Observatoire des media

ACRIMED

La « vie au poste » de Samuel Gontier, journaliste de canapé (vidéo d’un jeudi d’Acrimed)

par Acrimed,

Vidéo enregistrée le 15 décembre 2016 à la Bourse du travail de Paris.

Le journaliste de Télérama Samuel Gontier est un observateur assidu de la télévision. Il nous propose, chaque jour ou presque, une chronique sur son blog « Ma vie au poste » [1]. Il porte un regard acerbe et lucide sur le « meilleur du pire » des programmes télévisés, à mi-chemin entre le regretté « Zapping » de Canal+ et les publications d’Acrimed [2].

Les éditions La Découverte ont eu la bonne idée de publier, sous forme de livre, une version augmentée des chroniques de Samuel Gontier parues entre 2008 et 2016, dans un ouvrage qui reprend le titre du blog : Ma vie au poste. À Acrimed, autant le dire sans détour, on a aimé. Et c’est pour cela que nous avons décidé d’inviter Samuel Gontier lors de ce « jeudi d’Acrimed ».


 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

[1Le journaliste rédige également une chronique hebdomadaire dans la version papier de Télérama.

[2Rappelons ici que Samuel Gontier était l’un des invités de la Deuxième Journée de la critique des médias organisée par Acrimed le 12 mars 2016. On pourra retrouver son intervention, aux côtés de celles d’Usul, d’Anne-Sophie Jacques (« Arrêt sur images ») et d’Henri Maler (Acrimed) en suivant ce lien. Il est également intervenu récemment sur le plateau d’« Arrêts sur image », aux côtés de Julien Salingue (Acrimed), et des Garriberts (« Les Jours »), dans une discussion consacrée à la « rentrée des vieilles télés ». L’émission (payante) est à découvrir sur le site d’« Arrêt sur images ».

Plantu, éditorialiste mondain, combat le Front national

… en raison de son amicale complicité avec La France Insoumise ?

De l’art de saboter une interview politique

Le calvaire d’Éric Coquerel dans « Questions Politiques » sur France Inter ; par Nicolas Demorand, Nathalie Saint-Cricq, Françoise Fressoz, et Carine Bécard.

« Incarner le renouveau » : programme politique ou marotte journalistique ?

Quand les mots d’ordre des communicants deviennent des slogans médiatiques.