Observatoire des media

ACRIMED

Euro 2016 : TF1 troque l’information contre son partenariat avec l’Équipe de France

par Benjamin Lagues, Blaise Magnin,

Jeudi 12 mai, la liste des joueurs de l’équipe de France de football sélectionnés pour l’Euro 2016 est dévoilée. Diffuseur officiel de l’équipe de France, TF1 [1], obtient tout naturellement l’exclusivité de l’annonce, effectuée en direct par Didier Deschamps, le sélectionneur, sur le plateau du 20h. Autant dire que la hiérarchie de l’information de ce JT du 12 mai se verra totalement bousculée, pour ne pas dire inféodée à la logique commerciale de la chaîne de Bouygues…

Le sommaire détaillé de ce JT parle de lui-même :

- 1er sujet. Euro 2016 : la liste des joueurs bientôt dévoilée, les supporters font leurs pronostics – 1’57
- 2. Euro 2016 : Didier Deschamps invité du journal de 20 h de TF1 – 1’18
- 3. Manifestations contre la loi Travail : les opposants remontés contre le passage en force – 2’52
- 4. Loi Travail : la motion de censure rejetée, un parti socialiste « en miettes » – 1’24
- 5. Bayonne : explosion dans une usine à gaz, un accident de soudure serait à l’origine – 1’59
- 6. Jackie, blessée par un kamikaze au Stade de France : « Je ferme les yeux, je le vois » – 3’44
- 7. Los Angeles-San Francisco en 30 minutes : essais réussis pour « Hyperloop », le train à grande vitesse – 1’43
- 8. Euro 2016 : l’éclosion d’une nouvelle génération et des promesses pour l’avenir – 2’59
- 9. Euro 2016 : Didier Deschamps invité du 20h de TF1 : « C’est jamais évident de choisir une liste finale » – 2’01
- 10. Euro 2016 : retrouvez la liste complète des 23 joueurs et 8 réservistes appelés par Didier Deschamps – 10’20
- 11. Euro 2016 : La minute pour comprendre : le programme des Bleus avant l’ouverture de l’Euro 2016 – 1’32
- 12. Dans les coulisses du tournage de « Marseille », la nouvelle co-série signée Netflix – 1’51
- 13. 12 mai 1976 : 40 ans après la victoire [sic] de l’AS Saint-Etienne – 1’24

Ainsi, six sujets sur treize et 60% de la durée de ce JT de 36 min auront été consacrés à l’Euro et à l’équipe de France de football. Et comme si cela ne suffisait pas, la rédaction de TF1 a eu la riche idée, pour conclure cette édition, de revenir sur un anniversaire footballistique, transformé pour l’occasion en événement à portée historique !

Pour ce qui est du « reste » de ce journal du 12 mai, on appréciera la place laissée à l’actualité politique, économique et sociale, avec deux sujets pour une durée totale de 4 min 46 (soit à peine plus de 10% du JT), et on relèvera les deux minutes consacrées au tournage marseillais d’une production audiovisuelle originale coproduite par... TF1, bien sûr, et diffusée le soir même, dans la foulée du JT ! Ou comment faire coïncider information culturelle et intérêts bien compris.

Enfin, on ne saurait manquer de souligner le professionnalisme du présentateur, Gilles Bouleau. Tout à son obsession de bien vendre le programme acheté à prix d’or par son employeur et de ne pas perdre de téléspectateurs dans les rares cas où le foot ne succédait pas au foot, il osa les plus délicieuses et audacieuses transitions et donna de sa personne :

- Pour passer de l’Euro à la motion de censure contre le gouvernement : « Intéressons-nous à l’équivalent politique du tacle glissé au football : la motion de censure… ».
- Pour passer de l’« Hyperloop » (prototype de train à très grande vitesse testé en Californie) à l’Euro 2016 : « Alors je ne sais pas si l’équipe de France utilisera le train à grande vitesse pour se déplacer d’une ville à l’autre au cours de cet Euro. Didier Deschamps… »
- Pour passer de l’Euro 2016 à la série « Marseille » : « Avec vous Didier, partons dans une ville que vous connaissez bien, vous y avez passé je crois quatre ans en tant que joueur à l’OM. Elle vit intensément pour le football… »
- Pour finir, et introduire le dernier sujet « footballistico-historique », Gilles Bouleau, tel un homme-sandwich, avait même enfilé un maillot de l’équipe de France :



***

Ce petit épisode, dont sont coutumiers les JT des chaînes diffusant de grands événements sportifs [2] est finalement un bon révélateur de la fonction première du 20h : retenir les téléspectateurs jusqu’au bout de l’édition afin de bénéficier de leur « temps de cerveau disponible » pendant la plage publicitaire précédant le programme de « prime time » (le film / le match / la série de 21h). Pour une raison simple : plus l’audience est large, plus les publicités diffusées rapportent gros à la chaîne.

En l’occurrence, l’enjeu est décuplé puisqu’il s’agit de rentabiliser l’investissement considérable que représente pour TF1 l’achat des droits de diffusion des matches de l’équipe de France. On comprend mieux dès lors pourquoi une rédaction de journalistes professionnels décide de saborder le journal qu’elle fabrique en occultant l’essentiel de l’actualité pour faire de la composition d’une équipe de football la première information du jour.



Benjamin Lagües et Blaise Magnin

 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

[1TF1 a même créé une déclinaison du site internet des supporters des « Bleus », « Fiers d’être bleus », dédiée à ce partenariat qu’on imagine stratégique.

Le médiateur de Radio France répond à Acrimed : mépris, condescendance et autosatisfaction

Son impartialité mise en cause, il réplique par une critique des auditeurs et un éloge de son propre travail.

Docteur Patrick et Mister Cohen

Déontologie journalistique à géométrie variable.

Mardi Cinéma d’Acrimed : « À l’intérieur des rédactions » (cycle de projections-débats)

Au cinéma La Clef (Paris 5e) avec quatre documentaires réalisés à l’intérieur de la rédaction de quotidiens de presse.

Zemmour superstar

Il dit n’importe quoi... et tout le monde en parle !