Observatoire des media

ACRIMED

Des médias soutiennent « Complément d’enquête » et « Envoyé spécial »

Nous publions ci-dessous un texte signé par Arrêt sur image, Basta, Causette, L’Accent bourguignon, Marsactu, Mediapart, Politis, Reporterre, ou encore Street Press, réagissant contre le sombre projet de la direction de France Télévisions d’asphyxier budgétairement et, partant, éditorialement, les émissions de reportage et d’investigation de France 2. Pour consternante qu’elle soit, cette nouvelle attaque contre le secteur public audiovisuel, qui viendrait se surajouter aux réformes draconiennes envisagées par le gouvernement, n’est que « la poursuite de la lente asphyxie de France Télévisions » que nous décrivions il y a quelques semaines, opérée par « un management qui prétend faire mieux avec moins ». En s’attaquant à ces émissions, la direction menace les journalistes et obère toute chance que le secteur public audiovisuel devienne un véritable service public

C’est avec stupéfaction que nous avons appris que la direction de France Télévisions a l’intention de réduire drastiquement les budgets et le nombre des journalistes des deux émissions d’investigation, « Complément d’enquête » et « Envoyé spécial ».

Ce projet, qui vise les très rares lieux sur les chaînes de télévision où un journalisme soucieux de l’intérêt général et indépendant des pouvoirs peut pleinement assurer sa mission d’information, est un mauvais coup porté à la démocratie.

Nous, médias indépendants et journalistes libres, assurons les équipes de « Complément d’enquête » et d’« Envoyé spécial » de notre soutien, et exigeons le retrait du projet de réduire leurs moyens de travail.

 
  • Enregistrer au format PDF

Michel Onfray critique la presse à la serpe

Pour le philosophe médiatique, la liberté de la presse n’existe pas. Ce qui ne l’empêche pas de l’inonder de ses tribunes !

Un « Conseil de la Presse » ? À quelles conditions et comment

Note d’Acrimed à l’intention de Madame Sirinelli, chargée de mission

Gilles Leclerc, réputé pour ses « ménages », recruté au « Comité d’éthique » de Radio France

Comme dans le cas d’Isabelle Giordano, plus c’est gros, plus ça passe (pour l’instant… ?)