Observatoire des media

ACRIMED

Éditocrates sous perfusion : une gabegie « oubliée » par les médias dominants

par Sébastien Fontenelle,

Nous publions, avec l’autorisation de son auteur et des éditions Libertalia (que nous remercions au passage), un extrait du récent livre de Sébastien Fontenelle, Éditocrates sous perfusion : les aides publiques à la presse, trente ans de gabegie. Cet ouvrage au vitriol, que l’on ne peut que recommander à nos lecteurs, s’attaque à une certaine presse qui, « dans le même temps qu’elle ensevelit l’État sous une avalanche d’exhortations à mieux maîtriser ses dépenses, [...] se gave de subventions étatiques ».
L’extrait qui suit constitue le chapitre XI du livre.


« Ces aides n’ont pas démontré leur utilité »

En 2013, la Cour des comptes publie, vingt-neuf ans après celui qui lui avait été commandé en 1984 par la Commission des finances de l’Assemblée nationale, un nouveau rapport sur les aides publiques à la presse.

On n’y trouve – en sera-t-on surpris – rien de neuf, au regard des documents sur lesquels nous nous sommes arrêtés dans les chapitres précédents [1]. Ses auteurs répètent, après que tant d’autres observateurs l’ont déjà dit, que « la presse économique est un secteur fortement soutenu par l’État », que ce « soutien ancien aboutit à une politique complexe » dont les « objectifs multiples mobilisent des aides directes et indirectes », et qu’il est toujours plus coûteux, puisque « le plan d’aide à la presse 2009-2011 », mis en place à l’issue des états généraux convoqués par Nicolas Sarkozy, « a entraîné un doublement des dépenses budgétaires, passées de 165 à 324 millions d’euros, sans que sa fin conduise à un retour à la situation antérieure ».

Puis, « la Cour constate », une nouvelle fois, « que ces aides n’ont pas démontré leur utilité, puisque la crise de la presse » – à quoi elles étaient censées mettre fin – « persiste et s’accroît ». Puis elle énumère les « nombreux facteurs » – toujours les mêmes, ou presque, depuis trente ans – qui selon elle « contribuent à expliquer ces résultats décevants ». Soit : des « contradictions dans la politique de l’État », une « mauvaise évaluation des aides », et un « ciblage encore insuffisant des aides sur la presse d’information politique et générale ». Enfin : elle relève que les « initiatives récentes » du gouvernement restent « insuffisantes au regard des enjeux », et « appelle à une réflexion de plus long terme dans le but de simplifier et de rendre plus efficaces ces dispositifs d’aide ».

Insistons-y : ce document – dernier en date d’une longue série – ne dit rien, au fond, qui n’ait déjà été maintes et maintes fois formulé dans le cours des trois décennies précédentes. Et c’est cela, précisément, qui rend sa lecture vertigineuse. Car elle confirme que rien n’a été fait – jamais – pour réformer vraiment des dispositifs dont tout le monde sait depuis trente ans, au sein des administrations chargées de les gérer, qu’ils sont, dans le meilleur des cas, inadaptés. Vingt-neuf ans – vingt-neuf ans ! – après que la Cour des comptes a pour la première fois diagnostiqué que la gouvernance des aides à la presse devait être intégralement repensée : ses magistrats [2], évidemment conscients – c’est du moins ce qui ressort des commentaires qu’ils formulent, lorsqu’on les sollicite, sous le couvert de l’anonymat – que ces nouvelles préconisations seront, selon toute probabilité, elles aussi jetées aux oubliettes, en sont réduits à répéter, presque au mot près, ce qu’ils disaient à l’époque. Et à constater, donc, qu’ils prêchent, là, dans le désert.

Tout de même : quelque chose a changé. Car dans son nouveau rapport, la Cour des comptes révèle, pour la première fois, le montant précis de certaines des aides dont l’État nantit chaque année la presse écrite. En trois ans, par exemple, entre 2009 et 2011 : Le Monde, qui est toujours considéré comme le journal français « de référence » – pour la pureté, peut-être, de ses appels à réduire la dépense publique –, a reçu, constate la Cour, 55.3 millions d’euros. « Hors aides indirectes. » Médaille d’argent : Le Figaro de Serge Dassault – l’industriel assisté qui ne manque jamais une occasion d’exiger qu’ « on supprime toutes les aides » – a été nanti, dans les mêmes conditions, de 51,6 millions d’euros.

Dans la famille des magazines : Le Point, l’hebdomadaire de Franz-Olivier Giesbert, dont les dossiers sur « les tricheurs du chômage » ou « la France des assistés » sont passés à la postérité, a été nanti de 13.5 millions d’euros – quand L’Express, un peu mieux traité, a reçu 18,6 millions. Le Nouvel Observateur, dirigé, à ce moment-là, par le même Laurent Joffrin qui, en 1984, chantait dans Libération les vertus de l’« initiative » privée, a été mieux gâté, avec 23.4 millions d’euros.

Ce sont là de rondelettes sommes, dont le montant ne manque pas d’impressionner, lorsqu’elles sont allouées à des professionnels dont l’apport à la pratique du métier de journaliste a pour une importante part consisté, cependant même que l’État leur permettait d’arrondir leurs fins de mois, à répéter obsessionnellement qu’il fallait que l’État réduise sa dépense publique. Et de fait : l’image de ces publications sort un peu abîmée de la révélation du montant des subsides dont les gave « la masse grisâtre de l’État », car les réseaux sociaux, dont le contrôle leur échappe, ne manquent pas de pointer leur tartuferie.

Or – comble de malchance : quelques mois après que la Cour des comptes a publié ces premières données chiffrées, le ministère de la Culture et de la Communication, met en ligne, sur son site, et dans un très louable souci de « transparence », une liste des sommes versées en 2012 aux « 200 titres de presse les plus aidés ». Le Monde, toujours juché sur la première marche du podium, a reçu, cette année-là, 18.6 millions d’euros. Le Figaro, 18.2 millions. Le Nouvel Observateur, 9.3 millions. L’Express, 7.2 millions. Et Le Point, 4.8 millions [3]Le Monde diplomatique, par comparaison, pointe à la 178e place [4]. Et publie un article taquin, pour rappeler :

« Il y a trente ans, le Parti socialiste proclamait : “ Un réaménagement des aides à la presse est indispensable. […] Il faut mettre un terme à un système qui fait que les plus riches sont les plus aidés, et les plus pauvres les plus délaissés. […] La réforme des aides à la presse devrait également mieux différencier la nature des titres et ne pas traiter de la même façon la presse politique et d’informations générales et la presse récréative. Elle devrait distinguer, en particulier en matière d’aides postales, la presse bénéficiant d’un fort volume de publicités et celle qui en est dépourvue.“ Les données officielles récemment rendues publiques ainsi que les derniers arbitrages présidentiels en matière de presse démontrent que cette analyse, à laquelle nous ne pouvons que souscrire, n’a pas reçu le moindre début d’exécution. Faute de quoi, comment expliquer que Télé 7 jours ait reçu trente-huit fois plus d’argent public que Le Monde diplomatique ? »

Et quant à l’hebdomadaire de gauche Politis, qui se reconnaît, lui aussi, à son refus de se soumettre aux normes de l’éditocratisme : il n’apparaît tout simplement pas au classement des 200 titres de presse les plus aidés par l’État…

La publication de ce palmarès n’est bien sûr pas tout à fait du goût des principaux intéressés, qui ont de très longue date pris le pli – le sénateur Paul Loridant l’avait relevé, on se le rappelle, dès 1995 – de considérer leurs aides publiques comme des « avantages » acquis. D’après un témoin des échanges qui ont précédé la mise en ligne de ces données par le ministère : les patrons de presse ont vigoureusement protesté contre leur révélation – qui risquait, selon eux, d’entretenir dans l’esprit des contribuables de regrettables « confusions ». Mais cette émotion n’a été d’aucun effet, et après cette double publication – du rapport de la Cour des comptes, et des chiffres du ministère de la Culture : il devient réellement difficile, pour la presse, de taire complètement la réalité qu’elle ne survit que par des injections permanentes d’argent public.

Mais qu’à cela ne tienne : elle va, par des pirouettes, reléguer la couverture de cet assistanat dans ses arrière-pages. Éventuellement, même : elle va purement et simplement nier, en occultant sa véritable nature, qu’il y ait là un quelconque problème. Le Monde, par exemple, qui donne le « la » du traitement journalistique de l’actualité, et qui ne manque jamais, on l’a vu, de valoriser, à la une, lorsqu’elles répondent à ses propres priorités, les prescriptions de la Cour des comptes, se contente, là, de les mentionner dans ses pages intérieures, sans s’y appesantir.

Mais la réaction la plus révélatrice est celle du Point. Le 23 janvier 2014, cet hebdomadaire publie, non loin de l’éditorial où Franz-Olivier Giesbert réclame rituellement une « réduction du nombre des fonctionnaires », un dossier consacré à ce que ses auteurs appellent « les dépenses publiques les plus délirantes », dont les bénéficiaires sont sommés de « rendre l’argent ». Il s’agit, comme toujours en de tels cas, d’une longue fulmination où des chômeurs et des intermittents du spectacle [5] sont accusés de creuser la dépense publique, et qui ne manque bien sûr pas de pointer, dans sa dénonciation d’une « gabegie » généralisée, la responsabilité de « la Sécu, cette fierté érigée en vache sacrée », qui « engloutit presque la moitié des dépenses publiques ». Rien n’est donc neuf, dans cet ensemble : on y retrouve, inchangées, les mêmes antiennes que cette presse répète depuis trente ans.

Mais au détour de cette longue exhortation à « mettre l’État au régime », un discret encadré sur « les aides à la presse » a été inséré, qui vaut d’être intégralement cité :

« Elles font souvent fantasmer. Le ministère de la Culture a récemment mis en ligne les montants des aides à la presse versés [6] en 2012, titre par titre. Si des quotidiens touchent des aides directes, d’autres journaux pas. Le Point a ainsi bénéficié de 4.84 millions d’euros d’aides ; mais, sur cette somme, 4.62 millions proviennent d’ “aides postales” liées au prix très élevé du courrier en France par rapport aux autres pays européens, notamment l’Allemagne [7]. En somme, plutôt une subvention à La Poste. »

Cette démonstration est, à plusieurs titres, édifiante. Par sa tournure, d’abord, puisque son auteur – anonyme – décrète, pour l’introduire, que les aides à la presse suscitent des fantasmes : le procédé, astucieux, permet de suggérer, sans toutefois l’énoncer distinctement, que la vérité sur ces subventions n’est pas celle que croit le contribuable, et qu’elle est moins scandaleuse qu’il ne pourrait le supposer. Or, tel n’est pas le cas – puisqu’en réalité, la gouvernance de ces aides est, de fait, très insuffisante : cela, du moins, et à l’inverse de certains des dossiers où Le Point accable « la France des assistés », est très précisément documenté par les différents rapports que l’on sait.

D’autre part : cet encadré pèche par trop d’imprécision. Car s’il est vrai que les aides postales représentent une part non négligeable des facilités que l’État consent au Point : cet hebdomadaire bénéficie d’autres subsides, dont les lecteurs ne sauront rien. (De sorte qu’ils ne seront pas tentés de se demander si leur versement est justifié.) Surtout, et contrairement à ce que suggère cette étonnante démonstration : les aides postales consenties à la presse ne sont en aucun cas « une subvention à La Poste », qui perd chaque année, dans ce dispositif, des sommes très considérables.

Pour le vérifier : il faut par exemple remonter au 23 juillet 2008. Ce jour-là : l’État, la presse et La Poste signent un « protocole tripartite » qui portera sur les années 2009 à 2015. Les patrons de presse, qui bénéficient depuis toujours de tarifs postaux préférentiels pour l’envoi de leurs journaux et magazines, acceptent que ces prix soient augmentés d’environ 4 % par an : aucune voix ne s’élève, pour constater que le maintien de ce privilège, qui permet au Point – et à ses concurrents – de proposer des abonnements à des prix très attractifs, va frontalement contre tous les principes de la « concurrence libre et non faussée » dont les éditocrates sont par ailleurs les fervents thuriféraires. De son côté : l’État s’engage à « contribuer à compenser, sous la forme d’une participation annuelle, les surcoûts de la mission de service public de transport postal de la presse ».

Ce document n’est pas le premier du genre : un précédent accord, signé en 2004 pour une durée de quatre ans, prévoyait que l’État verserait à La Poste, pour l’aider à supporter le coût des ristournes accordées à la presse, une subvention annuelle de 242 millions d’euros. Mais cela n’a pas suffi, puisque La Poste – dont l’éditocratie ne manquait alors pas de psalmodier qu’il urgeait qu’elle se réformât, en se rationalisant – a tout de même perdu dans cet assistanat la bagatelle de 400 millions d’euros.

Moyennant quoi, le même dispositif est donc reconduit par l’accord de juillet 2008, grâce auquel la presse continuera de bénéficier, pour l’affranchissement de son courrier, de prix très inférieurs à ceux que doivent acquitter les « citoyens assistés » dont elle instruit si volontiers le procès [8]. Ainsi, les pertes de La Poste continueront d’être – partiellement – comblées par l’État, dont « la contribution annuelle sera de 242 millions d’euros en 2009, 2010 et 2011 », puis « évoluera selon la séquence suivante : 232 millions d’euros en 2012, 217 millions d’euros en 2013, 200 millions d’euros en 2014, 180 millions d’euros en 2015 ». Et quant au coût réel, pour La Poste, du transport de la presse ? Il ne sera pas évalué – au grand dam de la Cour des comptes, qui regrettera, dans son rapport de juillet 2013, que personne n’ait jamais songé à le mesurer précisément.

Pas même Le Point, qui préfère, semble-t-il, s’intéresser plutôt au financement de « la Sécu »…

Sébastien Fontenelle

Éditocrates sous perfusion : les aides publiques à la presse, trente ans de gabegie, Éditions Libertalia, Paris, 2014, 8 euros.

 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

[1On se référera ici au livre (Note d’Acrimed).

[2Qui ne manquent pas de s’émerveiller, en privé, de la retenue dont la presse fait montre, dans son traitement de leurs recommandations.

[3L’année suivante, en 2013, donc, Le Figaro a reçu 16.17 millions d’euros. Le Monde, 16.15 millions. Le Nouvel Observateur, 8.2 millions. L’Express, 6.3 millions. Le Point, 4.6 millions.

[4L’année d’après : ce mensuel – pourtant le titre le plus lu dans le monde de la presse française – disparaîtra du classement des 200 publications les plus aidées par l’État.

[5Liste non exhaustive.

[6Sic.

[7L’affirmation selon laquelle le prix du courrier est beaucoup plus élevé en France qu’en Allemagne est inexacte. En vérité : c’est l’inverse qui a longtemps été vrai. Par ailleurs, et selon la Cour des comptes : l’Allemagne est l’un des trois pays d’Europe (les deux autres étant la Finlande et le Royaume-Uni) qui « ont les plus hauts montant d’aide publique totale pour les médias ».

[8La Cour des comptes déplore d’ailleurs, dans son rapport de juillet 2013, la persistance d’un « écart » trop important « entre les tarifs » postaux « de service public applicables » à la presse « et les tarifs du service universel ».

Le Magazine électronique d’Acrimed (numéro 163-septembre 2016)

Édito, agenda, sélections d’articles et de livres...

Le médiateur de Radio France répond à Acrimed : mépris, condescendance et autosatisfaction

Son impartialité mise en cause, il réplique par une critique des auditeurs et un éloge de son propre travail.

Docteur Patrick et Mister Cohen

Déontologie journalistique à géométrie variable.