Observatoire des media

ACRIMED

Accueil > (...) > Les Jeudis d’Acrimed (1996-2018)

Jeudi d’Acrimed : concentration des médias en France et ailleurs (19 janvier)

par Acrimed,

Le jeudi 19 janvier 2017, à 19h, à la Bourse du travail de Paris. Avec Christophe Deloire (Reporters sans frontières) et Jérémie Fabre (Acrimed).

« Quand les journalistes m’emmerdent, je prends une participation dans leur canard et ensuite ils me foutent la paix ». À l’instar de Xavier Niel [1], une poignée de milliardaires s’est emparée de la majorité des grands médias français. Un phénomène de concentration de la propriété des médias qui n’est pas nouveau mais qui s’est accéléré dangereusement ces dernières années : rapprochement progressif de Libération, L’Express, RMC et BFM-TV au sein du groupe de Patrick Drahi ; fusion de L’Obs et du Groupe Le Monde contrôlé par le trio Bergé/Niel/Pigasse ; rachat du Parisien/Aujourd’hui en France par Bernard Arnault, déjà propriétaire des Échos et de Radio classique ; mariage forcé entre I-Télé, Canal+ et Direct Matin sous la férule de Vincent Bolloré…

En France [2] comme à l’étranger [3], le paysage médiatique se confond de plus en plus avec le classement des grandes fortunes.

Ces grandes manœuvres [4] ont des répercussions déjà bien visibles sur la qualité de l’information et sur les conditions de travail des journalistes, accélérant des phénomènes qui témoignaient déjà d’une dégradation de l’information et de ses conditions de production : conflits d’intérêts, course au clic et à la rentabilité, censure et autocensure des journalistes, licenciements politiques, plan sociaux…

Dans son dernier bilan annuel, Reporters sans frontières (RSF) fait reculer la France à la 45e place au classement mondial de la liberté de la presse. La raison avancée est des plus claires : « L’appropriation des médias par une poignée d’hommes issus de la finance et de l’industrie constitue la principale raison du recul relatif de la France. Le phénomène, déjà prégnant ces dernières années, s’est accentué. »

Dans quelle mesure la tendance à la concentration des médias en France et à l’étranger [5] est-elle un véritable danger pour l’information et le journalisme ? Comment se manifeste-t-elle concrètement ? Comment s’y opposer ? Pour y répondre, Christophe Deloire, secrétaire général de RSF, sera notre invité.

Jeudi d’Acrimed :
Concentration des médias en France et ailleurs
Jeudi 19 janvier 2017 à 19h
Bourse du travail de Paris, salle Eugène Varlin
(3 rue du Château d’eau, métro République)
Entrée libre
 
  • Enregistrer au format PDF

Souscription 2018Souscription 2018

Notes

[1Ici cité par Le Monde diplomatique, juin 2011.

[2Voir notre infographie sur le sujet.

[3Lire par exemple cette étude de cas au Royaume-Uni.

[4Analysées en détail ici et ici.

[5On peut ici se reporter au dossier de RSF « Médias : les oligarques font leur shopping ».

A la une

Aquarius : Bernard Guetta vole au secours du gouvernement italien

Demies vérités et omissions orientées sur le service public.

La macronie en marche pour mettre les médias au pas

Bilan de 12 mois d’atteintes plus ou moins graves et insidieuses à l’indépendance des médias et à la liberté d’informer.

Misère du documentaire politique

À propos de deux films consacrés au « Penelopegate » qui consacrent l’inanité et l’inutilité du journalisme politique.

Chez Bolloré, vive la publicité déguisée

Pour 2 pubs achetées, la 3ème gratuite.