Observatoire des media

ACRIMED

Fin de la souscription 2017 d’Acrimed : objectif rempli à 80%

par Acrimed,

Depuis le lancement de notre souscription en mars dernier, nous avons reçu près de 50 000 €. C’est moins que les 60 000 € espérés, mais il faut savoir terminer une souscription quand satisfaction a été presque totalement obtenue. Merci à toutes celles et tous ceux qui y ont contribué !

Acrimed, qui a fêté l’an dernier ses vingt ans, demeure une créature fragile puisqu’elle repose sur une activité militante, pour l’essentiel bénévole, et ne dispose que de faibles ressources financières : les cotisations des adhérent·e·s, les dons et la vente de la revue Médiacritique(s). Nous ne recevons aucune subvention, notre site est intégralement gratuit et nous sommes réfractaires à toute forme de publicité.

Nous avons lancé cette souscription, indispensable pour que nous puissions poursuivre et développer notre activité multiforme — par nos publications, nos débats, nos actions — de critique des médias, pour une transformation démocratique des médias. Nous espérions 60 000 euros – une somme nécessaire pour pérenniser l’emploi de nos salarié·e·s.

Nous avons récolté 50 000 €. Notre situation reste précaire, mais elle est stabilisée pour les prochains mois.

La souscription proprement dite est finie. Mais il reste évidemment possible et souhaitable de continuer à adhérer à l’association et à donner (ce qui, nous le rappelons, ouvre droit à déduction fiscale) !

Encore merci à celles et ceux qui ont répondu à notre appel.

 
  • Enregistrer au format PDF

Voir aussi...

« L’interview éco » de France Info : service public ou service patronal ?

L’économie (presque) sans syndicat et sans économiste, sans salariés, sans artisans, sans professions libérales et sans… pluralisme !

Mathieu Gallet condamné à un an de prison avec sursis : mais que fait le « comité d’éthique » de Radio France ?

Un « comité d’éthique » discrédité peut-il défendre un président discrédité ? Et réciproquement ?

Violences faites aux femmes : le festival des éditocrates réactionnaires

« On ne peut plus rien dire » mais on le dit quand même, et on le dit partout.