Observatoire des media

ACRIMED

Direct Matin, Autolib et Bolloré, une année d’autopromotion

par Vincent Bollenot,

Direct Matin, propriété du groupe Bolloré, informe beaucoup ses lecteurs et lectrices des réussites d’Autolib, entreprise de location de voitures électriques du groupe Bolloré. Multirécidiviste du flagrant délit de publicité au prétexte d’informer (voir nos précédents articles sur le sujet ici, et ), Direct Matin aime faire rimer Autolib et auto-pub. En 2015, le quotidien gratuit n’a pas ménagé ses efforts pour vanter la marchandise de son actionnaire. Petit bilan d’une année d’autopromotion.

Pour le groupe Bolloré, la commercialisation de voitures électriques est un moyen bien pratique pour s’offrir l’image d’un groupe respectueux de l’environnement. Qu’importent ses autres activités, et notamment la distribution de produits pétroliers, puisqu’il fabrique des voitures électriques ? Mais pour éviter toute question gênante – d’où viennent les matériaux et l’électricité de ces voitures, sont-elles si « vertes » que les communicants du groupe aiment à les présenter, permettent-elles de réduire le nombre de voitures roulant à Paris, etc. –, il est tout de même plus sûr d’être le propriétaire du journal qui parle de vous.

En ne retenant qu’un produit du groupe Bolloré, nous avons comptabilisé pour la seule année 2015 pas moins de trente-cinq articles [1] publiés sur le site internet de Direct Matin évoquant Autolib (auquel une section est d’ailleurs consacrée sur le site de Direct Matin, sans mentionner explicitement qu’il s’agit d’une entreprise du même groupe que le journal). Soit une moyenne de trois articles par mois. Cette tribune régulière et sans contradiction de Bolloré dans son journal, quand elle ne relève pas de la réclame pure et simple, est l’occasion de développer un discours selon lequel Autolib serait le remède contre la pollution, illustrant les réussites d’un capitalisme « vert » et durable dans lequel résiderait, de toute évidence, notre salut.


Un flyer publicitaire

Certains de ces articles évoquant Autolib relèvent de la publicité à peine déguisée. Le 9 mars, un article nous informe ainsi que « le service d’autopartage Autolib’ propose depuis mercredi une offre exclusive sur le site internet spécialisé Vente-privee.com ». Et le journal de détailler que « l’abonnement à l’année y est en effet affiché jusqu’à dimanche (prolongation possible) à 50 euros, contre 120 euros habituellement. Le tarif de location est de 0,18 euro la minute (les vingt premières minutes sont indivisibles). Une aubaine pour les Franciliens qui envisagent de laisser leur voiture au garage pour prendre davantage les transports publics pour des raisons économiques (pas d’assurance, de carburant ni d’entretien), pratiques (pas de problème de stationnement) ou écologiques. »

Dans la même veine, que dire de cet autre « article », publié dans la rubrique « économie » ?





On y apprend notamment que « les candidatures sont à envoyer par mail avant le 25 septembre », qu’« il est préférable d’avoir une expérience dans la relation client, mais pas nécessairement en centre d’appels », ou encore qu’« en plus d’être à l’écoute, les candidats doivent se montrer polyvalents, afin d’assister à distance les clients qui pourraient être confrontés à des difficultés ». On appréciera l’« information » que constitue une telle publication. Mais après tout, quel mal y a-t-il, quand on possède un journal, à y faire paraître ses petites annonces ?


Une agence de communication

Certains articles, moins exclusivement publicitaires, s’efforcent de relayer (un peu) plus discrètement les grandes lignes de la communication de l’entreprise : un système universellement adopté et unanimement apprécié. Et quand Bolloré diversifie son offre, il peut compter sur Direct Matin pour en informer les foules : Bluecar, Bluebus, ou Bluetram, Bluesummer, toute la gamme des produits Bolloré (ou « Blue solutions ») aura droit au même traitement de faveur – ainsi que les opérations spéciales du genre « Hellolib », un jeu co-produit par Autolib et HelloBank, qui, nous dit l’article manifestement co-écrit par les mêmes, « mêle l’innovation et la mobilité, deux valeurs partagées par la banque en ligne et le service d’autopartage 100 % électrique ».

On ne compte pas les nombreux articles indiquant que telle ou telle entreprise roule avec les Bluecars du groupe Bolloré (voitures utilisées par Autolib). Ainsi de Schindler, de RTL, de Darty, ou encore des pompiers. Consécration ultime, le cortège des participants au Sommet des maires européens, en mars 2015, préparatoire à la Cop21 et forcément « écolo », est équipé par une entreprise Bolloré, tandis qu’une autre se charge de de propager la nouvelle, dans un article qui s’ouvre ainsi : « Le convoi était exceptionnel et exceptionnellement propre. » Et le quotidien papier de s’orner de cette « une » triomphale :





D’autres articles vantent bruyamment le succès d’Autolib. Il serait certes illusoire d’attendre un bilan critique d’Autolib dans les colonnes de Direct Matin, mais au moins ce dernier pourrait-il rester sur la réserve, ou faire montre de quelque distance. Un éloge sans nuance fait au contraire le bilan de trois ans de « succès ». Quelques mois plus tard, l’ouverture de nouvelles stations Autolib en banlieue est l’occasion d’une actualisation de cet auto-satisfecit, dans un article très sobre, dans lequel on apprend certes qu’« Autolib’ est un moyen efficace pour désenclaver nos territoires et augmenter nos capacités de développement ». Mais l’impartialité du journaliste n’est pas en cause : c’est le maire d’Aulnay qui parle.


Un organe de propagande

Direct Matin n’est a priori pas un journal d’opinion. Journal « gratuit », il est d’abord et avant tout un support publicitaire, et à ce titre assez logiquement utilisé par Bolloré pour son auto-promotion. Mais ces « articles » sur Autolib n’en véhiculent pas moins une vision très particulière de l’écologie. Car ils reposent sur le même présupposé, qui fait de la voiture électrique la solution idéale aux problèmes environnementaux causés par la circulation automobile. La question n’est jamais posée, mais la réponse est répétée à l’envi : la Bluecar est « propre ». C’est par exemple ce qu’affirme, sous l’intertitre « Un geste pour la planète », l’article saluant le choix de Darty de rouler en « DartyBlue », devenant ainsi « un acteur dans le secteur des mobilités propres ».

Dans un court article censé être consacré à la lutte contre la pollution à Paris par Anne Hidalgo, trois lignes (sur douze !) sont consacrées au fait qu’« Anne Hidalgo souhaite mettre en place une aide financière à l’abonnement à Autolib’ (une centaine d’euros) pour les jeunes titulaires du permis de conduire, afin "qu’ils prennent l’habitude de la voiture électrique". » De même, de nombreux articles reconduisent cette fausse évidence qui fait d’Autolib une mesure de salubrité publique. Ainsi le 9 février, 30 des 170 mots de l’article sur le plan anti-pollution sont consacrés à Autolib, qui « pourrait également profiter aux jeunes conducteurs venant d’obtenir leur permis de conduire, afin qu’ils s’habituent à utiliser des voitures électriques. » Le 26 mars, on apprend ainsi qu’« "en la matière [la lutte contre la pollution], Paris est un exemple pour le monde" (avec Autolib’ et Velib’), selon Miguel Arias Canete, le commissaire européen au Climat. » Quelle aubaine que le commissaire cite – si c’est ainsi qu’il faut comprendre cette curieuse parenthèse placée après la citation proprement dite – une initiative signée Bolloré !

Entre le 16 et le 23 mars, cinq articles sont consacrés au pic de pollution à Paris : le 16 mars, le 17 mars, le 18 mars, le 22 puis le 23 mars. Tous sans exception évoquent une heure de location Autolib offerte par la municipalité – information capitale, généralement en gras dans l’article. Direct Matin récidive en juillet (et en gras), et l’on finit par se demander si Direct Matin serait aussi attentif aux mesures mises en place lors des pics de pollution s’il n’avait pas à assurer la promotion d’Autolib.

***



Difficile d’imaginer que Bolloré, soucieux de l’éthique au point de nommer ses proches au comité chargé de veiller sur elle au sein de Canal+, ait pris de bonnes résolutions pour 2016. Le 4 janvier, on apprenait dans un article dithyrambique que « lutter contre la pollution, c’est aussi agir pour la santé » et que le vaillant Bolloré a jeté toutes ses forces dans cette bataille. Et le 20 janvier, un nouveau pic de pollution à Paris suscite une nouvelle annonce : « D’autres mesures de gratuité partielles (Vélib’ et Autolib’), [qui] pourraient être mises en place afin d’inciter la population à privilégier les transports propres. » Une semaine auparavant, Direct Matin, annonçant une course automobile à Paris, s’attardait sur un détail intéressé à défaut d’être intéressant : « Deux pilotes […] ont déjà fait dès mercredi un tour de reconnaissance en Autolib’. » Et le 27 janvier, Direct Matin tirait le bilan d’« Une année de succès pour le club Autolib en région parisienne ». 2016 promet d’être un grand cru !


Vincent Bollenot


Annexe

Liste des articles de Direct Matin publiés en 2015 et évoquant les voitures Bolloré :
- 7 Janvier 2015, « M.P. de la Gontrie : "une d’égalité des territoires" »
- 8 Janvier 2015, « Lutte contre la pollution à Paris : le défi d’Hidalgo »
- 29 Janvier 2015, « IDF : Autolib’ a 3 ans et confirme son succès »
- 9 février 2015, « Paris : le plan anti-pollution soumis au vote »
- 12 février 2015, « Pollution : Paris prêt à réagir plus vite »
- 5 mars 2015, « Schindler adopte la Bluecar utilitaire »
- 16 mars 2015, « Pic de pollution : Paris prend des mesures »
- 17 mars 2015, « Pollution : l’air toujours peu respirable à Paris »
- 18 mars 2015, « L’air sera un peu moins vicié jeudi à Paris »
- 22 mars 2015, « Pollution : Paris veut une circulation alternée systématique »
- 23 mars 2015, « Circulation alternée : que risque-t-on en ne la respectant pas ? »
- 25 mars 2015, « Hidalgo : "nous pouvons changer la donne en matière de pollution" »
- 26 mars 2015, « L’Europe unie contre la pollution »
- 26 mars 2015, « Autolib’ : un cortège 100% électrique »
- 9 avril 2015, « A Paris, les pompiers roulent électrique »
- 16 avril 2015, « J. P. Vaillant (Mitsubishi Motors France) : "Objectif voitures propres" »
- 28 avril 2015, « M.P. de la Gontrie : "faciliter la vie dans les transports" »
- 11 mai 2015, « "Hellolib" : des clichés pour gagner à Paris »
- 17 mai 2015, « Hellolib, un jeu à la dimension capitale »
- 28 mai 2015, « Le scooter électrique dans les starting-blocks »
- 11 juin 2015, « Aux portes de Paris, six villes dynamiques où investir »
- 1 juillet 2015, « Les villes pour le climat »
- 1 juillet 2015, « Pollution : des mesures de gratuité mises en place jeudi à Paris »
- 1 juillet 2015, « RTL roule désormais 100 % électrique »
- 17 juillet 2015, « Cet été, la Côte d’Azur en Bluesummer avec Europcar »
- 24 juillet 2015, « Fermeture du RER A : les solutions alternatives »
- 31 août 2015, « Les poids lourds polluants mis à l’amende à Paris »
- 3 septembre 2015, « IDF : des abonnements Autolib’ à petit prix »
- 5 octobre 2015, « Darty adopte une flotte de véhicules électriques »
- 5 octobre 2015, « Autolib’ recrute des téléconseillers
- 6 octobre 2015, « IDF : les transports, priorité de la candidate Pécresse »
- 3 novembre 2015, « La RATP veut mieux informer ses usagers grâce au hi-tech »
- 1 décembre 2015, « COP21 : le Bluetram s’élance sur les Champs-Elysées »
- 21 décembre 2015, « Avec Aulnay, Autolib’ étend encore sa toile en région parisienne »
- 27 décembre 2015, « En Italie, jeter son mégot par terre coûte 300 euros »

 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

[1Voir la liste en annexe.

La meute des éditocrates

Des professionnels du commentaire.