Observatoire des media

ACRIMED

« Comment mon passage à l’émission "Tous ensemble" de TF1 m’a pourri la vie »

par Agnès Rousseaux,

Nous reprenons, avec l’aimable autorisation de son auteure et du site, un article publié par Basta ! le 17 février dernier (Acrimed).

Un matin, à 9 heures, les caméras ont débarqué. « Vous avez dix minutes pour prendre vos affaires. Nous déménageons tout ce soir », leur a dit ensuite l’animateur de l’émission « Tous ensemble », diffusée par TF1 et produite par la société de Julien Courbet. Cela devait être un acte de solidarité : la rénovation par des artisans bénévoles d’une maison délabrée où vit une famille aux revenus modestes. Malfaçons, travaux bâclés, jalousies du voisinage : cela a été le début d’un cauchemar pour la famille, dont Basta ! a recueilli le témoignage. « Nous sommes producteurs d’émission télé, pas spécialistes du bâtiment », se défend la société de production. Témoignage et réactions.



Émilie [1] a fait appel à l’émission de TF1 « Tous ensemble ». Un programme où l’animateur recrute des artisans et bénévoles pour retaper la maison d’une famille en difficulté. Mais l’envers du décor inquiète : travaux bâclés à cause de l’urgence, aucune prise en compte de la consommation énergétique, organisation défaillante... À cause de leur participation à l’émission, Émilie, son mari et leurs quatre enfants ont connu une grande souffrance, pendant plusieurs années. « Je souhaite témoigner pour prévenir ceux qui veulent faire appel à l’émission et qui ne connaissent pas l’envers du décor. Tout ce qui est fait n’est que fumée. Et quand le voile s’estompe, c’est le désastre ! », explique cette mère de famille, qui souhaite rester anonyme.

Émilie a candidaté plusieurs fois pour l’émission, en laissant un message sur un répondeur. « Quand on les appelle, c’est qu’on est dans la détresse la plus totale », explique-t-elle. Six mois plus tard, elle est contactée par la production. Sa famille correspond au profil recherché : des conditions de vie très dures, une maison mal isolée qui aurait grandement besoin de travaux, des enfants en bas âge, un mari malade. La production demande alors des attestations médicales, réalise une enquête de voisinage et auprès de la famille, vérifie les déclarations, réclame des attestations de ressources, des documents administratifs. Et deux mois plus tard, tout s’accélère.


Priorité à l’émotion

« Un matin, à 9 heures, les caméras ont débarqué. On nous a envoyé chez des voisins le temps de filmer la maison. Les équipes repartent puis reviennent. Dans l’après-midi, l’animateur de l’émission, Marc-Emmanuel, sonne à la porte. On vous conditionne jusqu’à son arrivée. Quand il arrive, vous craquez, vous pleurez. Tout est fait pour l’audimat. On refait les prises vidéos quatre ou cinq fois, on vous demande de raconter encore et encore votre histoire. Les scènes s’enchainent : "On coupe, on reprend, on coupe". J’avais l’impression d’être dans un téléfilm. Ils vous parlent de proches qui sont morts, juste avant de vous mettre devant la caméra, ils vous font pleurer. Ce que vous voyez à la télé, ce n’est pas du tout ce que vous ressentez, ce que vous êtes.

À son arrivée, Marc-Emmanuel nous dit : "Vous avez dix minutes pour prendre vos affaires. Nous déménageons tout ce soir". Personne ne nous explique pour combien de temps nous partons. Une semaine ? Deux semaines ? Comment est-ce possible de s’organiser en 10 minutes, avec quatre enfants, sans savoir pour combien de temps vous quittez votre maison ? On nous laisse dans le flou le plus total. Finalement, ce sera trois semaines, pendant lesquelles nous n’aurons pas le droit de revenir dans le village. Ni à l’école, car on peut apercevoir la maison depuis l’établissement. On nous a envoyé dans un hôtel, à 30 kilomètres de chez nous. Nous n’avons qu’une seule voiture, mon mari en avait besoin pour aller travailler, et il n’y avait pas d’école sur place. Mes enfants ont fait l’école buissonnière pendant deux semaines. L’organisation a été très difficile !

Après notre départ, l’équipe prend possession de la maison. Nos affaires sont mises dans un camion de déménagement. Quand on regarde l’émission, on voit des gens qui prennent soin des affaires que vous chérissez, qui aident par générosité, qui ont le cœur sur la main... Mais beaucoup de nos affaires ont disparu ou ont été cassées. Le jour de notre retour, la production a dit que le déménageur ramènerait nos affaires. On m’a donné un numéro de téléphone sur un bout de papier. "Vous avez 24 heures pour venir chercher vos affaires, sinon je les jette à la benne", m’a répondu le déménageur, lorsque que je l’appelle quelques jours plus tard. Nous avons rapidement loué un camion, pour aller les chercher, à 80 km. Tout en se demandant où on allait les mettre, puisque nous avions désormais tous les meubles en double.

Le jour de l’arrivée de l’équipe de la production, nous avons signé des papiers, des autorisations de diffusion des images vidéos. Mais était-ce seulement cela ? Je n’ai pu lire que la première page. Il y avait quinze pages à parapher, pour chaque membre de la famille. Sans que l’on puisse faire des recherches sur internet pour essayer de comprendre de quoi il s’agissait. On est timide, on se laisse impressionner. Et puis ils ont fait tant de kilomètres pour venir nous aider... Je n’ai pas pu garder ces documents, ils ont tout repris. Je n’ai aucune garantie, aucune attestation prouvant que l’émission est bien passée chez moi !


Des travaux bâclés dans l’urgence

On nous a demandé nos préférences, nos goûts, nos souhaits. Mais la production n’en a pas tenu compte. Résultat, une surprise très décevante. Ils nous ont remis les clefs dans la nuit, vers trois heures du matin, nous étions fatigués. Il y avait des projecteurs partout pour mettre en évidence la maison... et pour masquer les défauts ! On est ébloui. Quand on reprend ses esprits, on réalise que certaines choses ne sont pas terminées. à l’intérieur, l’animateur nous emmène d’une pièce à une autre :

- "Voici le salon" : "whoua !!" Mais dans votre tête, c’est : "Où est ma cheminée ??"
- "Voici la cuisine" : "whoua !!" Et dans votre tête, c’est plutôt : "Quelle horreur cette couleur !"

À la fin, tout le monde vient vous dire "bravo". On doit répondre : "Merci pour cette nouvelle vie !"... Deux jours avant, la production vous demande d’écrire un petit discours simple de remerciement, on vous dit ce que vous devez écrire et apprendre par cœur. Puis l’équipe de production, les bénévoles, rentrent chez eux. Et c’est là que commencent les problèmes...

Dans la salle de bains, les canalisations ont été mal faites, l’eau ne s’écoule pas, et remonte dans le lavabo. Quand on tire la chasse d’eau, ça ressort dans la baignoire ! Tout était raccordé au même endroit. Un désastre ! Mon mari a tout repris : écoulement de la baignoire, des W.C... J’ai refait toutes les peintures, car au bout de six mois, elles s’effritaient partout, ainsi que le carrelage, car ils ont marché dessus pendant qu’ils le posaient, donc forcément... Ils ont mis un meuble pour changer le bébé, qui s’est démantibulé au bout de trois semaines. Les tiroirs nous restaient dans les mains, et il a fini par s’effondrer ! J’ai eu très peur pour mon petit. Ils ont aussi oublié des portes. Et enlevé un balcon, sans autorisation de démolition. Heureusement que le maire de la commune n’a pas été trop pointilleux.

Nous voulions une maison chaleureuse, ils ont préféré des couleurs neutres, froides. Ils s’étaient engagés à faire une chambre pour chacun de mes enfants et n’ont pas respecté leur promesse. Notre magnifique cheminée, payée à crédit, a été cassée. Je leur avais pourtant dit que j’y tenais... Elle a été remplacée par des radiateurs électriques. Avant, nous avions une petite facture d’électricité, avec un chauffage de 2000 Watts et une cheminée, alimentée par du bois que nous récupérions en forêt. Nous sommes passés de 800 euros par an d’électricité – sans isolation sous le toit et avec un trou dans le plancher – à 3000 euros par an, avec l’isolation refaite. Nous utilisions aussi la cheminée pour cuisiner : je faisais cuire les pizzas au feu de bois, pour faire des économies.

Quand nous nous sommes installés dans cette maison, au début nous avons passé six mois sans eau, sans électricité, avant que mon mari ne puisse commencer les gros travaux, car il travaillait. Nous allions au lavoir pour la vaisselle, pour le linge. L’hiver, il fallait casser la glace... Puis nous avons eu l’électricité et l’eau. De l’eau froide d’abord, pendant trois ou quatre mois, puis de l’eau chaude. Pendant quatre ans, j’ai lavé le linge et la vaisselle dans la baignoire. Après avoir vécu quatre ans sans gazinière, nous en avions acheté une six mois avant les travaux. Nous avons attendu quatre ans pour avoir trois sous à dépenser pour améliorer un peu la situation. Cela restait précaire. Je pensais que mes enfants iraient mieux après le passage de l’émission, mais je me suis trompée.


Notre maison appartient aux téléspectateurs et aux voisins

Après l’émission, des curieux viennent voir la maison, regardent par les fenêtres, sonnent à la porte. Cela leur semble normal : "J’ai participé à l’émission, à la rénovation, j’ai le droit de visiter". Notre maison est devenue un site touristique ! Au début, on en rit, mais au bout d’un an, on n’en peut plus ! Nous n’avions plus d’intimité. J’ai dû repousser des gens de chez moi en les tirant par le bras. Une fois, en sortant de ma salle de bain, je suis tombée nez-à-nez avec des gens qui m’ont dit : "C’était ouvert alors on est entrés" ! On doit s’enfermer à clé pour être tranquille, laisser les volets fermés. On doit remercier ces gens – que l’on ne connait pas, mais qui eux nous reconnaissent – pour leur participation.

Tout cela est un stress quotidien, sans compter les critiques, la jalousie que cela suscite. Je n’en pouvais plus. Nous étions traités comme des parias dans le village. Tags, jet d’ordures, crottes d’animaux sur les murs, crachats, insultes, javel dans nos fleurs, gerbe mortuaire devant la porte... Cela a duré deux ans. Même à l’école, ce fut l’angoisse, le mépris ou la violence des profs ou des élèves envers mes enfants. Pourquoi toute cette haine, cette jalousie ? Parce que j’ai demandé de l’aide ? L’émission ne nous a pas offert une maison gratuite : nous avons un crédit sur 30 ans !

Mes enfants ont énormément souffert. L’un d’eux a fait une anorexie mentale, après avoir été frappé et humilié par un adulte. Un autre de mes enfants a fait de la boulimie. Mon mari est tombé en dépression. Cela a été très dur. Nous avons dû quitter cette maison en urgence, à cause de la santé de mes enfants et de mon mari, et des factures d’énergies que nous n’arrivions plus à payer. C’était une question de vie ou de mort.

Nous nous sommes résignés à vendre cette maison du malheur… Une vente à perte. Cela fait deux ans que nous sommes partis. Nous habitons aujourd’hui dans une autre région, dans une maison en location. Quand il y a une rediffusion de l’émission, nous avons peur que les gens nous reconnaissent, recommencent à poser des questions. Alors nous nous sommes installés au milieu de nulle part.

Je n’ai plus de contact avec l’émission, je ne veux plus avoir à faire à eux. Je préfèrerais me couper la main, plutôt que de le refaire. Je suis tellement écœurée que je change de chaîne de télévision le samedi soir quand je tombe sur l’émission. Ceci est un témoignage d’avertissement, pour tous ceux qui pensent qu’avec l’émission "Tous ensemble", tout est rose et flamboyant. Je souhaite bon courage aux autres familles qui sont passées ou passeront dans l’émission... »


De plus en en plus de critiques contre l’émission

Plusieurs familles ont récemment manifesté leur mécontentement, après leur passage dans l’émission [2]. Elles décrivent des travaux bâclés, et un décalage entre ce qui est montré à l’écran et la réalité. « C’est tout beau tout rose ce que l’on voit à la télé, ça brille, mais quand on vit dedans, ça n’a rien à voir », explique Nathalie, dont la maison a été rénovée, dans l’Eure : meubles qui se décrochent du mur, sani­taires inuti­li­sables, lavabo sans siphon, évacuation de la ventilation débouchant dans les combles... et une maison qui n’a pas été raccor­dée à l’eau courante. Natha­lie regret­terait presque son ancien système avec une bassine et un réser­voir d’eau de pluie : «  Avant, au moins, j’avais un point d’eau qui fonc­tion­nait »... Une autre famille explique que les tuiles sur le toit n’ont pas été fixées. Un vrai danger. Une polémique qui n’est pas du goût de Julien Courbet, producteur de « Tous ensemble », via sa société La Concepteria. « On ne porte pas plainte contre une émission qui vient de te donner 200.000 euros ! », s’enflamme-t-il.

« C’est un manque de respect pour les 200 béné­voles qui ont accom­pli un travail phéno­mé­nal », s’indigne l’animateur Marc-Emmanuel. Sauf que des bénévoles aussi dénoncent les conditions de réalisation de ces travaux. Basta ! a publié en 2010 le témoignage d’un artisan des Pyrénées Orientales : « Sans aucune étude architecturale ou thermique préalable, les travaux commencent de suite en fonction des artisans et des matériaux disponibles, donnés par les fournisseurs ». Combien de temps faudra-t-il avant que tout ne pourrisse derrière les cloisons ?, interrogeait-il. Qui sera responsable ? TF1 ? Les artisans ? (lire aussi ici) « Il est indéniable que ces gens avaient besoin d’être aidés. Leur maison était plus proche du taudis que d’une habitation. Visuellement, le résultat est époustouflant. C’est tout ce que TF1 demande : de l’émotion, du bling-bling, et vogue la galère. »


« Nous sommes producteurs d’émission télé, pas spécialistes du bâtiment »

D’autres bénévoles dénoncent les malfaçons dans les travaux, et s’étonnent que les familles ne soient pas plus nombreuses à porter plainte. Comme Florian, bénévole sur une rénovation à Dième (Rhône-Alpes) en 2011, qui décrit les méthodes expéditives de la production et des professionnels. « Rien que pour l’électricité, ils étaient trois différents et c’est moi qui ai fini par rattraper les conneries, explique-t-il. Ils ont branché toute la maison sur l’enrouleur et tout a fondu. Ça a failli mettre le feu à la maison. » Les bénévoles ne sont pas toujours écoutés quand ils essayent d’évoquer ces problèmes. « Tout est comme ça, se désole Florian. On est juste là pour faire beau à la télé, que ça passe bien à la caméra. ».

Qu’en pense la société de production ? « Nous ne sommes pas des spécialistes du bâtiment ! Il n’y a aucun professionnel du bâtiment dans notre équipe. Nous ne sommes pas maîtres d’œuvre. Ce sont les artisans bénévoles qui sont responsables de leur partie, qui gèrent les travaux sur le chantier », précise à Basta ! Florence Chalom, directrice de La Concepteria, la société qui produit l’émission pour TF1 [3]. « Nous sommes producteurs d’émission. Les gens ont parfois du mal à voir jusqu’où va le rôle d’un producteur, mais nous n’avons aucun légitimité ni autorité dans le domaine de la construction. Notre rôle est de fédérer et filmer un élan de solidarité autour d’un problème, de produire des images. » Pour éviter les réclamations, « depuis le début de la saison, j’ai demandé à ce qu’on fasse le tour de la maison avant, pour voir ce qui va et ne va pas. Et pareil après, pour voir ce qui marche ou pas », explique Florence Chalom. « Les gens imaginent des moyens colossaux, parce que c’est la télé. Nous ne sommes pas faiseurs de miracles, poursuit la directrice. Et on ne va pas faire un service après vente ».

L’émission a déjà rénové 190 maisons, et réalise régulièrement des records d’audience. Avec le risque, évidemment, de susciter quelques mécontentements. « TF1 donne son feu vert pour chaque cas que nous leur proposons. Nous faisons une émission à la fois pour aider, mais il faut aussi que cela fonctionne [d’un point de vue télévisuel]. On filme les réactions des gens, ce n’est pas nous qui leur demandons de pleurer, on n’appuie pas sur un bouton pour qu’ils pleurent », décrit Florence Chalom. « Je conti­nue­rai à produire cette émis­sion qui cartonne, prévient Julien Courbet. C’est la seule que je regarde sans me lasser, devant laquelle je pleure à chaque fois et que je montre à mes enfants en leur disant : "Tu vois, papa quand il va se coucher, il va être fier de lui." » Le spectacle doit-il primer sur le professionnalisme, sur le respect des personnes aidées ?

Agnès Rousseaux

 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

[1Le prénom a été changé.

[2Lire ici, ici et ici.

[3Sollicitée, TF1 n’a pas répondu à nos questions et nous a renvoyé vers la société de production.

Le Magazine électronique d’Acrimed (numéro 163-septembre 2016)

Édito, agenda, sélections d’articles et de livres...

Le médiateur de Radio France répond à Acrimed : mépris, condescendance et autosatisfaction

Son impartialité mise en cause, il réplique par une critique des auditeurs et un éloge de son propre travail.

Docteur Patrick et Mister Cohen

Déontologie journalistique à géométrie variable.