Observatoire des media

ACRIMED

Mort du patron de Total : hagiographies médiatiques

par Julien Salingue,

Christophe de Margerie, le patron du groupe Total, est décédé dans un accident d’avion dans la nuit du lundi 20 octobre. Quelques heures plus tard, l’ensemble des grands médias faisaient leur « une » sur cet événement, et le moins que l’on puisse dire est que le traitement de la mort de Margerie est révélateur de bien des travers et biais médiatiques. Faute de temps, nous nous sommes intéressés aux trois principaux Journaux télévisés de la mi-journée : ceux de TF1, France 2 et France 3. Disons-le immédiatement : le soir, ce fut encore pire.

Les trois grandes chaines ont consacré l’ouverture et une large part de leur JT de 13 h au décès du patron de Total : 10’20 (sur 41’16) pour TF1 ; 9’50 (sur 44’40) pour France 2 ; 9’20 (sur 26’28) pour France 3. Une durée à la mesure de l’événement ? Encore aurait-il fallu que la déploration ne l’emporte pas sur l’information. Or les trois JT, qu’il s’agisse du contenu des reportages, du ton employé ou… des notables « absences », ont présenté de consternantes similitudes que ne peut justifier le respect dû à la mort d’un homme et à la douleur de sa famille et de ses proches. Quant à l’accumulation des témoignages émus et des hommages, elle peut certes constituer une part de l’information, mais à condition de ne pas se substituer totalement à elle.


« Un patron très apprécié, très respecté »

Les trois grandes chaines ont dépêché des envoyés spéciaux devant le siège du groupe Total, à La Défense, et devant certaines unités de production (Grandpuits pour France 2 et France 3, Feyzin pour TF1), pour y recueillir les réactions des salariés. On apprend ainsi sur France 2 que « les salariés sont unanimes pour saluer les qualités de dirigeant de Christophe de Margerie », tandis que sur France 3 on découvre que « les salariés du groupe pétrolier sont bien sûr sous le choc » et que « les employés, les cadres dirigeants, tous ont une pensée, un mot pour ce patron décrit comme un homme très humain » (sic). Sur TF1, on évoque des salariés « émus, sonnés, tristes ou tout simplement silencieux, (…) unis dans la tristesse comme on peut l’être dans une PME familiale » et « remplis de tendresse pour un homme que la plupart ne connaissaient pourtant pas personnellement mais qu’ils croisaient souvent dans l’ascenseur ».

Les témoignages « micro-trottoir » de salariés se succèdent. Ainsi sur France 2 : « c’était vraiment un grand homme, au-delà d’être un grand PDG c’était un grand homme » ; « c’était un grand patron et il va beaucoup nous manquer » ; « j’ai mangé avec lui il y a quelques mois lors d’un séminaire, c’était très sympathique, un homme très ouvert, il vous mettait à l’aise tout de suite » ; « c’était une image, c’est un homme qui a pratiquement passé toute sa vie au groupe » ; « c’était une grande figure paternelle au sein de Total » ; etc. N’en jetez plus : comme le résume l’envoyé spécial de France 2 à La Défense, « Christophe de Margerie était un patron très apprécié, très respecté, alors évidemment il y a beaucoup de peine ici ce matin ». Il faut dire que « Christophe de Margerie avait beau diriger une des plus grandes sociétés françaises, il souhaitait être proche de ses salariés » (toujours sur France 2).


« Hommage unanime au plus grand patron français »

Chaque JT y va aussi de sa recension des hommages rendus à Christophe de Margerie par des dirigeants politiques et par des personnalités du secteur privé. Sur les trois chaines, on a ainsi pu voir la même déclaration de Thierry Desmarets, prédécesseur de Margerie : « [C’était] une personnalité d’une richesse exceptionnelle, très attachante, et je dois dire que je perds à la fois un ami et la société perd un dirigeant qui était d’une qualité exceptionnelle ». Présent sur les trois chaines également, Manuel Valls : « un grand capitaine d’industrie » (France 2 et France 3), « un homme atypique, (…) différent par son humour, son franc parler » (France 3), « un ami », « un homme qui aimait profondément son pays », « un patriote », « un grand chef d’entreprise » (TF1). Omniprésent également, Emmanuel Macron : « un ami », « un grand patron », « un grand capitaine d’industrie », « un citoyen engagé et un interlocuteur de confiance pour les pouvoirs publics » (France 2), « un ami », « un grand capitaine d’industrie », « un de nos plus grands dirigeants français » (France 3).

Rachida Dati se remémore sur France 2 « un grand ami, un ami très personnel », « quelqu’un de très ouvert, très chaleureux, très discret dans sa générosité », tandis que Jean-Louis Borloo évoque, toujours sur France 2, « un petit frère », « un président incroyable », « un grand patron », « un être humain pétri de joie de vivre ». TF1 ouvre son micro à Laurence Parisot : « Nous venons de perdre un immense français, un chef d’entreprise exceptionnel, un homme rabelaisien qui aimait la vie, qui aimait les autres, qui était sensible, attentif, et quelqu’un qui était porteur d’une vision, non seulement pour son entreprise mais aussi pour son pays la France ». Enfin, on rappelle sur les trois chaines que François Hollande a lui aussi rendu hommage à Christophe de Margerie, comme sur France 2 où l’on précise que l’Élysée a salué « un grand patron qui défendait l’excellence de l’entreprise Total ». Fermez le ban.


Des médias au garde-à-vous ?

Que des dirigeants politiques ou d’autres grands patrons tressent des lauriers au numéro 1 de la plus puissante entreprise française n’est guère surprenant. Que des salariés du groupe Total soient choqués par la mort de leur patron et souhaitent lui rendre hommage est évidemment compréhensible. Ce qui l’est beaucoup moins est le choix fait par les différents JT de construire et de mettre en scène cette « unanimité » et de surenchérir sur les déclarations et témoignages des protagonistes que nous venons de citer. Jean-Pierre Pernaut, évidemment, ne peut pas s’empêcher de déclarer sobrement que le patron de Total « restait très proche de ses 100.000 salariés dans 130 pays ». « Très proche de ses 100.000 salariés ». Bigre.

François Lenglet, journaliste de France 2 amateur de « ménages », n’y va pas non plus par quatre chemins : « C’était un peu un OVNI, Christophe de Margerie, c’est à dire dans ce monde de l’establishment des grands patrons, il avait une forme d’expression tout à fait inhabituelle, d’abord parce qu’elle était chaleureuse, et ensuite parce qu’elle était directe ». Les voix off qui illustrent les différents reportages sont à l’unisson : on évoque « la figure charismatique de Christophe de Margerie » (France 2), « son franc parler » (France 3), « une carrière exemplaire » (France 3), « un enfant du groupe » (France 2), « un style direct, fleuri et sans langue de bois » (TF1), « un patron hors norme » (France 2), « un patron accessible, jovial, chaleureux » (TF1), sans oublier, sur France 2, cette information de première importance : « Christophe de Margerie maniait l’humour ».

Le travail du journaliste consiste-t-il à se tenir dans les limites de la pure et simple hagiographe ? De toute évidence, pour certains, la réponse est positive. Or, le moins que l’on puisse dire est que l’entreprise Total et son patron ont, au cours des dernières années, essuyé de nombreux reproches, au sujet des normes environnementales et sociales, de leur complaisance à l’égard du régime birman ou des montages leur permettant de ne payer aucun impôt en France [1].

Ces sujets n’ont été abordés dans aucun des JT, ou alors très succinctement et sous un angle… particulier. Sur France 3, la question du gaz de schiste est évoquée comme suit : « L’homme a aussi son franc parler, n’hésitant pas à tenir tête au gouvernement sur l’épineux dossier du gaz de schiste ». C’est tout ? C’est tout. La question des impôts a, quant à elle, été effleurée sur TF1 : « Dans un style direct, fleuri et sans langue de bois, il disait vouloir changer l’image de Total et à la question pourquoi son groupe ne paie pas d’impôts en France, il répondait inlassablement [image d’archive de Margerie] : "Nos 12 milliards [de bénéfices], on les fait à 100% à l’étranger, 100%. Pourquoi ? Parce qu’on fait des pertes en France, globalement" ». C’est tout ? C’est tout. Mention spéciale, une fois encore, à Jean-Pierre Pernaut qui, après un sujet sur les activités pétrolières du groupe Total, tient à préciser : « [et aussi] d’énormes activités dans la recherche et les énergies nouvelles, faut pas l’oublier ».


***



Une seule note discordante durant ces 30 minutes à la gloire de Christophe de Margerie, avec ces propos d’un salarié du groupe entendus sur France 2 : « Il avait son caractère, qui tranchait par rapport au patronat français, c’est ce qui faisait peut-être son côté sympathique. Après il avait son côté arrogant, son côté grand patron, l’environnement c’était peut-être pas forcément sa première priorité ». Quelques secondes de critique (modérée) au milieu d’hommages « unanimes » et appuyés, qui ne méritent ni reprise, ni commentaire, ni approfondissement de la part des journalistes, qu’il s’agisse de ceux qui ont réalisé les reportages ou des présentateurs-trices en plateau. Mais ces quelques secondes sont révélatrices puisqu’elles indiquent que les journalistes auraient pu ne pas ignorer les voix discordantes et les critiques, et les donner à entendre. Dès lors qu’il s’agissait, comme quelques « sujets » se sont proposés de le faire, d’informer, à travers l’évocation d’un homme, non seulement sur son caractère, mais sur le groupe Total et le rôle de son patron, le parti-pris hagiographique devient insoutenable.

Le comble de l’hypocrisie a été atteint sur France 3, où l’on a en effet appris, au tout début du JT, ceci : « Christophe de Margerie se démarquait dans le monde des grands patrons. On parle de son humour, de son franc-parler, et surtout de son attachement personnel à Total. Il y avait fait toute sa carrière et il voulait à tout prix redorer le blason de cette entreprise mal-aimée des Français ». « Mal-aimée des français ? ». Information intéressante. Mais rien, dans les 9 minutes de reportages, ne permet de comprendre pourquoi et ce n’est que lors du dernier retour plateau que la question sera de nouveau évoquée. Va-t-on enfin en savoir plus ? Non. Car il s’agit de lancer, non pas un ultime reportage mais un… pseudo-sondage : « On l’a dit, l’image du groupe Total n’était pas forcément bonne aux yeux des Français. Alors qu’en pensez-vous ? ». La question posée était pourtant sensiblement différente.

Pourquoi poser la question ? Il semble que les JT aient déjà répondu...

Julien Salingue

Annexe : quand Libération rend hommage aux grands patrons disparus tragiquement

Dans un article titré « Crashs, naufrages, chutes... Quand les patrons meurent accidentellement », publié dans la rubrique « Chronologie », Libération propose de revenir « sur sept morts brutales d’hommes (et de femmes) d’affaires ». Un souci de mise en perspective louable, dont on ne voit pas bien l’intérêt, mais qui permet d’être dans le flux médiatique du moment… Dans ce papier assez indigent sont rappelées en quelques lignes les circonstances de la mort de Michel Baroin, de Diane Barrière-Desseigne, de Lionel Poilâne, de Paul-Louis Halley, d’Edouard Michelin, de Jimi Heselden, de Karl Slym, et… c’est tout !

On le voit, les grands patrons ne sont pas épargnés par les faits divers tragiques qui peuvent frapper tout un chacun… À ceci près que les accidents qui semblent les toucher le plus souvent ne concernent pas vraiment tous les habitants et les salariés de ce pays : sur les sept décès relatés, trois sont consécutifs à un accident d’avion privé, un d’hélicoptère et un de bateau… Des accidents d’exception donc, qui justifient sans doute que Libération y consacre un article. À l’avenir, il serait néanmoins judicieux que le quotidien de Rothschild s’intéresse à des tragédies plus ordinaires, et qu’à chaque accident du travail mortel en France, ou concernant un Français (tous les jours, donc), Libération se fende d’une « chronologie » rappelant les précédents dans le secteur d’activité concerné…

Blaise Magnin

 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

[1Voir aussi ce récapitulatif du Monde : « Christophe de Margerie, Total et les affaires ».

Docteur Patrick et Mister Cohen

Déontologie journalistique à géométrie variable.

Mardi Cinéma d’Acrimed : « À l’intérieur des rédactions » (cycle de projections-débats)

Au cinéma La Clef (Paris 5e) avec quatre documentaires réalisés à l’intérieur de la rédaction de quotidiens de presse.

La mairie de Lille intente un procès à La Brique

« Votre feuille de chou n’aurait pas sa place sur un marché ! »

Zemmour superstar

Il dit n’importe quoi... et tout le monde en parle !