Observatoire des media

ACRIMED

Evo Morales « corrompu » : François Lenglet ne ment pas, c’est la vérité qui se trompe

par Jean Pérès,

Au cours de la dernière édition de « Des paroles et des actes », le 26 mai 2016 [1], dont l’invité principal était Jean-Luc Mélenchon, François Lenglet, journaliste économique et éditocrate accompli, a déclaré : « Evo Morales, président de la Bolivie, est aujourd’hui empêtré dans des scandales de corruption considérables. […] C’est un corrompu. […] La petite amie de M. Morales, qui est la mère de son fils, a bénéficié de 500 millions de dollars de commandes publiques, allez m’expliquer que tout cela est normal ! »

Dans cette déclaration, tout est faux, excepté le fait que Evo Morales est effectivement le président de la Bolivie. Même les lecteurs du Figaro et de Paris-Match le savaient. Pas Lenglet. Ou bien il a menti.

Le 27 mai, l’ambassadeur de Bolivie, Jean-Paul Guevara Avila, adresse une lettre de protestation à l’émission « Des paroles et des actes ». François Lenglet lui répond le 30.

C’est de cette réponse qu’il sera ici question. Pris la main dans le sac, l’éditocrate fait preuve dans cette réponse d’un incroyable aplomb, sous couvert d’une fausse reconnaissance de sa bévue.

La lettre de l’ambassadeur

Dans cette lettre, l’ambassadeur informe l’émission de France 2 de son « indignation par rapport aux propos démesurés et au manque d’information et de prudence du journaliste François Lenglet […] ». Il ajoute que « Monsieur Lenglet se permet d’aller trop loin et signale clairement, sans aucun fondement ou preuve que le gouvernement bolivien et son président sont soumis à la corruption ». Et un peu plus loin : « Les calomnies sans fondement peuvent entraîner des conséquences juridiques auxquelles nous ne voulons pas faire appel. » Et l’ambassadeur de relater en détail le fait qu’une commission mixte parlementaire a enquêté et lavé Evo Morales de tout soupçon dans cette affaire.

L’ambassadeur, magnanime, ne fait aucune demande à la chaîne de télévision publique : ni rectificatif, ni excuses, ni publication de son courrier à une heure de grande écoute (l’émission « Des paroles et des actes » du 26 mai a été suivie par 2,5 millions de téléspectateurs). Il indique même dans sa lettre qu’il ne portera pas plainte – en diffamation sans doute –, alors qu’il en a la possibilité.


La réponse de DPDA-Lenglet

La réponse de l’émission et celle de François Lenglet, le 30 mai, sont associées dans le texte suivant :

« Des paroles et des actes » : mise au point de François Lenglet

Suite à un échange avec Jean-Luc Mélenchon sur le plateau de « Des paroles et des actes », lors duquel le journaliste François Lenglet a mis en cause le président bolivien Evo Morales, nous avons reçu une lettre de l’ambassadeur de Bolivie à Paris. François Lenglet tient à faire la mise au point suivante.

Monsieur l’Ambassadeur,
En réponse à votre lettre du 27 mai dernier, je prends acte de la décision de la commission d’enquête parlementaire au sujet de l’affaire CAMC. En conséquence, même si je note que cet avis a été jugé partial par l’opposition bolivienne, je considère que les termes que j’ai utilisés pour qualifier le président Morales, lors de ce débat télévisé pour le moins animé, n’étaient pas appropriés.
Je vous prie donc de bien vouloir prendre acte de cette mise au point, et souhaite vous assurer de mon respect pour la Bolivie et ses institutions. Je suis du reste tout prêt à vous témoigner de cela de vive voix, si vous avez le loisir de me recevoir. Je vous prie, d’agréer, Monsieur l’Ambassadeur, l’expression de ma haute considération.

Nous avons choisi de retirer l’émission de nos sites, une nouvelle version sera disponible très prochainement.


Une réponse confidentielle

La réponse de DPDA-Lenglet est parue discrètement sur le site FranceTV info, comme l’a relevé Arrêt sur Images le 1er juin : « Le texte a été mis en ligne dans un petit coin du site de France Télévisions. On aurait pu le rater. D’ailleurs, beaucoup de téléspectateurs l’auront raté[…] Mensonge proféré en pleine lumière, à la lueur des projecteurs. Rectificatif planqué dans un coin [2]. » De plus, la lettre de l’ambassadeur n’est pas reproduite, même partiellement, et aucun lien n’y donne accès. Pour les lecteurs de cette réponse, celle-ci est donc leur seule source d’information. Ce qui rend cette réponse inintelligible. Ce manquement délibéré à un minimum de transparence, voire de professionnalisme journalistique, s’appuie probablement sur le fait que l’ambassadeur n’a pas demandé expressément la publication de cette lettre sur le site de l’émission, supposant peut-être que cela allait de soi. Et il vise à soustraire à l’attention du rare public qui aura accès à cette réponse les propos peu flatteurs de l’ambassadeur à l’égard de François Lenglet. Certes, la lettre de l’ambassadeur est accessible sur Internet, mais DPDA-Lenglet se contentent d’une injonction tacite : « Si vous voulez savoir à quelle lettre nous répondons, débrouillez-vous pour la trouver ! » Combien de lecteurs y répondront ?


Une « mise au point » ?

On peut être quelque peu surpris, en lisant l’en-tête de la réponse de DPDA, d’apprendre que François Lenglet va faire une « mise au point », et même un peu plus loin qu’il « tient à faire la mise au point suivante ». Ce « tient », en même temps qu’il permet à la chaîne et à Pujadas de se défausser, laisse entendre que Lenglet serait l’offensé, et comme tel légitimé à faire une « mise au point ». Ce qui est une singulière inversion des positions, vu que l’offensé, c’est bien Evo Morales, et la « mise au point », c’est bien l’ambassadeur de Bolivie qui l’a faite.

Un citoyen ordinaire, convaincu d’un grossier mensonge, aurait présenté des excuses, avoué qu’il ne savait pas la vérité, à défaut d’avoir menti, et aurait par exemple regretté ses propos. Un journaliste digne de ce nom aurait fait amende honorable en éclairant son public. Mais Monsieur Lenglet n’est pas un citoyen ordinaire, ni un journaliste digne de ce nom : c’est un éditocrate, et un éditocrate ne présente pas d’excuses ni de regrets, il « tient » à faire une « mise au point ».


L’affaire CAMC

En fait de mise au point, il s’agit surtout de jeter un flou sur l’ensemble de l’affaire énigmatiquement résumée comme « l’affaire CAMC » (« je prends acte de la décision de la commission d’enquête parlementaire au sujet de l’affaire CAMC ») – un sigle que Lenglet utilise pour la première fois [3]. Ceux qui ont vu l’émission et ont pu entendre les accusations de Lenglet mais qui n’auront pas lu la lettre de l’ambassadeur se débrouilleront pour comprendre : on peut douter que la mention de « l’affaire CAMC » les éclaire beaucoup. Lenglet ne dit pas davantage quelle est cette « décision » de la commission d’enquête parlementaire ; par contre il « note que cet avis a été jugé partial par l’opposition bolivienne. » La « décision » est devenue, deux lignes plus bas, un « avis », c’est-à-dire une simple opinion sans force juridique à laquelle on peut opposer une autre opinion [4], celle de l’opposition, par exemple, qui, justement, l’a « jugé partial ». Qui s’en étonnera, quand on sait que cette opposition a tout fait pour alimenter les accusations contre Morales ? Mais Lenglet veut simplement signifier ses doutes sur la décision (l’avis ?) des parlementaires boliviens. Et donc ses doutes sur la probité du président Morales. Et donc, en dernière instance, ses doutes sur le fait qu’il se serait trompé ?


Un « débat animé »

De même par la suite, quand il dit qu’il « considère » (et non « reconnaît ») que les termes qu’il a utilisés pour qualifier le président Morales « n’étaient pas appropriés », il ne revient pas sur le fond de son propos. Ce n’est pas, à le lire, son jugement sur Morales qui était erroné, mais les termes qu’il a utilisés, et ces termes n’étaient pas faux, mais « inappropriés ». Il transforme une diffamation grossière en expression mal ajustée, et suggère même qu’il a seulement été un peu excessif, emporté par « un débat pour le moins animé ». Mais en l’occurrence il ne s’agissait pas d’un « débat » mais de questions posées par un journaliste à un homme politique, et donc de questions préparées [5]. Nous n’avons donc pas affaire, comme il le laisse entendre, à un débatteur qui aurait tenu des propos excessifs, mais à un journaliste mal informé ou menteur qui a diffamé un chef d’État dont – secret de polichinelle ! – il n’apprécie pas les orientations politiques et économiques. C’est bien cette attitude qui a « animé » le « débat », et non un débat trop « animé » qui aurait provoqué et pourrait excuser ainsi plus ou moins une telle attitude.


Donnant-donnant

Le deuxième paragraphe de la réponse de Lenglet commence comme le premier, ou presque. Dans le premier, Lenglet « prend acte de la décision de la commission », tandis que dans le deuxième, il prie l’ambassadeur « de bien vouloir prendre acte de cette mise au point ». Le parallélisme des formes, dans un texte aussi court, induit une équivalence : je « prends acte », alors je vous prie de « prendre acte ». C’est donnant-donnant, Monsieur l’ambassadeur. Et pour soutenir cette équivalence, il déclare dans la foulée, qu’il « souhaite [l’] assurer de [son] respect pour la Bolivie et ses institutions ». Le « respect pour la Bolivie » ne signifie pas grand chose (imagine-t-on un journaliste déclarant qu’il ne respecte pas la Bolivie ?) ; quant à ses institutions, on a vu à quel point Lenglet les respecte : un président corrompu, une commission d’enquête partiale, un ambassadeur dont on ne publie même pas la lettre à laquelle on répond [6]. Et puisque je vous respecte, Monsieur l’ambassadeur, respectez-moi vous aussi. Je vous en donne d’ailleurs l’occasion dans ma conclusion : « Je suis du reste tout prêt à vous témoigner de cela de vive voix, si vous avez le loisir de me recevoir. » En résumé : je vous invite à m’inviter. Comme je ne doute pas de votre désir de me rencontrer, ce ne peut être pour vous qu’une question de disponibilité, de loisir. Vous me sortirez ainsi du pétrin où je me suis mis avec ces mots « inappropriés » sur votre président au cours de ce débat pour le moins « animé ».


***



Ainsi font les éditocrates. Convaincu de désinformation patente et diffamatoire, François Lenglet, avec le soutien de l’émission DPDA, et donc de David Pujadas, continue de bomber le torse et de désinformer. Répondant publiquement, mais dans un lieu discret, à une lettre de l’ambassadeur de Bolivie qu’il ne publie pas, il le fait en cherchant tellement à minimiser sa grossière faute professionnelle qu’il pourrait faire douter un lecteur non averti de l’existence même de cette faute. La vidéo de l’émission a d’ailleurs été remise en ligne quelques jours après la « mise au point » de François Lenglet, expurgée de l’ensemble de la séquence incriminée : faute effacée n’a jamais existé ?

On savait déjà Lenglet peu regardant sur la déontologie et économiste pour le moins tendancieux. Voilà qu’il s’enfonce un peu plus. Jusqu’où ira-t-il ?


Jean Pérès

 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

[1Une émission sur laquelle nous aurons l’occasion de revenir de manière approfondie dans les jours qui viennent.

[2Les caractères en gras sont le fait d’ASI.

[3Il s’agit du sigle de la société chinoise qui aurait soi-disant bénéficié des largesses d’Evo Morales.

[4La lettre de l’ambassadeur indique qu’« après 78 jours d’enquête, la Commission mixte n’a pas trouvé d’éléments ou indices, qui démontrent qu’il y ait eu un quelconque type de favoritisme de la part d’une des autorités du gouvernement… », ce qui est tout de même plus qu’un « avis ».

[5Il suffit de prendre connaissance de la première question de François Lenglet pour s’assurer du fait qu’elle était bel et bien préparée – du reste il est visible qu’elle est au moins en partie écrite puisqu’il la lit –, et que l’accusation de corruption formulée à l’encontre d’Evo Morales n’a rien à voir avec des propos mal maîtrisés tenus lors d’un « débat pour le moins animé » : « Vous nous avez vendu successivement plusieurs modèles, trois hommes politiques que vous avez dit admirer. Le premier, c’est Ugo Chavez, président du Venezuela, et son successeur Maduro. Après 15 ans de gouvernement chaviste, le Venezuela est dans un état de décomposition économique totale, en ruine, alors que c’est un des pays les plus riches d’Amérique du Sud. Vous avez également célébré Evo Morales, président de Bolivie qui est aujourd’hui empêtré dans des scandales de corruption considérables. Et puis le troisième, c’est le Grec Alexis Tspiras. Vous avez dit d’ailleurs en 2014 : “Il a une volonté absolument inflexible, rien ne fera céder cet homme-là.” On sait évidemment la suite, Tsipras a finalement appliqué la politique d’austérité la plus dure et la plus stupide, nous sommes d’accord tous les deux là-dessus. Autrement dit : quelqu’un qui a précipité la faillite de son pays, un corrompu et un social-traître. Honnêtement, quel panthéon. »

[6En fait, parmi les institutions boliviennes citées par Lenglet, seule l’opposition au régime fait l’objet d’une mention favorable.

Pseudo-journalisme politique au Parisien : ça va durer encore longtemps ?

Personnalisation partout, politique nulle part.

Ces médias qui ont besoin de notre soutien : le site d’informations Basta !

« Pour une information indépendante, sans publicités ni algorithmes. »