Acrimed | Action Critique Médias
Imprimer

Violences médiatiques contre les luttes sociales

par Frédéric Lemaire, le 2 avril 2013

L’information sociale fait rarement la Une des grands médias. Dans un documentaire diffusé en février 2010 sur Arte, David Pujadas confirmait ce que nous savions déjà : programmer huit minutes d’information sociale au journal télévisé de France 2 relève de l’exploit (lire notre « supplique pour être interviewé par David Pujadas »).

Avec l’aggravation de la crise et la multiplication des plans de licenciement, les luttes sociales attirent-elles davantage l’attention des grands médias ? Une chose est sûre : lorsqu’un acteur de ces luttes est invité par les médias, c’est souvent moins pour informer sur les causes et les enjeux de ces luttes… que pour se voir asséner de pénibles leçons de résignation, et autres appels à « dénoncer la violence ».

Depuis un an, l’aggravation de la crise et la multiplication des plans sociaux (Goodyear, Sanofi, PSA, Fralib…) a semble-t-il contribué à rendre les luttes syndicales et leurs acteurs plus visibles dans les grands médias. Un regain de visibilité qu’il faut toutefois relativiser, comme le montre un simple comptage des invitations aux matinales des grandes radios, avec 151 invitations pour les représentants patronaux et des milieux d’affaires (71,9 %), et 59 seulement (28,1 %) pour ceux des syndicats de salariés [1].

Même lorsqu’ils sont invités, les représentants des luttes syndicales n’ont pas toujours l’occasion de s’exprimer sur le fond de leurs revendications, comme nous l’avions déjà observé dans plusieurs articles, entre l’interrogatoire de trois syndicalistes par Jean-Pierre Elkabbach (Europe 1, 4 février 2013) ou ceux de Mickaël Wamen, syndicaliste de Goodyear, par Pascale Clark (France Inter, 12 février 2013) et par Marc-Olivier Fogiel (RTL, le jeudi 7 mars 2013). Voici une mise en perspective de ces grands moments de bravoure journalistique.

Des interrogatoires en règle [2]

Le 21 avril 2009, David Pujadas débutait ainsi son interview désormais célèbre de Xavier Mathieu, syndicaliste de Continental : « On comprend bien sûr votre désarroi, mais est-ce que ça ne va pas trop loin ? Est-ce que vous regrettez ces violences ?  »

Quatre ans plus tard, le 12 février 2013, lorsque Pascale Clark interroge Mickaël Wamen sur la manifestation organisée par les salariés de Goodyear, elle s’embarrasse moins des motifs d’une telle action que de possibles violences : « Mickaël Wamen, il paraît que les forces de l’ordre craignent des débordements, votre état d’esprit est belliqueux ? » Elle n’aura de cesse, pendant tout l’entretien, de souligner l’intempérance du syndicaliste et le jusqu’au-boutisme de son syndicat (la CGT).

Lorsque Marc-Olivier Fogiel reçoit le syndicaliste le 7 mars 2013, il annonce la couleur : « Vous aviez envie de casser du CRS aujourd’hui ? » Cette fois-ci, pas une seule question sur le motif de la mobilisation des salariés. Une seule chose semble intéresser Fogiel : «  Est-ce que vous condamnez les violences ce soir, Michaël Wamen ?  » Au point que l’entretien portera exclusivement sur la mise en question de la violence, entièrement attribuée aux syndicalistes. Et jusqu’à sa dernière question, le journaliste tente d’arracher les remords du syndicaliste : «  Quel message vous adressez aux dix policiers blessés et aux cinq hospitalisés ?  »

Déjà le 28 janvier, Fogiel recevait Jean-Pierre Mercier, délégué syndical à l’usine PSA d’Aulnay, à qui il demandait d’emblée : « Pour commencer, pourquoi ne pas laisser les salariés qui souhaitent travailler le faire en toute tranquillité ?  » Alors que le syndicaliste conteste cette version des faits, Fogiel lui prend la parole pour indiquer qu’un salarié aurait fait part de « menaces » et d’« intimidations ». Puis il invite à plusieurs reprises le syndicaliste à condamner les prétendues violences : « clairement, vous condamnez donc toute menace et intimidation des salariés non-grévistes de la part de la CGT ou autres ? » [3]

Finalement après trois minutes (sur les cinq minutes d’interview), Fogiel change enfin de sujet. « On va essayer de comprendre Jean-Pierre Mercier l’objet de la grève…  » Et comment ! Après avoir listé les promesses de la direction de PSA, Fogiel interroge le syndicaliste : «  vous, vous réclamez quoi concrètement, parce que ça, ça ne vous suffit pas ?  »

Dans un autre style, l’interview d’Elkabbach de trois syndicalistes (Jean-Pierre Mercier, Mickaël Wamen et Edouard Martin) suit la même trame. Toute la première partie est dédiée à des rumeurs de violences. Morceaux choisis :

- «  Neuf dixièmes des salariés, avec à leur tête le syndicat majoritaire, sont dans les ateliers, voudraient entrer dans les ateliers et travailler, amputer ni leurs droits, ni leur salaire. Pourquoi les en empêcher ? S’ils ont envie de travailler, s’ils ont besoin de travailler ?  »

- «  Mais est-ce qu’on ne peut pas, à l’intérieur de l’usine, utiliser moins de boulons, de pétards et d’œufs  ?  »

- «  La contestation, Jean-Pierre Mercier, est utile. Mais les cris, les invectives, les menaces, les coups le sont beaucoup moins !  »

Faut-il le préciser ? Les « menaces, les invectives, les coups » ou l’« esprit belliqueux » invoqués par Elkabbach, Clark et Fogiel sont rarement avérés. Mais lorsque « violence » il y a, celle-ci occupe toute la place, comme le montre l’exemple du long interrogatoire de Mickaël Wamen par Marc-Olivier Fogiel. On se souvient aussi des insupportables images de plantes vertes renversées à PSA, ou encore du récit du « sac » de la sous-préfecture de Compiègne par les journaux télévisés.

On en vient à se demander si, lors de ces entretiens radiophoniques, les représentants syndicaux sont reçus en qualité de partie prenante d’un conflit social, ou en tant que (violents) délinquants, avérés ou en puissance, desquels il faudrait à tout prix soutirer un repentir ou des regrets « pour l’exemple »…

Le scandale de la loi d’amnistie

Les réactions médiatiques à l’adoption par le Sénat du projet de loi sur l’amnistie sociale [4] sont à ce titre assez significatives ; des réactions scandalisées – quand bien même la loi ne concernerait qu’une dizaine de condamnations – qui en disent long sur la perception des mouvements sociaux par certains éditorialistes et chroniqueurs…

Le mardi 5 mars, elle provoque la colère matinale du chroniqueur Philippe Manière sur France Culture : « Vous vous souvenez de la mise à sac de la sous-préfecture de Compiègne par les célèbres Conti, eh bien hop, tout ça passe à la trappe et je vous assure, vous pouvez revoir les images sur Dailymotion ou sur YouTube, c’est quand même extrêmement violent, c’est tout à fait spectaculaire. »

Pour Manière, ce n’est pas seulement que cette amnistie remettrait en cause « l’État de droit » et nous ramènerait tout droit à « la jungle », mais qu’elle serait un blanc-seing aux syndicats et syndicalistes irresponsables : « c’est faire un énorme cadeau aux plus durs, aux irresponsables, et c’est considérablement compliquer la tâche aux syndicats et aux syndicalistes vraiment responsables. »

Au matin de la journée d’action contre l’accord national interprofessionnel (ANI), Manière assène ainsi une pénible leçon de « dialogue social » ; d’un côté, il distribue les bons points aux signataires de l’ANI : « Il est de notoriété publique que certains syndicats comme la CFDT, la CFTC sont ceux avec lesquels [trouver des accords négociés de bonne foi] est concevable et qu’ils se trouvent par ailleurs être ceux qui historiquement recourent le moins à la violence et même, la condamnent, en général. »

… de l’autre, il charge violemment, caricature à l’appui, les syndicats opposés à l’ANI : «  la CGT, qui ne signe presque jamais aucun accord, est, pardon de le dire, avec FO et les autonomes à certains égards, le syndicat dans le rang duquel on retrouve historiquement le plus de cas de débordements violents. » La CGT ne signant aucun accord ? Des propos qui laissent transparaître une véritable ignorance du milieu syndical…

Cette distinction entre des syndicats « modernes » et des syndicats « archaïques » est partagée par Caroline Roux, éditorialiste politique d’Europe 1, pour qui ce « cadeau » remet en cause le dialogue social : « on ne peut pas défendre le dialogue social et donner raison à ce qui constitue l’échec le plus abouti de la discussion : la violence  ».

Christophe Barbier débute quant à lui son éditorial vidéo du 8 mars d’un tonitruant : « Vous voulez voir le mal français ? Le mal français c’est ceci !  », et de désigner en fond l’image d’un syndicaliste devant un car de CRS : « un dialogue social stérile qui amène à l’affrontement ».

« À qui la faute ? » s’interroge Barbier. Le suspense est à son comble… « Au bout du compte, quand même, la faute en revient aux syndicalistes qui ne tiennent pas leurs troupes, et qui choisissent la violence. » Dès lors, « il faut en finir, et ce n’est pas un bon moyen d’en finir que de faire voter, comme la gauche veut le faire, une loi d’amnistie sur la casse pendant les conflits sociaux. […] Une loi d’amnistie ça veut dire qu’on est dans l’encouragement de la casse et de la violence  ».

Dominique Seux « scandalisé », va plus loin dans la caricature, sur France Inter le 1er mars : « Ce sont ne pas des tags ce sont des vitrines cassées, ce sont des explosifs déposés, ce sont des locaux dévastés, bon c’est quand même un signal absolument incroyable. » Des explosifs déposés ? Le terrorisme d’ultragauche n’est plus très loin… D’ailleurs selon Seux, « ce ne sont pas des actes commis par des salariés en colère, ce sont des actes commis par des casseurs, de l’extrême-gauche souvent, on l’a vu à Compiègne, à Aulnay, etc. »

***

Le dialogue social, dont certains journalistes s’autoproclament les juges, est ainsi fait : lorsque le MEDEF dicte plusieurs des exigences qu’il défend de longue date dans un accord signé par trois syndicats minoritaires, il s’agit d’une avancée historique de la démocratie sociale. Lorsque des syndicalistes se mobilisent contre des plans sociaux qui se multiplient, en causant ou non des violences matérielles, ils sont non seulement désignés comme archaïques, mais renvoyés à des caricatures de casseurs ou de délinquants en puissance, « belliqueux », « violents », « irresponsables »…

Cette pédagogie du dialogue social s’apparente tout à fait à une pédagogie de la résignation, un dispositif dans lequel la dénonciation de la « violence » des opposants de l’ordre social occupe une part prépondérante. Et dans lequel toutes les autres « violences » courantes dans les conflits sociaux (répression policière, harcèlement juridique, violence économique des licenciements de masse dans des régions déjà sinistrées…) sont balayées d’un revers de main. À ces violences s’ajoutent la morgue et le mépris de l’establishment médiatique – une violence, elle aussi, trop rarement dénoncée.

Frédéric Lemaire

Notes

[1] Lire notre dossier dans le dernier numéro du magazine d’Acrimed (un grand merci à Denis Perais). Nous avons comptabilisé leurs passages respectifs aux micros matinaux d’Europe 1 (Jean-Pierre Elkabbach et Bruce Toussaint), France Info (Raphaëlle Duchemin), de France Inter (Patrick Cohen), RMC (Jean-Jacques Bourdin) et RTL (Jean-Michel Aphatie) du 18 juin 2012 au 11 mars 2013, les « Grand Jury » de RTL (du 3 septembre 2006 au 10 mars 2013), « Grand rendez-vous » d’Europe 1 (du 2 janvier 2011 au 10 mars 2013), et « Radio France Politique » devenu « Tous politiques » sur France Inter (du 4 septembre 2011 au 10 mars 2013).

[2] Cette section synthétise plusieurs articles d’Acrimed déjà cités.

[3] L’invité de l’Actu, lundi 28 janvier, Jean-Pierre Mercier syndicaliste chez PSA.

[4] Cette loi permettrait d’amnistier certains délits commis par des salariés dans le cadre de conflits sociaux – principalement violences verbales et destructions matérielles.

Tourne avec Spip       Nous écrire, nous contacter | Mentions légales | Administration | Plan du site       Flux RSS   Haut de page
Site sous « Spip » - Webmaster Yanic Gornet - Optimisé pour Mozilla FireFox
Hébergeur associatif Globenet, hébergeur associatif - Notre éditeur : Editions Syllepse