Observatoire des media

ACRIMED

En bref

Pataquès autour d’un rapport de la Cour des comptes

par Henri Maler,

Nous avons évoqué ici même le stupéfiant caviardage de la conclusion d’un reportage de France 2 qui prétendait illustrer un rapport de la Cour de comptes sur la situation des finances publiques locales, en prenant pour exemple le coût exorbitant du stade des Alpes à Grenoble dont le financement a été assuré par la métropole grenobloise dont le président n’était autre que… l’actuel président de la Cour des comptes : Didier Migaud

Or la diffusion de ce reportage dans le JT de France 3 Alpes du 14 octobre (puis dans le 12/13 de France 3 Alpes du lendemain, 15 octobre), laissait apparaître que, le même jour, une phrase de conclusion du même reportage qui mentionnait Didier Migaud avait été coupée dans le JT de 13h de France 2 : « Il [le stade] coûte 1,4 million d’euros chaque année, de l’argent que Didier Migaud, à l’époque président de la métropole grenobloise et aujourd’hui à la Cour des comptes, préférerait sans doute économiser. »

La rédaction en chef aurait jugé que cette phrase était « trop imprécise », du moins selon Agnès Vahramian, directrice adjointe de la rédaction de France 2, interrogée par « Arrêt sur images » (accès payant). « Trop imprécise », vraiment ?

Mais notre attention aurait dû également être attirée sur une autre… étrangeté, qui nous a été signalée par un correspondant. Le reportage diffusé sur les chaînes de télévision prenait pour exemple le Stade des Alpes à Grenoble… alors que son cas ne figure pas dans le rapport de la Cour des comptes. En l’absence de cette précision, les introductions du reportage pouvaient laisser entendre que c’était le cas.

Élise Lucet sur France 2 : « La Cour des comptes a rendu aujourd’hui un rapport sur la gestion des collectivités locales. C’est la première fois que ce budget est scruté à la loupe et vous allez voir, le verdict est sévère : le déficit de ces collectivités locales s’élevait à 3,1 milliards d’euros en 2012 ; il a doublé par rapport à l’année précédente. Déficit en augmentation donc ; investissements non maîtrisés. Nous avons pris un exemple : celui du Stade des Alpes à Grenoble. »

Pauline Alleau sur France 3 : « La Cour des comptes a rendu aujourd’hui un rapport sur la gestion des collectivités locales et le déficit ne cesse d’augmenter. En cause notamment des investissements non maîtrisés. Exemple à Grenoble avec le Stade des Alpes où son budget a explosé de deux cent vingt pour cent, et aujourd’hui les tribunes restent bien vides comme le montre ce reportage de nos confrères de France 2. »

Faut-il reprocher à la Cour des comptes de ne pas avoir fait figurer cet exemple dans son rapport ? Bien qu’il n’entre pas dans le propos d’une critique des médias de se prononcer, on peut au moins relever que le rapport porte sur les dépenses de fonctionnement et n’évoque pas les questions liées à l’investissement.

Tout se passe donc comme si sa publication n’avait constitué qu’un simple prétexte à la diffusion d’une illustration : une illustration qui n’entretient que des liens ténus avec un rapport sur lequel on n’apprenait rien d’autre. Artifice qui, sans gravité en apparence, laisse songeur la rigueur de l’information en d’autres cas…

Et dans le cas présent, encore aurait-il été préférable que les présentatrices de France 2 et de France 3 ainsi que les auteurs du reportage aient précisé que leur « exemple » ne figurait pas dans le rapport. Cela aurait mieux valu et n’aurait pas altéré le commentaire final que France 2 a préféré « omettre ».

Et cela aurait évité à l’édition grenobloise de 20minutes de commettre une erreur, dont il faut noter qu’elle fut rectifiée dès le lendemain.

Article initial publié par 20minutes le 15 octobre 2013

Rectificatif publié par 20minutes le 16 octobre 2013

… Un rectificatif si prompt et si net est le signe que tout n’est pas perdu en matière de respect des règles journalistiques !

Henri Maler

 
  • Enregistrer au format PDF

Le Magazine électronique d’Acrimed (numéro 163-septembre 2016)

Édito, agenda, sélections d’articles et de livres...

Le médiateur de Radio France répond à Acrimed : mépris, condescendance et autosatisfaction

Son impartialité mise en cause, il réplique par une critique des auditeurs et un éloge de son propre travail.

Docteur Patrick et Mister Cohen

Déontologie journalistique à géométrie variable.