Observatoire des media

ACRIMED

EN BREF

Drucker-Lapix : festival de flatteries sur France 5

par Mathias Reymond,

Michel Drucker (France 2) fait sa promotion sur le plateau d’Anne-Sophie Lapix (France 5).

« On rend hommage à Michel Drucker ». C’est par ces mots qu’Anne-Sophie Lapix annonce Michel Drucker le 8 septembre 2016 dans son émission « C à vous » diffusée sur France 5. En guise de mise en bouche, les décors et le générique sont identiques à ceux de « Vivement dimanche », émission produite et animée par Drucker sur France 2 pendant 18 ans. On comprend alors que le convive ne sera pas maltraité par ses hôtes.

« On va accueillir notre maître à tous, lance alors l’animatrice, celui qui a tout vu, tout connu et qui se délecte de le raconter aujourd’hui sur scène, on accueille Michel Drucker. » Puis, afin de rassurer son invité, Lapix s’exclame : « Vous êtes ici chez vous ! » Ce n’était pas nécessaire de le préciser, Michel Drucker ne s’attendait pas à un tel accueil…

Le ton est donné pour une longue séance de flatteries et d’auto-flatterie. Alors qu’il fait un one-man show depuis plusieurs mois dans lequel il retrace sa carrière avec anecdotes et images d’archives, l’animateur nomme les « personnalités » qui sont déjà venues l’applaudir : Charles Aznavour, Alain Juppé, Thierry Frémeaux, Michel Boujenah, Laurent Gerra (« il est venu me voir deux fois »), etc. Et tout ce beau monde, « en province » seulement. Car si Michel Drucker démarre véritablement la promotion de son spectacle maintenant, c’est qu’il va le jouer à Paris. Dans une salle qui compte, avec des spectateurs qui comptent…

Mais Drucker semble satisfait de sa tournée : « les gens sourient, les gens rient ». Il insiste même : « ce n’est pas un spectacle d’humour, mais les gens rient. » Et pour être certain de convaincre les franciliens de venir le voir, il complète : « Les gens qui sortent me disent : "c’est tellement surprenant, on ne savait pas que vous pourriez faire ça, un seul reproche, ne le prenez pas mal : c’est beaucoup trop court".  »

On l’a compris, l’animateur septuagénaire est content de lui. D’autant qu’il bénéficie du soutien de quelques pontes de la scène et du showbiz. D’abord Laurent Ruquier qui l’a motivé pour monter sur les planches et qu’il « vouvoie » parce qu’il a « trop d’admiration pour lui ». « Laurent, c’est un génie » nous assure-t-il. Puis il y a Fabrice Luchini qui, après l’avoir vu répéter pendant 30 minutes, lui aurait lancé : « Tu vas jouer dix ans ! » Enfin, Laurent Gerra, « [son] petit frère » de qui il a « tellement appris ».

Le point d’orgue de ce festival a lieu lorsque l’humoriste Anne Roumanoff (qui collabore à « Vivement Dimanche ») apparait sur le plateau et explique que Drucker est l’un « de [ses] parrains dans le métier ». Ce qui donne lieu à des propos cocasses : « J’étais tellement fan de Michel Drucker que j’allais aux cours de son frère. » Et l’animateur lui rend la pareille : « Elle avait quelque chose de différent des autres. Elle écrit bien. »

Pierre Lescure et Patrick Cohen, chroniqueurs dans l’émission, boivent du petit lait, et Anne-Sophie Lapix encourage Michel Drucker dans cette (longue) séquence d’autosatisfaction : « qu’est-ce qui vous a donné le courage de monter sur scène ? Il faut une audace … »

Du courage et de l’audace, Michel Drucker en a eu assurément en venant se faire tancer ainsi sur un plateau qui lui était si hostile [1].


Mathias Reymond

 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

[1Comme cela avait déjà été le cas lors de son apparition (en compagnie de son chien) le mardi 6 septembre dernier sur le plateau de l’une des nouvelles émissions de France 2, « Actuality ». Il faut dire que deux jours plus tôt, le dimanche 4 septembre, Thomas Thouroude, animateur d’ « Actuality », avait été reçu avec les honneurs dans « Vivement la télé », autre nouvelle émission de France 2, présentée par… Michel Drucker.

La meute des éditocrates

Des professionnels du commentaire.

Jeudi d’Acrimed : la « vie au poste » de Samuel Gontier, journaliste de canapé (15 décembre)

Retour sur huit années de gardes à vue télévisuelles.