Observatoire des media

ACRIMED

Le Plan B n° 15 (octobre-novembre 2008)

Chez votre marchand de journaux depuis le 3 octobre.

Au sommaire

- Krach du libéralisme : les vestes se retournent (p. 3) - L’ouragan financier navre les barons de l’information : ils avaient placé leurs euros en Bourse. Et ceux qui célébraient la « dure et juste loi des marchés financiers » pestent à présent contre le capitalisme « immoral ».

- Dossier : DEMANTELEMENT DES SERVICES PUBLICS (p. 4 à 7)
- Comment l’Etat s’est coupé la main gauche (p. 4-6)
La tonte des services publics engagée par l’Elysée sous le nom de « réforme de l’Etat » sert deux fois le patronat : elle décime les rangs de salariés plus syndiqués qu’ailleurs et transfère au privé des activités souvent juteuses. L’Etat qui dépouille l’Etat ? C’est la définition même du néolibéralisme.
- L’école nationale de la pantoufle (p. 6)
Temple de la haute fonction publique, l’Ecole nationale d’administration (ENA) forme ses recrues à vernir les doigts de pied de Laurence Parisot.
- Au congrès des coupeurs de têtes (p. 7)
Pour tailler dans la fonction publique, l’Etat s’en remet à des sociétés de conseil et à des cabinets d’audit. En juillet, ces pompes à euros célébraient leurs millions au palais des Congrès de paris. Le Plan B était là.

- Se faire voir chez les Gracques (p. 8) - Issus du croisement entre les méduses du centrisme et les hippocampes du PS, les Gracques tenaient en septembre leur « université d’été ». Le Plan B y était, avec Jacques Julliard mais sans Philippe Val.

- Comment Mougeotte détruit Le Figaro (p. 10-11) - L’éloge inattendu du journal de Serge Dassault avant sa mougeottisation. Serge, rends-nous Le Figaro d’avant : quelques pages au moins étaient lisibles !

- Pourquoi lit-on des journaux nuls ? (p. 12-13) - Le Plan B a posé la question à des lecteurs de La Voix du Nord installés dans la cité balnéaire de Bray-Dunes, une ancienne villégiature ouvrière investie par les cols blancs de la région lilloise.

- L’entreprise qui changeait ses casse-pieds en lèche-bottes (p. 14) - Une usine de recyclage qui polluait les environs et chahutait le Code du travail a licencié dix-neuf grévistes. Elle les a remplacés par des intérimaires. Leur mission : chanter les louanges du patron dans le quotidien local.

- Les pom-pom boys du libre-échange (p. 15) - Barack Obama n’a qu’un cauchemar : paraître plus à gauche que son adversaire de droite. Comme les responsables du Parti socialiste français, il chante le libéralisme à l’heure où celui-ci s’effondre.

- De l’art, de l’or (p. 16-17) - Quand Le Point, hebdomadaire de François Pinault, consacre trois pages abstraites à l’artiste contemporain Jeff Koons, Le Plan B dresse le tableau figuratif des intérêts croisés qui soudent un plasticien, un patron de presse et un ministre défroqué.

- Marxiste tendance Village People (p. 18) - Il y a quarante ans, de nombreux homosexuels trouvaient plus stimulant de prôner la révolution anticapitaliste que le droit au mariage. Mais la pudibonderie des camarades et l’affirmation d’une identité chic ont fait retomber la fièvre du grand samedi soir.

- Atroces révélations sur Nicolas Demorand (p. 19) - Après Mazarin, Hitler, Bush et Pinocchio, la série des grands mensonges et falsifications de l’histoire s’est enrichie d’un épisode burlesque, fatal pour l’animateur joufflu de la « matinale » de France Inter.

- Le procès de Jean-Claude Trichet (p. 20) - Est-ce parce qu’il ne peut s’empêcher de parler en anglais, ou parce qu’il fait témoigner Alain Minc ? Toujours est-il que l’accusé est abattu en séance par le président de la Cour. Les voies de la justice sont décidément impénétrables.

Et plein d’autres pépites à découvrir…

Prochain numéro : 5 décembre 2008

 
  • Enregistrer au format PDF

Voir aussi...

Poursuite de la lente asphyxie de France Télévisions

De moins en moins de moyens, des projets de plus en plus redoutables.

Le Point sur les « imposteurs de la pensée »

Amnésie ou aveuglement journalistique ?

Double peine publicitaire pour les lecteurs des Inrockuptibles

Coïncidence fâcheuse ou noces (lucratives) de la publicité et du « rédactionnel » ?