Observatoire des media

ACRIMED

Accueil > Critiques > (...) > Profession ? Intellectuel pour médias

En Bref

Le Point sur les « imposteurs de la pensée »

par Thibault Roques,

En découvrant la couverture du Point du jeudi 28 septembre, on ne pouvait que se réjouir en constatant qu’était mis à l’honneur, en appel de « une », « Le livre noir des imposteurs de la pensée par Bronner et Géhin ».



Nous avons pu croire un instant que les intellectuels médiatiques et autres éditocrates omniprésents, qui envahissent notamment les colonnes du Point, allaient enfin être démasqués. Il n’en était rien, malheureusement. Curieusement, ni BHL ni Brice Couturier, pas plus que Philippe Tesson ou Jean-Paul Brighelli, n’étaient en cause. Singulière cécité d’un magazine qui aurait pourtant beaucoup gagné à réfléchir aux postures et impostures des penseurs qu’il abrite [1].

C’est assez dire notre déception ! Force fut heureusement de se consoler grâce au gros titre en « une » qui précisait les intentions réelles de l’hebdomadaire : nous endormir.



Thibault Roques

 
  • Enregistrer au format PDF

Souscription 2018Souscription 2018

Notes

[1Le titre lui-même n’était qu’une imposture puisqu’il n’annonçait pas un article des auteurs mentionnés, mais un dossier organisé autour de leur ouvrage intitulé non pas « les imposteurs de la pensée », mais Le Danger sociologique. Nous y reviendrons.

A la une

Grève SNCF : le JDD et l’IFOP donnent le tempo de la démobilisation

Des sondages à gages « prédisent » l’isolement des grévistes depuis fin mars.

« C’est mon boulot », un événement patronal organisé par France Info en toute indépendance

Les « opérations de diversification » du service public à la botte du privé.

Lire : Les plaisirs du journalisme, de Claude Angeli et Pierre-Édouard Deldique

Ce qu’enquêter (au Canard enchaîné) veut dire.