Observatoire des media

ACRIMED

Garant du pluralisme, le CSA ne connaît qu’un seul syndicat agricole : la FNSEA

Le CSA en a décidé ainsi : seule la FNSEA, parmi les syndicats agricoles, peut disposer du droit d’expression directe. Et celui-ci lui sera généreusement octroyé avant le début du vote par correspondance pour les élections des chambres départementales d’agriculture.



Bien qu’il ne s’agisse là que d’un critère très insuffisant, rappelons que les résultats aux dernières élections, en 2007, étaient les suivants : FNSEA 54,9 % - Confédération Paysanne, 19,6 % - Coordination rurale, 18,7 % - MODEF 2,6 % - Apparentés FNSEA 1,9 % - Divers 4,1 % - Union FNSEA / Autres. 0,1 %. Pour les comptables du CSA : 55 % (ou même, en comptant large 60 %) = 100 %. Il nous semblait pourtant que la démocratie consistait dans le respect des droits de minorités !



C’est pourquoi nous reproduisons ci-dessous un communiqué de la Confédération Paysanne publié sur son site le 10 janvier 2013. (Acrimed)

COMMUNIQUE DE PRESSE




Expression directe des organisations syndicales agricoles, une entorse grave à la démocratie... et digne de l’ORTF !

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) a attribué en décembre 2012, et fait publier au Journal officiel de ce jour (10/02/2013), les temps d’expression directe aux organisations syndicales dont les organisations syndicales agricoles.

Malgré de nombreuses demandes, seule la FNSEA s’est vu attribuer des temps d’antenne ; une telle décision ne prend pas en compte la représentativité nationale des autres syndicats agricoles, dont la Confédération Paysanne.

Plus grave, plusieurs temps d’antenne ont été accordés à la FNSEA les 15, 18 et 19 janvier 2013, soit juste avant le début du vote par correspondance pour les élections des Chambres départementales d’agriculture.

En ne retenant que la seule FNSEA et en lui attribuant des temps d’antenne juste avant l’élection des membres des Chambres d’agriculture, le CSA crée une discrimination digne du temps de l’ORTF, en contradiction notoire avec ses missions (cf. ci-dessous).

La Confédération Paysanne s’indigne de cette décision anti-démocratique et surtout contraire à l’esprit de la loi qui doit garantir l’expression pluraliste des opinions telle que prévue dans les statuts mêmes du CSA. En conséquence, le syndicat intervient directement :
- Auprès du président du CSA pour mettre fin à de telles pratiques
- Auprès des ministères concernés (Culture et Agriculture)
- Auprès des journalistes eux-mêmes très attachés au pluralisme de l’information pour pouvoir exercer correctement leur métier.

Faute de décision corrective immédiate, la Confédération Paysanne se réserve le droit de porter un recours sur la validité des élections à venir.

NB : Créé par la loi du 17 janvier 1989, le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) a pour mission de garantir la liberté de communication audiovisuelle en France et le respect de l’expression pluraliste des courants d’opinion, l’organisation des campagnes électorales à la radio et à la télévision, la rigueur dans le traitement de l’information.

10 janvier 2013

 
  • Enregistrer au format PDF

Acrimed rencontre le collectif des « Journalistes Debout »

Entretien avec deux de ses animateurs.

Médias en Argentine : Macri droit dans ses bottes !

Concentration et casse de la démocratisation.

L’éditocratie unanime : haro sur les grèves !

« En plein état d’urgence, la chienlit fait tache d’huile. »