Observatoire des media

ACRIMED

EN BREF

Le Figaro refuse la « main de fer » d’Erdogan mais pas l’argent de ses partisans

par Julien Salingue,

Les profits avant la déontologie.

Le samedi 15 juillet, on découvrait dans les kiosques cette « une » du Figaro :



L’éditorial donne le ton : « [Erdogan] veut une armée à sa botte, une justice et des médias aux ordres. Tout ce qui s’oppose ou émet la moindre réserve sur lui et son clan est balayé ». En pages intérieures, plusieurs articles sont consacrés à l’« ivresse autoritaire » du président turc, dans lesquels on apprend notamment comment « le président Erdogan a utilisé le putsch raté du 15 juillet pour s’arroger les pleins pouvoirs, durcir le régime et plonger le pays dans l’isolement ».

C’est probablement pour rompre cet « isolement » que les autorités turques ont lancé une campagne de communication internationale à l’occasion de l’anniversaire du coup d’État manqué du 15 juillet dernier, destinée à réhabiliter l’image dégradée de la Turquie et du régime Erdogan. Une campagne qui s’appuie notamment sur l’achat d’encarts publicitaires dans des grands titres de la presse internationale comme… Le Figaro.

Quelle n’a pas été en effet notre surprise lorsque nous avons découvert que dans la même édition du quotidien de Serge Dassault, on pouvait lire, en dernière page, ceci :



Soit la version française de cette campagne de communication, avec un message, signé d’organisations turques et internationales, expliquant notamment ce qui suit : « après [la] tentative de coup d’État, une très importante lutte pour la démocratie a commencé pour la Turquie. La nuit du 15 juillet 2016, notre peuple, notre président, notre parlement, notre gouvernement, tous nos partis politiques, les ONG et toutes les parties de notre société ont défendu la démocratie ».

Nous pourrions ironiquement saluer l’esprit d’ouverture du Figaro qui, après avoir constaté que le pouvoir turc était « isolé », permet à ses partisans de s’exprimer sur une pleine page dans le quotidien. Une belle leçon de pluralisme ?

La vérité est sans doute plus prosaïque : l’achat de cet encart publicitaire a dû rapporter une coquette somme au Figaro qui, comme plusieurs de ses confrères, ne semble visiblement pas se poser de questions lorsqu’il s’agit de recevoir de l’argent, même lorsque celui-ci vient des partisans d’un régime qui veut « des médias aux ordres ».

Chaque jour, Le Figaro arbore en « une » la célèbre phrase de Beaumarchais : « Sans la liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur ». Peut-être le temps est-il venu de remplacer cette citation par un autre aphorisme : « L’argent n’a pas d’odeur ».


Julien Salingue

 
  • Enregistrer au format PDF

Aidez le Ravi à passer l’hiver !

Une campagne de financement déterminante pour l’avenir du mensuel d’enquête et satire en région PACA.

Actualité des médias n°10 (novembre 2017)

Du côté des programmes, des informations et des entreprises médiatiques.