Observatoire des media

ACRIMED

« Prix du livre d’économie » ou médaille de la pédagogie libérale ?

par Frédéric Lemaire,

Mardi 15 décembre 2016, François Lenglet a reçu, au ministère des Finances, le « prix du livre d’économie ». Le chroniqueur du Point, familier des plateaux de France 2, se voyait récompensé pour un ouvrage au titre évocateur, à défaut d’être original : Tant pis ! Nos enfants paieront. Pourquoi nous ne tentons pas tout face à la crise ?

Lieu officiel, invités de marque (tel que l’économiste récemment « nobélisé » Jean Tirole), les conditions étaient réunies pour donner à la remise de ce prix un prestige symbolique et une légitimité universitaire. À y regarder de plus près, le prix du livre d’économie ressemble pourtant moins à une récompense scientifique qu’à une médaille de la pédagogie libérale : décerné par un jury de journalistes, présidé par le patron de l’agence de notation Fitch, il récompense essentiellement des figures médiatiques porte-parole de l’orthodoxie économique. Une cérémonie d’auto-consécration, qu’on retrouve d’ailleurs dans d’autres sous-secteurs du journalisme dominant.

Depuis 1999, le prix du livre d’économie est remis, sous le patronage de Bercy, par « Lire la société ». Cette association, qui se donne notamment pour objectif de « promouvoir le débat contradictoire », est co-présidée par Marc Ladreit de Lacharrière, patron (entre autres) de l’agence de notation Fitch, ainsi que par Louis Schweitzer, ancien président de Renault.

On trouve peu d’information sur le site de « Lire la société ». Pour en savoir plus sur le prix du livre d’économie, on peut cependant consulter la page wikipedia qui lui est dédiée. On y apprend que le prix ne récompense pas des travaux d’économie à proprement parler, mais des ouvrages sur l’économie « à valeur pédagogique ». Et pas n’importe quelle pédagogie, si l’on en croit la remarquable diversité des lauréats du prix.

On trouve ainsi, parmi eux, des économistes médiatiques habitués des plateaux télévisés et bien connus des lecteurs d’Acrimed, tel Daniel Cohen – épinglé dans Les Nouveaux Chiens de garde pour ses accointances avec la banque Lazard. Ou encore Jacques Mistral, du Cercle des économistes, ainsi que Michel Godet – tous deux habitués de « C dans l’air » et membres respectivement du think-tank Fondapol, proche de l’UMP, et de l’Institut Montaigne, think-tank patronal. Sans oublier Elie Cohen, qui, outre ses activités d’économiste médiatique, figurait dans les conseils d’administration de Pages Jaunes, EDF Énergies Nouvelles, Stéria, pour un total de jetons de présence de 107 212 euros comme nous le rappelions ici.

S’y ajoutent Jean Pisani-Ferry, lui aussi du Cercle des économistes et du think-tank Bruegel ; ainsi que Pierre Cahuc, dont l’ouvrage taillé pour le « buzz » Les Négationnistes de l’économie [1] était cette année en compétition avec celui de François Lenglet. Pierre Cahuc avait déjà été récompensé en 2007 pour un livre au titre tout aussi mesuré, mais peut-être plus convenu : Comment le modèle social français s’autodétruit ?

Sur 18 ouvrages récompensés, six ont été écrits par les économistes universitaires cités ci-dessus. Parmi eux, pas un seul qui remette en cause les bienfaits de la libéralisation des marchés...

On trouve également, dans la liste des lauréats, des figures médiatiques telles que l’inénarrable Alain Minc, Pascal Bruckner ou l’académicien Erik Orsenna. Et de nombreux journalistes économiques : outre François Lenglet, on compte le fondateur de Challenges Patrick Fauconnier, et l’ex-éditorialiste du Monde et des Échos Érik Izraelewicz (révolté, en 2012, de constater que « chaque Grec avait déjà touché depuis janvier 2010 l’équivalent de 31 000 euros » des plans de sauvetage européens). Ainsi que Dominique Nora et Odile Benyahia-Kouider du Nouvel Obs, et Marc Roche du Monde.

Là encore, à part quelques exceptions (comme le livre de la démographe Isabelle Attané sur la Chine, ou celui de Marc Roche sur Goldman Sachs), les ouvrages primés s’inscrivent dans la droite ligne de la doxa libérale.

Rien d’étonnant lorsque l’on considère la composition du jury. En 2010, il était essentiellement composé d’éditorialistes et de journalistes économiques (dont d’anciens lauréats tels que Erik Izraelewicz et Patrick Fauconnier) qui citent et invitent les mêmes économistes et personnalités pour parler d’économie dans les médias… La boucle est bouclée.

Rappelons que le jury du prix est présidé par Marc Ladreit de Lacharrière, patron de la holding Fimalac, et co-président de l’association qui organise le prix avec le soutien bienveillant de Bercy. Celui qui défend son « droit de noter » les performances boursières, via l’agence Fitch qu’il préside, voudrait-il aussi juger de ce qui serait bon ou mauvais à dire en économie ?

Une chose est sûre : Marc Ladreit de Lacharrière ne se cache pas d’avoir des idées bien arrêtées. Comme le rapporte le journal Fakir :

En France, martèle Marc de Lacharrière, « toutes les mesures prises vont dans le bon sens », mais il va être nécessaire de « faire des réformes structurelles » concernant « la durée du travail hebdomadaire », « la flexibilité du travail » et « l’âge du départ à la retraite ». En 2006, déjà, il appelait les Français à « travailler cinquante heures par semaine ». En août 2008, il dénonçait « l’étatisme » du pays et son « aversion pour le travail ». En février 2010, il apporte son soutien au gouvernement sur Public Sénat : « Actuellement, c’est la remise en cause des retraites qui est quelque chose d’essentiel dans le regard des agences de notation. »


***


N’allons pas plus loin : une brève recherche sur le prix du livre d’économie met en évidence l’imposture d’une telle récompense, qui permet aux experts médiatiques de l’économie de consacrer les experts économiques des médias... le tout sous la bienveillante tutelle du ministère des Finances et d’un patron de holding financière et d’agence de notation.

La ficelle est grossière. Mais personne n’y trouve à redire dans les grands médias ; la preuve : sur BFM TV comme sur France info ou sur RTL ; dans le Monde ou Le Point, on célèbre le nouveau lauréat comme s’il était le dépositaire d’une parole économique autorisée. Le tour de passe-passe a fonctionné.

Le prix du livre d’économie fait partie de ces instances à travers lesquelles le petit cénacle des experts médiatiques autoproclamés décide de ce qui est bon à dire, à redire ou à ignorer dans les grands médias en matière d’économie. Avec, comme victimes collatérales, le pluralisme économique et le débat démocratique.


Frédéric Lemaire

 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

[1Lire son compte-rendu critique par André Orléan sur AlterEcoPlus. Le livre a « fait polémique » au sein même du jury : c’est Challenges qui le raconte, sans doute bien informé de l’intérieur (et avec un autre point de vue qu’Orléan sur le livre...), ici.

« Grands » journalistes contre « petits » candidats

Des candidats à priver de parole, voire à priver de candidature ?

Les oligarques des médias (vidéo d’un jeudi d’Acrimed)

Avec Isabelle Roberts, Raphaël Garrigos et Benoît Collombat.

Appel à souscription : 60 000 euros pour que vive Acrimed !

Nous avons besoin de vous !