Observatoire des media

ACRIMED

L’acharnement pseudo-déontologique de TF1 contre Florence Schaal

par Henri Maler,

Le 8 août 2008, Florence Schaal annonçait en direct la mort de Louis, deux ans, disparu depuis plusieurs jours, mais que les enquêteurs venaient de découvrir, non pas mort mais vivant. En septembre de la même année, elle était licenciée pour « faute grave » par la direction de TF1. Nous avions dit alors - sans nous prononcer sur les qualités professionnelles de cette journaliste - tout le mal que nous pensions de cette soudaine et inhabituelle crise de déontologie. À ce sujet, lire « Florence Schaal licenciée de TF1 par Coca-Cola ».

Et depuis ?

Le lendemain du licenciement, la Société des Journalistes de TF1, dénonçait la faute en l’imputant à la seule responsabilité de la journaliste, comme si l’orientation éditoriale de la chaîne n’y était pour rien. Mais n’écoutant que son audace, la SDJ jugeait la sanction « disproportionnée »…

En 2009, la commission arbitrale de journalistes, organisme paritaire obligatoirement saisi dans les cas de licenciement de journalistes qui ont plus de 15 ans d’ancienneté, a reconnu en 2009 que Florence Schaal avait commis une faute professionnelle « mais pas de faute grave justifiant un licenciement pour faute grave ».

Un premier jugement avait condamné TF1. En mars 2012, la cour d’appel de Paris confirmait cette condamnation pour « licenciement abusif sans cause réelle ni sérieuse ».

N’écoutant que son attachement à un journalisme de qualité que confirment quotidiennement ses journaux télévisés, toujours en pointe dans la défense du droit du travail, la direction de TF1 a décidé de se pourvoir en cassation. Parce que nous ne confondons pas l’acharnement d’un patron soucieux de défendre son autorité avec la libre critique des pratiques journalistiques ; parce que nous n’avons jamais réclamé l’éviction d’aucun journaliste - même pas celle d’Éric Zemmour ! – nous ne pouvons pas accepter l’acharnement judiciaire de la direction de TF1, si indulgente avec les forts, si impitoyable avec les faibles, qu’ils soient ou non journalistes.

Une pétition demandant l’annulation de la procédure conte Florence Schaal est en ligne. Nul doute que les confrères et consœurs de la journaliste, de TF1 et d’ailleurs, vont la signer massivement !

Henri Maler

NB. Il y a une quinzaine de jours, lors qu’elle se rendait au siège de TF1 pour remettre une lettre adressée au PDG, Nonce Paolini, Florence Schaal a été victime d’un grave accident de scooter. Elle est encore hospitalisée au moment où nous écrivons.

 
  • Enregistrer au format PDF

Docteur Patrick et Mister Cohen

Déontologie journalistique à géométrie variable.

Mardi Cinéma d’Acrimed : « À l’intérieur des rédactions » (cycle de projections-débats)

Au cinéma La Clef (Paris 5e) avec quatre documentaires réalisés à l’intérieur de la rédaction de quotidiens de presse.

La mairie de Lille intente un procès à La Brique

« Votre feuille de chou n’aurait pas sa place sur un marché ! »

Zemmour superstar

Il dit n’importe quoi... et tout le monde en parle !