Observatoire des media

ACRIMED

Sur la Toile

"Un journalisme déboussolé ?", par Laurent Laplante " (12 juin 2003)

Depuis qu’existe la diffusion de masse, chaque nouveau média est d’abord perçu comme une menace pour ceux qui l’ont précédé. Le journal populaire fera disparaître la littérature, le cinéma stérilisera la lecture, la télévision transformera les films en artefacts, etc [...] À l’heure actuelle, le journalisme semble en proie à une crise qui l’assaille de l’intérieur et dont il est difficile de prévoir les effets à long terme. À dire vrai, on ne prend peut-être pas conscience de la vraie nature de la crise.

Il y a quelques jours à peine, un des quotidiens phares, le New York Times (NYT), subissait une énorme secousse. Un de ses jeunes journalistes avait plagié et forgé des dizaines d’articles sous le nez de ses collègues et des cadres de la salle de rédaction [1]. Le journal ne lésina pas sur les confessions. Il consacra plusieurs pages à étaler l’ampleur et la diversité des tricheries. Cela ne sembla pourtant pas suffisant : des démissions survinrent au palier des cadres supérieurs de l’information qui, souhaitées ou non, furent acceptées. C’est là, à mes yeux, que le mystère s’épaissit au lieu de se dissiper.

Dans cette énorme machine de diffusion qu’est le NYT (chiffre d’affaires de 3,1 milliards), suffit-il donc d’un seul faussaire pour provoquer un ébranlement général ? Je ne le crois pas. Plus vraisemblament, l’inconduite d’un journaliste presque débutant sert à dissimuler des doutes et des inquiétudes d’une autre ampleur. Depuis septembre 2001, en effet, nombreux sont les habitués du NYT qui s’étonnent de la complaisance de leur quotidien à l’égard de l’administration Bush. [...] La servilité était moins manifeste qu’ailleurs, elle ne sévissait pas dans tous les textes, mais elle intervenait suffisamment pour que la crédibilité globale du média soit affaiblie. Il se peut, dans les circonstances, que la direction du journal ait profité du prétexte offert par l’ambition malsaine d’un de ses jeunes journalistes pour décapiter son service d’information et, espérons-le, ajuster le tir. [...]

Cas particulier ? Certes pas. Même si l’on ne croit pas tout ce que racontent des auteurs comme Pierre Péan (La face cachée du Monde) [2] et Robin Philpot (Ça ne s’est pas passé comme ça à Kigali), leurs accusations suffisent néanmoins à propager le doute au sujet de la qualité des informations dont on nous abreuve. Quand, par exemple, l’ancien secrétaire de l’ONU, Boutros Boutros Ghali, déclare de façon fracassante et crédible que le drame rwandais est « à 100 % la responsabilité des États-Unis », force nous est d’admettre que cette version des faits n’a que bien rarement trouvé place dans les médias majeurs [3].

Une contrepartie ajoute à l’inquiétude. Tout récemment, d’innombrables médias ont relayé des extraits d’une entrevue accordée par un des faucons républicains, Paul Wolfowitz, à Vanity Fair. Le personnage y aurait déclaré que la décision de battre le tambour au sujet des armes de destruction massive irakiennes était imputable à des considérations purement bureaucratiques. Il n’en fallait pas davantage pour que commencent les réjouissances : « On le tient ! Il a avoué ! » À l’examen, les « aveux » ne sont pas si concluants. La rigueur journalistique est ainsi prise en défaut de l’autre côté de la barricade. [...] En serait-on réduit à combattre le mensonge par le mensonge ? Et doit-on, par crainte d’être soi-même trompé et de répandre des faussetés, accueillir toutes les informations avec un prudent « peut-être » ? Faut-il en conclure que le public ne s’intéresse qu’au flamboyant et au scandaleux et que la vertu doit déchirer son beau linge en public pour qu’on lui trouve des attraits ? Déprimant.

Le pire est malheureusement encore à venir. La décision américaine d’autoriser une plus grande concentration des médias aura, entre autres, deux effets. D’une part, une moindre diversité des contenus. D’autre part, une emprise accrue de l’argent sur l’information. [...] La concentration n’a jamais été un gage de diversité ; elle devient aujourd’hui, de par le fanatisme des propriétaires et les pressions des idéologies fondamentalistes, le plus redoutable vecteur du mensonge et de la manipulation. Fidèle à lui-même, le libéralisme irresponsable accroît la liberté des prédateurs. Il leur sera d’autant plus facile de nous mentir que la concentration diminue le risque de voir leurs mensonges se heurter à une version différente.

Quel contrepoids espérer ? Celui, irremplaçable, d’un journalisme plus vigilant, plus modeste et plus courageux. Celui, tout aussi irremplaçable, d’un lectorat capable d’un effort civique soutenu. On s’en reparlera.

Laurent Laplante

Lire toute la chronique.

 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

[3Lire notre rubrique Afrique (Note d’Acrimed).

Michel Onfray critique la presse à la serpe

Pour le philosophe médiatique, la liberté de la presse n’existe pas. Ce qui ne l’empêche pas de l’inonder de ses tribunes !

Un « Conseil de la Presse » ? À quelles conditions et comment

Note d’Acrimed à l’intention de Madame Sirinelli, chargée de mission

Gilles Leclerc, réputé pour ses « ménages », recruté au « Comité d’éthique » de Radio France

Comme dans le cas d’Isabelle Giordano, plus c’est gros, plus ça passe (pour l’instant… ?)