Observatoire des media

ACRIMED

En bref

Ménager ses fessiers au festival d’Aurillac : France Inter a enquêté

par Nils Solari,

La période estivale en France est jalonnée de festivals en tout genre. Tantôt partenaires ou associés, les médias peuvent rendre compte de ces évènements, soit en déclinant les programmations, soit en se focalisant sur des artistes et/ou des œuvres en particulier, tout en assurant la promotion. Néanmoins, dans ce bouillonnement culturel, la concurrence avec les autres médias est rude. Il convient donc, pour les journalistes et leurs rédactions, de trouver le bon « angle » et le thème accrocheur qui sauront tenir en haleine l’auditeur, le spectateur ou le lecteur.

France Inter s’est particulièrement distinguée en cette mi-journée du 26 août, puisque la radio de service public a su dénicher, auprès de son réseau partenaire en province, France Bleu, LE sujet central pour couvrir le festival d’Aurillac…

C’est « pour clore » le journal de 13h qu’est annoncé « un détour par Aurillac où se tient jusqu’à ce soir le festival international de théâtre de rue ». Un festival dont on apprend qu’il s’y déroule « de très nombreux spectacles » dont on ne saura rien, à part « que l’on peut [les] découvrir en pleine rue, ce qui est plutôt logique, et donc on est assis par terre, ce qui n’est pas très agréable pour les fessiers des festivaliers.  »

Cela méritait bien un reportage d’une minute trente : une reprise par la station nationale d’un « sujet » diffusé le matin même sur France bleu Pays d’Auvergne, sous le titre « La stratégie du siège au Festival international de théâtre de rue d’Aurillac.

Un reportage délectable qui mérite que nous assurions sa promotion.

Pour clore ce journal, un détour par Aurillac où se tient jusqu’à ce soir le festival international de théâtre de rue. Et encore de très nombreux spectacles aujourd’hui que l’on peut découvrir en pleine rue, ce qui est plutôt logique, et donc on est assis par terre, ce qui n’est pas très agréable pour les fessiers des festivaliers.

Dis-moi sur quoi tu t’assoies, je te dirais quel festivalier tu es, à même le goudron, les novices ou les durs de la fesse comme Lucia, Marion, leur première à Aurillac.

- « Nous on est jeunes. On est jeunes donc ça va, mais vous allez voir, il y a plein de vieux avec leurs chaises ».

Les vieux, oh plutôt les chevronnés du festival comme Marie Agnès, cinq ans d’Aurillac au compteur :

- « C’est : ou à Aurillac il pleut et on se mouille les fesses, ou il fait très chaud et là ben on se brûle, donc ben j’ai trouvé de petites nattes, du coco ou je ne sais pas quoi. Alors c’est un peu rembourré et on n’a pas chaud, et n’a pas mal aux fesses ».

Claudine, c’est vingt ans de festival, elle est un cran au-dessus avec son tabouret qu’elle emmène partout :

- « Ça se plie, on le met sur l’épaule, ça tient pas de place et voilà… parce que bon, le sol est un peu bas maintenant ».

Claudine donne l’astuce à tous ses amis mais le siège d’Isabelle, lui, est très convoité, assise, dossier et rangement, le tout pliable :

- « Ça nous permet d’être assis avec le dos bien droit et c’est super ; et ça fait quelques années, on en trouve plus, bah c’est en rupture de stock, et on passe notre festival à conseiller les gens parce que tout le monde nous demande où on a acheté tellement c’est agréable et confortable. On a pas mal aux fesses, pas mal au dos, rien, tout va bien ».

De quoi enchainer les spectacles, plus de 600 proposés pendant le festival. France Bleu Pays d’Auvergne, pour France Inter [1].

Des spectacles, on saura tout juste qu’il y en avait « plus de 600 proposés pendant le festival ». Aucun nom de compagnie, rien sur les œuvres présentées, pas même une mention du mot « théâtre »… En revanche, des plus jeunes aux plus aguerries, des « novices » aux « durs de la fesse », la journaliste livre les témoignages de festivaliers (plus exactement de festivalières...) et de leur fameuse stratégie pour s’asseoir.

Sur le site de France Inter, à l’entrée « Aurillac », nous n’avons pas trouvé grand-chose, si ce n’est un renvoi à l’indémodable Jeu des 1000 euros. À France Bleu, la même journaliste avait pourtant livré, quelques jours plus tôt, deux autres contributions : une présentation générale et thématique du festival et la couverture et le récit d’un spectacle qui « raconte le destin des ouvriers  ».

Mais ces contributions n’ont visiblement pas retenu l’attention de la rédaction de France Inter, qui leur a préféré les émouvants témoignages sur les fessiers [2].

Une question nous taraude : à quand de nouveaux sujets ambitieux sur les capes de pluie au festival des Vieilles Charrues, les « bons plans » caillettes durant les États généraux du documentaire de Lussas, ou les pédalos sur le lac d’Annecy durant le festival du film d’animation ? Réponse l’été prochain !

Nils Solari

 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

[1Retranscription du journal de 13h vers 17’50. À noter que le verbatim sur le site de France Bleu est un peu plus complet

[2Si l’on en croit le site, ni l’une ni l’autre radio ne semble être partenaire dudit festival. De là à en déduire que le service public n’à que faire du théâtre de rue, c’est un pas que nous ne franchirons pas.

CQFD : « SOS d’un canin en détresse »

Un appel à soutien du mensuel de critique et d’expérimentation sociales.

Le gouvernement s’attaque à l’audiovisuel public – Le Parisien en redemande

Un projet en forme de réduction drastique du périmètre ainsi que des moyens financiers humains et techniques de France Télévisions et Radio France.