Observatoire des media

ACRIMED

Les radios sont unanimes : vive le bipartisme !

par Mathias Reymond,

À la radio, les matinales ont réellement débuté leur campagne en septembre 2016 en donnant la parole aux membres du Parti socialiste et des Républicains. Pour les autres, il n’est resté que quelques miettes à se partager.

L’élection présidentielle française se déroulera les 23 avril et 7 mai 2017. Pourtant, la campagne dans les médias avait déjà commencé en octobre 2012 dans Le Journal du Dimanche : « Le JDD a refait le match de la dernière présidentielle. Six mois après, Nicolas Sarkozy serait en tête au premier tour et les deux candidats [Nicolas Sarkozy et François Hollande] à égalité au second. » (14 octobre 2012) Cette information inutile n’est que la première d’une longue série.

Quatre ans plus tard, en septembre 2016, débute donc la grande rentrée de la campagne présidentielle. Entre les primaires (à droite, à gauche, ou à Europe Écologie les Verts (EELV)), l’annonce (ou non) de François Hollande de briguer une seconde mandature et les interrogations sur les intentions d’Emmanuel Macron (ira-t-il ou pas ?), les médias ne savent plus où donner de la tête. Très rapidement, la presse se trompe en voyant Juppé gagner face à Sarkozy dans une primaire que François Fillon va largement remporter. Les mêmes tombent de haut quand François Hollande déclare qu’il ne se présentera pas. Les chaînes d’information en continu commentent les commentaires des uns et des autres… en continu. Et les radios roulent pour le bipartisme, distribuant des cartons d’invitations pour les membres du Parti socialiste (PS) et des Républicains (LR).


Des chiffres accablants

Sur ce point, le recensement des invités des tranches matinales de trois radios généralistes les plus écoutées (France Inter, RTL et Europe 1) [1] est sans équivoque.

Du 5 septembre au 23 décembre 2016, nous avons relevé 235 invités dans les trois matinales [2] dont 163 sont des hommes et des femmes appartenant à des partis politiques. Les autres invités (72) sont des intellectuels (17), des artistes (11), des PDG ou représentants du patronat (11), des économistes orthodoxes (7), des hommes politiques étrangers (6), des syndicalistes (3) [3], des économistes hétérodoxes (2) et des professionnels d’autres corps de métiers (15).

Le premier constat est terrible : parmi les 235 invités, nous comptabilisons seulement 32 femmes pour 203 hommes, soient 13,6% de femmes qui s’expriment dans les trois matinales les plus écoutées…

En regardant la proportion de femmes invitées dans les matinales selon les radios, on constate que France Inter a convié 15 femmes pour 69 hommes, RTL, 12 femmes pour 64 hommes et Europe 1, seulement 5 femmes pour 70 hommes. Jean-Pierre Elkabbach, l’intervieweur de la tranche horaire, ne brille pas par son féminisme…

Graphique 1 : répartition des invités sur France Inter, Europe 1 et RTL selon le genre



Sur les 163 invités politiques, 64 appartiennent au PS et 67 à LR, soit 81% des invités. Les 31 places restantes sont partagées entre le FN (8 invitations), EELV (8), le Modem (3), Jean-Frédéric Poisson (3), Debout la France (2), François de Rugy (2), Nicolas Hulot (2), le PC (1), Emmanuel Macron (1), Philippe de Villiers (1) et Jean-Pierre Chevènement (1).


Graphique 2 : Nombre d’invités de chaque parti toutes radios confondues



Cette bipolarisation, reflet de la Ve République et de son bipartisme, était exactement du même acabit en 2006 comme nous le relevions ici-même : « sur les 161 invités politiques des matinales (du 4 septembre au 30 novembre [2006]), 62 appartiennent au PS et 68 à l’UMP, soit plus de 80% des invités. » Les autres partis se partageaient déjà les miettes.

Le troisième constat est que si l’on excepte la venue de Ian Brossat (PC) le 1er novembre sur RTL, pas un seul représentant de la gauche de gauche, non gouvernementale, n’a été invité durant quatre mois. Ni Jean-Luc Mélenchon de la France Insoumise [4], ni Philippe Poutou du NPA et ni Nathalie Arthaud de Lutte Ouvrière, pourtant tous les trois candidats à l’élection présidentielle, n’ont été conviés. De plus, pas un seul porte-parole de la gauche « antilibérale » ne s’est exprimé sur les plateaux des trois grandes radios en tant qu’invité principal des matinales [5].

Enfin, le FN, qui récolte désormais des scores comparables à ceux du PS et de LR aux premiers tours des élections, n’a bénéficié que de 4,9% des invitations.


Des chiffres inéquitables

En zoomant sur la composition des invitations de chaque radio, on constate que France Inter est certainement celle qui privilégie le plus la « bipolarisation » puisque 87,5% des invités sont membres des deux partis (PS et LR). De plus, la radio publique fait la part belle à la gauche « de gouvernement » : 50% des invités sont membres du PS et 7,5% de EELV. Ainsi, LR – malgré la primaire de la droite – n’a bénéficié « que » de 37,5 % des invitations. Sur RTL, l’équilibre est plus visible (PS : 36,8% et LR : 36,8%). Enfin, Europe 1 s’est passionné pour la primaire de droite (49,1% pour LR, et 34,5% pour le PS). Pour les autres : des miettes, encore et toujours.


Graphique 3 : Nombre d’invités de chaque parti par radio



Chez les Républicains, Alain Juppé arrive en tête avec sept invitations (viennent ensuite François Fillon avec six passages, puis Bruno Le Maire et Jean-Pierre Raffarin avec quatre invitations). Au PS, Benoît Hamon (5 fois) a été plus souvent convié que Manuel Valls (4) ou Ségolène Royal (4). Marine Le Pen n’a été invitée qu’une seule fois et Jean-Luc Mélenchon aucune fois.


***


À la lecture des recommandations du CSA (Conseil Supérieur de l’Audiovisuel), le sang peut vite monter à la tête. S’il est clairement indiqué que – hors période électorale [6] - l’opposition parlementaire doit bénéficier au minimum de la moitié du temps de parole cumulé du Président, du gouvernement et de la majorité parlementaire, le flou est de mise dès lors qu’il s’agit des interventions des personnalités relevant de formations parlementaires n’appartenant ni à la majorité ni à l’opposition ou à des formations politiques non représentées au Parlement : « Les éditeurs [de services de radio et de télévision] assurent à ces personnalités un temps d’intervention équitable au regard des éléments de représentativité des formations politiques auxquelles elles se rattachent, notamment le nombre d’élus et les résultats des consultations électorales. »

Quand c’est flou, c’est qu’il y a un loup… Et au regard des chiffres dévoilés plus haut, on se demande quelle peut être la définition du « temps d’intervention équitable » selon le CSA. Et selon France Inter, RTL et Europe 1, donc.


Mathias Reymond


Post-scriptum (6 février 2017 à 12h) : l’invitation d’Emmanuel Macron sur RTL le 5 octobre 2016 avait échappé à notre sagacité. Cela ne change rien à notre constat d’ensemble, mais l’article a été modifié en conséquence.

 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

[1Selon Médiamétrie, la matinale animée par Patrick Cohen était suivie par 1 958 000 auditeurs en novembre 2016, celle de Yves Calvi par 1 715 000 et celle animée par Thomas Sotto était écoutée par 1 275 000 auditeurs.

[2Les émissions spéciales (aux États-Unis par exemple) n’ont pas été prises en compte.

[3La CFDT à deux reprises, et FO, une fois.

[4Jean-Luc Mélenchon a été invité au cours de la matinale de France Inter le 4 janvier 2017, soit après la période que nous avons étudiée. Mais il convient de souligner qu’il n’était pas l’invité principal de la matinale, mais seulement « l’invité de 7h50 » (pour une interview de 10 minutes) de Léa Salamé.

[5D’autres candidats (potentiels ou non), tels que Jacques Cheminade, François Asselineau, Jean Lassalle, Gérard Schivardi ou Rama Yade, n’ont pas été invités.

[6Étrange paradoxe : en décembre 2016, les médias étaient en campagne depuis des mois, les candidats se révélaient au fil des semaines, mais pourtant la période électorale n’avait toujours pas débuté…

Plantu, éditorialiste mondain, combat le Front national

… en raison de son amicale complicité avec La France Insoumise ?

De l’art de saboter une interview politique

Le calvaire d’Éric Coquerel dans « Questions Politiques » sur France Inter ; par Nicolas Demorand, Nathalie Saint-Cricq, Françoise Fressoz, et Carine Bécard.

« Incarner le renouveau » : programme politique ou marotte journalistique ?

Quand les mots d’ordre des communicants deviennent des slogans médiatiques.