Observatoire des media

ACRIMED

Critique des médias sur le web (juillet–août 2011)

par Franz Peultier,

N° 15 de notre sélection bimestrielle d’articles de critique des médias parus sur le Web et disponibles gratuitement [1]. Présentation thématique des articles publiés en juillet et août 2011

Crises… Crise du sexo, crise du sexisme, crise du logement, crise sondagière, crise de l’éditocratie, crise de la TNT, crise des experts de la crise…

Crise du sexisme

- Cher François Hauter, je suis française et je vous emmerde (Gaëlle-Marie Zimmermann, 24/07/11) – « En fait, la suite de l’article se résume à une enfilade de propos injurieux visant la parisienne. Car pour Hauter, la Française est parisienne. Après nous avoir affirmé que les femmes sont entièrement responsables de l’échec du féminisme français et qu’elles demeurent soumises au regard des hommes, Hauter entreprend d’étayer son point de vue par une fumeuse démonstration consistant à tailler au vitriol des portraits de parisiennes. »

- La mauvaise foi du Figaro (Blog Plafond de verre, 21/08/11) – « La messe est donc dite : le Figaro vient de nous démontrer sans en avoir l’air que 1/ les garçons et les filles sont différents, y compris dans leur intellect, parce que c’est la nature, que 2/chacun à sa place et les moutons seront bien gardés 3/ il est dangereux d’amener des jeunes de 16 ans à se poser des questions sur le genre et même le sexe. »

- Grille de rentrée des radios : parabole du sexisme ordinaire (Les Nouvelles News, 22/08/11) – « Enfin, sur une tranche de faible audience, à 14 h, une femme vient aux commandes, Héléna Morna, pour parler « Emploi, consommation, famille, maison, bien-être... Dans tous les domaines de la vie quotidienne, nos experts délivrent aux auditeurs éclairages, conseils, astuces, mises en garde » dit la radio. Et il y a fort à parier que les experts seront souvent des hommes comme cela a été compté dans le rapport sur l’image des femmes dans les médias. Question de vie privée pour une femme donc. »

Crise du sexo

- Marianne, vrai faux-cul du sexe ? (Rue89, 27/07/11) – « Des fesses, d’homme − ce n’est pas si courant − cette semaine en couverture du 744e numéro de Marianne, sous ce gros titre : « SEXE : LES VRAIS FANTASMES DES FRANÇAIS ». Il y a un an, le même hebdo brocardait les journaux titrant sur le sexe qui « fait vendre. »

Crise de l’éditocratie

- Journalistes ou animateurs de cocktails de l’oligarchie financière ? (Tout va bien, 08/07/11) – « Pendant que des ouvrier(e)s et des employé(e)s ont l’impudence de prendre des vacances "Le Cercle des économistes" organise ces 8, 9 et 10 juillet 2011 la 11ème édition des "Rencontres Economiques d’Aix en Provence". Ces "Rencontres" sont une sorte de "Davos" au pays des cigales. Et parmi les croisés du marché invités cette année aux "sessions et débats" il y a les patrons de France Télécom - Orange, des Banques Populaires - Caisse d’Epargne, du groupe Publicis, d’EADS, de Total, de la SNCF, de HP ainsi que Jean-Claude Trichet (président de la Banque centrale européenne), Jacques Attali (Jacques Attali). Et pour animer ces "sessions et débats" des journalistes sont à l’affiche. »

Crise du logement

- Le Nouvel Obs sait-il où il habite ? (AssLOLjournalism, 02/08/11) – « Le Nouvel Obs lance un appel en faveur des mal-logés. Parce qu’aujourd’hui, on n’a plus le droit ni d’avoir faim, ni d’avoir froid. Les sans-logis devraient pourtant arrêter de se plaindre. Grâce à ce site du…. Nouvel Obs , ils peuvent trouver des logements à un excellent rapport qualité-prix. A l’achat, bien sûr. Moyennant quelques siècles de RSA (à peine), ils pourront ainsi trouver un chouette loft dans le 6e arrondissement de Paris. »

Crise du journalisme low-cost

- La TNT a dit tu ne voleras point (Les jours et l’ennui de Seb Musset, 08/07/11) - « Le traitement rappelle celui, à chaud, d’un certain Xavier Mathieu (avant qu’il ne devienne un bon client de plateau télé) lors d’un coup de colère justifié dans une sous-préfecture. Kader "ignorait le règlement intérieur" dit BFM. Bien sûr, pas à un seul moment, la chaîne ne remet en cause, en situation d’urgence, la légitimité du dit "règlement". Pas un seul instant elle ne se penche sur le fait qu’une enseigne qui multiplie les ouvertures dans les coins les plus prospères de France jette chaque jour de la nourriture. »

Crise du journalisme sur Internet

- Malaise à OWNI, la soucoupe est pleine (Lesinrocks.com, 03/08/11) – « L’urgence de renouer le dialogue entre des journalistes à bout de nerf et leur patron. Départs de salariés (3 salariés en CDI ont démissionné, 3 CDD n’ont pas été renouvelés), tensions internes, pressions et crise de confiance ont en effet marqué ces dernières semaines. »

Crise du journalisme sportif

- « La veste qu’on n’a plus besoin de retourner (lien périmé) (Les Cahiers du football, 08/08/11) - Deux articles écrits en deux jours par le même journaliste du Parisien sur le PSG. Le premier vante « une équipe de Galactiques à l’échelle de la France ». Le second déplore : « Millions riment parfois avec bidon. »

Crise de la presse

- Jean-François Leroy, « la presse de merde » et le choc des mots (Bernard Revel dans Libération, 07/09/11) – « Le directeur de Visa devrait manier avec précaution le concept de « presse de merde ». Il est dangereux. Chacun voit midi à sa porte. Le militant politique râle contre les journaux qui donnent plus de place aux idées des autres qu’aux siennes. Le supporter de rugby trouve qu’il n’y a pas assez d’informations sur son sport favori dans le journal. Celui qui déteste le rugby juge au contraire qu’il y en a trop. On a toujours des raisons pour maudire son journal. Ce sont de mauvaises raisons. Des raisons sectaires. »

- La dégringolade du scoop au buzz (Jean-François Leroy dans Libération, 07/09/11) – « Si je reconnais devoir manier avec précaution le concept de « presse de merde », la presse, elle, devrait manipuler avec une attention toute particulière la nature des informations qu’elle diffuse. Car, quand les directeurs de journaux prétendent que les gens ne s’intéressent plus aux reportages, ne se préoccupent plus de ce qui se passe dans le monde, ils semblent oublier qu’ils se sont rendus coupables de ce dangereux phénomène dès lors qu’ils ont troqué la Libye pour DSK, Aung San Suu Kyi pour Pippa Middleton, avec pour seul motif la rentabilité financière de leur édition. »

Crise des experts de la crise

- Elie Cohen, l’unique économiste de France (Piratage(s), 13/08/2011) – « Incarnant parfaitement la crise, E. Cohen, économiste, membre du conseil d’analyses économiques, est en rotation permanente dans les grands médias depuis que les marchés frôlent l’apoplexie. La France manifestement ne dispose d’aucun autre économiste, expert, penseur, pour analyser l’emballement qui touche la sphère financière. Il n’y a pas de hasard dans l’omniprésence d’E. Cohen sur les plateaux. Il fait figure de didacticiel en économie financière. Mais en pratique, il n’explique rien, survole les causes tout en traçant la voie de la rédemption du système d’accumulation en écho aux gouvernements. »

- L’affaire Strauss-Kahn rebondit aux Caraïbes (Télérama.fr, 26/08/11) – « Non, pour l’oracle d’i>télé, « la seule solution aujourd’hui, c’est de ramener la Confiance. La Confiance qui ramènera la Confiance… la croissance. » Quel joli lapsus ! Qui fait défiler deux décennies de prêches enfiévrés dans ma mémoire. Krach de 1987, récession de 1993, crise asiatique de 1997, crise financière russe de 1998, éclatement de la bulle Internet du début des années 2000… Depuis son apparition sur France Inter en 1986, Jean-Marc Sylvestre ne cesse d’invoquer, d’implorer, de célébrer « la Confiance » comme d’autres prélats proclament « N’ayez pas peur ». Sainte Confiance, que Votre règne arrive… Pardonnez-nous nos déficits et donnez-nous notre édito de ce jour. »

Crise de la parole intellectuelle

- Actualité, savoir se taire (Bernard Lahire sur Regards.fr, 11/07/11) - « Travaillés par une pulsion politique ou par un agacement provoqué par des articles de journaux, des chroniques radiophoniques ou certaines émissions télévisées, les chercheurs peuvent se laisser aller à pratiquer une lecture de l’actualité sur laquelle ils ne possèdent le plus souvent pas d’informations autres que celles fournies par les médias. »

Crise sondagière

- Primaires socialistes : le mauvais feuilleton des sondages (Observatoire des sondages, 03/09/11) - « Dans ces conditions, le commentaire est alors forcément absurde et faux. Va-t-on gâcher de si beaux chiffres par le silence ? Les sondeurs transformés en « politologues » par des journalistes naïfs ajoutent la supercherie de leurs explications à l’insignifiance des chiffres. Selon Stéphane Rozès, François Hollande est « plus dans l’incarnation de la fonction présidentielle ». Où a-t-il trouvé cela ? Pour Brice Teinturier, l’écart s’explique par un « différentiel de présidentialité ». Les sondeurs devraient lire Gaston Bachelard pour apprendre que la présidentialité est aux résultats électoraux ou sondagiers ce que la vertu dormitive est à l’explication des effets de l’opium. »

- Sondage : les Français sont d’accord avec les Français (Télérama.fr, 18/08/11) – « Enfin, « l’autre surprise de ce classement, c’est le petit nombre de personnalités politiques, qu’elles soient de droite ou de gauche. » Je suis surpris que cela puisse constituer une surprise. Comme tous mes compatriotes : « Des mauvaises places qui n’étonnent pas les Français. » Incroyable ! Les choix des Français n’étonnent pas les Français !… La journaliste poursuit son explication : « Ils n’ont plus confiance dans les politiques. » Analyse immédiatement validée par un Français constitué en échantillon représentatif : « On a eu beaucoup de promesses depuis pas mal d’années, et on n’a jamais de retour par rapport à ces promesses. » CQFD. »

Crise du « je »

- Quand un journaliste s’interviewe lui-même pour éviter le « je » - « Dans la presse écrite, on évite le « je ». Surtout, ne pas apparaître ! Le journaliste doit être trans-pa-rent, aussi discret qu’un employé des pompes funèbres. S’il veut exprimer une pensée, il s’arrange pour trouver un « expert » qui la partage et qu’il citera… S’il est directement témoin d’un événement, il évoque « un observateur ». Appliquée à la lettre, cette règle peut déboucher sur des articles assez rigolos. Exemple signalé par un lecteur de Oise Hebdo. »

Crise de la magie

- David Pujadas, le prestidigitateur du 20 heures (Télérama.fr, 06/09/11) - « Par la seule force de sa pensée, David Pujadas fait surgir de la table de son JT le cours du CAC40. Appréciez quelle intensité du regard est nécessaire à cette prouesse d’autant plus difficile à réaliser que l’illusionniste du 20 heures ne peut lui-même voir les chiffres émerger. Quelques minutes après, le présentateur réédite son sortilège en y mettant la main. Appréciez le geste… »

 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

[1Nous avons choisi ceux qui nous semblaient les plus intéressants (et les moins conjoncturels), que nous approuvions totalement ou pas leur contenu. Cette sélection a été établie grâce à l’irremplaçable « Portail des copains », Rezo.net et à notre propre portail.

Le médiateur de Radio France répond à Acrimed : mépris, condescendance et autosatisfaction

Son impartialité mise en cause, il réplique par une critique des auditeurs et un éloge de son propre travail.

Docteur Patrick et Mister Cohen

Déontologie journalistique à géométrie variable.

Mardi Cinéma d’Acrimed : « À l’intérieur des rédactions » (cycle de projections-débats)

Au cinéma La Clef (Paris 5e) avec quatre documentaires réalisés à l’intérieur de la rédaction de quotidiens de presse.

Zemmour superstar

Il dit n’importe quoi... et tout le monde en parle !