Observatoire des media

ACRIMED

Sur la chaîne d’information internationale (communiqué intersyndical)

Nous publions ci-dessous, avec son titre d’origine, un communiqué de l’intersyndicale (Sud-Culture, CGC, SRCTA, SNJ, CGT) de TV5 (Acrimed)

La bonne idée de M. Brochand pour développer TF1 et brouiller la France avec toute la planète francophone

En ces temps de disette budgétaire, on annonce que TF1 devrait recevoir pour la fin de l’année un magnifique cadeau : CFII, une belle chaîne d’info internationale toute neuve ! Pour que ce cadeau soit tous frais payés par des fonds publics, on a composé un attelage plutôt mal assorti : TFI et France Télévision. Bonne chance pour la cohabitation !

Pour ce faire, M. Brochand a eu une série d’idées géniales propres à brouiller notre pays avec la plupart des pays dont le gouvernement français a pourtant bien besoin quand il lui faut serrer les coudes face au courroux américain :

-  Donner de l’argent public à un projet à moitié privé va faire monter la moutarde au nez de la commission européenne qui trouve déjà que la France en prend à son aise avec le déficit budgétaire.

- Financer ainsi le développement à l’international du groupe TF1 risquerait à terme de créer un nouveau concurrent redoutable pour les chaînes du pôle public déjà présentes sur un marché fortement concurrentiel.

- Disposer d’Arte comme si les Allemands n’étaient là que pour la forme va faire grincer des dents au meilleur allié de la France en ces temps difficiles.

-  Enfin " last but not least ", comme on dirait sur CNN, composer un mélange délétère et autoritaire entre RFO, chaîne strictement française et dédié aux DOM TOM et TV5 chaîne multilatérale francophone serait un non-sens stratégique mais plus encore une marque de mépris incroyable à l’encontre de tous les pays partenaires qui ont participés à la création de TV5. Vous avez dit néo-colonialisme ?

Devrions-nous rappeler à Monsieur Brochand qu’il existe aujourd’hui auprès de 137 millions de foyers une chaîne qui fière de sa spécificité francophone propose un autre point de vue à travers le monde.

Etre francophone pour nous, salariés de TV5, ne signifie pas seulement être "une voix de la France", mais bien plus que ça, être la voix de la diversité francophone. Bien sûr la culture française a une large place sur nos antennes, mais ce sont bien toutes les richesses des cultures francophones qui font la force et l’originalité de TV5, lui permettant ainsi d’être un des porte-parole dans le combat pour la diversité culturelle.

Nous ne pouvons accepter pour ces raisons, de voir disparaître une rédaction internationale qui donne chaque jour, à travers les différents points de vue de dizaine de journalistes venus de tous les pays francophones, un autre regard sur l’actualité du monde. La remplacer par des journaux d’une chaîne française à l’internationale serait à notre avis une perte pour la diversité de l’information et un retour en arrière grotesque.

-  Les représentants des salariés de TV5 expriment leur profonde indignation devant les modalités de ce projet qui manifeste un total mépris pour les vingt ans de travail du personnel de TV5.

-  Nous espérons vivement qu’une nouvelle concertation s’engagera autour d’un projet plus réaliste, plus respectueux des partenaires francophones de la France et de l’argent public français. Nous exprimons aussi le souhait que les acteurs de l’audiovisuel extérieur public seront plus écoutés, à travers entre autres les représentants de leurs salariés surtout si les changements qui pourraient être engagés les concernent.

- Nous exprimons enfin notre solidarité avec les personnels d’Arte et de RFO qui ont d’ores et déjà protesté contre les modalités de ce projet, et demandons à notre ministère de tutelle pour la France, le MAE, d’exprimer clairement que TV5 ne sera pas dépecé, ni en ce qui concerne son personnel, ni en ce qui concerne son budget, pour financer cette nouvelle chaîne info.

Le 8 Octobre 2003

L’intersyndicale : SUD-Culture, CGC, SRCTA, SNJ, CGT de TV5

 
  • Enregistrer au format PDF

Le médiateur de Radio France répond à Acrimed : mépris, condescendance et autosatisfaction

Son impartialité mise en cause, il réplique par une critique des auditeurs et un éloge de son propre travail.

Docteur Patrick et Mister Cohen

Déontologie journalistique à géométrie variable.

Mardi Cinéma d’Acrimed : « À l’intérieur des rédactions » (cycle de projections-débats)

Au cinéma La Clef (Paris 5e) avec quatre documentaires réalisés à l’intérieur de la rédaction de quotidiens de presse.

Zemmour superstar

Il dit n’importe quoi... et tout le monde en parle !