Observatoire des media

ACRIMED

En Bref

Raphaël Enthoven, ou l’éditocratie à coups de marteau

par Olivier Poche,

… sur la tête de Mélenchon et des « mélenchonistes ».

Raphaël Enthoven est un professeur de philosophie médiatique. Titulaire d’une chronique dans la matinale d’Europe 1 intitulée « La morale de l’info », il y «  décrypte une info sous un angle philo. Il fait le lien entre un événement de l’actualité et un auteur, un livre ou une pensée [1] ». En réalité, il se contente le plus souvent de nous confier sa « pensée », c’est-à-dire son opinion, au besoin relevée de quelque référence culturelle et d’un ou deux mots savants, sur la polémique du jour. Nous essaierons de revenir prochainement sur la figure de cette créature médiatique, mi-enseignant mi-chroniqueur, ayant longtemps animé une émission de vulgarisation philosophique sur France Culture, devenue le prototype du fast-thinker, tirant prestige d’une stature (ou d’une posture) de « philosophe » pour distribuer bons et mauvais points avec une outrance digne des plus décomplexés des éditocrates.

En attendant, nous nous devions de saluer sa dernière et originale sortie, contre… les « mélenchonistes abstentionnistes ». Ceux qui auraient attendu du philosophe une démonstration subtile et contre-intuitive reposant sur des raisonnements audacieux en seront pour leurs frais : défendant un point de vue rigoureusement conforme au sens commun éditocratique, martelé partout et à toute heure depuis le lendemain du premier tour, Enthoven y délaisse les concepts philosophiques pour l’expression triviale de ses humeurs et de ses détestations.

Le 7 décembre 2015, dans une chronique d’anthologie, Raphaël Enthoven avait déjà illustré la façon dont la philosophie peut nous aider à comprendre un phénomène social et à en analyser la complexité et les ressorts cachés. Le sujet du jour : l’abstention, ou plutôt les abstentionnistes. Enthoven commence par déplorer la coupable bienveillance dont on fait généralement preuve à leur égard. Grave erreur, nous dit le philosophe, car ce sont en réalité des «  fainéants et des ingrats », « des gagne-petit  » et « des malhonnêtes », qui « brandissent la nullité des politiques opportunément pour justifier leur flemme », des « irresponsables », des « enfants gâtés » et des «  snobs » qui ont « une tellement haute opinion de [leur] propre opinion » qu’ils auraient « l’impression de la souiller en la mêlant à la tourbe des autres ». En clair, «  leur comportement ne renseigne pas sur la nullité des élus, mais sur celle des électeurs ». Conclusion : « Abstention, piège à cons ».

Une telle hauteur de vue donne le vertige. Et l’on ne sera guère surpris de le voir remettre le couvert en ce 25 avril 2017. Lui-même se charge d’ailleurs de rappeler ses précédentes « analyses » – que cette élection présidentielle va lui permettre d’affiner encore :

« Quand je dénonçais à cette même antenne la paresse des abstentionnistes et leur ingratitude envers les gens qui sont morts pour qu’ils aient le droit de voter, je ne parlais que des abstentionnistes permanents, et non de cette catégorie très particulière qu’on appelle l’abstentionniste de second tour […] le premier ne voterait pour rien au monde, tandis que le second ne vote que pour son candidat : son snobisme au fond s’arrête à ses convictions. »

La seconde catégorie – qui, on le comprend très vite, ne comprend que les « abstentionnistes mélenchonistes » [2] – se caractérise par sa fierté : « Nous les Insoumis, nous sommes le peuple, nous sommes grands, nous sommes libres, nous sommes des autruches indomptables que personne n’empêchera de plonger la tête dans le sable.  » Car le philosophe a le pouvoir de faire parler les autres pour leur faire dire à peu près n’importe quoi, et d’abord ce qui l’arrange.

Et d’où vient cette fierté ? «  D’une indécision profonde, ce qui, à mon sens, rend très agressif », répond le doux Raphaël, qui, plein de sagesse, ne saurait faire preuve de la moindre « agressivité » envers quiconque, comme on l’a vu, et comme on le verra.

Car si « les Insoumis » refusent de voter au second tour (puisqu’ainsi en a décidé le philosophe), ce n’est pas qu’ils hésitent : « Un dilemme, ce serait trop simple. Avec Emmanuel Macron, les Insoumis ne partagent rien ou presque rien, de lui ils détestent tout. En revanche, ne leur en déplaise, les Insoumis partagent avec le Front national des positions cousines sur l’OTAN, la Syrie, la Russie, l’Europe, la retraite à 60 ans, le protectionnisme, le dégagisme, la haine des médiacrates et des oligarques, la confusion de Macron et de Hollande, l’ambition d’être les candidats du peuple, le rejet des traités de libre-échange. Seulement c’est le FN, et aux yeux d’une majorité d’Insoumis, le FN c’est le diable c’est le mal absolu, c’est le grand méchant parti raciste. De sorte que ce qu’on présente comme une alternative entre le Charybde libéral et la Scylla xénophobe est en réalité l’impossible aveu d’une convergence réelle avec les idées de la seconde. »

N’allez pas voir là un quelconque jugement politique : c’est un pur esprit qui parle. Et quand bien même ce pur esprit entonne la même rengaine de la « convergence des populismes de droite et de gauche », répétée de médias en médias, on avouera qu’elle prend une autre allure dans la bouche d’un homme de haute culture. En 2002, Mélenchon avait voté Chirac, rappelle Enthoven, avant de dévoiler la vérité du personnage et de son projet, dans une ultime fulgurance psycho-synergolo-philosophique : « Si le même homme, 15 ans plus tard, alors que Marine Le Pen est en finale, ajourne les résultats comme un condamné fuit son couperet, attend pour s’exprimer que les militants débattent et rentre sous terre à la façon d’un enfant qui s’enfonce dans sa chaise dans la crainte que son prof ne l’interroge, c’est qu’en lui-même l’ombre portée d’une haine antique pour le diable frontiste recouvre encore un peu l’inavouable constat d’une parenté profonde avec l’essentiel de son projet. »

La « morale de l’info », selon Enthoven ? « Qui se ressemble s’abstient ». Et la morale de l’histoire ? Il n’est pire éditocrate que celui qu’on déguise en philosophe.

Olivier Poche

 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

[1Selon la présentation du site d’Europe 1.

[2Comme le confirme le titre de la chronique sur le site d’Europe 1 : « Le FN et les mélenchonistes abstentionnistes : qui se ressemble s’abstient ».

Le lynchage médiatique de Bernard-Henri Lévy : c’est assez !

L’adulation médiatique de BHL, ce n’est jamais assez [Réédition d’un article publié le 1er mars 2010].

Les jeux de l’été d’Acrimed : champions en titres (2017)

Vrais ou faux, ces titres ? Celui-ci par exemple : « Un bébé de trois mois interrogé pour terrorisme ».