Observatoire des media

ACRIMED

Hanouna sur C8, un mois d’homophobie ordinaire

Nous publions ci-dessous un article de l’Association des journalistes LGBT, et publié sur son site, dénonçant l’homophobie et le sexisme ordinaires de l’émission Touche pas à mon poste, présentée par Cyril Hanouna sur C8, en se fondant sur un relevé précis et consternant portant sur le seul mois de novembre 2016. (Acrimed)

Cyril Hanouna est obsédé par l’homosexualité. Durant le mois de novembre 2016, lui et les chroniqueurs de Touche pas à mon poste (C8) ont abordé 42 fois le sujet à l’antenne, souvent pour en rire de manière rabaissante. C’est ce qu’a pu constater l’Association des journalistes LGBT (AJL), qui œuvre pour un meilleur traitement des questions LGBT (Lesbiennes, Gay, Bi, Trans) dans les médias.

Du 2 au 30 novembre 2016 (20 émissions), les journalistes de l’AJL ont regardé le show de Cyril Hanouna pour savoir quelles valeurs portait Touche pas à mon poste au quotidien, au delà des « dérapages » régulièrement pointés du doigt par la presse. Le relevé (en intégralité ci-dessous), et ses effets de répétition, sont inquiétants. Sur les 42 mentions faites à l’homosexualité, la grande majorité (28) l’est sous couvert de la « blague » de mauvais goût, à caractère sexuel. Le 7 novembre, par exemple, le chroniqueur Camille Combal et Cyril Hanouna imitent, comme ils le font souvent, un couple gay semblant tout droit sorti de La cage aux folles. L’animateur prend des airs efféminés : « Je suis complètement ouvert, je suis complètement ouvert à la flagornerie. » Le 15 novembre, sur le même plateau, Jean-Michel Maire parle des homosexuels qui se cachent : « Être dans le placard… d’où l’expression “avoir un balai dans le cul” ». Quelques jours plus tard, un voyant invité prédit qu’une future émission sera présentée par un des chroniqueurs, mais ignore si ce sera un homme ou une femme. Cyril Hanouna commente alors : « Ah ben ce sera Matthieu Delormeau ! » Rires généralisés.

Dans ce système où l’homosexualité peut faire l’objet de toutes les railleries, un membre de l’équipe occupe en effet une place à part : Matthieu Delormeau. Souffre-douleur numéro un de Cyril Hanouna, le chroniqueur fait l’objet, dès qu’il est présent en plateau, d’allusions incessantes à son homosexualité. L’AJL en a comptabilisées 27 pour le seul mois de novembre.

Il s’agit :
– la plupart du temps de blagues graveleuses, réduisant le chroniqueur à sa seule sexualité (Le 21 novembre, par exemple, les chroniqueurs parlent de l’émission Koh Lanta et de l’épreuve du poteau. Matthieu Delormeau donne son avis : « Ça n’a aucun intérêt. Ça vous dit de rester 30 minutes devant deux personnes debout sur un poteau ? » Jean-Michel Maire s’emporte : « Bah, tu restes bien deux heures sur une teub, toi ! ») ;
– parfois de remarques clairement homophobes (Le 29 novembre, l’invité Jeremstar drague ouvertement Matthieu Delormeau puis Cyril Hanouna. Réaction de l’animateur : « Alors le problème avec moi, c’est que je suis un petit peu nerveux. Si tu commences à me toucher, on peut assister à un homicide ») ;
– quelquefois de menaces (Le 2 novembre, les chroniqueurs disent à tour de rôle le nom d’une chanson sur laquelle ils ont déjà fait l’amour. Vient le tour de Matthieu Delormeau : « C’est une très jolie chanson, j’espère que vous aurez un jour l’occasion de l’entendre… » Hanouna, agressif : « Pas avec vous. Non mais je vais t’expliquer, celui qui va me “ken”, il est pas né. » Delormeau : « Comment ? » Hanouna : « T’as très bien entendu. »)

Parmi les rires, les blagues et les applaudissements, ces remarques peuvent parfois passer inaperçues. Mais les téléspectateurs-trices LGBT les entendent. L’air de rien, elles dessinent surtout dans l’esprit du public ce qu’il est possible de faire chez soi, avec ses ami-e-s, au travail, au lycée : se moquer des personnes LGBT pour ce qu’elles sont, les transformer en animaux de foire sous couvert d’humour, les accepter (un peu) pour les humilier (beaucoup). Qu’importe que Cyril Hanouna rabroue – parfois – les plus lourdingues de ses chroniqueurs, que Matthieu Delormeau assure être consentant… Touche pas à mon poste donne à voir des comportements de harceleurs de cour de recré, qui peuvent avoir des conséquences dévastatrices. En France, les associations de défense des droits LGBT estiment qu’un ado gay a quatre fois plus de risques de se suicider qu’un jeune hétéro.

Mais ces remarques servent aussi à afficher une vision extrêmement binaire des genres, perceptible tant dans les propos homophobes (qui moquent les marques dites de féminité chez les hommes) que dans les remarques sexistes assignant les femmes aux rôles d’objets esthétiques et sexuels. Au cours du mois de novembre, c’est-à-dire moins d’un mois après l’agression sexuelle de Jean-Michel Maire sur une jeune femme invitée en plateau, qui a donné lieu à de nombreux signalements auprès du CSA, l’Association des journalistes LGBT (AJL) a relevé dans l’émission 20 remarques sexistes. Le 4 novembre, par exemple, une séquence met en scène deux rugbymen qui commentent l’émission et ses chroniqueuses. Remarque du premier : « Ah bah, je la prendrais bien Enora. Dans le vestiaire, mon gars, elle ferait pas la maligne, hein ! » L’autre répond : « Ouais Valérie, je lui mettrais bien un bon plaquage, un bon plaquage comme le boudin à l’entraînement, tu vois ce que je veux dire ! » Rires des deux. Le premier reprend : « En plus, elle est tellement maquillée, elle ressemble au boudin jaune ! »

Ce sexisme et cette homophobie ordinaires, l’émission Touche pas à mon poste n’est pas la seule à les véhiculer dans le monde des médias. Mais par son audience (importante) et son public (jeune), elle a une responsabilité particulière dans les imaginaires qu’elle offre, qu’elle le veuille ou non. L’Association des journalistes LGBT appelle donc les responsables de cette émission à prendre conscience des mécanismes de domination et de discrimination dont ils se font les complices, et les autorités compétentes à agir, si ces comportements devaient perdurer.

Relevé réalisé par l’Association des Journalistes LGBT du 2 au 30 novembre 2016 et portant sur les émissions quotidiennes Touche pas à mon poste (C8).

- Remarques concernant l’homosexualité

– 2/11 : Isabelle Morini-Bosc et Jean-Michel Maire discutent de « La France a un incroyable talent » (M6). JMM n’a pas aimé. IMB : « Tu plaisantes ? Le mec qui s’empale sur sa tige, excuse-moi, fais-en autant et on arrive. » Hanouna : « Y’a un mec qui s’empale sur la tige, y’avait Delormeau hier dans Incroyable Talent ? »
– 2/11 : Question sur la jalousie dans « Danse avec les stars » (TF1). Qui, autour de la table, serait prêt à laisser son compagnon /sa compagne participer. Cyril Hanouna : « Vous, Matthieu, votre m… meuf… (rires et applaudissements)… la personne peut danser avec un doss ? »
– 2/11 : les chroniqueurs donnent à tour de rôle le nom d’une chanson sur laquelle ils ont déjà fait l’amour. Vient le tour de Matthieu Delormeau : « C’est une très jolie chanson, j’espère que vous aurez un jour l’occasion de l’entendre… » Cyril Hanouna, agressif : « Pas avec vous. Non mais je vais t’expliquer, celui qui va me ken, il est pas né. » Delormeau : « Comment ? » Hanouna, menaçant : « T’as très bien entendu ».
– 3/11 : Cyril Hanouna demande : « c’est quoi vos qualités Matthieu Delormeau, si vous deviez vous vendre ? » Delormeau : « humour, sincérité… » Jean-Luc Lemoine l’interrompt : « la bitomanie ! » Hanouna en riant : « la bitomanie ! » Sourire de Delormeau qui poursuit : « l’affection, la tendresse… »
– 3/11 : Un sketch impliquant un orthophoniste pour un tour de table « diction ». Le tour de table se limite à Matthieu Delormeau, à qui Cyril Hanouna demande : « Il vous plait ? »
– 3/11 : Tour de table autour des surnoms attribués à son/sa copine.ain. Cyril Hanouna : « et vous Matthieu ? » Delormeau : « boule d’amour. » Jean-Michel Maire : « c’est deux boules d’amour ! » Hilarité générale, Delormeau rit aussi, rougit.
– 3/11 : même séquence. Matthieu Delormeau : « et la dernière personne avec laquelle je suis sorti m’appelait Donatella. » Hilarité. Benjamin Castaldi : « Donatello plutôt non ? Comme les tortues ninja » Delormeau : « non, non, Donatella, par rapport à Donatella Versace. » Jean-Luc Lemoine : « on t’a déjà donné un surnom de mec ? »
– 3/11 : Il est question d’un dîner entre Patricia (une jeune danseuse invitée sur le plateau et installée à côté de Matthieu Delormeau). Cyril Hanouna leur propose un dîner, leur demande s’ils pourraient avoir une histoire tous les deux. Delormeau répond que oui s’ils ont les mêmes goûts etc. Au tour de Patricia : « si on aime manger les même choses ». Difficile de savoir qui parle – c’est hors caméra : « ah bah non… ». Enora Malagré : « ah bah si justement ! » Hanouna : « au dessert vous prendrez pas le même fruit ! ».
– 4/11 : Cyril Hanouna demande avec combien de personnes Matthieu Delormeau a déjà couché. Delormeau : « j’ai couché avec 30 filles. » Hanouna : « mais avec des moustaches ? » Rires. Delormeau reste coi. Hanouna : « 30 aventures dans votre vie alors ? » Delormeau : « avec une fille, oui. » Hanouna : « mais dans votre vie alors ? » Delormeau, manifestement gêné : « voilà. »
– 4/11 : Benjamin Castaldi : « Y’a une folle rumeur sur moi. On a dit que j’étais gay. » Rires de Capucine Anav et de Matthieu Delormeau. Thierry Moreau : « est ce que tu t’es fait Mathieu ? » Castaldi : « On pensait qu’on était ensemble » Delormeau : « Et qu’on avait fait un truc dans un jacuzzi ! » Hanouna : « c’est vrai ou pas ? » Castaldi, outré : « tu plaisantes ou quoi ?? » Rires de Castaldi, applaudissements. Sébastien Cauet : « entre copains, oh ! On peut être tous nus dans un jacuzzi entre copains ! » (rires) Castaldi : « J’ai essentiellement des amis qui sont gays. Mathieu pourra confirmer. Et toutes mes ex femmes pensaient que j’étais gay. » Hanouna : « moi aussi je l’ai longtemps pensé. » (rires) Hanouna : « Mais attention y a pas de mal ! » (rires) Hanouna : « même pas une petite expérience ? » Castaldi : « au début peut être… » Hanouna : « aaaaah quoi ?! » Castaldi : « non c’était une blague » Hanouna : « merde. »
– 4/11 : Cyril Hanouna demande à ses chroniqu.eur.euse.s de donner leur avis sur le coming out de Frédéric Lopez : « Fréderic Lopez a-t-il bien fait ? » Hanouna : « alors ça c’est fou, il a tout dit, son expérience de père, alors qu’il est homosexuel. Vous allez nous dire ce que vous en pensez. Est-ce qu’il a bien fait de le faire à l’antenne, dans son émission ? Moi je trouve que ça, que c’est normal, on n’a pas besoin de le dire aujourd’hui mais bon, si ça peut aider d’autres personnes à le faire, voilà. Si y a autres personnes qui se sentent mal dans leur peau, c’est bien ce qu’a fait Frédéric. Et après y aura votre coming out à vous les chéris, vous devrez avouer quelque chose. Moi je sais quelque chose sur vous. Quoi qu’il arrive je le dirai ce soir. Alors, déjà, c’est quoi un coming-out ? Thierry Moreau : « Avouer, avouer quelque chose que personne ne sait dans son entourage ». Delormeau : « avouer, pas « avouer » : on dit « révéler ». Moi, je rêve d’un monde où on a pas besoin de le faire. Tant de jeunes sont rejetés, aujourd’hui encore, se suicident…Les assos comme Le Refuge existent pour ça. Heureusement. On aura plus besoin de le dire ». Hanouna : « bientôt, on aura plus de besoin de le dire, c’est comme les restos du cœur. » Emilie Lopez : « je suis lesbienne, j’aime une femme, moi je dis ‘merci Frédéric Lopez’ ». Cauet : « on s’en sert pour la promotion ! Il peut aller dans confessions intimes ! » Capucine Anav : « tout ça, c’est pour ramener des téléspectateurs ! » Castaldi : On est dans le show-biz, ça a donné un éclairage plus fort sur l’émission. » Delormeau : « mais c’est extrêmement dur de le dire à 50 ans ! C’est un risque ! Le dire, c’est des insultes homophobes en permanence, partout ! Et pour les enfants aussi… » Cauet fustige le « système de promo ». Isabelle Morini-Bosc : « je m’en fiche qu’il le dise ou pas, je l’aime beaucoup avec ou sans ça. » Gilles Verdez : « c’est un truc super sincère. » Castaldi : « Y a truc qui est évident, c’est que le système incite à « faire l’hétéro » pendant des années, comme plein d’acteurs, de chanteurs… » Cauet : « c’est un autre sujet, oui évidemment le système force à jouer une sexualité qu’on n’a pas, à être le gendre idéal… » Thierry Moreau : « ça faisait bien d’être hétéro ! »
– 7/11 : L’équipe réalise un selfie à la Ellen De Generes. « Qui fait Brad Pitt ? » Cyril Hanouna à Matthieu Delormeau : « Vous connaissant, c’est plutôt Brad Bite. »
– 7/11 : Camille Combal à Cyril Hanouna : « Attention aux mains baladeuses, je suis pas Delormeau »
– 7/11 : Gilles Verdez à Cyril Hanouna : « Je vous retourne ce que vous venez de me dire. » Hanouna : « Ne me retournez pas, merci. »
– 7/11 : Cyril Hanouna à Camille Combal, sur un ton effeminé : « Je suis complètement ouvert, je suis complètement ouvert à la flagornerie »
– 8/11 : Matthieu Delormeau propose de réaliser une étude qui permettrait de savoir qui est compatible avec qui dans l’émission. Avis variés. Une blague pleine de sous-entendus de Jérôme Commandeur à Hanouna : « pourquoi vous vous refusez à Delormeau ? »
– 8/11 : Tous les chroniqueurs portent une perruque sauf Jean-Luc Lemoine qui n’arrive pas à mettre la sienne. « Tu veux que je te la mette ? », demande Hanouna (rires gras). « Non, ça ira. »
– 8/11 : Nouveau jeu sur le plateau : « Guess who my sosie is ? » (en gros, quel chroniqueur ressemble à quelle star). Une photo de Pamela Anderson : « C’est Delormeau ? » demande quelqu’un.
– 10/11 : Un petit concours de pétanque est organisé sur le plateau entre Cyril Hanouna et les chroniqueurs. Quand c’est à son tour de passer, Matthieu Delormeau dit : “Vous allez être surpris parce que je ne suis pas maladroit à ce truc-là.” Cyril Hanouna lui répond : “Je me doutais bien que vous seriez bon avec des boules.” Lorsque les boules lancées par Delormeau et Hanouna se rejoignent, le présentateur commente : « On a les deux boules à côté, c’est bien la première fois que ça arrivera. » Quelques minutes plus tard, Cyril Hanouna tape du doigt contre les fesses de Matthieu Delormeau alors que celui-ci est penché pour lancer une boule de pétanque. Le chroniqueur proteste : « Ça va pas bien ou quoi ? », alors que Cyril Hanouna est mort de rire. Finalement, Matthieu Delormeau ajoute : « Cela dit, c’était pas désagréable. »
– 14/11 : avec Camille Combal, Cyril Hanouna joue au couple gay, très efféminé. « Je lis en toi comme dans un slip ouvert. »
– 14/11 : Sur le tee-shirt d’un figurant est écrit : « Le cobra ». Jean-Michel Maire : « c’est un copain de Matthieu, ça, le cobra ? » (rires)
– 15/11 : Jean-Michel Maire parle des gays qui se cachent : « Etre dans le placard. D’où l’expression « avoir un balai dans le cul » »
– 15/11 : Benjamin Castaldi parle des candidats qui ont eu un rapport sexuel dans Secret story : « Non ce n’était pas Benoit. C’était un homme et une femme. Non pas que Benoit ne soit pas un homme… »
– 15/11 : Cyril Hanouna : « Delormeau il a une oreille en chou fleur, tant que c’est l’oreille ça va »
– 15/11 : Cyril Hanouna à Camille Combal : « T’as encore fait des galipettes avec Pedro »
– 15/11 : Franck Dubosc arrive sur le plateau. Faux attouchements entre lui et Cyril Hanouna.
– 17/11 : Jarry, l’invité de la soirée, et Matthieu Delormeau sont assis à côté l’un de l’autre, Cyril Hanouna commente : « ça va être viril ce soir »
– 18/11 : Matthieu Delormeau dans un défi avec d’autres animateurs doit manger quelques chose à l’aspect repoussant : un œuf de cent ans. Jean Michel Maire l’encourage : « T’as qu’à dire que c’est une couille ». Puis brouhaha, différents échanges entre les animateur. Jean Michel Maire précise sa pensée : « T’as qu’à dire que c’est une couille, pour te motiver »
– 21/11 : Matthieu Delormeau parle de sa barbe : « on m’a dit que ça me rendait viril. » Hanouna : « c’est pas votre qualité première » (rires)
– 21/11 : Cyril Hanouna à Matthieu Delormeau : « ça a abouti ce week-end ? » Delormeau : « j’ai eu des compliments (sur sa barbe). » Benjamin Castaldi : « ça n’a pas abouti, ça a embouti ! » (rires et applaudissements du public)
– 21/11 : Matthieu Delormeau raconte une déception amoureuse : « Depuis, j’ai du mal à ouvrir mon cœur. » Un chroniqueur : « le cœur, oui… » (rires de tous les autres)
– 21/11 : L’invité Ahmed Sylla se moque de Matthieu Delormeau parce qu’il vient de traiter Valérie Benaïm de « cruche » : « eh t’imagines quand il se bagarre dans la rue (prenant une voix efféminée) : « tu me laisses espèce de cruche, non mais il est malade celui-là ! » » Rires généralisés, applaudissements.
– 21/11 : Les chroniqueurs parlent de Koh Lanta et de l’épreuve du poteau. Matthieu Delormeau : « ça n’a aucun intérêt. Ça vous dit de rester 30 minutes devant deux personnes debout sur un poteau ? » Jean-Michel Maire : « bah, tu restes bien deux heures sur une teub toi ! » Rires, une partie du public applaudit, l’autre hue. Les chroniqueurs s’en vont pour marquer leur désaccord. Finalement ils reviennent et c’est JM Maire qui sort, pour revenir 5 minutes plus tard.
– 21/11 : Camille Combal et Hanouna avec des voix efféminés, jouant au couple gay. « Ça va toi ? Qu’est-ce que t’as ? Des problèmes de garçon ? »
– 23/11 : Matthieu Delormeau parle d’avoir des enfants : « j’aimerais bien un garçon pour pouvoir lui transmettre mes passions, tout ça. » Capucine Anav : « alors vaut mieux une fille ! » Tous les chroniqueurs rient.
– 24/11 : Un voyant prédit qu’une future émission sera présentée par une personne autour de la table mais il a un doute sur l’identité de l’animateur, ignorant si ce sera un homme ou une femme. Hanouna commente : « Ah ben ce sera Matthieu Delormeau » Rires.
– 25/11 : Matthieu Delormeau touche le crane du chanteur Gradur après que Cyril Hanouna lui a fait des papouille, en l’appelant, « frero, mon chéri ». Hanouna s’interrompt en voyant le geste et fusille Delormeau du regard : « on respecte les invités… Tu redescends de deux étages » Delormeau s’excuse : « J’ai voulu faire comme vous »
– 25/11 : Matthieu Delormeau raconte une arrestation par des policiers : « Ils me retournent, me collent contre le capot ». Cyril Hanouna : « On ne veut pas savoir ce qui s’est passé… » Hilarité générale (…) Delormeau : « ils m’ont insulté » Hanouna : « pour ça je les comprends »
– 28/11 : Camille Combal, dans sa chronique avec Hanouna, voix efféminées : « Oh il est irrésistible, il le sait, il en joue »
– 28/11 : Gilles Verdez à Matthieu Delormeau : « toi, je vais te choper un jour dans un couloir. » Hanouna : « ah non on veut pas savoir »
– 29/11 : Jeremstar confie qu’il a un gros faible pour Matthieu Delormeau. Moult sous-entendus, puis Hanouna demande si Jeremstar pourrait interviewer Matthieu Delormeau dans son bain. Jeremstar : « J’aurais peur d’avoir une érection. » Hanouna : « Non mais ça va pas ou quoi ?! Il est fou ce mec là ! » Jeremstar : « En revanche Cyril, je te veux dans ma baignoire ! » Regard outré de Hanouna : « Alors le problème avec moi, et Matthieu me connaît, c’est que je suis un petit peu nerveux. Si tu commences à me toucher, on peut assister à un homicide. »
– 29/11 : Discussion autour du fait d’insulter les gens au volant. Matthieu Delormeau dit qu’il apprécie particulièrement traiter les gens de « gros enculés » Hilarité dans le public. Hanouna : « Vous vous êtes déjà embrouillé au volant avec un mec qui est sorti ? » Delormeau : « Ça m’est arrivé une fois » Hanouna : « Racontez-nous, je sens qu’on va voir encore la virilité du gars.

- Remarques sexistes
– 2/11 : Isabelle Morini-Bosc fait tomber sa petite pancarte en forme de smiley. Cyril Hanouna : « Laissez-la aller la chercher, on va se rincer l’œil. »
– 3/11 : Sur une idée de Benjamin Castaldi, on « offre » une jeune femme à Jean-Michel Maire pour ses 55 ans. Elle est très jeune et s’appelle « Patricia ». Références au fait qu’elle ne serait qu’un physique. Cyril Hanouna demande : « Et qu’est ce qu’elle fait Patricia ? » Castaldi : « elle est… Patricia ! » Rires. Alors que Patricia fait son apparition en dansant, en direction de Jean-Michel Maire, Hanouna apporte une muselière : « Attends, attends, on a déjà eu des problèmes » Rires. Patricia commence à danser et comme elle est d’origine mexicaine, on a le droit à la musique de Pepito. Hanouna demande à Delormeau de danser avec Patricia. Delormeau lui touche les seins et les fesses, alors qu’elle lui enlève les mains. JM Maire joue la « jalousie ». Blague de Delormeau qui dit qu’il ne pourrait pas être avec elle, juste « la baiser »… Patricia est choquée alors qu’elle venait de lui dire qu’il était charmant. Au tour d’Enora Malagré de danser avec Patricia, elle la touche aussi, Patricia lui repousse les mains. Manifestement pas à l’aise avec l’idée de se faire peloter ostensiblement.
– 4/11 : dans la séquence « On n’a pas que des fanzouzes », deux rugbymen regardent et commentent l’émission. Rugbyman 1 : « Ah bah je la prendrais bien Enora. Dans le vestiaire, mon gars, elle ferait pas la maligne hein ! » Rugbyman 2 : « Ouais Valérie je lui mettrais bien un bon plaquage, un bon plaquage comme le boudin à l’entraînement, tu vois ce que je veux dire ! » (rires des deux) Rugbyman 1 : « En plus elle et tellement maquillée, elle ressemble au boudin jaune. »
– 8/11 : sur la musique Can’t stop the feeling (J. Timberlake), des pom-pom girls font le show, public agitant des drapeaux américains. Cyril Hanouna s’adressant aux danseuses : « Merci les chéries, vous revenez danser à chaque pub, ok ? »
– 8/11 : Valérie Benaïm : « C’est un faux sociologue, c’est comme si je disais que j’étais médecin alors que je n’ai qu’une licence de médecine ! » Cyril Hanouna : « mais pour moi, vous en êtes un, je vais venir vous voir dès ce soir et vous allez m’auscultez, j’ai mal à la gorge, déshabillez vous »
– 8/11 : Valérie Benaïm raconte qu’elle a interviewé Richard Gere. Jérôme Commandeur la traite de mytho. Hanouna : « et il vous a draguée ? »
– 8/11 : Valérie Benaïm raconte qu’elle a interviewé Richard Gere et qu’après la rencontre, elle le recroise de loin, et qu’il lui fait un petit signe de la main en lançant un : « Hi, Val ! » Cyril Hanouna relance : « Ah, je comprends, il vous a dit « A-vale » ! En même temps, vous faites ce que vous voulez. » Rires et applaudissements.
– 8/11 : Camille combal a appelé IDF 1 Voyance : « bonjour, je sors avec deux sœurs, greta et ursula strudel. Greta est sortie avec un ami, etc. Je ne sais pas quoi choisir. Je continue à la ken ou quoi ? » Le voyant n’y comprend plus rien, répond comme il peut. Cyril Hanouna : « j’ai vraiment adoré cette vanne ». Applaudissements
– 9/11 : Thierry Moreau évoque la petite taille d’Enora Malagré : « Elle suce debout ! »
– 10/11 : En regardant les fesses d’Isabelle Morini-Bosc, Cyril Hanouna commente : « Pas mal, hein. »
– 14/11 : Thierry Moreau raconte son week-end à peler des pommes avec sa femme. Jean-Michel Maire : « Elle ferait mieux de te peler le jonc ! » Thierry Moreau : « elle fait ça aussi. » Cyril Hanouna : « je vous ai dit de vous calmer. »
– 14/11 : Cyril Hanouna à Caroline Ithurbide : « Caroline, la révolutionnaire de TPMP ». Caroline : « ah oui, je vois la vanne. Depuis le début, on croit que je n’ai pas de culotte. Non mais il est malade ! » Hanouna : « C’est Jean-Luc Lemoine qui me l’a dit pendant la pause ! » Rires, Hanouna et Lemoine se tapent dans les mains. Caroline : « On se calme, c’est faux ! » Le public : « on veut voir, on veut voir ! » Hanouna : « On ne veut pas voir mais j’ai décidé que l’homme fort de l’équipe (qui participera à un jeu d’équilibre et de force) sera Caroline ». Caroline :« non putain » (finalement c’est Castaldi qui le fera)
– 14/11 : Un jeu d’équilibre sur une poutre. Caroline Ithurbide le fait. Un chroniqueur à Caroline : « tiens ta saucisse, tiens ta saucisse » Hanouna : « eh ho là les lourdeaux, on lève le pied. »
– 14/11 : Jeu « pour la vie/pour la nuit ». Arrive la photo de Nabilla. Jean-Michel : « la journée pour Thomas (son compagnon), je la prends la nuit. »
– 18/11 : Cyril Hanouna : « J’adore quand Caroline est là. La température monte sur le plateau. Vous avez remarquez ou pas ? Qui veut pécho Caroline sur le plateau ? Dites la vérité ! »
– 21/11 : Cyril Hanouna à Capucine Anav : « vous êtes très jolie, ça on pourra pas vous l’enlever » (alors qu’ils se moquent tous gentiment parce qu’elle a écrit un texte après la défaite de Nicolas Sarkozy aux primaires)
– 22/11 : Cyril Hanouna à Jean-Luc Lemoine : « Combien de temps tu peux tenir sur une ile déserte avant de sauter sur Isabelle Morini-Bosc ? » Réponse : « 2h, après je la déglingue »
– 24/11 : Cyril Hanouna demande à Capucine Anav de retourner en coulisses se recoiffer parce qu’il n’aime pas sa coupe de cheveux. Elle s’exécute sous les applaudissements et les rires.
– 28/11 : Matthieu Delormeau : « dès qu’on met des jolies filles entre elles et qu’on les met devant la lumière… (sous-entendu elles se bouffent le nez) » Valérie Benaïm : « enfin ça n’a rien à voir avec le fait que ce soit deux jolies filles, ne sois pas sexiste ! » Delormeau : « enfin, un peu de bon sens ! »
– 29/11 : Sous-entendu à propos de la chroniqueuse Capucine Anav. Hanouna dit qu’il peut faire jouer ses relations pour qu’elle puisse avoir un rôle dans une série sur Canal : « Et ce sera quoi mon cadeau à moi ? » Julien Courbet : « Elle a le bras long aussi. »

- Remarques à caractère transphobe
– 2/11 : Matthieu Delormeau : « Rassurez-vous, comme Amanda Lear, je m’allume avec la lumière. » Cyril Hanouna : « Bah vous avez la même bougie qu’Amanda Lear »
– 30/11 : Discussion en off entre Jean-Michel Maire et un autre chroniqueur. JMM : « Je sors avec une Brésilienne en ce moment. » L’autre chroniqueur : « Ah ouais ? Fais attention… » JMM : « Elle s’est épilée le maillot, on voit beaucoup mieux sa bite, c’est sympa. »

- Remarques à caractère raciste
– 2/11 : L’accent chinois pour se moquer de Jean-Luc Lemoine (qui a des origines asiatiques)
– 8/11 : La chronique de Guillaume Pley qui arrive avec un tee-shirt Trump « Voter n’est pas Trumper ». En France, 90 % des gens interrogés ne connaitraient pas le nom des candidats à l’élection présidentielle américaine. GP : « D’abord j’ai rencontré un véritable expert en politique mais on ne comprenait rien à sa phrase » Lancement de la séquence vidéo : c’est un monsieur indien ou pakistanais, qui parle mal le français et qui dit qu’aux États-unis, on préfère les acteurs, les danseurs. On ne comprend pas son propos. Rires.
– 8/11 : Plaisanterie de Hanouna : « Et Valérie Benaïm à la Maison Blanche hein, Valérie ? Ça ferait « la maison du couscous » (rires) »
– 8/11 : Géraldine Maillet : « pour comprendre ce qu’est l’amour, revoyez plutôt In the Mood for Love. Vous, Jean Luc Lemoine, qui êtes d’ordinaire si fin, ça vous remettrait les idées en place » Cyril Hanouna : « C’est vrai, Jean-luc est fin dans l’amour, on l’appelle le vermicelle, c’est ça ? » Julien Courbet : « on l’appelle le nem ». Jérôme Commandeur : « qu’est-ce que c’est que ce racisme sur soi-même ? Hanouna à Jérôme Comandeur : « vous, vous êtes d’origine mexicaine, non ? » (rires) JC : « vous dites ça parce que je suis trapu, voilà tout… »
– 9/11 : Cyril Hanouna : « Nous allons faire un ‘Pepito quizz’ en soutien avec les Mexicains, Donald Trump veut construire un grand mur… Tous les jours, on défendra les Mexicains dans cette émission. » Le Pepito quizz consiste, pour les chroniqueurs qui n’ont pas répondu à la question posée sur le Mexique, à se coller un biscuit sur le visage. Un groupe de musiciens mexicains fait son entrée sur le plateau, ils feront l’objet de pas mal de sarcasmes.
– 9/11 : Cyril Hanouna : « Le perdant du Pepito quizz sera déguisé en Mexicain pendant toute l’émission. » Effectivement, Cauet se retrouve « déguisé » en Mexicain, de manière assez grotesque, à l’issue du jeu.
– 14/11 : Julien Courbet : « est-ce qu’elle faisait ouich ? » (en parlant d’une femme portugaise qui fait l’amour) Cyril Hanouna : « oh la lourdeur »

 
  • Enregistrer au format PDF

Hommage à Christophe Barbier, « tuteur sur lequel le peuple peut s’élever »

La radicalisation professionnelle d’un péroreur décomplexé.

Course aux sondages : la bêtise au coude à coude avec la vacuité

Journalisme politique ou délire sondomaniaque ?

Les éditocrates contre Jean-Luc Mélenchon (bis repetita) ?

Un cas d’école de journalisme de compétition (sondagière) et de prescription (des options politiques légitimes).