Observatoire des media

ACRIMED

Accueil > Critiques > (...) > En Suisse

La mondialisation heureuse vue de Suisse

Un titre flamboyant (mais un peu énigmatique pour qui n’est pas familier des régates et autres sports nautiques) : « Alinghi, un concentré de mondialisation ».

Et cet article, dont il suffit de citer quelques extraits, pour disposer d’un « concentré de soupe idéologique »… :

« Alinghi a remporté la Coupe Louis-Vuitton, ticket d’entrée obligatoire pour participer à la phase finale de la Coupe de l’America. Voilà les faits bruts. Voilà surtout un formidable succès qui doit tout à un mariage très réussi. Car il n’était pas évident d’unir des marins néo-zélandais, longtemps héros d’une nation, avec la technologie, la finance et l’organisation suisse. Cette mayonnaise complexe, Ernesto Bertarelli a pourtant réussi à la faire monter. Avec panache, avec intelligence et surtout avec un esprit nouveau.

Bien sûr, il y a l’argent. Enormément d’argent. Près de 100 millions de dollars. Mais l’argent ne suffit pas.(…)

Bien sûr, il y a les marins néo-zélandais (…) Mais là encore, cette seule explication ne suffit pas. (…)

A l’heure des premiers bilans, un constat s’impose. Les Suisses ont montré qu’ils étaient capables de s’adapter avec maestria à un monde nouveau, que l’on peut aimer ou détester. Avec Alinghi, nous avons là un concentré, intelligent, de mondialisation. »

Un article signé Philippe Dumartheray, paru dans le 20 janvier 2003 du quotidien de Suisse romande 24 heures.

Lien vers l’article périmé (Acrimed, 13/04/2009)

 
  • Enregistrer au format PDF

Souscription 2018Souscription 2018

A la une

Souscription 2018 : appel à la mobilisation générale !

Plaidoyer (inquiet) pour que les dons affluent…

Aquarius : Bernard Guetta vole au secours du gouvernement italien

Demi-vérités et omissions orientées sur le service public.

Misère du documentaire politique

À propos de deux films consacrés au « Penelopegate » qui consacrent l’inanité et l’inutilité du journalisme politique.

La macronie en marche pour mettre les médias au pas

Bilan de 12 mois d’atteintes plus ou moins graves et insidieuses à l’indépendance des médias et à la liberté d’informer.