Observatoire des media

ACRIMED

Le Figaro à Saint-Denis : Désinformation-sur-Seine

par Sihame Assbague, Widad Ketfi,

Suite à la parution, dans Le Figaro Magazine du samedi 21 mai 2016, d’une « enquête » consacrée à « l’islamisme » dans la ville de Saint-Denis, et sobrement titrée « Molenbeek-sur-Seine », Sihame Assbague (journaliste par obligation) et Widad Ketfi (journaliste indépendante) ont entrepris de mener une « contre-enquête ».

Une fois leur travail achevé, elles ont proposé à Acrimed de le publier. Ce que nous avons accepté avec enthousiasme, même si l’article qui suit est d’un genre – et d’un format – différents de ceux que nous proposons habituellement.

Il s’agit en effet d’un travail de journalisme de terrain, s’appuyant sur de nombreux témoignages, qui propose une critique des médias « en actes » : démontrer que non seulement le « reportage » du Figaro Magazine concentre nombre de biais et de travers journalistiques qu’Acrimed a coutume de critiquer, mais aussi qu’il aurait été possible de faire un autre reportage. En somme, une démonstration de ce que d’aucuns semblent avoir oublié : un autre journalisme est possible.

« Molenbeek-sur-Seine »

Samedi 21 mai 2016, Le Figaro Magazine publiait l’enquête de Nadjet Cherigui sur la ville de Saint-Denis renommée pour l’occasion « Molenbeek-sur-Seine ». À la demande de plusieurs dionysiens et internautes effarés par l’angle choisi et les « insinuations abjectes », nous avons donc remis nos trenchs d’enquêtrices pour aller démêler le vrai du faux. Après deux semaines de rencontres, de présence sur place et d’entretiens, notamment avec les personnes citées, nos doutes quant à l’utilisation de procédés journalistiques équivoques et de simplifications outrancières ont été confirmés. Manipulation, déformation, falsification de plusieurs citations, informations non vérifiées devenues assertions, occultation délibérée de propos pouvant nuancer l’enquête : le résultat est pour le moins accablant. Ce que Le Figaro a présenté comme une enquête de trois mois, puis d’un mois et demi, n’est en fait qu’une succession de biais réducteurs et de témoignages peu fiables. Décryptage, point par point, ligne par ligne, d’un dossier désormais emblématique de la désinformation-sur-Seine.

C’est par la « Une » de l’édition – c’est souvent le cas – que la polémique est arrivée. Pour Madjid Messaoudene, élu à la ville de Saint-Denis :

C’est pas la comparaison avec Molenbeek qui nous a agacés mais les sous-entendus qu’il y a derrière. Nous assumons entièrement notre identité de ville ouvrière, terre d’immigrations et sommes solidaires de Molenbeek et de toutes les villes populaires mises à l’index mais de là à faire croire que nous sommes une fabrique à terroristes... c’est du journalisme de caniveau.



Il faut dire qu’en plus d’un titrage racoleur, l’iconographie choisie a de quoi laisser perplexe. La symbolique peut paraître anodine mais elle ne l’est pas : deux jeunes femmes voilées, aux visages floutés et tenues sombres, se tiennent debout devant la basilique de Saint-Denis. Avec cette annonce lapidaire : « À Saint-Denis, l’islamisme au quotidien ». Il y a là, de toute évidence, une confusion délibérément entretenue entre l’imaginaire auquel renvoie le terme « islamisme » et la figure de la femme voilée. Une confusion, des amalgames, des analyses réductrices que l’on retrouvera tout au long de l’enquête. Et puis évidemment, en trame de fond, l’idée qu’une menace plane, celle du... « grand remplacement » et de son acolyte le « choc des civilisations ».

Les premières lignes de l’article confirment la tendance : « Mosquée Tawhid. Nous sommes à moins de 200 mètres de la nécropole royale de Saint-Denis, aux portes de Paris et à quelques stations de métro de l’avenue des Champs-Elysées et de l’arc de Triomphe. » Les lieux n’ont pas été choisis au hasard. La journaliste aurait pu signaler que le centre Tawhid se situe à quelques mètres du meilleur grec du 93, du théâtre Gérard Philippe, du Stade de France, du périphérique, de la gare Saint-Lazare mais ça fait tout de suite moins Huntington. Non, ce qui semble important c’est de préciser qu’une mosquée se dresse, plutôt fière et pleine, à quelques mètres de lieux symboliques de l’Histoire de France. Bon. Avançons.


Premières lignes, premiers mythos

La tension monte, les échanges se font virulents, des insultes fusent. Quelques responsables de la mosquée sont obligés d’intervenir pour séparer deux hommes prêts à en découdre. Karim, chechia beige sur la tête et djellaba assortie, fait partie des cadres de la mosquée Tawhid. Il ne cache pas la proximité de cette salle de prière avec les frères musulmans et la présence d’un bureau alloué à Tariq Ramadan au sein des locaux. Mais Karim se dit complètement débordé : « Notre ville va devenir Molenbeek, nous sommes cernés par les intégristes. Daesh est aux portes de notre mosquée qu’ils veulent forcer pour imposer leurs lois obscurantistes. »

Nous sommes au tout début de l’article et déjà apparaissent les premiers arrangements avec la vérité. En lisant ce passage, difficile de ne pas penser que les tensions auxquelles il est fait allusion sont le fruit de rapports tendus avec les « frères musulmans » et/ou « les intégristes ». Seulement voilà, dans les faits, c’est la présence de la journaliste à proximité de la mosquée qui est à l’origine du trouble. Las du traitement médiatique réservé aux musulmans en général et gêné par l’insistance de la journaliste, un fidèle a voulu signaler sa désapprobation. Au moins quatre témoins directs nous le confirmeront. Pour Loïc, l’un des « témoins » cités dans Le Figaro (et que nous retrouverons plus tard), il n’y a pas eu « d’échanges virulents ni d’insultes » mais seulement « un homme qui refusait de répondre à la journaliste ». Nadjet Cherigui étant directement concernée, elle ne peut pas ne pas savoir qu’elle est la cause de cet emportement. Non, elle le sait pertinemment mais elle va subtilement passer cela sous silence et en profiter pour distiller de dangereux amalgames. Une introduction sur la défiance de certaines franges de la population envers les journalistes aurait sans doute été moins vendeuse qu’un paragraphe réussissant à mettre à la suite tous les mots-clé du moment, à savoir « chechia », « djellaba », « Tawhid », « Tariq Ramadan », « Molenbeek » et (bien sûr) « Daesh ».

Autre problème avec ce passage : la fiabilité du témoignage. Karim est le personnage clé de l’enquête du Figaro. Il est le premier cité dans l’article et c’est de son propos, du moins d’après l’explication de Nadjet Cherigui, que sera extrait le titre polémique « Molenbeek-sur-Seine ». Problème, après vérification auprès de la mosquée, le seul « cadre » se prénommant ainsi est Karim Azouz, le président de l’association Tawhid et... il n’a jamais été interrogé par Le Figaro. « Aucune demande officielle n’a été formulée auprès de la mosquée pour faire une interview. Je n’ai aucun problème avec les journalistes, je réponds à leurs sollicitations s’ils en formulent mais là nous n’avons rien reçu. Par ailleurs, nous n’avons pas réussi à retrouver quel est le cadre de la mosquée qui lui aurait répondu... » précise M. Azouz qui est également l’ancien Consul général de la Tunisie en France. Plutôt embêtant, d’autant que le « Karim » interrogé par le magazine porte des accusations très graves contre la mosquée. Le président du centre Tawhid pointe un « manque de professionnalisme » de la part de la journaliste qui, malgré « les horreurs qu’elle prétend avoir entendues » n’a pas daigné contacter la (vraie) direction de la mosquée pour les alerter et leur demander « s’ils sont au courant, s’ils condamnent, comment ils luttent contre ça, etc... ».

Même son de cloche du côté de Daoud, l’ancien président de la mosquée Tawhid, qui émet de très forts doutes sur la crédibilité du témoignage de « Karim » : « On n’arrive pas à retracer qui a répondu à cette journaliste. Ce qui est sûr c’est que les propos ne sont pas tenus par un cadre de l’association... À la limite, un ennemi de l’association pourrait dire ça en disant “je m’appelle Karim et je fais porter le chapeau à untel” mais pas quelqu’un qui est dans le bureau. Faut arrêter, ce n’est pas crédible. » Non, effectivement et ça l’est d’autant moins que certaines des citations attribuées à ce personnage correspondent aux poncifs journalistiques utilisés ici et là par Nadjet Cherigui. Ainsi, il aurait déclaré : « notre mosquée est toute proche de la basilique de Saint-Denis. Nous sommes à deux pas des sépultures des Rois de France et de Charles Martel qui a arrêté l’invasion des musulmans en 732 le symbole est fort pour cette poignée de fous d’Allah. » Vraiment ? Ça ne vous rappelle rien ? On est d’accord. De deux choses l’une : ou ce « Karim » a très très fortement inspiré l’article et mériterait donc des remerciements conséquents (il a tout de même donné le titre, les premières lignes et l’essentiel de la ligne directrice) ou c’est l’inverse. Eu égard aux informations dont nous disposons, nous privilégions la seconde hypothèse. En effet, à ce jour, « Karim » n’a toujours pas été retrouvé et surtout, d’autres personnes citées dans l’article se sont plaintes de la déformation de leurs propos.


Où t’es Loïc ? Où t’es ?

C’est le cas de Loïc, ce jeune converti dont la tenue et les propos ont suscité de nombreuses interrogations sur les réseaux sociaux. Il mettra quelques heures avant d’accepter de nous répondre craignant de se « faire encore avoir » par des journalistes. Il faut dire que Nadjet Cherigui n’a pas toujours été claire dans son approche. À certains, elle explique qu’elle travaille sur le manque de places à la mosquée pour un blog indépendant, à d’autres - comme Loïc - qu’elle veut « casser les préjugés sur la communauté ». Seuls les non-musulmans auraient eu le droit à la version complète avec mention du Figaro Magazine et des objectifs réels de l’enquête. Loïc nous l’assure, s’il avait su, il n’aurait pas répondu. Il voulait simplement donner une « autre image de la ville et des musulmans » et s’est retrouvé pris dans une polémique le dépassant.

Quand nous lui montrons la photo choisie par le magazine pour le représenter, et sur lequel on le voit poser avec son qamis blanc, un keffieh rouge maladroitement enroulé sur la tête et des lunettes de soleil, Loïc sourit, entre gêne et amusement. Si la tenue n’a, en soi, absolument rien de dérangeant, nous y avons décelé un manque flagrant de naturel. Il nous explique que c’est sa « tenue du vendredi » agrémenté d’accessoires « pour le fun ». En somme, un « petit délire » avec le photographe. Il ne s’attendait pas vraiment à se retrouver dans Le Figaro avec cette photo. Quand il l’a su, quelques heures avant la publication, il a demandé à ce que la photo ne soit pas publiée. En vain. Pourtant, le photographe avait pris une autre photo : on le voit dans ses vêtements de tous les jours, serrant la main du rabbin de la synagogue se situant à quelques mètres de la mosquée Tawhid. Moins vendeur, n’est-ce pas ?



Sur les propos que la journaliste lui attribue [1], il est formel : « j’ai jamais dit ça ! » Si nous ne pouvons l’attester, pour avoir longuement échangé avec lui, de vive voix et par textos, nous nous étonnons de la différence de langage entre les propos qui lui sont prêtés et ceux que nous avons entendus. À cette remarque, il sourit puis répond : « oui bon, je peux faire des belles phrases et tout mais là, c’est pas moi... en fait, les questions qu’elles m’a posées elle les a mises directement en réponse... c’est ça qui m’a étonné. » Pour Daoud, l’ancien président de l’association Tawhid qui le connaît bien, une autre hypothèse est possible : « Loïc est jeune, c’est la première fois qu’il répondait à un média. Il n’a pas forcément le recul nécessaire pour parler à une journaliste... il s’est fait avoir, on l’a orienté dans un discours et il a répondu à ce discours-là. C’est toujours pareil avec les médias, on prend quelqu’un, on lui fait dire ce qu’on veut, on sort la citation du contexte on écrit, et voilà. »

Quoi qu’il en soit, Loïc nous précise n’avoir jamais été approché par des recruteurs pour la Syrie et avoir été « déboussolé » en lisant l’article. Comme nombre des personnes que nous avons interrogées, il ne nie pas l’influence que peuvent avoir certains groupuscules extrémistes sur « deux ou trois gars » mais récuse les amalgames véhiculés par l’article. Alors qu’il s’apprête à nous quitter, Loïc nous confie qu’à la veille de la publication, Nadjet Cherigui lui a envoyé un message lui conseillant de ne pas se rendre à la mosquée les prochains jours de crainte que ce soit « tendu » pour lui. « En fait, elle pensait que les gens allaient m’en vouloir pour l’article mais c’est pas du tout ce qu’il s’est passé... ils me connaissent, ils savent que je n’aurais pas dit ça. Ils m’ont juste conseillé de me méfier des journalistes » précise-t-il. Et Daoud de confirmer : « elle lui a fait peur alors que nous on le connaît très bien. On l’aime beaucoup et on le soutient. »

Bien que cet épisode l’ait affecté, Loïc ne portera pas plainte, il préfère tourner la page.

Fanta, la mère de Mohamed, le jeune homme décrit comme « élégant, courtois, mais [qui] veille à ne croiser aucun regard féminin », envisage quant à elle de poursuivre la journaliste en justice. Elle s’est dite « extrêmement choquée » par les propos attribués à son fils, mineur ; des propos qui ne refléteraient en rien sa réalité. Ce dernier aurait déclaré : « un homme ne doit pas serrer la main d’une femme. C’est une question de pudeur. Si ces propos choquent les gens en France alors disons les choses autrement : les femmes sont libres de refuser de serrer la main des hommes pour préserver leur pudeur. » D’après Fanta, Mohamed n’a jamais tenu ces propos. Son fils lui aurait expliqué avoir été abordé aux abords de la mosquée alors qu’il sortait de la prière. « Elle [Nadjet Cherigui] leur a dit qu’elle était journaliste indépendante et qu’elle faisait un article sur la ville de Saint-Denis. Mon fils est investi dans la ville donc il a répondu à ses questions sur la vie locale mais à aucun moment ils ont abordé ces sujets. Tout est faux dans ce qu’elle a écrit ! » certifie la mère du jeune homme. « En plus, il a des photos de filles dans son portable et il en fréquente ! » tient-elle à préciser. En colère, la dyonisienne a contacté la municipalité pour se renseigner sur les modalités d’un dépôt de plainte contre le magazine et la journaliste.


« Ça veut dire quoi “salafistes”, d’abord ? »

Après quelques jours de réflexion, le maire qui, le 20 mai dernier, déplorait déjà « la volonté de ce magazine d’alimenter les polémiques et les clivages extrémistes pour doper ses ventes » a également décidé de porter plainte. Dans un communiqué en date du 3 juin 2016, il fustige un « article [qui] porte non seulement atteinte à l’image de Saint-Denis mais [qui] est en plus un tissu d’inexactitudes ». Didier Paillard en sait quelque chose puisque la journaliste du Figaro lui a prêté des propos [2] sur « d’éventuelles suspicions de radicalisation de la part d’agents municipaux » [3] qu’il affirme n’avoir jamais tenus. « Nous sommes d’autant plus étonnés par cette citation que ce n’est même pas un sujet évoqué en interne. Nous n’avons, à aucun moment, eu une quelconque suspicion sur des agents municipaux, nous n’avons jamais reçu aucune remontée, aucun échange sur cette question-là » précise le cabinet du maire. Là encore, il se pourrait que la journaliste ait pris ses questions pour des réponses.

Par ailleurs, dans un droit de réponse adressé au Figaro, Didier Paillard s’interroge sur le manque de précision de l’article qui ne s’appuie sur aucune donnée fiable ni aucune analyse sérieuse : « L’article n’est étayé par aucun chiffre précis. Pourtant, le nombre d’assignations à résidence suite aux attentats de novembre 2015, à savoir zéro, aurait pu aisément démontrer que les rues de Saint-Denis ne sont pas “investies ouvertement par les islamistes les plus radicaux”. » Des insuffisances que l’on retrouve dans le choix des mots et la confusion des concepts : « intégrisme », « salafisme », « islamisme », « terrorisme », « musulmans radicaux ». La majorité des personnes que nous avons rencontrées ont pointé du doigt cette tendance aux raccourcis et aux amalgames qui a de terribles conséquences sur leur quotidien. Sur l’utilisation du terme « salafiste » par exemple, qui n’est jamais précisément défini dans l’ « enquête », Zoubair, le bénévole du centre Tawhid, précise : « Oui, il y a des salafistes à Saint-Denis, mais ça veut dire quoi “salafistes” d’abord ? Les salafistes, c’est les prédécesseurs, ceux qui ont suivi le Prophète et les compagnons. Ils veulent être dans l’excellence de la pratique. C’est ça le mot, ils veulent se rapprocher de la pratique religieuse du Prophète... Donc salafistes et terroristes, c’est l’opposé, ça n’a rien à voir... C’est comme l’eau et le feu. » Un tel point de vue n’aurait-il pas mérité de figurer dans une « enquête » prétendant traiter de « l’islamisme » à Saint-Denis ? De toute évidence, pour Le Figaro, c’est non : quand on parle d’Islam, pas question de s’encombrer de nuances.

Philippe Galli, préfet de la Seine-Saint-Denis, est lui aussi moins caricatural. L’énarque, nommé dans le 93 en 2013, a longuement été interviewé par Nadjet Cherigui. Il ne voulait pas « entretenir la polémique » car conscient que quand il parle « aux journalistes ils peuvent en faire une transcription extrêmement partiale ». Il a donc pris le soin de recontextualiser un certain nombre de choses et de ne pas céder à l’analyse simpliste qui lui était proposée, notamment sur la comparaison avec Molenbeek : « J’ai essayé de lui expliquer que le parallèle qu’elle essayait de faire entre Saint-Denis et Molenbeek était erroné. Qu’est-ce que ça veut dire Molenbeek déjà ? Si Molenbeek est une ville avec une population issue de l’immigration, oui, vous en avez plusieurs comme ça. Si Molenbeek est une ville où vivent des musulmans pratiquants, oui, vous en avez plusieurs comme ça. Mais entre pratiquer un islam rigoriste et le fait de devenir terroriste, il y a une nuance. » C’est le cas de le dire. Philippe Galli nous indiquera que si quelques dionysiens ont « fort probablement » été placés sous surveillance, il n’y a, à ce jour, « aucune procédure civile en cours » à Saint-Denis et « deux individus assignés à résidence dans tout le département. »

Contrairement à ce qu’a laissé entendre la journaliste, toujours en filigrane, le président du centre Tawhid nous a expliqué entretenir de bonnes relations avec la préfecture. Des propos confirmés par Philippe Galli : « Nous entretenons des relations avec l’ensemble des centres cultuels du département. Je n’ai pas de contentieux particulier avec cette mosquée, et ils disent vrai quand ils affirment que nous entretenons de bonnes relations, on se voit régulièrement notamment concernant la prévention de la radicalisation. » Ou bien le préfet tient un double discours (peut-être est-il sous l’influence de la mosquée Tawhid qui serait elle-même sous celle de Tariq Ramadan ?) ou bien Nadjet Cherigui est passée maître(sse) en termes de petits arrangements avec l’honnêteté intellectuelle. La deuxième option nous semble bien plus plausible. Ici, pas de falsification des citations mais un agencement fallacieux qui cache l’essentiel. « Ce journalisme militant ne rend service à personne, ni au journalisme, ni à la cause qu’elle défend » résume le préfet.


C’est pas halal tout ça, c’est pas halal

Et ce n’est pas Jean Courtaudière, prêtre officiant à la basilique de Saint-Denis, qui va le contredire. Lui aussi a été interviewé par Le Figaro Magazine et lui aussi se dit « déçu » du résultat. Une phrase qui lui est attribuée nous a particulièrement intéressées : « Aujourd’hui à Saint-Denis, je ne peux plus, hélas, me fournir en viande non halal que chez Carrefour ou les jours de marché. » Interrogé sur ces propos, Jean nous précisera qu’il ne faisait que relayer les plaintes de certains de ses coreligionnaires : « j’ai un peu été le porte-parole de ce que certains me disent ou de ce que j’entends. Oui, parfois on me dit “on n’est plus chez nous” et sur le halal, j’ai expliqué à la journaliste que c’étaient des choses que j’avais déjà entendues, oui. » Sur la forme, la journaliste aurait donc dû, a minima, stipuler qu’il s’agissait de discours rapportés et non d’une citation directe du prêtre. Sur le fond, il est étonnant que Nadjet Cherigui, qui prétend avoir passé 45 jours sur place, n’ait pas penser à vérifier cette assertion. Elle aurait pu profiter de ses visites du vendredi devant le centre Tawhid pour faire le tour non pas du quartier mais tout simplement du pâté (sans jeu de mots) de maison ! Là, à quelques pas de la rue du Jambon (c’est son vrai nom), elle serait tombée sur la charcuterie que tiennent Carlos et José depuis plus de 11 ans déjà. En se renseignant, auprès des dionysiens ou de Google, elle aurait trouvé au moins deux autres boucheries vendant de la « viande non halal », un peu plus loin dans la ville.

Au-delà de ces faits, il aurait été intéressant que la journaliste démonte les fantasmes liés au « halal » en expliquant, à l’aide de sociologues, d’économistes, d’élus ou autres, pourquoi certains commerces se déplacent au profit d’autres. Elle en aurait sans doute conclu que ce qui se « cache » derrière le marché du halal, ce n’est pas la main invisible du « grand remplacement islamique » mais celle de... l’offre et de la demande mue par des dynamiques de peuplement s’expliquant, elles-mêmes, par des facteurs historiques, sociaux et politiques. Une pratique plus rigoureuse et honnête qui lui aurait également permis de mettre en perspective le concept d’« islamisation » de la ville. En apportant de la nuance, elle aurait obtenu de la nuance et c’est ça qui est intéressant.

Pour Jean Courtaudière, par exemple, « le problème c’est que les pouvoirs publics n’ont, depuis des années, pas fait attention à la non-mixité de cette ville. Il y a une accumulation des pauvretés dans tous les domaines... Je ne fais pas l’amalgame musulmans et pauvreté, mais je constate la politique d’urbanisme des dernières années. » Mêmes réflexions chez Daoud, l’ancien président de la mosquée Tawhid : « C’est sûr que la population est plus diversifiée à Saint-Denis que dans le 16ème. Mais ça c’est l’héritage de la politique migratoire qu’on a eue en France et les cités d’urgence. On n’a pas mis les immigrés dans le 16ème arrondissement, on les a bien mis dans des bidonvilles notamment à Nanterre ou dans des cités en Seine-Saint-Denis. Donc il ne faut pas s’étonner qu’on les retrouve en banlieue. » Oui, c’est clair, ça fait tout de suite moins sensationnel. Sur ce point, le prêtre n’est d’ailleurs pas dupe : « J’ai refusé de faire les photos [pour l’article du Figaro] et j’ai bien fait ! Quand je vois les photos, le titre, accrocheur, racoleur, commercial, ce n’est pas normal de stigmatiser les gens comme ça. » Et de conclure : « Elle avait un angle, elle a choisi ce qu’elle avait envie de choisir. J’aurais peut-être mieux fait de refuser de lui répondre... À quoi ça sert ? À qui ça rend service ? À personne. Ah si, peut-être au Front national... »


Les mots sont importants

En relisant de plus près les parties de l’enquête du Figaro consacrées à l’église, par le biais de l’interview de Jean Courtaudière et à la mosquée Tawhid (et plus généralement aux musulmans), nous avons été frappées par le contraste des champs lexicaux utilisés. D’un côté, un vocabulaire très apaisant : le prêtre est amené à « tendre la main », « discuter » et il est associé au « dialogue », à la « conviction », la « foi », le « partage » et l’« échange ». De l’autre côté, c’est le champ lexical de la « tension » qui est privilégié : aux abords de la mosquée, par exemple, les gens se « toisent », « la tension monte », les propos sont « virulents », les « insultes fusent » et les fidèles sont « prêts à en découdre », le tout sur un fond de « colère », « crainte », « violence » et « intimidations ».

Le choix des mots ainsi que l’agencement de certaines remarques et citations contribuent à nourrir une charge assez virulente contre le centre Tawhid. Implicite, souvent, mais suffisamment acerbe pour laisser croire que cette mosquée serait la succursale du terrorisme made in 9-3. Nadjet Cherigui n’est pas la première journaliste à cibler ce centre cultuel. Ils sont régulièrement contactés par une presse en quête de reportages sur les mosquées de la Seine-Saint-Denis. Pour beaucoup, c’est la présence du bureau de Tariq Ramadan au sein des locaux de l’association Tawhid qui attire les projecteurs. Daoud précise que ce bureau était loué au théologien bien avant la création du centre culturel. Pour lui, ce qui gêne vraiment est que le philosophe suisse soit « un homme instruit, cultivé, qui parle bien et maîtrise les stratégies de communication... c’est ça qui dérange les politiques. Il a démonté encore et encore les diffamations le concernant mais un mensonge répété mille fois devient une vérité. » C’est à peu près la même chose que l’on nous rétorquera au sujet de la mosquée Tawhid. « Le truc avec Tawhid c’est que c’est pas les papas arabophones que l’on a l’habitude de voir dans les mosquées...sans stigmatisation, on se comprend. La majorité a grandi ici ; ils sont diplômés, conscients, bien organisés et ça, généralement, on n’aime pas trop » explique Najim, un dionysien fréquentant le lieu de culte depuis plusieurs années.

Comme lui, beaucoup de fidèles ont apporté leur soutien à la mosquée après la parution du dossier du Figaro. Pour Daoud, c’est le signe qu’ils font du bon travail. « Raconter des conneries sur l’islam, on a l’habitude. Mais là, c’est de la diffamation... ce sont des accusations graves. [...] Il y a sans doute des gens fichés, des gens surveillés, des gens à problèmes dans le département. S’il y des gens qui recrutent, c’est pas dans les mosquées qu’il faut les chercher mais sur les réseaux sociaux. Moi je mets au défi, qu’on nous montre qui, dans notre mosquée, fait ça. Ça voudrait dire qu’on est passé nous-mêmes à coté d’un truc et ça, c’est pas possible parce qu’on se réunit souvent, qu’il y a une vraie communication et que les gens font très attention. C’est comme les colis suspect dans les transports, les gens sont très sensibles à ça ! On est une mosquée plus qu’ouverte et le soutien des gens l’a montré. On n’a rien à cacher... c’est pour ça que je le dis en souriant : elle s’est vraiment plantée de mosquée. »

Même amusement pour Mohamed, un dionysien que l’on rencontrera plus tard et qui, bien que lassé, moque gentiment les amalgames que font certains medias entre pratique de l’islam et terrorisme. Il a été approché par la journaliste un vendredi soir, lors d’une soirée spirituelle organisée par le centre Tawhid : « la journaliste m’a demandé s’il y avait des jeunes radicalisés dans la mosquée. Je lui ai répondu qu’elle ne risquait pas de les trouver ici. Je lui ai dit “si vous cherchez des jeunes radicalisés, ils sont dans les dancing, dans les bars à chichi, pas ici” » explique-t-il en se référant aux profils des auteurs des récents attentats en France et en Belgique.


« Donner la parole à ces femmes et cesser de parler à leur place »

Ces choix sémantiques nous les retrouvons dans la partie évoquant le port du voile. Les femmes qui ne le portent pas ou plus : portent « fièrement une cascade de boucle méchée de blond » ou redécouvrent « le plaisir de se promener […] cheveux au vent. » La fraîcheur, les teintures, la liberté... face à un voile présenté unilatéralement comme un « symbole de soumission » enfermant les femmes « dans un monde de plus en plus restreint ». La caricature est poussée à l’extrême et servie par des choix iconographiques douteux et une répartition de la parole plus que pernicieuse. De fait, la quasi totalité des femmes qui apparaissent sur les photos présentées par Le Figaro Magazine portent soit le jilbeb soit le niqab. La seule femme à ne pas le porter (et à avoir eu le droit à sa photo posée) est Sarah Oussekine, la « farouche militante laïque » qui « s’inquiète de voir de plus en plus de jeunes se tourner vers la religion » et le voile.

Avec Sara et Nadia, toutes deux étudiantes à Paris 8, et Élisabeth qui a retiré sa fille des cours d’arabe dispensés au sein du centre Tawhid parce qu’elle avait été « affublée d’un voile sur la tête » et qu’on lui aurait expliqué que « les jupes trop courtes étaient indécentes », Sarah Oussekine fait partie des seules femmes à être citées dans l’article. Un choix loin d’être anodin puisque les quatre « témoins » se prononcent ouvertement contre le voile, sont dans des processus de dévoilement ou dénoncent des pressions de la communauté. Il est bien question d’une femme qui a fait le choix de se voiler et qui semble l’assumer mais bizarrement, elle n’a pas le droit à la parole. Étrange procédé pour une journaliste qui explique à qui veut l’entendre que l’enquête n’avait « pas pour objet de caricaturer ». Ça semble évident, non ?

Souad et Raoudha, toutes deux dyonisiennes depuis des années, ne se sont pas reconnues dans ce dossier du Figaro Magazine et sa manière de présenter les femmes voilées. Pour Souad, qui gère l’entreprise familiale avec son mari, « certains sont obsédés par le voile des femmes musulmanes et leur obsession cache mal leur islamophobie. Le voile dérange car il devient visible et celles qui le portent n’occupent plus des postes de femmes de ménage mais des bancs de l’université. » Comme d’autres, elle dénonce des choix éditoriaux qui rompent avec la réalité de la ville : « Il y a des femmes voilées comme des femmes non voilées. Affirmer qu’il n’y a que des femmes voilées est faux. Et puis après tout ce sont des femmes et des citoyennes avant tout. Leur voile ne fait pas d’elles des extrémistes ou des dangereuses. » Elle-même porte le voile depuis son adolescence. À l’instar de plusieurs femmes que nous avons rencontrées ces dernières années, elle nous explique avoir pris cette décision « contre la volonté même de [sa] famille ».

Raoudha enchaîne, elle qui est également voilée, nous explique que c’était « une volonté de m’accomplir spirituellement. J’approche la quarantaine et à aucun moment, je ne me suis senti oppressée si ce n’est par la société qui ne cesse de me pointer du doigt. Ceci est le cas de la majorité de mes coreligionnaires. Ce n’est pas parce qu’une infime minorité vit sous la pression qu’il faut en faire une généralité. C’est aussi absurde que de penser que les pères catholiques sont tous pédophiles... » Des points de vue, là encore, qui auraient mérité de figurer dans une « enquête » digne ce nom… Souad et Raoudha regrettent que la journaliste, qui accorde visiblement – et à juste titre – une place importante aux combats féministes n’ait pas évoqué les pressions et la stigmatisation subies par... les femmes voilées. « Il y a des femmes aujourd’hui qui ont dû renoncer à leurs études et à leur travail car on leur a mis des bâtons dans les roues et ce ne sont pas leurs époux ni leurs pères les responsables mais leur propre pays ! » précise Souad avant de conclure « il serait plus judicieux de la part de ces pseudo-journalistes de donner la parole à ces femmes et de cesser de parler à leur place. » À bon entendeur.


Je ne suis pas raciste, j’ai moi-même...

Dans l’article du Figaro, la partie sur les femmes voilées est suivie du témoignage d’un certain « Abdallah » qui peste contre les « jeunes filles drapées de noir en jilbeb ». Si nous n’avons pas été en mesure de le retrouver, quelques éléments de sa description nous ont interpellées. Il est, par exemple, introduit comme « français d’origine tunisienne ». Notons que c’est, avec les deux étudiantes de Paris 8, l’un des rares protagonistes dont l’origine est précisée. Il est, surtout, décrit comme un « entrepreneur propriétaire d’un restaurant » et « musulman très pratiquant ». Sa pratique religieuse le pousserait même à fermer son établissement la journée pendant le ramadan. En outre, on apprend qu’il fait ses cinq prières quotidiennes et qu’il fera bientôt le pèlerinage à la Mecque. Eu égard à toutes ces informations, il nous est donc permis de penser que son restaurant propose certainement de la viande halal. Or, fait assez paradoxal, le personnage est utilisé pour critiquer la présence de magasins « communautaires » et de restaurants halal. « Les magasins deviennent communautaires » dit-il, « on trouve de plus en plus de boutiques de vêtements islamiques, des restaurants halal ou des librairies religieuses. » Hum... Quel genre de propriétaire, entrepreneur, critiquerait de manière aussi virulente un commerce dont il est lui-même partie prenante ?

Parmi les personnes que nous n’avons pas été en mesure de retrouver, enfin, le lycéen en terminale S rêvant de devenir journaliste. Au sujet des attentats de 2015, Hassan aurait tenu les propos suivants : « Beaucoup se sont réjouis, évoquant l’argument du blasphème. Aucun ne voulait entendre parler de liberté d’expression. Les attentats suivants ont tout changé. Ça a été un choc pour toute la communauté musulmane. […] Les jeunes sont plus dans le shit et le rap que dans la kalachnivov et le Coran […] » Il est présenté comme un «  fervent musulman » fréquentant « assidûment la mosquée Tawhid ». Problème, aucun des cadres, bénévoles ou fidèles que nous avons rencontrés ne l’a identifié. Ils avaient pourtant réussi à reconnaître Loïc et Mohamed sans problème...

Au fil de nos déambulations à Saint-Denis – et grâce à des relais solides – nous avons, en revanche, pu discuter avec quelques personnes dont les interviews n’ont pas été conservées par la journaliste du Figaro. Pour Houari, approché un vendredi alors qu’il sortait de la prière collective, cela ne fait aucun doute : « elle n’a gardé que les interviews qui allaient dans le sens de ce qu’elle voulait montrer, le reste elle l’a passé à la trappe. » Il est vrai que le discours de ce trentenaire très actif dans la ville va à contre-courant de ce que Nadjet Cherigui a décrit. Même constat pour Céline et Stanislas, deux « blancs habillés plutôt bourgeoisement », abordés alors qu’ils sortaient d’un concert d’orgue donné à la Basilique de Saint-Denis.

Après avoir demandé si nous habitions à Saint-Denis, la journaliste, plutôt que de nous poser une question neutre sur la réalité de notre vie dans la ville, nous a posé d’emblée une question orientée, en nous demandant si nous avions remarqué des changements à Saint-Denis depuis notre arrivée, et en particulier une hausse du communautarisme. Dès cette première question, le manque d’intégration de la communauté musulmane était présenté comme l’opinion majoritaire, qu’elle nous demandait simplement de confirmer.

Le couple ne se laisse pas orienter, répond que la ville « accueille beaucoup de migrants et sans doute moins d’ouvriers blancs que dans le passé » mais que «  les gens cohabitent très bien ». La journaliste persiste et signe, rétorque que ce témoignage ne correspond pas aux autres (ceux qu’elle a conservés ou tous les autres ?) et en remet une couche sur les « problèmes d’intégration de la communauté musulmane ». Las, Stanislas lui suggère d’aller enquêter sur les communautés du sud-ouest parisien « parce qu’il n’y a pas moins de raisons qu’il y ait du communautarisme dans le 16e que dans une ville comme Saint-Denis ». Visiblement vexée, la journaliste fera allusion à ses origines maghrébines et à sa culture religieuse pour se défendre de toute approche malveillante à l’égard des personnes d’origine étrangère. C’est un « argument » qu’elle semble avoir utilisé à plusieurs reprises, avec Loïc, le prêtre et d’autres. Comme si nos origines nous prémunissaient de biais réducteurs et racistes.


***



Cas d’école de la malhonnêteté intellectuelle, du manque de rigueur et surtout d’un journalisme militant obsédé par l’islam et les musulmans, ce dossier du Figaro Magazine aura fait couler beaucoup d’encre et de salive. Premiers sur le front : les dionysiens qui ont initié des dizaines d’actions pour dénoncer les manipulations du journal. Outre les procédures judiciaires, les pétitions et les rassemblements, plusieurs jeunes se sont rendus au siège du Figaro afin d’obtenir des explications. Pour Mehdi Messai, l’un des organisateurs de cette visite, l’idée était de dénoncer des « allégations mensongères qui ne reflètent en rien la réalité de notre ville ». Comme nombre de ses voisins, il aurait souhaité que les journalistes viennent parler « des vrais problèmes » à savoir : « le chômage, le logement, les discriminations... »

C’est, en substance, ce qui ressortait de la réunion publique organisée par la municipalité ce mardi 7 juin 2016. Une cinquantaine d’habitants étaient venus témoigner et proposer des réponses face à ce qu’ils ont qualifié de « violence médiatique ». Nombre d’entre eux ont ainsi expliqué à quel point ils s’étaient sentis « humiliés » par cet article « diffamatoire », « mensonger », « irresponsable », « stigmatisant ». Certains, comme Jérôme, n’ont pas hésité à pointer du doigt « l’absence de condamnation de la part d’autres journalistes » qui auraient dû, selon lui, s’indigner face à une « telle pratique de leur profession ». Un #NotInMyName aurait été plus que bienvenu.

D’autres, comme Adjera, étaient venus exprimer leur colère : « J’entends beaucoup de féministes tenir des discours sur la laïcité, mais je n’en vois pas beaucoup venir dans les quartiers… Nous on débat sur tous les sujets, on a organisé un débat sur la laïcité mais ces féministes on ne les a pas vues » raconte cette membre de l’Association des Femmes du Franc-Moisin, qui nous avouera avoir refusé de répondre au Figaro. « En réalité, ce qui ressort de nos débats ce n’est pas la religion…qu’ils soient athées, musulmans, peu importe, ce qui intéresse les gens dans cette ville c’est la propreté, la sécurité, l’emploi… » Sûrement, avec ceux cités par Mehdi Messai, les problèmes les plus prioritaires à Saint-Denis et dans plusieurs villes de France et de Belgique d’ailleurs. Des sujets dont Le Figaro aurait pu s’emparer si l’objectif réel était de rendre compte des « inquiétudes des musulmans », de raconter des faits et d’exposer des réalités bien plus explicatives que des citations remixées.

En attendant, la seule réalité à avoir été exposée là, c’est la médiocrité du Figaro. Mais bon, ce n’est pas un scoop, n’est-ce pas ?


Widad Ketfi et Sihame Assbague

 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

[1« Loïc est un tout jeune converti qui ne supporte plus d’entendre ce type de discours : “l’atmosphère ici mais aussi dans d’autres mosquées de la ville devient pesante, certains fidèles parlent politique ou argent, d’autres essayent de nous convaincre de leurs thèses intégristes et nous expliquent que la France est un pays de mécréants. À ceux qui me parlent de djihad en Syrie, je réponds systématiquement que, là-bas, le mot liberté n’existe pas.” »

[2« Didier Paillard, maire de la ville se dit tout aussi démuni face aux phénomènes de radicalisation : “Nous faisons des signalements en préfecture qui, elle, a tout pouvoir d’agir. […] Sur mon territoire, je ne sais pas combien de personnes, ni même si des agents de la ville sont concernées par des fiches S.”  »

[3Extrait du droit de réponse envoyé au Figaro.

Le médiateur de Radio France répond à Acrimed : mépris, condescendance et autosatisfaction

Son impartialité mise en cause, il réplique par une critique des auditeurs et un éloge de son propre travail.

Docteur Patrick et Mister Cohen

Déontologie journalistique à géométrie variable.

Mardi Cinéma d’Acrimed : « À l’intérieur des rédactions » (cycle de projections-débats)

Au cinéma La Clef (Paris 5e) avec quatre documentaires réalisés à l’intérieur de la rédaction de quotidiens de presse.

Zemmour superstar

Il dit n’importe quoi... et tout le monde en parle !