Observatoire des media

ACRIMED

Indignation médiatique : la petite Wallonie « bloque » la grande (et belle) Europe

par Frédéric Lemaire, Julien Salingue,

L’image est forte, vendredi 21 octobre. La ministre canadienne en charge des négociations de l’accord de libre-échange entre le Canada et l’Union européenne (CETA) quitte le siège du gouvernement wallon. Visiblement émue, elle n’est pas parvenue à convaincre ses interlocuteurs de donner leur aval pour obtenir la signature de la Belgique lors du sommet UE-Canada prévu le 27 octobre. C’est la consternation dans les cercles européens et gouvernementaux favorables à l’accord : comment une si petite région peut-elle « bloquer l’Europe » ? Une indignation largement partagée dans les grands médias qui, une fois de plus, et ce quoi que l’on pense de la position du parlement wallon, se sont distingués par un sens de la pédagogie eurobéate et du pluralisme que nous ne pouvions manquer de relever.

Pédagogies eurobéates

On connaît la passion d’Arnaud Leparmentier, éditorialiste du Monde, pour les accords de libre-échange, dont il aime à chanter les louanges. Au lendemain de l’échec des négociations entre le Canada et la Wallonie, il tire un premier coup de semonce :



Le lendemain, l’échec du CETA fait la « Une » du Monde. La manchette annonce « un épisode humiliant pour l’Europe », un « blocage » qui « illustre la tentation du protectionnisme ». L’éditorial va plus loin : l’échec des négociations serait « une aberration », et l’Union européenne « de plus en plus isolée ». « L’Europe est fermée pour travaux », se désole le quotidien. Et d’invoquer l’auteur néolibéral Francis Fukuyama pour mieux pourfendre la « vétocratie » qui, aux Amériques comme en Europe, menacerait le libre-échange. Le Monde s’étrangle devant les « pouvoirs improbables » du parlement wallon. Et s’interroge : pour accélérer la négociation des accords de libre-échange – nécessairement « raisonnables » – comment contourner les parlements nationaux, qui ont une fâcheuse tendance au populisme ? Le Monde propose ainsi, une fois de plus, une conception de la démocratie toute thatchérienne : il n’y a pas d’alternative.

Lundi 24 octobre, on assiste à un véritable concert médiatique d’indignations contre le « blocage wallon ». Dès 7h47, Dominique Seux reprend, sur France Inter, le même refrain que Le Monde : « l’Union, en tant que puissance commerciale, joue sa crédibilité ». Sur le fond, l’accord est « équilibré » : il s’agit d’échanger « l’importation de viande bovine canadienne contre l’exportation de 18 000 tonnes de fromage européen au Canada », résume notre expert. Une synthèse audacieuse, et pas un mot sur le dispositif de règlement des différends (qui permet aux entreprises d’attaquer des mesures réglementaires), pourtant au cœur des réserves des Wallons, ainsi que de la plupart des opposants au traité. Des réserves balayées par notre expert : il y aurait «  beaucoup de théories complotistes dans la dénonciation de l’accord ». Quant aux Wallons, ils n’auraient « pas soulevé de réserves de fond » – ils ont juste été mal informés. Heureusement, Dominique Seux est là pour corriger le tir ! C’est à peu près le sens de sa conclusion : « Si plus personne ne fait plus confiance ni aux experts ni aux représentants élus, que fait-on sinon laisser la place aux démagogues ? » On se demande bien d’où vient ce manque de confiance dans la parole des experts…


« Est-ce bien raisonnable ? »

Rebelote dans le journal de 13h, dès l’accroche du sujet : « un traité négocié depuis sept ans, approuvé par les représentants de quelques 500 millions de citoyens européens, et qui pourrait capoter par la volonté de ceux qui en représentent 3 millions, est-ce bien raisonnable ? » Un lancement à peine biaisé : en vérité, la plupart des parlements nationaux n’ont pas été consultés pour la signature du traité à proprement parler, comme en France : ils seront consultés après, pour la ratification de l’accord une fois signé. Mais en Belgique, le gouvernement doit obtenir le feu vert des parlements des trois régions autonomes pour signer un accord du type du CETA [1].

Pour évoquer la question du veto wallon, la parole est à « l’expert » Quentin Dickinson. Ce dernier raille le ministre-président wallon, qualifié de « cyber-vedette », puis s’interroge : « Faut-il confier aux parlements nationaux et régionaux les accords négociés et conclus au nom de l’Union européenne ? » Et notre expert de suggérer de réduire la portée des votes des parlements. Le même Dickinson, à 8h dans le journal de France Culture, ne cachait pas son agacement face à la persistance des blocages de Namur, « enfin célèbre capitale de la Wallonie » ; et ce malgré les nombreux gages qu’auraient donnés les négociateurs européens. L’expert est indigné par tant d’impertinence. « Les Wallons croient pouvoir parler "d’inacceptable ultimatum". » Bien évidemment – Dickinson le tient des « milieux européens » –, l’opposition du gouvernement wallon ne serait motivée que par des raisons de politique interne – « comme Sarkozy courant derrière le Front national ».

Au Figaro [2], on déplore « l’entêtement des Wallons », et on reprend, sans commentaire, les propos du Premier ministre belge Charles Michel dénonçant une « radicalisation des positions du côté du gouvernement wallon ». Du côté de L’Opinion, c’est Nicolas Beytout qui prend la plume pour faire entendre la voix des « peuples européens » : « Il n’y a pas de doute possible : la priorité des peuples européens, pris dans leur ensemble, était bien de signer le traité commercial avec le Canada. Il avait été âprement négocié, abondamment amendé, scrupuleusement peaufiné jusqu’à satisfaire tous les gouvernements et parlements nationaux, européens et canadien ». Nicolas Beytout, lucide, voire extra-lucide, sait donc que les parlements nationaux, qui n’ont pas été, dans leur majorité, consultés, sont « satisfaits » du CETA. Et le même de dénoncer pour conclure cette « infime minorité » (wallone) qui « contraint le plus grand nombre ».


La petite Wallonie bloque le grand traité

La petite Wallonie qui paralyse la grande (et belle) Europe : un des thèmes récurrents du chœur médiatique eurobéat de ces derniers jours. Depuis le début de l’épisode wallon, on assiste à un véritable concours de titraille sur les sites de presse en ligne, qui insistent lourdement sur le supposé isolement de la « petite » Wallonie. Qu’il s’agisse de l’éditorial du Figaro :



D’un article de fond des Échos :



Ou encore de l’éditorial de 20 minutes :



Les sites des chaînes d’information en ligne ne sont pas en reste :

- « La petite Wallonie continue de bloquer le grand traité de libre-échange UE-Canada » (LCI)

- « Comment la petite Wallonie arrive à bloquer les négociations sur le CETA » (France info)

- La palme revient à France 3 Nord Pas-de-Calais : « La Wallonie, ce petit bout de Belgique qui bloque l’Europe ».

Une titraille qui vient à l’appui de la thèse de la singularité wallonne, et qui tend à faire passer par pertes et profits les multiples expressions de l’opposition au CETA, qu’il s’agisse, en France, des centaines de collectivités locales qui se sont déclarées « hors TAFTA/CETA », ou des mobilisations de rue, comme en Allemagne et en Autriche en septembre dernier, où plusieurs centaines de milliers de manifestants ont défilé contre le CETA.


Dans les JT aussi

Soyons justes : l’unanimisme est un peu moins étouffant qu’il a pu l’être lors des précédents épisodes de pédagogie eurobéate. Symptôme de cette dissonance au sein de l’harmonie éditocratique : Libération qui, dans son édition du 25 octobre, donne sur une demi-page la parole à Paul Magnette, ministre-président de la Wallonie et évoque, sous la plume de Laurent Joffrin, une fois n’est pas coutume, « une opposition qui n’est pas seulement celle des obsédés de l’identité et des frontières, mais procède de la volonté d’humaniser l’économie de marché [et] qu’il faut soutenir » [3]. Mais malgré ces réserves, le bruit médiatique dominant est bien là, ainsi que l’ont confirmé les journaux télévisés de TF1 et France 2 du 24 octobre.

Sur France 2, ainsi que l’a également relevé Daniel Schneidermann pour « Arrêt sur images », le « décryptage » – d’une minute ! –, annoncé comme une séquence pesant le « pour » et le « contre », est un modèle de fausse neutralité. L’« expert » convoqué par David Pujadas explique ainsi que le CETA présente « deux principales avancées » : permettre à l’Europe « d’exporter plus vers le Canada » et « d’accéder aux marchés publics » canadiens ; empêcher le Canada d’exporter certains produits vers l’Europe [4]. Puis il détaille les « deux principaux points de blocage » : certaines marchandises canadiennes viendraient « concurrencer » les productions européennes ; les multinationales pourraient « porter plainte contre les États ». Mais alors que les « avancées » sont présentées comme des évidences, les précautions sont de mise en ce qui concerne les « points de blocage », puisqu’à deux reprises l’« expert » prend ses distances avec les critiques du CETA : « pour les opposants », « selon les opposants ». Voilà qui ne viendra pas contredire la conclusion du reportage qui précédait le « décryptage » : « Ce soir la balle est dans le camp des Wallons. Il leur reste quelques heures pour changer leur position. »

Dans le JT de TF1 du 24 octobre, le présentateur pose « la » question : « Comment s’expliquer qu’une minorité puisse ainsi tout bloquer ? » La réponse de « l’expert » est sans appel : « Il suffit qu’une poignée d’irréductibles bloquent un accord pour 500 millions d’Européens. » Comme si ces 500 millions d’Européens étaient, eux, largement favorables au CETA. Notre expert, comme nombre de ses homologues, oublie un peu vite qu’on ne leur a pas demandé leur avis ; et que la Belgique est un des rares pays où les chambres parlementaires ont été consultées pour la signature de l’accord. En attendant l’éventuel processus de ratification, qui devrait, sauf surprise, nécessiter l’accord des parlements nationaux dans l’ensemble des pays européens, sans même exclure l’hypothèse que soient organisés des référendums.


***


Mais au fait, faut-il vraiment que les populations, visiblement si unanimes, soient consultées ? Certains de nos « experts » préféreraient visiblement que non, affichant une morgue à l’égard des processus démocratiques qui n’est pas sans rappeler les foudres qui se sont abattues sur l’Irlande au moment du référendum sur le traité de Lisbonne ; voire les commentaires outragés suite au référendum grec sur le plan d’austérité imposé par les institutions européennes ; ou encore les leçons prodiguées suite au référendum sur le « Brexit »… À croire que, pour certains tauliers médiatiques, la démocratie en Europe se réduirait à un seul choix : c’est oui ou c’est oui.


Frédéric Lemaire et Julien Salingue

 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

[1Plus d’information dans cet article des Échos.

[2Notons que Le Figaro, journal d’avant-garde, avait pris les devants puisque l’article cité date du 21 octobre.

[3« Humaniser l’économie de marché » : la critique demeure, que l’on se rassure, fort circonscrite, et n’est pas sans rappeler la position « réaliste » de Laurent Joffrin lors du référendum grec : « Contre l’austérité de droite : la rigueur de gauche ».

[4Notamment le bœuf aux hormones et les maïs OGM.

La meute des éditocrates

Des professionnels du commentaire.