Observatoire des media

ACRIMED

Le Pen au 2e tour - Sur la toile

« Télés irresponsables ou complices ? »

Sur le site de "Tocsin"

Un fait divers de trop. Télés irresponsables ou complices ?

Au mieux de l’irresponsabilité, au pire de la connivence ou de la complicité.

Si MM Chirac et Jospin avaient été qualifiés pour le deuxième tour, il est probable que les faits auraient été - hélas - vite oubliés, jamais décryptés ou analysés. Cette fois, les rédactions de télévisions doivent, elles aussi, rendre des comptes ou pour le moins s’expliquer !

Samedi 20 avril 2002, 20 heures, le journal télévisé. A moins de douze heures de l’ouverture des bureaux de vote. TF1, France 2 (puis France 3 dans la soirée) diffusent le reportage le plus anxiogène de l’année. Abject d’efficacité lacrymale (on a désormais l’habitude) mais aussi d’irresponsabilité si ce n’est de choix partisan.

[Il s’agit de l’agression contre un vieillard d’Orléans. Note d’Acrimed]

[…] A quoi sert de gloser dans les rédactions sur les obsessions sécuritaires des "Pernaut" ou "Bilalian" du quotidien télévisuel quand une telle dérive en vaut mille ! Pourquoi les journalistes de l’audiovisuel gardent-ils le silence devant ce qui paraît, doublement aujourd’hui, comme un sérieux dérapage aux conséquences graves si ce n’est décisives ?

Qu’on nous explique ! Maintenant ! Et, qu’on ne nous dise pas, pauvres naïfs, que pour la veille du scrutin la loi républicaine n’interdit que l’évocation des programmes et des candidats sur les antennes. Depuis trois mois, c’est la presse - en particulier audiovisuelle - qui a imposé le sujet de l’insécurité comme thème central de la campagne. En connivence objective avec certains candidats. Au pays de l’hypocrisie : impunité zéro !

Pierre-Yves Schneider

Voir la totalité de cet article (article actuellement indisponible, 2-12-2012)

A lire également ((articles actuellement indisponibles, 2-12-2012)

- Décryptage : Les "conducteurs" des journaux télévisés des vendredi 19 et samedi 20 avril 2002 et les liens pour accéder aux vidéos
- Quand la presse écrite y revient après le second tour… De Paris Match à France Soir-
- Réactions et commentaires

Deux questions d’Acrimed
- Ces dérives sont-elles seulement dues à des « fautes professionnelles » ou bien celles-ci s’expliquent-elles par des causes plus profondes ?
- La critique professionnelle de la profession est-elle suffisante ?

29 avril 2002. Mise à jour du 05-05-2002

 
  • Enregistrer au format PDF

Le médiateur de Radio France répond à Acrimed : mépris, condescendance et autosatisfaction

Son impartialité mise en cause, il réplique par une critique des auditeurs et un éloge de son propre travail.

Docteur Patrick et Mister Cohen

Déontologie journalistique à géométrie variable.

Mardi Cinéma d’Acrimed : « À l’intérieur des rédactions » (cycle de projections-débats)

Au cinéma La Clef (Paris 5e) avec quatre documentaires réalisés à l’intérieur de la rédaction de quotidiens de presse.

Zemmour superstar

Il dit n’importe quoi... et tout le monde en parle !