Observatoire des media

ACRIMED

Encore un trucage dans « Le Petit Journal » !

par Mathias Reymond,

Après les légumes 100 % bio, les jus d’orange 100 % pur jus et la viande 100 % française, voici l’information 100 % truquée selon Yann Barthès et son équipe… En effet, le bidouillage semble être la marque de fabrique du « Petit Journal » sur Canal Plus. Dans un précédent article – « Les gros bidouillages du “Petit Journal” » – nous avions déjà fait une synthèse de quelques contrevérités. Rien n’a changé depuis…

« Le Petit Journal » consacrait son émission du 27 février 2012 à Nicolas Sarkozy avec une compilation de ses « meilleurs » sujets sur le président de la République. Parmi eux, un sujet bidonné que « Le Petit Journal » a cru bon de recycler.

Le 1er novembre 2011, en effet, Yann Barthès tentait de démonter un exercice de communication de l’Élysée. En montrant des photos extraites du Figaro et du Parisien où l’on voit le couple présidentiel avec un enfant caché dans une couverture, Barthès souligne la contradiction : « L’Élysée crie haut et fort que l’on ne verra jamais l’enfant [de Sarkozy et Carla Bruni-Sarkozy]… ». Passons sur le fait que l’on ne voit pas l’enfant, justement, sur ces photos, puisqu’il est caché par un drap… et intéressons-nous au reportage qui suit. « Direction La Lanterne », donc, puisque c’est dans cette résidence mise à la disposition du président de la République... située à proximité du château de Versailles que les photos ont été prises.

Pour conforter une « démonstration » qui nous importe peu par elle-même (en réalité les photos n’ont pas été prises à l’intérieur de la résidence mais juste à côté), Yann Barthès commente un plan qui apparaît à l’écran : « Regardons un plan. Voici l’énorme domaine de La Lanterne, ici. Et ici, à côté le jardin public du château de Versailles. Le domaine est littéralement à l’intérieur du domaine public mais il est sécurisé par des murs en pierre de trois mètres de haut. »

Voici ce plan extrait du « Petit Journal » :

Or ce plan est faux.

Truqué.

Trafiqué.

Explications.

La supercherie est la suivante :
- La Lanterne, la résidence mise à la disposition de Nicolas Sarkozy, est en réalité plus éloignée du château de Versailles.
- La carte présentée par le « Petit Journal » essaie de faire croire que la résidence est toute proche du château, juste à l’ouest de la pièce d’Eau des Suisses.

Comme nous le montre une simple recherche sur Google Maps, il n’y a rien de tel à l’ouest de la pièce d’eau des Suisses. Pour réaliser sa supercherie, l’équipe du « Petit Journal » a utilisé un logiciel du type Google Earth et effectué un copier-coller entre deux cartes.

Celle-ci (sans La Lanterne à l’emplacement fabriqué par Barthès et son équipe) :

Et celle-ci, avec La Lanterne. Le bâtiment se trouve juste en bas à gauche de la branche du Grand Canal qui pointe vers le sud :

Voici le parcours que la résidence de Nicolas Sarkozy a effectué dans le « Petit Journal ».

Le trucage réalisé par Yann Barthès et son équipe a consisté à déplacer La Lanterne d’environ 500 mètres. Pour montrer que la résidence est encore plus proche du château de Versailles que ce qu’elle est vraiment ? On ne sait pas…

Mais ce montage fallacieux est d’autant plus étonnant que l’emplacement exact de La Lanterne n’est pas essentiel dans l’argumentaire du reportage. Alors pourquoi truquer les images ? Pour créer l’illusion d’une enquête rigoureuse et d’un décryptage impertinent : au « Petit Journal », on ne truque pas les images à des fins politiques (quoique…), mais à des fins qui se prétendent journalistiques… Vous avez dit « imposture » ?

Mathias Reymond

(Merci à Nicolas B., habitant de Versailles, qui nous a signalé ce trucage et transmis les images)

 
  • Enregistrer au format PDF

Jeudi d’Acrimed : mobilisations contre la Loi Travail, le retour des chiens de garde

Le 29 septembre 2016 à Paris, avec Sophie Binet (CGT) et Frédéric Lemaire (Acrimed).

Le médiateur de Radio France répond à Acrimed : mépris, condescendance et autosatisfaction

Son impartialité mise en cause, il réplique par une critique des auditeurs et un éloge de son propre travail.

Docteur Patrick et Mister Cohen

Déontologie journalistique à géométrie variable.