Observatoire des media

ACRIMED

Le Plan B n° 10 (octobre-novembre)

Le sommaire avec, en prime, un extrait de « Philippe Val caresse le Medef et attaque un collaborateur du Plan B »

Au menu :

- Quand la serpillère de BHL cire les parquets de l’Elysée (p. 4-5) - Qui se souvient du magazine Globe, hebdomadaire mitterrandiste des années-fric ? Son directeur Georges-Marc Bénamou, devenu conseiller à l’Elysée. Et, malheureusement pour lui, Le Plan B.

- Pédophilie : que risquent réellement les enfants de Roubaix ? (p. 6) - L’agression sexuelle d’un marmot de Roubaix pendant l’été a bouleversé les médias. L’agression économique infligée chaque jour à des milliers d’autres enfants de cette même ville indiffère la presse.

- Les cent jours de Laurent Joffrin (p. 7) - Cet été, le PDG de Libération a asséné des vérités définitives sur la fessée, l’énergie nucléaire, le cannabis, la natation, les OGM, les spams, les sans-papiers, Cécilia Sarkozy, la tauromachie…

- Wikipédia souffre de calvitie (p. 8) - Quelques individus peu scrupuleux détournent à leur profit l’encyclopédie en ligne Wikipédia pour la transformer en tract autopromotionnel. Le Plan B, qui a mené l’enquête, a peut-être identifié l’un d’entre eux…
- L’article en ligne sur le site du Plan B

- L’enterrement citoyen de « Libération » (p. 10-11) - Avec un art de la désinformation qui aurait fait rougir Staline, l’état-major de Libération a grimé en « forum citoyen » un conclave de ministres, de penseurs à gages et de policiers.

- Les pique-assiettes se jettent sur l’université d’été du Medef (p. 12-13) - Exaltant l’ouverture et le pluralisme, le rassemblement annuel du patronat français semblait préfigurer l’avènement d’un régime de parti unique. De Jean-Marc Sylvestre à Philippe Val, toutes les sensibilités s’y sont exprimées, encouragées par des agents infiltrés du Plan B.
- [Lire ci-dessous, en prime, « Philippe Val caresse le Medef et attaque un collaborateur du Plan B  »]

- Alerte à la pollution dans le Danube de la pensée (p. 14) - Pour Le Monde, la vie intellectuelle des vingt-cinq dernières années se résume à l’action d’un génie omniscient. Son nom ? Le Monde.

- La joie de servir (p. 16-17) - Pour le directeur de la rédaction des Echos comme pour ses confrères, l’annonce de la privatisation de Gaz de France puis d’une « réforme » des retraites a offert une nouvelle occasion de câliner le chef de l’Etat.

- Les Simpson sont-ils balladuriens… (p. 18) - … Ou votent-ils Bayrou ? Une analyse serrée du fameux dessin animé américain élucide cette énigme qui tient le monde en haleine.

- Quand le Parti socialiste était socialiste (p. 19) - Le Plan B s’est plongé dans les discours de Jaurès et de Blum. Il en est sorti stupéfait : ni l’un ni l’autre n’étaient des modérés à la sauce Hollande !

- Le procès de Dominique Strauss-Kahn (p. 20) - Le Président : - Un socialiste à la tête du FMI, c’est louche… L’avocat : - C’est encore votre théorie du complot ! (lire la suite des débats…)

Et plein d’autres pépites à découvrir (en palpitant) …

Prochain numéro : 5 décembre 2007


« Philippe Val caresse le Medef et attaque un collaborateur du Plan B »

« Je me sens parfaitement bien au Medef et je suis content d’y avoir été invité », nous déclare le patron de Charlie Hebdo. En attendant la parution dans les colonnes du Plan B, le 5 octobre, d’un grand reportage sur les singes savants du patronat, notre journal met en ligne les éléments d’une étonnante controverse.

Invité le 30 août à l’université d’été du Medef pour co-animer un « atelier » sur la « liberté d’expression », Philippe Val, le directeur de Charlie Hebdo, a très mal vécu l’intervention d’un collaborateur du Plan B, Olivier Cyran, à l’issue d’un « débat » supposé se dérouler dans l’intimité patronale. Piqué au vif, le chef d’état-major de l’hebdomadaire « satirique » contre-attaquait quelques jours plus tard en assaisonnant le trouble-fête, par ailleurs ex-collaborateur de Charlie Hebdo (où Cyran a travaillé de 1992 à 2001), dans un éditorial acariâtre et peu regardant sur les faits, intitulé « Au Medef dans la position du mercenaire ». Le Plan B publie ici-même un large extrait du conte de fées de Philippe Val ainsi que la réponse que lui a adressé Olivier Cyran.

(...)

Réponse d’Olivier Cyran en date du 13 septembre :

Cher Philippe,

Je connais ta théorie sur les traîtres et les crétins, mais les choses sont manifestement plus « complexes » : ton dernier édito prouve avec éloquence qu’on peut être à la fois l’un et l’autre.
Non, je ne consacre pas « une grande partie de ma vie à surveiller tes dérives et à les dénoncer sur Internet ». D’abord, parce que je n’écris que pour des journaux de presse écrite (dont le contenu, il est vrai, se retrouve ensuite parfois sur Internet, mais rassure-toi : ce passage par la « kommandantur » ne me rapporte aucun jambon au marché noir). Ensuite, parce que je serais bien à plaindre si je réglais ma vie sur ton horloge. Sans doute ne suis-je pas indifférent à l’usage que tu fais de Charlie Hebdo, un titre qui a marqué ma jeunesse et pour lequel j’ai travaillé dix ans, et je reconnais bien volontiers que ce gâchis me navre.
(...)

Lire la suite sur le site de Plan B

Toutes les adresses sont périmée, janvier 2014 (note d’Acrimed)

 
  • Enregistrer au format PDF

Pseudo-journalisme politique au Parisien : ça va durer encore longtemps ?

Personnalisation partout, politique nulle part.

Ces médias qui ont besoin de notre soutien : le site d’informations Basta !

« Pour une information indépendante, sans publicités ni algorithmes. »