Observatoire des media

ACRIMED

Le Pen au 2e tour - Sur la toile

« Qui a fait monter le grand méchant loup ? »

Sur le site des "Pieds dans le PAF"

Il nous paraît clairement établi que les médias, et la télévision en particulier, ont une responsabilité évidente dans la situation politique inédite et dangereuse issue des résultats de ces élections.

Abandonnés aux lois du marché et l’audimat, ils ont pu jouer les apprentis sorciers avec le thème de l’insécurité, faisant le jeu de l’extrême droite, et cela bien avant la campagne électorale. Des émissions sur TF1, présentant des reportages comme les viols dans les parkings et terminant sur une formule comme "Ca peut vous arriver" ne peut faire que des scores d1audience, les J.T. mettant à la une les actes de violence individuelle ou collective aussi ! Ainsi des sentiments de peur se sont développés même dans des communes rurales qui ne connaissent aucun problème de délinquance ou de population immigrée (coupable désignée). Chirac y a trouvé un thème central et démagogique pour faire oublier ses propres affaires judiciaires et les autres candidats (à quelques exceptions près) ont suivi avec les résultats que l’on connaît.
[…]

L’information n’est pas seule en cause. Des émissions comme Le Maillon faible ne sont pas anodines comme on veut le faire croire. Nous le dénoncions dès son arrivée sur les écrans (article du Figaro, le 9 juillet). Éliminer l’autre, le faible, réel ou supposé, celui qui nous empêche d’avancer, l’humilier publiquement pour atteindre son but est insidieusement devenu socialement acceptable et fait partie de l’idéologie l’extrême droite.

Denis Rougé

La totalité de l’article (lien périmé,novembre 2014)

29 avril 2002. Mise à jour du 05-05-2002

 
  • Enregistrer au format PDF

Danièle Obono et les malaises du contorsionniste Jean-Michel Aphatie

Un éditocrate cocardier twitte avec la meute, rétropédale en avançant, patine en reculant et se prend les pieds dans le tapis : par chance, le ridicule éditocratique ne tue (...)

Sexisme médiatique ordinaire chez Thierry Ardisson

Salut les sexistes !

Petite histoire des ordonnances de 1944 sur la liberté de la presse et de leur destin

Des « jours heureux » aux mauvais jours de la presse.