Observatoire des media

ACRIMED

Le Magazine électronique n°151 (décembre 2014)

par Cyrille Rivallan,

Si vous ne parvenez pas à lire ce message correctement, cliquez ici.

Sommaire

1. Première journée de critique des médias
2. Acrimed au pied du sapin
3. Débats
4. Sur le site d’Acrimed
5. Sur d’autres sites
6. Livres, revues, journaux sur les médias


Qu’on se le dise : le 31 janvier 2015, Acrimed organise sa première journée de critique des médias. Et il y en aura d’autres !

Ils vont venir, ils seront (presque) tous là : les syndicats, les associations, les insoumis de la critique des médias. Presque tous, car nous ne pourrons pas les accueillir tous à la tribune.

Ils seront présents pour débattre de ce qui ne peut plus durer, de ce qui ne doit plus durer et qui pourtant ne cesse de s’aggraver.



L’information, c’est notre affaire !
L’état des journalismes, c’est notre affaire !
L’avenir des médias, c’est notre affaire !




Manifestement, ce n’est pas celle du président de la République et de son gouvernement : ils s’étaient engagés… à pas grand-chose et ils ont fait… presque rien.

Évidemment, ce ne doit pas rester l’affaire des nouveaux chiens de garde de l’ordre médiatique et de l’ordre social existants : les tenanciers des médias et les éditocrates.

Dans tous les domaines, prolifèrent des informations aux yeux bandés (pour reprendre l’expression de Jean-Pierre Tailleur, auteur de Bévues de presse. L’information aux yeux bandés) qui maltraitent (le mot est faible) les questions abordées et le pluralisme des opinions : sur les inégalités de classe et de genre, sur les mouvements sociaux, sur les questions économiques, les questions judiciaires et biens d’autres.

Dans tous les médias (ou presque), travaillent des journalistes sous contraintes qui, quand ils ne sont pas des rouages qui n’aspirent qu’à servir, subissent des logiques mercantiles, des hiérarchies incontrôlées, l’extension de la précarité, des conditions de travail détériorées, des rédactions sans statut juridique, une protection dérisoire du secret des sources, etc.

Contester et proposer. Transformer les médias ? Une urgence démocratique, un combat politique ! Un enjeu que nos invités et les forces politiques qui nous soutiendront partageront, sans nécessairement partager ce qu’en dit Acrimed.

De 14h à 21h30 : plus de sept heures d’interventions, d’animations, de confrontations.

C’est promis : pour bien commencer l’an 2015, nous publierons dès le début du mois de janvier le programme et la liste des participants et des soutiens !


La boutique en ligne d’Acrimed reste ouverte pendant les fêtes. Toute commande reçue d’ici au 19 décembre sera traitée et expédiée de façon à vous parvenir le 24 décembre au plus tard.
N’hésitez pas à soutenir notre association en (vous) offrant nos livres, notre DVD, nos t-shirts, un abonnement à Médiacritique(s) etc.
La boutique en ligne ? C’est par là !


Pour les autres initiatives, les précisions (thème, lieu, horaires…) sont à suivre sur l’agenda des débats et initiatives.

- Jeudi 11 décembre à 19h à la Bibliothèque Faidherbe, 18-20 rue Faidherbe, 75011 Paris : « Décryptons le JT », avec Yannick Kergoat et Nicolas Spengler (Acrimed).

- Jeudi 18 décembre à 19h : Jeudi d’Acrimed

« Jeudi d’Acrimed »
à la Bourse du travail de Paris
3 rue du Château-d’Eau, 75010 Paris

Jeudi 18 décembre 2014 à 19 heures

Entrée libre et gratuite


Faut-il jeter les JT ? Peuvent-ils se transformer ? À quelles conditions et comment ? Acrimed vous invite à en débattre avec William Irigoyen (journaliste, auteur de Jeter le JT - Réfléchir au 20 heures est-il possible ? ) et Yannick Kergoat (Acrimed)



Présentation complète du débat sur notre site.


4.1. Magazine, Acrimed Hebdo, Flux RSS

Nous vous proposons ci-dessous une sélection… sélective (puisque vous consultez le site régulièrement...) et un peu organisée.

De surcroît, Acrimed vous offre une liste, complémentaire de celle-ci : Acrimed Hebdo. En vous inscrivant, vous recevrez la liste hebdomadaire des articles parus sur notre site. Pour s’inscrire, deux solutions :

- Envoyer un message vide à zelistes@acrimed.org avec, dans le champ "sujet" ou "objet" : subscribe hebdo (sans autre mention).

- Recourir à l’inscription automatisée sur notre site.

- Enfin, vous pouvez également vous abonner au flux RSS. Si vous ne savez pas de quoi il s’agit, pas d’inquiétude : votre navigateur vous expliquera...

4.2. Sélection d’articles publiés sur le site (novembre 2014)
I. ACRIMED INFORME SUR LES MÉDIAS

** Libération : plus dure sera la chute ? (« Rapport d’expertise » et témoignages)
« On croyait que le plus dur serait pour ceux qui partent, mais ce sera pour ceux qui restent ».

** L’édition en sciences humaines et sociales (1) : crise ou pas crise ?
Crise de l’édition ou discours de crise des éditeurs ?

** L’édition en sciences humaines et sociales (2) : une crise de l’édition spécialisée
Une irréversible mutation de l’économie éditoriale ?

** Wolters Kluwer, grand spécialiste de l’évasion fiscale et de la spoliation de ses salariés
Assigné au tribunal de grande instance de Nanterre par les syndicats, le groupe de presse comparaîtra le 27 novembre 2014.

II. RÉFLEXIONS SUR LE JOURNALISME

** Le droit à l’information, ses conditions et ses conséquences
Quelques principes pour guider critiques et projets.

** Le « fact-checking » : une pratique féconde... mais pas auto-suffisante
Pourquoi le « fact-checking » ne doit pas être une « case » journalistique comme une autre.

** Quand les médias filment la police : « immersions » et compromissions
Une technique idéale pour couvrir les faits divers et le récit quotidien de la délinquance.

III. DÉCRYPTAGE DE QUELQUES SUJETS D’ACTUALITÉ

** Les « vaches à lait » selon Le Point ou les vaches maigres du journalisme
Sous couvert d’enquête, une bonne dose de faits trafiqués, partiels et partiaux.

** « L’information » selon Yahoo ! : superficialité et incohérence éditoriales
Voyage au pays de la « course aux clics »

** Une arrogante réplique de Patrick Cohen à Jean-Luc Mélenchon... et ce qu’elle révèle
Le mépris d’un représentant de la caste des intouchables face aux critiques qui la visent.

** BHL et Frédéric Haziza, son fidèle valet, pulvérisent les Palestiniens et la déontologie journalistique
Une interview ? Non, un numéro de duettistes.

IV. ACRIMED EN IMAGES
** « Médias et questions environnementales », avec H. Kempf et J-B. Comby (vidéo d’un Jeudi d’Acrimed)
Un traitement souvent inoffensif, superficiel, dépolitisé, et finalement compatible avec les intérêts des grandes industries.

** « Le journalisme d’investigation », avec Fabrice Arfi et Henri Maler (vidéo d’un Jeudi d’Acrimed)
De quoi le journalisme d’investigation est-il le nom ? Quels sont ses cibles, ses méthodes, ses limites, ses effets ?

** « La politique, un divertissement médiatique comme un autre ? » (vidéo d’un Jeudi d’Acrimed)
Que font les divertissements télévisuels à la représentation politique ? Avec Philippe Riutort, sociologue.


Voici une sélection extraite de notre série : Critique des médias sur le Web. Le numéro de juillet-août-septembre est d’ores et déjà consultable en ligne.

- Paulo Paranagua écrira-t-il un article sur les 43 étudiants mexicains massacrés ? Lettre ouverte au médiateur du Monde (legrandsoir.info, 10/11) - "Comment comparer la répression et les souffrances endurées par les populations de la Bolivie, de Cuba, de l’Equateur ou du Venezuela, avec la réalité de pays comme la Colombie ou le Mexique ? Je ne veux pas prétendre que ces premiers pays sont la matérialisation du paradis sur terre, mais à force de les diaboliser les lecteurs du Monde auront vite fait de les imaginer comme des enfers surtout si l’on détourne leur regard loin de la queue du diable qui se trouve souvent juste de l’autre côté de la frontière."

- Le stagiaire bandeau d’i>Télé, c’était moi : 8h non-stop, pas de relecture, 430 euros/mois (Le Plus, 13/11) - "Si nous avions un problème, nous ne pouvions compter que sur nous-mêmes. Notre seule aide était un lutin avec quelques pages de conseils et des codes erronés.
À l’heure du déjeuner, l’ancien stagiaire nous a lancé avec enthousiasme :
- Pour une fois, vous pouvez aller manger dehors si vous voulez
- Comment ça "pour une fois" ?
- Le bandeau ne doit jamais être seul. Il faut souvent se prendre à manger. Les pauses déjeuner, vous pouvez faire une croix dessus."

- L’Angleterre, tu l’aimes ou tu la kilt (Enbata.info, 9/10) - "Trois jours plus tard, un sondage donne pour la première fois gagnants les partisans de l’indépendance. Dans les rédactions, on range les whiskies en vitesse, on retourne les photos des Highlands et on habille sérieusement les Ecossais pour l’hiver. Les soldats britanniques sont déjà en place qui, sur l’air du “don’t panic”, font naturellement paniquer tous les médias européens. Une vraie boucherie."

- Faut arrêter avec le plagiat dans le journalisme, c’est beaucoup trop banal (Libération.fr, 18/11) - "Le plagiat s’est généralisé, le copié-collé est devenu ordinaire, presque consubstantiel au métier. Une grande partie de la production des sites d’info est du « bâtonnage » de dépêches, c’est-à-dire de la vague réécriture de contenu AFP, du plagiat éclairé et légal, souvent délégué aux journalistes débutants, qui entrent ainsi par la grande porte dans le métier."

- France 2 prend le parti des opprimés (du Medef) (Télérama.fr, 05/12) - "Pour France 2, la persécution dont sont victimes les patrons est le résultat de « l’impatience manifeste » de gouvernants qui ont totalement perdu le sens des réalités, comme le rappelle un économiste, Eric Heyer : « Le pacte ne peut pas avoir d’effet immédiat, il y a forcément un temps de retard entre le moment où on distribue du revenu et le moment où il y a des répercussions sur l’économie. » La journaliste confirme : « Beaucoup d’entreprises attendent d’avoir touché l’intégralité des baisses de charges pour embaucher, c’est-à-dire pas avant 2017. » Cet effet retard rend urgente l’adoption de nouvelles baisses de charges pour garantir les embauches de 2019."


De très bonnes, de bonnes et de moins bonnes lectures.

-  Bemba (Leon), Médias et pouvoir politique au Congo Brazzaville, L’Harmattan, novembre 2014, 430 p., 41 euros.
-  Fall (Karim), Pouvoirs et médias au Sénégal et ailleurs, L’Harmattan, octobre 2014, 272 p., 28 euros.
-  Fauve (Pierre), Lexique sélectif de collocations des médias d’aujourd’hui, L’Harmattan, novembre 2014, 174 p., 17, 10 euros.
-  Grevisse (Benoît), Ecritures journalistiques, De Boeck, novembre 2014, 22,50 euros.
-  Messina (Gérard-Marie) et Ebongue (Augustin Emmanuel), Médias et construction idéologique du monde par l’Occident, L’Harmattan, novembre 2014, 276 p., 26,60 euros.
-  Péruisset-Fache (Nicole), Pouvoirs, impostures, L’Harmattan, novembre 2014, 224 p., 22 euros.
-  Piccinin da Prata (Pierre) et Quirico (Domenico), Le pays du mal – Otages du djihad en Syrie, 152 jours, L’Harmattan, novembre 2014, 220., 20 euros.
-  Postel (Jacques) et Delattre (Bernard), Dans les coulisses de la presse locale, Grrr...art Eds, octobre 2014, 15 euros.
-  Ringoot (Roselyne), Analyser les textes de presse, Armand Colin, novembre 2014, 18,50 euros.
-  Scheer (Leo), Quand les tontons flingueurs rencontrent les bronzés – La folle invention de Canal +, Michel Lafon, octobre 2014, 250 p., 19,95 euros.
-  Thouroude (Jacques), Ouest-France et la question coloniale 1954-1962, Goater, novembre 2014, 28,50 euros.


Prochain magazine : janvier 2014

Le site d’Acrimed, observatoire des médias : http://www.acrimed.org/

N’hésitez pas à copier/coller et à transmettre tout ou partie des informations contenues dans ce message à celles et ceux qui pourraient être intéressés.

Vous pouvez également nous suivre sur Twitter, nous rejoindre sur Facebook et également vous abonner à Médiacritique(s).

De trop nombreux messages nous reviennent parce que les boites-à-lettres des destinataires sont surchargées ou périmées. Nous supprimons automatiquement de notre base de données les adresses après deux retours (sans préavis, sans message d’alerte). Merci de votre compréhension.


Se désabonner en ligne
Se désabonner par mail
Signaler des difficultés
Nous écrire
 
  • Enregistrer au format PDF

Pseudo-journalisme politique au Parisien : ça va durer encore longtemps ?

Personnalisation partout, politique nulle part.

Ces médias qui ont besoin de notre soutien : le site d’informations Basta !

« Pour une information indépendante, sans publicités ni algorithmes. »