Observatoire des media

ACRIMED

En bref

Manifestations du 28 avril 2016 : BFM-TV en état d’alerte maximum

par Yves Rebours,

Les bandeaux qui se succèdent à l’écran sur BFM-TV ne sont pas quelconques. Ce sont – excusez du peu – des « Alertes infos »… qui alertent surtout sur l’état d’alerte de BFM-TV. Le jeudi 28 avril, la chaîne d’information s’est placée en état d’alerte maximum pour relater, en continu et presque exclusivement, les affrontements qui ont ponctué – dans quatre villes – les quelque 150 à 200 rassemblements et manifestations contre la « loi El Khomri ».

Informer, c’est choisir. BFM-TV a choisi : de diffuser des flots d’images des affrontements, de s’informer presque uniquement auprès des sources policières, de réserver la parole à la préfecture, au gouvernement, aux syndicats de policiers et de n’interroger les organisateurs des manifestations que sur les affrontements pour les sommer de les condamner.

Fallait-il informer sur ces affrontements ? Bien sûr. Mais comment ? On en reparlera. On se bornera ici à relever comment la focalisation sur les heurts s’est traduite en bandeaux dont nous avons relevé, sauf omission, la totalité et qui ont été diffusés en boucle entre 21h45 et 22h10 environ. Ils résument la teneur des informations proprement dites. Et quoi d’autre ? Presque rien !












Et quoi d’autre ?
Ah oui. Ça :




Un policier a été gravement blessé : l’information fut immédiatement donnée. Le lendemain, les médias (dont BFM-TV) rapportaient qu’un manifestant venait de perdre l’usage d’un œil.

Au fait, combien de blessés parmi les manifestants étrangers aux affrontements ? Ne pouvant bénéficier des comptes de la Préfecture de Police, BFM-TV va enquêter, c’est certain !

Yves Rebours

P.S. Cet article est publié le 1er mai, jour d’une nouvelle manifestation. N’en doutons pas : BFM-TV est déjà en état d’alerte maximum.

 
  • Enregistrer au format PDF

Le médiateur de Radio France répond à Acrimed : mépris, condescendance et autosatisfaction

Son impartialité mise en cause, il réplique par une critique des auditeurs et un éloge de son propre travail.

Docteur Patrick et Mister Cohen

Déontologie journalistique à géométrie variable.

Mardi Cinéma d’Acrimed : « À l’intérieur des rédactions » (cycle de projections-débats)

Au cinéma La Clef (Paris 5e) avec quatre documentaires réalisés à l’intérieur de la rédaction de quotidiens de presse.

Zemmour superstar

Il dit n’importe quoi... et tout le monde en parle !