Observatoire des media

ACRIMED

« Football Leaks » : quand Pascal Praud justifie l’évasion fiscale et les pressions sur les journalistes

par Julien Salingue,

Pascal Praud est surtout connu comme journaliste sportif, fonction qu’il a exercée durant 22 ans sur TF1 avant de rejoindre en 2010 RTL et i-Télé. Il est aujourd’hui l’animateur de « On refait le match » sur RTL, ainsi que de « 13h Foot » et « 20h Foot » sur i-Télé. Depuis 2014, il anime également une courte chronique quotidienne (« Le Praud de l’info ») sur RTL, billet d’humeur d’environ une minute durant lequel il donne son point de vue sur un fait d’actualité au cours de la matinale d’Yves Calvi [1].

Le samedi 3 décembre, il recevait, dans « 13h Foot » [2], Fabrice Arfi, journaliste à Mediapart, invité à s’exprimer à propos des « Football Leaks », révélations d’un consortium de journalistes portant notamment sur une vaste affaire de fraude et d’évasion fiscales dans le monde du football et impliquant des stars de premier plan, parmi lesquelles Cristiano Ronaldo, soupçonné d’avoir dissimulé plus de 150 millions d’euros au fisc espagnol [3].

Mais après des débuts que l’on pourrait considérer « normaux », l’interview de Fabrice Arfi prend rapidement un cours surréaliste, avec un Pascal Praud qui va successivement remettre en question les éléments constituant les « Football Leaks », laisser entendre que frauder le fisc est une pratique justifiée lorsque l’on a beaucoup d’argent et, last but not least, affirmer qu’il est normal que les journalistes à l’origine de l’affaire subissent des pressions.

Une belle leçon de journalisme et d’indépendance, que le propriétaire d’i-Télé aura sans doute appréciée à sa juste valeur.

« Un discours de morale »

Après une courte introduction, au cours de laquelle le co-présentateur de « 13h Foot », Julien Pasquet, résume l’affaire des « Football Leaks », l’interview de Fabrice Arfi commence avec une première question de Pascal Praud qui cherche à « comprendre » comment le journaliste de Mediapart et ses confrères ont pu obtenir ces informations :

- Pascal Praud : « Fabrice Arfi vous allez tout nous expliquer parce que c’est quand même extrêmement complexe, quand Julien [Pasquet] parle de 18 millions de documents que vous avez dû traiter pendant un an, ce qui nécessite quand même une infrastructure et des collaborateurs, et ce consortium de médias, on a également du mal à comprendre. Donc comment on peut expliquer votre démarche et comment vous avez eu accès à ces documents ? »

Fabrice Arfi répond à la question de Pascal Praud, non sans avoir auparavant salué « tous les salariés de cette chaîne [i-Télé] qui se sont battus courageusement pour une certaine idée de l’information et de l’indépendance dans notre pays », et conclut sa réponse en insistant sur la gravité des faits établis par les « Football Leaks » :

- Fabrice Arfi : « Quand quelqu’un qui porte des valeurs de solidarité dans un sport magnifique, le foot, comme Cristiano Ronaldo, qui dissimule 150 millions d’euros dans les paradis fiscaux, c’est de l’argent qui échappe à la richesse des nations, aux services publics, aux écoles, aux crèches, à ce qui finance, avec notre argent, les stades, les routes pour y aller ».

Il est alors interrompu par Pascal Praud :

- Pascal Praud : « J’entends Fabrice, j’entends ce discours qui est un discours de morale et on peut l’entendre… »

Remettre en cause des pratiques illégales, ici la fraude et l’évasion fiscales est donc, selon Pascal Praud, « un discours de morale ». Étrange déclaration, à laquelle Fabrice Arfi réplique :

- Fabrice Arfi : « Non non c’est un discours factuel. »

- Pascal Praud : « Oui mais c’est moral… »

- Fabrice Arfi : « Non, ce sont des faits. »



Le journaliste d’i-Télé ne poursuit pas sur cette voie. Et il fait plutôt bien, sinon nous n’aurions pas manqué de souligner que sa conception de ce qui est « moral » et de ce qui ne l’est pas semble être à géométrie variable, lui qui est très préoccupé par les deniers de l’État et dénonce régulièrement les dépenses publiques « inutiles » au cours de ses chroniques sur RTL, comme le 2 novembre dernier où il s’en prenait vivement aux « Comités Théodule », ces « trucs de l’administration avec un titre bien ronflant » qu’il faudrait supprimer car ils coûtent « 27 millions d’euros » et que « ce serait toujours ça d’économisé ».

Changement de braquet donc dans son échange avec Fabrice Arfi, avec un passage soudain du domaine de la morale à celui de la justice, puisque Pascal Praud tient à préciser « qu’aujourd’hui il n’y a aucune instruction judiciaire qui est ouverte » et donc « qu’on peut avoir quand même pour le moins une forme de présomption d’innocence sur les gens » dont les noms apparaissent dans les « Football Leaks ». Ce qui lui vaut une nouvelle réponse cinglante d’un Fabrice Arfi qui semble déjà commencer à s’agacer :

- Fabrice Arfi : « Il ne vous a pas échappé qu’on n’est pas juges. »

Rappeler le principe de la présomption d’innocence ? Pourquoi pas. Mais on va rapidement se rendre compte qu’il ne s’agissait pas pour Pascal Praud de se poser en défenseur du droit et de la loi, mais plutôt de tenter de délégitimer Fabrice Arfi et ses confrères à l’origine des « Football Leaks » et de défendre, coûte que coûte, les stars du football mises en cause.


« L’évasion fiscale, c’est un sport national »

Ainsi, alors que le journaliste de Mediapart évoque, un peu plus tard au cours de l’entretien, l’une des sources à l’origine des révélations et s’en prend à la « haute finance », il est en effet de nouveau interrompu par Pascal Praud, qui lui pose alors une question des plus… surprenantes :

- Fabrice Arfi : « [Cette source veut] faire le ménage dans ce sport, le foot, qui a été cannibalisé en quelque sorte par une haute finance cupide et rongée par l’appât du gain… »

- Pascal Praud : « Bon. L’évasion fiscale, c’est un sport national, et international, manifestement. Bon. Est-ce que les gens qui ont pratiqué cette évasion fiscale ont le sentiment de l’avoir fait dans les règles ? »

Lors du premier visionnage de l’interview, nous avons eu du mal à comprendre cette question. Fabrice Arfi aussi visiblement, qui reste muet suite à l’intervention de Pascal Praud, lequel tente alors de reformuler les choses. Voici l’intégralité de l’échange :

- Pascal Praud : « Si j’ose dire. Est-ce que c’est des montages financiers comme il en existe, j’imagine hein, quand on a beaucoup d’argent on se dit "tiens je vais essayer de passer à travers les mailles du filet…" »

- Fabrice Arfi : « Ah on se dit ça quand on a beaucoup d’argent ? »

- Pascal Praud : « Quand on a beaucoup d’argent oui je pense que effectivement, les gens qui ont beaucoup d’argent disent "tiens je vais mettre de l’argent en Suisse je vais mettre de l’argent en Belgique, je vais essayer d’échapper à l’impôt". »

- Fabrice Arfi : « Ah oui ? »

- Pascal Praud : « Bah vous le savez bien quand même, Fabrice ! Que ils sont… J’imagine quand tu gagnes énormément d’argent tu as beaucoup de… »

- Fabrice Arfi : « C’est de la morale inversée ça… »

- Pascal Praud : « … beaucoup de conseillers fiscaux, vous entendez bien ce que je comprends, c’est une réalité Fabrice, ne jouons pas sur les mots. »

Malheureusement pour Pascal Praud, à Acrimed, nous sommes très joueurs. Nous l’avons donc pris au mot et sommes allés vérifier si la tolérance dont il semble faire preuve à l’égard d’individus se rendant coupable de fraude fiscale, d’évasion fiscale ou, plus généralement, de détournement d’argent, était une constante chez lui. Et nous n’avons pas été déçus du voyage [4].

Le 15 septembre 2016, lors du procès de Jérôme Cahuzac, Pascal Praud n’avait pas de mots assez durs pour condamner l’ex-ministre des Finances et la procureure, coupable à ses yeux d’un réquisitoire trop bienveillant : « Elle a réclamé trois ans de prison ferme à l’encontre de Jérôme Cahuzac. Mais pardonnez-moi de le dire comme ça : trois ans, c’est rien. Il encourait jusqu’à sept ans de prison. Qu’est-ce qu’il faut faire pour avoir le maximum de la peine pour fraude fiscale et blanchiment ? […] Mais aux États-Unis il prendrait des années de prison ! Al Capone est tombé pour fraude fiscale, il avait pris dix-sept ans. »

Un peu plus tôt, le 5 juillet 2016, c’est à Agnès Saal, ex-directrice de l’INA convaincue de détournement de fonds publics, qu’il s’en prenait avec vigueur, ironisant sur la faiblesse de la sanction interne prise à son encontre : « Dans quelle entreprise un salarié qui a volé la société à hauteur de 40.000 euros, condamné, retrouverait-il son bureau après six mois de mise au piquet ? Quelle crédibilité pour Agnès Saal, quelle dignité pour le service public, quelle image pour le ministère de la Culture, et quel exemple pour nous les Français ! […] Le cas Agnès Saal révèle l’état d’esprit de ceux qui nous dirigent : l’exemplarité, c’est toujours pour les autres ».

Etc. [5]

De toute évidence, selon Pascal Praud, il y a fraude et fraude. Si ce sont des ministres, ex-ministres ou hauts fonctionnaires qui sont mis en cause, c’est intolérable et inexcusable. Soit. Mais si ce sont des footballeurs, des dirigeants de clubs, des entraîneurs ou des agents, il faut essayer de les comprendre : après tout, quand on est riche, il est normal que l’on tente « d’échapper à l’impôt » et il peut même arriver que l’on pratique l’évasion fiscale tout en étant de bonne foi et en pensant « respecter les règles ».


« Pardonnez-moi de me faire l’avocat du diable »

Et ce n’est pas tout. Si l’évasion fiscale est compréhensible, il est en revanche permis de douter des méthodes d’investigation des journalistes à l’origine des « Football Leaks ». Après tout, est-ce bien légal ?

- Pascal Praud : « Les sources ! Les sources ! Elles sont légales ou illégales ? C’est-à-dire que si c’est un hacker, c’est illégal. »

- Fabrice Arfi : « Il est possible qu’une source ait commis un acte illégal… »

- Pascal Praud : « Oui… »

- Fabrice Arfi : « … mais ce n’est pas nous. Nous ne l’avons pas commandité. La jurisprudence de ce point de vue là est constante. »

Raté.

Mais il en faut plus pour arrêter Pascal Praud, qui va ensuite mettre en doute la véracité même des informations révélées dans les Football Leaks car après tout, le monde du football est « incroyablement surveillé ». Cela commence par une remarque faussement naïve :

- Pascal Praud : « Pardonnez-moi de me faire l’avocat du diable, si j’ose dire, mais ce qui est amusant… enfin intéressant dans ce que vous dites ce matin c’est que… vous dites "ce sont des faits", et il n’y a aucun… aucune limite, aucune prudence, aucune… même de dire "bah on a peut-être été abusés", il y a peut-être des… » [Il ne termine pas sa phrase.]

Remarque à laquelle Fabrice Arfi, de plus en plus agacé, répond sèchement :

- Fabrice Arfi : « C’est le propre du journalisme quand on enquête. Après si vous voulez dire que le ciel est vert, vous pouvez. »

Mais Pascal Praud n’en démord pas, a fortiori lorsque le journaliste de Mediapart confirme que la France ne sera pas épargnée par les « Football Leaks » :

- Pascal Praud : « Non mais parce que là je peux vous donner un témoignage personnel puisque j’étais dans un club de football [6]. Et je vous l’ai dit tout à l’heure en préparant l’émission : c’est incroyablement surveillé ! C’est-à-dire que… à l’extérieur, les gens, les gens ont une image du football en gros "tous pourris". C’est ça. Bon. […] Et quand vous avez une expérience de l’intérieur bah vous vous apercevez que c’est incroyablement réglementé, surveillé… »

Cette fois-ci, c’est l’un des « chroniqueurs football » de l’émission, David Aiello, de Yahoo sports, qui tente de raisonner un Pascal Praud visiblement emporté par sa volonté de défendre coûte que coûte le monde du football, et notamment le football français. S’ensuit un échange durant lequel « l’avocat du diable » Pascal Praud s’empêtre dans une défense de plus en plus maladroite tout en prodiguant à ses confrères des leçons de « précision » :

- Pascal Praud : « […] Et quand vous avez une expérience de l’intérieur bah vous vous apercevez que c’est incroyablement réglementé, surveillé… »

- David Aiello : « C’est réglementé Pascal mais ça n’empêche pas la fraude : le Paris Saint-Germain a été condamné, l’Olympique de Marseille a été condamnée, les deux plus grands clubs français ont été condamnés pour des affaires de fraude économique… »

- Pascal Praud : « Mais, mais, mais… »

- David Aiello : « … ou fiscale parfois. »

- Pascal Praud : « Non, non, c’est… »

- David Aiello : « Si… »

- Pascal Praud : « C’est c’est c’est… »

- David Aiello : « Bah si, le Paris Saint-Germain a été condamné, et l’Olympique de Marseille une enquête est en cours… »

- Pascal Praud : « Faut être précis dans ces cas-là, ce n’est pas forcément de l’évasion fiscale pour… »

- David Aiello : « Du détournement de droit à l’image du côté du Paris Saint-Germain… »

- Pascal Praud : « Voilà, c’est, c’est… Chaque dossier mérite d’être précisément euh… instruit. »

Avocat du football-business ou journaliste ? De toute évidence Pascal Praud a choisi, ce que va malheureusement confirmer la dernière partie de l’interview [7].


« C’est normal qu’il y ait des pressions sur les journalistes »

Quelques secondes après cette mémorable séquence, David Aiello demande à Fabrice Arfi si les journalistes qui ont enquêté sur les « Football Leaks » ont subi des pressions. Ce qui ne manque pas de faire réagir un Pascal Praud désormais en roue libre :

- David Aiello : « Vous n’avez pas eu de pressions ? »

- Pascal Praud : « Non mais ils s’en fichent des pressions Mediapart. C’est normal qu’il y ait des pressions. Mais c’est normal ! »

- Fabrice Arfi : « Ah bon ? »

Oui, vous avez bien lu. Et ce n’est pas fini. Fabrice Arfi explique en effet que des pressions ont bel et bien été exercées, entre autres via des lettres, venues de cabinet d’avocats, exigeant des journalistes qu’ils dénoncent leurs sources et renoncent à publier leurs informations, mais aussi une procédure judiciaire en Espagne visant à empêcher toute publication et à saisir les documents des « Football Leaks ». C’en est trop pour Pascal Praud :

- Pascal Praud : « Les pressions, bah elles existent et c’est la base des journalistes [sic] et, alors pas celle que vous venez peut-être de dire, il y a des pressions qui sont parfaitement inacceptables et notamment lorsque l’intégrité des journalistes est mise en cause ou en tout cas est attaquée, mais en revanche des pressions c’est la vie quotidienne d’un journaliste et c’est, j’ai envie de dire c’est à lui simplement de pouvoir y résister. »



Oui, vous avez bien lu (bis). Et ce n’est pas fini (bis), puisque Pascal Praud va continuer à banaliser, voire justifier les pressions sur les journalistes, en toute confraternité bien sûr, s’attirant de nouveau quelques sèches répliques d’un Fabrice Arfi qui semble ne pas croire ce qu’il est en train d’entendre – et on le comprend :

- Pascal Praud : « […] Mais en revanche des pressions c’est la vie quotidienne d’un journaliste et c’est, j’ai envie de dire c’est à lui simplement de pouvoir y résister. Mais que les gens fassent pression pour faire avancer leur opinion de l’autre côté, voilà ça ça… »

- Fabrice Arfi : « Il n’y a pas besoin de pression, il suffit de la donner l’opinion. »

- Pascal Praud : « … voilà c’est… vous savez comment ça se passe. Non mais il y a toujours des pressions ça c’est, c’est une tarte à la crème la pression sur les journalistes, un président, lorsqu’il appelle, lorsqu’il appelle un journaliste pour dire "tiens voilà et caetera" il fait passer son message et puis c’est au journaliste de… »

- Fabrice Arfi : « Ce n’est pas une pression ça, c’est un coup de fil. »

Pascal Praud décide alors de mettre soudainement un terme à l’entretien. Mais c’est plus fort que lui, il ne peut s’empêcher de provoquer une dernière fois Fabrice Arfi, après avoir fait semblant de rendre hommage à son travail :

- Fabrice Arfi : « Ce n’est pas une pression ça, c’est un coup de fil. »

- Pascal Praud : « Bon. On va parler en revanche… D’abord merci d’être venu. »

- Fabrice Arfi : « Merci à vous, merci pour l’invitation. »

- Pascal Praud : « Et vraiment il faut féliciter votre travail que l’on peut écouter et lire sur Mediapart, le prochain épisode c’est ces prochains jours, bien évidemment. »

- Fabrice Arfi : « Dès cette nuit, voilà, […] et il y en aura durant la semaine… »

- Pascal Praud : « Ça se vend bien comme ça, en teasing. »

- Fabrice Arfi : « Hein ? »

- Pascal Praud : « C’est une série, c’est un feuilleton, ça peut se vendre bien. »

- Fabrice Arfi : « Absolument c’est un feuilleton, un peu comme la presse du 19ème siècle. En même temps 18 millions de documents c’est compliqué à sortir d’un coup. »

- Pascal Praud : « Bieeeen sûr. »

Fin de la leçon de journalisme.


***


Pascal Praud aura donc réussi, en une quinzaine de minutes, à faire la démonstration de l’étendue de son talent en se plaçant résolument du côté de ceux qui tentent de jeter le discrédit sur les « Football Leaks » et les journalistes qui ont révélé ce scandale, le tout sur un ton souvent hautain, voire méprisant. Ce qui n’empêche pas le journaliste de tenter, à plusieurs reprises au cours de l’interview, d’arracher un « scoop » à Fabrice Arfi, de préférence à propos de clubs et/ou de joueurs français [8].

Pascal Praud avait brillé par son absence, et son silence, durant la grève à i-Télé, de toute évidence peu concerné par la mobilisation de ses collègues contre les lubies de l’actionnaire et de la direction de la chaîne. Après le visionnage et l’analyse de cette séquence consacrée aux « Football Leaks », on comprend mieux pourquoi.

Un journaliste qui défend la fraude et l’évasion fiscales lorsqu’elles sont pratiquées par d’autres que des ministres ou des hauts fonctionnaires [9], qui remet en question l’intégrité de ses confrères au prix de petits arrangements avec la vérité sans toutefois oublier d’essayer d’obtenir une information qui fera le « buzz », et qui estime qu’il est « normal » qu’un journaliste subisse des pressions n’est-il pas, après tout, le journaliste rêvé de Vincent Bolloré ?


Julien Salingue


Post-scriptum : Alors que cet article était rédigé, nous avons appris que le Football Club de Nantes, club dans lequel Pascal Praud a exercé les fonctions de Directeur général délégué, venait d’être à son tour mis en cause dans l’affaire des « Football Leaks ». Ceci expliquerait cela ?

 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

[1Il anime également depuis peu une émission de débat sur i-Télé : « L’heure des pros ».

[2La séquence peut être visionnée ici (17 premières minutes de l’émission).

[3Voir le dossier consacré aux « Football Leaks » sur le site de Mediapart (articles payants).

[4Signalons, même si cela va sans dire, qu’il ne s’agit pas ici de défendre les individus mis en cause par Pascal Praud mais de souligner les indignations à géométrie variable de ce dernier.

[5On aurait également pu mentionner la chronique du 5 avril 2016, dans lequel c’est Thomas Thévenoud et sa « phobie administrative » qui sont la cible de Pascal Praud.

[6Pascal Praud a été, de 2008 à 2010, directeur général délégué du Football Club de Nantes.

[7Le cas de Pascal Praud n’est pas isolé, comme on pourra le vérifier à la lecture de nos articles consacrés aux relations incestueuses entre journalisme sportif et sport professionnel.

[8Par exemple :
- Pascal Praud : « Vous ne pouvez rien nous dire aujourd’hui sur ce plateau sur ce qui arrive dans trois semaines ? »
- Fabrice Arfi : « Non, par définition nous gardons nos exclusivités pour nos lecteurs. »
- Pascal Praud : « D’accord. Est-ce que des joueurs français ou des entraineurs français sont concernés ? »
- Fabrice Arfi : « Absolument. La France ne sera pas exclue du champ des révélations de Football Leaks… »
- Pascal Praud : « Ce n’est pas la même question : la France ou des Français ? »
- Fabrice Arfi : « Des Français, des joueurs français… »
- Pascal Praud : « Des joueurs français à l’étranger ou la France en France ? »
- Fabrice Arfi : « Des joueurs français à l’étranger, des clubs français, des joueurs étrangers jouant en France… Y’en aura pour tout le monde… »

Et plus tard :
- Pascal Praud : « Dans les révélations à venir, vous dites des Français concernés, mais vous dites des clubs français également. Des clubs français ? »
- Fabrice Arfi : [Oui, mais attendez et vous verrez !]
- Pascal Praud : « Est-ce qu’il y a des clubs français concernés ? Fabrice, est-ce qu’il y a un club français concerné ? »
- Fabrice Arfi : [Il y a des histoires qui concernent des clubs français.]

Enfin :
- Pascal Praud : « Des stars françaises, parmi les joueurs les plus connus ? [rires (nerveux ?) de Fabrice Arfi] Non mais attendez, moi je ne vais pas citer de noms mais chacun peut les avoir euh… chacun peut les avoir. »

[9On pourra se reporter aux chroniques de Pascal Praud sur RTL pour mesurer l’étendue – et le caractère sélectif – de ses indignations.

En direct sur France Culture : les aboiements de Laurent Joffrin contre Acrimed

Quand un éditocrate tombe sur un os et l’avale de travers.

Concentration des médias en France et ailleurs (vidéo d’un jeudi d’Acrimed)

Avec Christophe Deloire (Reporters sans frontières) et Jérémie Fabre (Acrimed).

Quand Causeur et Valeurs actuelles s’essaient à la critique des médias

Une critique médiatique, sélective et droitière.