Observatoire des media

ACRIMED

Le mouvement des intermittents du spectacle

... et le spectacle continu de la "malinformation"

Articles

Le 26 juin 2003 est signé à l’Unedic un accord sur l’assurance chômage des intermittents du spectacle conclu entre le Medef et trois organisations syndicales. Immédiatement contesté par la CGT et les premiers intéressés qui multiplient les actions, notamment lors des festivals de l’été. Exception à la règle, Le Monde se transforme en quotidien social… intermittent. «  La CGT a raison de dénoncer cet accord qui ne dit rien du mal qui ronge le système et qui le détruit : les abus et les fraudes de toutes sortes. » (Editorial du 1er juillet 2003) Mais, dans Le Monde comme dans la plupart des autres médias les articles favorables à l’Unedic et défavorables aux actions des intermittents - de la condamnation de la prise d’otages des festivaliers à celle des prises d’antenne – ne tardent pas, notamment parce que, pour se faire entendre, les intermittents multiplient les actions, notamment de parole dans les médias. Parmi toutes ces interventions : les actions lors du Tour de France en juillet 2003, l’intervention du mardi 15 juillet 2003 aux Chorégies d’Orange, l’intrusion sur le plateau de « Star Academy » en octobre 2003, l’interruption du Journal de 20h sur France 2 le lundi 10 novembre 2003, les interventions lors de la cérémonie des Césars du 21 février 2004, l’interruption du 7-9 de France Inter le 18 janvier 2005, etc.