des mots différents, vous aurez toujours la même… »
- AM (elle l’interrompt) : « Vous refusez en tout cas de vous désolidariser des casseurs ? »
- OB : « Voilà et puis vous pourrez laisser la meute habituelle nous taxer d’irresponsables. Moi je suis quelqu’un de grand, je suis quelqu’un de responsable… »
- AM (elle parle en même temps) : « Je n’ai ni dit que vous étiez responsable, ni irresponsable, je vous demande si vous vous en distinguez [Olivier Besancenot essaie de parler] je vous demande si vous vous en distinguez »
- OB : « On s’en distingue, vous nous voyez, vous voyez nos cortèges, on ne va pas casser des vitrines, on n’est pas des cortèges de casseur, vous le savez »
- AM : « Mais à aucun moment vous ne condamnez… »
Olivier Besancenot évoque le mot d’ordre de dispersion donné par les organisateurs : « Puisque vous voulez parler de mon cortège […] quand vous partez à 15h, qu’à 18h30 vous êtes toujours pas arrivés à Nation, que vous n’êtes pas un cortège de casseurs, c’est le cortège du NPA, d’accord, et que la manifestation… »
- AM : « Donc les casseurs ne sont pas des manifestants ? »
- OB : « Attendez ! Écoutez-moi ! »
- AM : « Non mais [elle joint ses mains, et ferme les yeux] ma question elle est extrêmement simple, elle est simple, elle est claire, je vous demande simplement : est-ce que les casseurs sont des manifestants, Olivier Besancenot ? »
- OB : « Mais vous leur poserez la question »
- AM : « Mais je la pose à vous, Olivier Besancenot. »

 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

[1Et sur celui de Libération l’hypothèse d’une forte répression policière est même évoquée.

[2On annonce 50 blessés dont 10 graves à Rennes, deux personnes gravement blessées à la tête à l’hôpital à Marseille.

[3Séquence de l’émission qui consiste à « débriefer » l’interview avec l’invité. Et en l’occurrence, à commencer par reposer la même question : « Apolline vous a posé 20 fois la question, mais comme il n’y a pas eu de réponse, ben on en est à la 21e ». Comme quoi on peut compter les questions sans entendre les réponses.

Le Magazine électronique d’Acrimed (numéro 163-septembre 2016)

Édito, agenda, sélections d’articles et de livres...

Le médiateur de Radio France répond à Acrimed : mépris, condescendance et autosatisfaction

Son impartialité mise en cause, il réplique par une critique des auditeurs et un éloge de son propre travail.

Docteur Patrick et Mister Cohen

Déontologie journalistique à géométrie variable.