Observatoire des media

ACRIMED

« Jeudi d’Acrimed » : Le journalisme et l’information économiques (15 octobre 2015)

par Acrimed,

Entonnés par quelques chroniqueurs semblables et interchangeables, et chantés par le chœur des économistes attitrés, les sermons à la gloire du marché ne connaissent pas de frontières sur les ondes, et voyagent librement sur toutes les chaînes et dans les colonnes de la presse. Ainsi, dès qu’il est question d’économie, le sujet devient trop complexe, et les experts sont appelés à la rescousse. Toujours les mêmes. Pourtant quelques journalistes s’efforcent de faire entendre un autre discours. Dans quel contexte ? Avec quelles contraintes ?

Pour discuter de ces sujets (Qui nous parle d’économie ? De quelle manière ?) et pour en débattre :


« Jeudi d’Acrimed » : Le journalisme
et l’information économiques

jeudi 15 octobre 2015 à 19h

à la Bourse du travail de Paris
3, rue du Château d’Eau, Paris 10e

avec Romaric Godin (journaliste à La Tribune)
et Mathias Reymond (co-animateur d’Acrimed)



En guise d’introduction au débat, nous pouvons renvoyer vers les articles d’Acrimed publiés sur ce thème, traité régulièrement sous différents angles.

- Récemment Acrimed a comptabilisé les « économistes » invités à s’exprimer dans les médias, et le constat est implacable : Le Monde préfère les banquiers aux universitaires pour parler d’Europe !
- Sur les radios, la question économique est déléguée à quelques chroniqueurs affalés devant leur micro ayant pour seul mot d’ordre : « gloire au marché » !
- Et quand ils prennent le temps d’expliquer la teneur de leur raisonnement cela devient de la propagande, comme dans « C dans l’air » sur France 5, ou simplement un amoncellement d’erreurs et d’approximation, comme lorsque François Lenglet prend la parole.

 
  • Enregistrer au format PDF

Les jeux de l’été d’Acrimed : les transférables et les indéboulonnables (2017)

Multicartes et transférables - Who’s who ? - Intransférables ou indéboulonnables ?

Le lynchage médiatique de Bernard-Henri Lévy : c’est assez !

L’adulation médiatique de BHL, ce n’est jamais assez [Réédition d’un article publié le 1er mars 2010].