Observatoire des media

ACRIMED

Sciences et médias : le buzz nuit gravement à la santé

par Patrick Michel,

Parmi les centaines d’études publiées dans les revues médicales chaque mois, celle menée par l’université allemande de Marburg, concernant les effets secondaires de médicaments utilisés en traitement du cancer du sein, a fait l’objet d’une couverture médiatique significative à la fin de l’été.

Mais comme nous l’avons déjà constaté à plusieurs reprises, la corrélation entre l’intérêt scientifique d’une recherche et sa reprise médiatique est en général, au mieux, aléatoire.

En l’occurrence, l’intérêt des médias avait été efficacement stimulé par une communication trompeuse autour des résultats de l’étude, au mépris de l’honnêteté intellectuelle la plus élémentaire, et peut-être même de la santé des patientes qui auraient la faiblesse de croire ce que leur journal rapporte des progrès de la recherche.

Une campagne tous azimuts

Lorsque des chercheurs d’une université de Marburg tentent de montrer que les patientes traitées pour un cancer du sein subissent d’autant plus les effets secondaires qu’elles les redoutent avant le début de la thérapie, il n’est pas évident que leurs travaux feront l’objet d’articles de publications aussi diverses que Le Figaro, RTL, Europe 1, allodocteurs.fr (le site de l’émission de France 5), repris sur le site de Francetvinfo, Femme actuelle, 20 minutes, La Nouvelle république, La Dépêche, Le Républicain lorrain, La République du centre, Ouest-France, France Soir, Sciences et avenir, doctissimo.fr, feminactu.com, topsante.com, e-santé.fr, actusante.net, pourquoidocteur.fr, 24matins.fr et speedylife.fr [1].

L’article scientifique relatant cette étude [2], publié dans la revue Annals of Oncology au mois d’octobre, est disponible en ligne depuis le mois d’août. C’est à ce moment-là qu’ont été publiés au moins 21 articles en ligne rapportant les résultats de cette étude. Ou plus exactement : rapportant ce que le communiqué de presse, concocté par une habile communicante, rapportait des résultats de l’étude [3].


Une communication décomplexée

Pour comprendre en détail la différence entre les véritables résultats et les extrapolations douteuses, si ce n’est mensongères, que l’on trouve dans le communiqué de presse puis dans les articles de presse généraliste ou « de vulgarisation », le lecteur féru de littérature scientifique se référera à l’analyse publiée sur le site du Formindep, association promouvant une formation et une information médicales indépendantes.

Nous nous contenterons ici d’en tracer les grandes lignes. L’étude retrouvait des effets secondaires un peu plus fréquents dans le groupe des patientes qui redoutaient le plus la survenue d’effets secondaires avant le début du traitement ; mais cette corrélation ne permet pas d’affirmer que c’est l’anticipation des effets secondaires qui en augmente la fréquence : les auteurs peuvent avancer avoir mis au jour une corrélation de faible ampleur, mais pas de relation de cause à effet. Par ailleurs, cette étude présente de grandes faiblesses méthodologiques, à tel point que ces résultats (faibles rappelons-le), sont possiblement faux ; trois des sept auteurs de l’étude sont en outre en situation de conflit d’intérêt avec une firme commercialisant un des traitements de l’étude.

Compte-tenu de ces données qui sont, précisons-le, présentées dans l’article original, il est pour le moins troublant de constater que le communiqué de presse évoque une causalité entre les anticipations des patientes et la survenue d’effets secondaires, qui seraient « presque doublés » chez les patientes les redoutant le plus – un « presque doublement » relevant en réalité d’une analyse statistique défaillante, et trompeuse. Le Formindep rappelle ainsi les résultats de l’étude tels que rapportés dans l’article d’Annals of Oncology : « Après prise en compte des autres facteurs, l’étude conclut qu’anticiper des effets indésirables pourrait expliquer seulement 3% de leur variance à 3 mois, et 6% au bout de 2 ans » ; c’est-à-dire que l’anticipation des patientes n’expliquerait que 3% à 6% de la différence constatée sur la fréquence des effets secondaires.

Ces différences, qui vont bien au-delà de la simplification inhérente à la « vulgarisation », sont évidentes lorsque l’on compare l’article original et le communiqué de presse, et donc disponibles pour tous les journalistes qui auraient voulu se faire une opinion par eux-mêmes [4].


Journalisme ou recopiage ?

Munis de ces quelques informations, penchons-nous à présent sur les nombreux articles ayant relayé les résultats de cette étude. Tous ceux que nous avons repérés reprennent l’angle du communiqué de presse en présentant la crainte des effets secondaires comme une cause possible ou avérée de survenue de ceux-ci, avec un maniement variable du conditionnel selon les articles : utilisé dans le titre et dans le corps de l’article, seulement dans l’un ou l’autre, ou nulle part.









Etc.


Aucun de ces articles ne mentionne les faiblesses méthodologiques « rédhibitoires » (selon le Formindep) ni les conflits d’intérêt des auteurs. Sur les 21 reprises recensées dans la presse française en ligne, seules quatre sont des articles fournissant des informations sur le sujet au-delà de la description de l’étude fournie par le communiqué de presse [5]. Les 17 autres se limitent à une stricte reprise des éléments du communiqué, trompeur comme nous l’avons vu. Celui-ci comprend notamment une citation cruciale de l’auteure principale, reprise par tous les articles que nous avons trouvés, et qui cadre la présentation de l’étude, masquant ses faiblesses et exagérant largement la portée de ses résultats.

La conclusion générale à tirer de l’étude, selon son auteure principale, est la suivante : « Nos résultats montrent que les anticipations constituent un facteur cliniquement pertinent qui influence le résultat à long terme de l’hormonothérapie ». Si tel était le cas, l’étude serait vraiment très intéressante à lire, et à rapporter. Mais rien n’est vraiment vrai dans cette phrase : l’étude comporte trop de biais pour « montrer » sérieusement quoi que ce soit, elle n’évalue pas « le résultat de l’hormonothérapie » mais la survenue d’effets secondaires et la qualité de vie, et elle le fait pendant deux ans après le traitement, ce qui est un long terme très relatif [6]. Peu importe qu’elle relève d’une interprétation au minimum excessive des résultats de l’étude : cette déclaration figure dans tous les articles analysés.


De la presse scientifique au fil « lifestyle » de l’AFP

Dans le champ scientifique, la course à la publication est un problème bien connu. L’obtention de postes et de financements dépendant souvent du nombre d’articles publiés et de la renommée des revues qui les publient, les chercheurs sont incités à vendre leurs travaux, ou plus exactement à faire de la recherche « vendable ». Dans le domaine médical, l’influence des firmes pharmaceutiques, qui financent largement la recherche, pèse lourdement en ce sens. C’est dans ce contexte que le rédacteur en chef de la prestigieuse revue médicale The Lancet s’inquiétait, dans un éditorial d’avril 2015, de la faible qualité des recherches publiées : « Une part importante de la littérature scientifique, peut-être la moitié, pourrait bien être fausse. Grevée par des études aux petits effectifs, aux effets minuscules, aux analyses exploratoires invalides, et des conflits d’intérêt flagrants associés à l’obsession de suivre des modes d’un intérêt douteux, la science a pris un virage vers l’obscurité. » [7]

Cela semble largement aggravé lorsque les chercheurs, ou les institutions qui les emploient (firmes pharmaceutiques, laboratoire, université) cherchent à donner un impact « grand public » à leur travaux : dès lors, il n’est plus question de détailler les protocoles ou nuancer les résultats, mais bien d’appâter le chaland, quitte à tromper sur la marchandise. Pour cela, rien ne vaut une campagne de presse bien menée, par une agence de communication chargée de s’assurer de reprises nombreuses – et fidèles. Pourtant, nous l’avons déjà noté : toutes les données permettant de contester la présentation trompeuse du communiqué de presse étaient disponibles dans l’article original d’Annals of Oncology. Mais cela suppose bien sûr que les journalistes qui rédigent ces articles aient la formation et le temps nécessaires à sa lecture.

Or les articles que nous avons recensés ont de toute évidence été rédigés par des journalistes n’ayant pas lu l’étude originale et qui se sont contentés du communiqué de presse, partiel et partial. Pis : il n’est pas certain que la lecture du communiqué ait été nécessaire à la rédaction des articles de reprise, dont la moitié (9 sur 17) sont signés « avec agences » ou « avec AFP ». On retrouve également la mention « RelaxNews », par exemple dans l’article de La Dépêche. Sur le site de l’AFP, on apprend que « le Fil AFP Relaxnews est le premier fil d’infos rich media (textes, photos, vidéos) consacré à l’actualité des loisirs et du lifestyle ». Ce fil, lancé en 2010, propose à ses clients des dépêches, vidéos, diaporama ainsi qu’un agenda d’évènements culturels. Tous ces éléments sont produits à 30% par l’AFP et à 70% par RelaxNews, qui est une agence de presse détenue depuis 2015 par le groupe Publicis. Les « contenus » proposés sur ce fil sont donc indifféremment produits par des journalistes de l’AFP ou des journalistes travaillant pour une agence de presse détenue par un groupe de communication d’envergure mondiale. Et l’on retrouve ce mélange trouble de journalisme et de communication dans le communiqué de presse qui sert de base à la dépêche abondamment reprise, puisque la rédactrice de ce communiqué est à la fois « consultante en communication et journaliste indépendante » [8].


***


Des chercheurs (ou leurs employeurs) cherchant à légitimer leur travaux en obtenant des reprises dans la presse générale ou « de vulgarisation », aux médecins et aux patientes exposés à une présentation trompeuse de ces travaux, le chemin passe donc par des « communicants journalistes » et un partenariat entre une agence de presse propriété d’un géant des « relation publiques » et une agence de presse publique. Mais ce chemin ne vaut que parce qu’il répond à une exigence primordiale de la presse en ligne : la fabrication rapide d’articles bon marché générant le plus de clics possible.Un écosystème indéniablement toxique.


Patrick Michel

 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

[1Ainsi que les sites québécois du Huffington Post et Psychomedia, et celui du journal belge Le Vif.

[2« Is it best to expect the worst ? Influence of patients’ side-effect expectations on endocrine treatment outcome in a 2-year prospective clinical cohort study », soit « Est-il préférable de s’attendre au pire ? L’influence de l’anticipation des effets secondaires par les patientes sur l’issue d’un traitement par hormonothérapie dans une étude prospective de 2 ans ».

[3Le communiqué de presse, en anglais, est téléchargeable ici.

[4Le communiqué de presse contient même un lien permettant aux journalistes l’accès à l’article original en pdf avant sa publication.

[5Ces articles plus « fouillés », qui reprennent les éléments du communiqué de presse mais élargissent ensuite avec d’autres données ou des commentaires de soignants ou de chercheurs français, par exemple, sont ceux du Figaro, de allodocteurs.fr (repris sur Francetvinfo), de doctissimo.fr et de feminactu.com.

[6La norme de la recherche en oncologie, lorsqu’on cherche à évaluer le résultat d’un traitement, serait plutôt le taux de survie des patients 5 ans après le traitement – et beaucoup de patients aimeraient savoir ce qu’il en sera 10, 15 ou 20 après...

[7On trouvera une bonne analyse du fonctionnement de la presse scientifique, des problèmes qu’il pose et même de début de solution dans cet épisode de Datagueule. Voir aussi nos articles consacrés à l’édition scientifique : « Un oligopole profitable » et « Le temps de la révolte ».

[8Selon son profil « Linkedin ».

La meute des éditocrates

Des professionnels du commentaire.