Observatoire des media

ACRIMED

Gloire au Crédit Mutuel, bienfaiteur de l’humanité ! (SNJ)

Nous publions ci-dessous un communiqué » du SNJ, également consultable sur le site de ce syndicat (Acrimed)

Faut-il croire sur parole Michel Lucas, le banquier papivore, lorsqu’il prétend ne jamais faire preuve d’interventionnisme dans les journaux détenus par le Crédit Mutuel ? La réponse est non, évidemment, et la banque fédérative vient une nouvelle fois d’en apporter la preuve, en organisant la parution simultanée, dans l’ensemble des quotidiens régionaux qu’elle contrôle [1] d’un « reportage » mettant en avant une opération humanitaire en Haïti, trente mois après le séisme de janvier 2010.

Comme ça avait été le cas en 2011, suscitant déjà la réaction du SNJ la banque a payé un séjour d’une semaine sur place à un journaliste du Journal de Saône-et-Loire. En tant qu’envoyé spécial des journaux du groupe, ce dernier avait pour « mission » de vanter les mérites du CIC-Crédit Mutuel, engagé par le biais de sa fondation, dans la reconstruction d’Haïti. « Plus qu’une subvention, c’est le geste de solidarité d’une banque qui depuis son origine met l’homme au cœur de son action » peut-on lire en toutes lettres dans la bouche de Michel Lucas, venu inaugurer les 38 logements attribués aux salariés haïtiens de l’hôpital français de la capitale Port-au-Prince. Mais où donc est passée la mention « publi-reportage » ?

Première organisation de la profession, majoritaire dans la plupart des rédactions du groupe, le Syndicat National des Journalistes ne peut que condamner cette opération d’autopromotion déguisée en journalisme. Cette dérive est d’autant plus inquiétante que le nouveau géant de la presse régionale a décidé de créer à l’automne, avec la complicité des rédacteurs en chef, un bureau parisien destiné à alimenter tous ses titres en actualité nationale. Au passage, les services d’informations générales de la plupart de ces quotidiens seront supprimés, au mépris de l’indépendance des rédactions, de l’identité des journaux et des spécificités de leurs lectorats.

Face aux conséquences fâcheuses d’une telle position de monopole sur le pluralisme et la crédibilité des journaux, le SNJ considère qu’il y a urgence à prendre les mesures nécessaires pour sauver l’information, face aux grands groupes qui la considèrent comme une marchandise dévouée à la communication et la promotion. C’est pour donner aux journaux et aux journalistes les moyens de lutter efficacement contre le poids des actionnaires et de certains annonceurs que le SNJ milite au plan national pour qu’une loi reconnaisse l’indépendance juridique des rédactions.

Paris, le 16 juillet 2012.

Sur le Crédit Mutuel,voir le communiqué précédent du SNJ (Acrimed)

 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

[1Le Dauphiné Libéré, Le Progrès, le Journal de Saône-et-Loire, le Bien Public, L’Est Républicain, Vosges-Matin, le Républicain Lorrain, L’Alsace, les Dernières Nouvelles d’Alsace.

Docteur Patrick et Mister Cohen

Déontologie journalistique à géométrie variable.

Mardi Cinéma d’Acrimed : « À l’intérieur des rédactions » (cycle de projections-débats)

Au cinéma La Clef (Paris 5e) avec quatre documentaires réalisés à l’intérieur de la rédaction de quotidiens de presse.

La mairie de Lille intente un procès à La Brique

« Votre feuille de chou n’aurait pas sa place sur un marché ! »

Zemmour superstar

Il dit n’importe quoi... et tout le monde en parle !