Observatoire des media

ACRIMED

Profession ? Intellectuel pour médias

... Tout intellectuel médiatisé n’est pas un intellectuel médiatique. Mais...

Articles

Les interventions des intellectuels dans les médias sont souvent éloignées de l’image flatteuse qu’elles (se) donnent, à savoir éclairer le débat public et aider les citoyens à s’affranchir de l’ignorance et des préjugés. Fondés sur le culte de la vitesse et de la simplicité, les formats médiatiques dominants concourent à entraver l’expression de pensées critiques. C’est particulièrement le cas lorsque celles-ci refusent ou esquivent ces formats eux-mêmes, à cause de leur caractère appauvrissant. Une minorité d’intellectuels en phase avec les codes médiatiques tend alors à occuper, voire à saturer le débat public. Ils endossent une fonction de prescripteurs d’opinion plus que de vecteurs d’émancipation. Dans le même temps, la place centrale des médias de masse dans la fabrication de l’opinion leur confère un rôle incontournable dans la bataille des idées. C’est pourquoi tout l’enjeu d’une contestation de l’ordre médiatique établi tient à un équilibre délicat : se servir des médias dominants sans leur être asservis.