Observatoire des media

ACRIMED

Causeur dénonce la « terreur féministe » : un attentat contre le journalisme

par Julien Salingue, Vincent Bollenot,

Qu’un journal affirme ses opinions réactionnaires, c’est bien là son droit et il n’y a pas de quoi s’en étonner ou s’en émouvoir. Mais lorsqu’un « magazine » – fût-il polémique et très à droite – propose un « dossier » de trente pages sur un sujet aussi complexe et important que le féminisme, et qu’il utilise les pires procédés pour ridiculiser ce combat, la critique s’impose.

Au-delà de l’idéologie qu’il véhicule, le dossier de Causeur consacré à la « terreur féministe » (sic), puisque c’est de lui dont il s’agit, concentre ainsi, à de rares exceptions près, les pires pratiques journalistiques – s’il nous est encore permis de parler de journalisme : caricatures, clichés, raccourcis, amalgames, refus de donner la parole à celles dont on parle, etc.

Un modèle du genre donc, qui permet au magazine dirigé par Élisabeth Lévy de propager un discours empreint d’idéologie réactionnaire [1] sous couvert d’ « enquête » journalistique.

Le féminisme, ce totalitarisme

Malgré les précautions oratoires d’Élisabeth Lévy (« Il ne m’a pas échappé qu’il n’y avait en France ni goulag, ni KGB, ni chef suprême »), la comparaison entre féminisme et totalitarisme est effectuée dès la première page du dossier, par une certaine Lévy Élisabeth :

Bien sûr, ce n’est pas le fascisme. Peut-on décréter pour autant que ça n’a rien à voir ? Rien à voir, vraiment ? Timothy Hunt, 71 ans, prix Nobel de médecine, a été obligé de démissionner de son université londonienne sous la pression hurlante des réseaux sociaux, non sans avoir fait son autocritique : un trait d’esprit – interrogé sur la présence des femmes dans les labos, il avait fait cette réponse : « Vous tombez amoureux d’elles, elles tombent amoureuses de vous, et quand vous les critiquez, elles pleurent ». Mais rien à voir, évidemment, avec le Ludvik de La Plaisanterie de Kundera, exclu du Parti, renvoyé de l’université et enrôlé de force dans l’armée pour avoir cru séduire une demoiselle avec une blague sur le régime – « L’optimisme est l’opium du genre humain ! L’esprit sain pue la connerie ! Vive Trotski ! ».

Passons sur le fait qu’Élisabeth Lévy mélange stalinisme [2] et fascisme, deux types de régimes qui, s’ils peuvent être rangés ensemble dans la catégorie des totalitarismes, ne se confondent pas. Passons aussi sur la « plaisanterie » consistant à imaginer Élisabeth Lévy défendant les Trostkystes (réels ou imaginaires) contre l’oppression stalinienne.

Et venons-en à l’anecdote relatée par la directrice de Causeur. Chacun appréciera, au sens strict du terme, la finesse de ce qu’Élisabeth Lévy nomme un « trait d’esprit ». Mais pour l’apprécier à sa juste valeur, il est utile de savoir, ce que la journaliste oublie soigneusement de rappeler, que cette déclaration subtile a été prononcée au cours d’une intervention lors de la Conférence mondiale des journalistes scientifiques, et qu’elle venait à l’appui d’une « proposition » de Timothy Hunt : la non-mixité des laboratoires de recherche, tant les femmes, qu’il considère comme des « pièges émotionnels », « distrairaient » les hommes. Voilà qui va plus loin, on l’avouera, qu’un simple « trait d’esprit »…

Donc effectivement, « rien à voir » avec le personnage du roman de Kundera, puisqu’il ne s’agit pas d’une « plaisanterie » adressée à une amie sur une carte postale, mais d’une proposition sérieuse dans le cadre d’un colloque tout à fait sérieux. Et surtout, puisqu’il semble nécessaire de le préciser, « rien à voir » entre cet épisode et la redoutable mécanique décrite par Kundera, qui conduit Ludvik, l’auteur de la « plaisanterie », en prison, dans un pays où les opposants politiques n’ont pas voix au chapitre. La comparaison faite avec le Stalinisme est non seulement ubuesque mais tout simplement scandaleuse : à notre connaissance, les « féministes » n’organisent pas des parodies de procès politiques avec l’appui de l’ensemble de l’appareil d’État, et n’ont pas ouvert de camps de travail dans lesquels des millions de personnes périssent de fatigue, de faim ou de froid.

Le cadre du dossier est ainsi posé, et la métaphore sera filée dans l’ensemble des articles, avec quelques variations, toujours très subtiles et absolument pas répétitives. Ainsi Élisabeth Lévy évoque « une mécanique de terreur », estimant que les féministes « menacent nos libertés », pratiquent la « délation numérique » et sont des « Big Brothers en jupons ». Eugénie Bastié s’insurge contre un « féminisme orwellien », passé maître dans « l’art de la délation », et qui aurait recours à « tous les moyens de l’ingénierie sociale, et surtout (…) le plus vieux : la peur ». Olivier Malnuit évoque pour sa part un « féminisme de guillotine » et s’indigne, sans dignité aucune, contre un « féminisme d’entreprise [qui n’a] pas attendu les barbares de Benghazi pour pratiquer une autre forme de révolution : la terreur ». Relevons enfin (mais notre sélection est loin d’être exhaustive) les saillies de Kevin Erkeletyan contre la « machine à dénoncer » et les « gardes roses », dans un article où, après l’évocation du cas d’un communicant reconnaissant les vertus des groupes dénonçant les publicités sexistes, Orwell est de nouveau convoqué : « La lutte était terminée. Il avait remporté la victoire sur lui-même. Il aimait Big Brother ».

Mention spéciale à Benoît Raisky, qui s’adresse aux féministes en ces termes :

Vous êtes de gauche, et, bien naturellement, vous vous intéressez aux deux révolutions qui ont changé la face du monde. De 1789 et 1917, vous avez pris ce qui vous a paru le meilleur. Le rasoir national, la guillotine des enragés hébertistes. La balle dans la nuque des tchékistes, vos amants virtuels. Vous détestez le catholicisme, et vous lui avez pris ce qu’il avait de pire : l’Inquisition et ses bûchers. Les Torquemada et les Savonarole en jupon sont chez vous légion.

Sic.

Et que dire de l’iconographie du dossier ?

Le terrorisme et le totalitarisme sont des sujets trop sérieux pour que nous ironisions davantage sur les pitoyables amalgames de Causeur. Nous nous contenterons donc de signaler que contrairement aux régimes totalitaires et au terrorisme, le féminisme n’a jamais affamé, enfermé, déporté, tué ou massacré. Et, en pensant aux femmes victimes des multiples formes de violences qui les touchent spécifiquement, nous nous permettrons de rappeler cette formule féministe pleine de bon sens : « ce n’est pas le féminisme qui tue, c’est le patriarcat ».


Les dominantes et les dominés

Le dossier de Causeur, au-delà (et au moyen) de ses raccourcis et amalgames, propose en fait de renverser la perspective féministe : les rapports de domination, s’ils existent, ne sont pas ceux qu’on croit. Le titre ainsi que l’iconographie choisie pour l’illustrer en « Une » (une jeune femme tout sourire maniant une tronçonneuse) sont typiques de ce discours selon lequel ce sont celles et ceux qui luttent contre les dominations sociales qui en réalité exerceraient non seulement une domination mais, qui plus est, une « terreur ».

En d’autres termes, les dominé-e-s seraient en fait les dominant-e-s. Cette théorie qui, sous couvert de « subversion » ou de « lutte contre la pensée unique », a aujourd’hui le vent très en poupe, comme en témoigne la place occupée par certains « spécialistes » de cette « pensée », qui s’expriment régulièrement dans les grands médias, d’Éric Zemmour à Franz-Olivier Giesbert en passant par Alain Finkielkrault, Ivan Rioufol ou Philippe Tesson [3], traverse le dossier de long en large.

En témoignent les angles d’attaque et les thèmes des différents articles du dossier : le premier (« 30 millions d’ennemis »), fait passer les féministes pour d’horribles misandres fascistoïdes qui cherchent à dresser les hommes : « Les ligues de vertu reviennent ! Nos néoféministes ne rigolent pas : un homme, ça doit domestiquer son désir, filer doux et marcher droit. Rompez ! », indique le chapô. Même son de cloche dans l’en-tête du deuxième article, « Cartographie du néoféminisme » : « Osez le féminisme !, Les Indivisibles, les Femen… Une infinité de chapelles incarnent le féminisme radical du XXIe siècle. Si leurs dirigeantes partagent en bloc la détestation du mâle blanc réactionnaire, elles se crêpent le chignon sur à peu près tout le reste… » De même l’introduction du troisième chapitre dénonce des femmes qui « pratiqu[ent] le féminisme à la serpette. » L’article suivant reprend cette ritournelle en dénonçant des militant-e-s qui veulent « éradiquer le second degré et la sophistication. » Le dossier, interminable, continue sur le même registre dans « Elles voient des machos partout » : « Malheur à qui s’y opposerait. La chasse à l’homme des féministes, on n’y résiste pas. »

Dans un contexte où il est souvent question de terrorisme et de la lutte qui lui est opposée, parler de « chasse à l’homme » et de « terreur » féministe est pour le moins « navrant » (pour reprendre un mot du même article). Le début de l’article suivant (« Discret comme un réac au Québec ») emploie la même rhétorique : il s’agit de faire passer pour des victimes celles et ceux qui profitent de leur institutionnalisation médiatique pour diffuser des discours réactionnaires, et de se lamenter du fait qu’Éric Zemmour rencontre des oppositions à ses opinions les plus nauséabondes. Bien évidemment, le courageux journaliste dénonce la « police [féministe] des arrière-pensées ». Plus loin, « Allemagne, années zéro héros » fait l’éloge du livre d’un essayiste selon lequel la société se « féminise » et qui regrette la « domestication de l’homme ». Nous ne savons pas si Alain Soral a porté plainte pour plagiat.

Mais pour faire des hommes les victimes des femmes, les violences faites aux femmes doivent être niées. Alors que le problème de l’invisibilisation des viols et des violences faites aux femmes est bien connu [4], Causeur ne trouve rien de mieux à faire que de dénoncer (sans chiffres à l’appui, bien sûr) le fait qu’on ne plaigne pas suffisamment « Pierre, Paul ou Jacques qui se retrouvent en garde à vue, et parfois en prison, parce qu’une dame mécontente les a abusivement accusés de viols, et qui auront perdu leur boulot le jour où ils seront blanchis. »

Il va de soi qu’aucune victime de violences sexistes n’est interrogée dans un dossier qui les minimise voire les nie, tout en ayant recours à des procédés rhétoriques affirmant le contraire.

Il ne sera pas question, en outre, d’évoquer les discours et les actions féministes contre le viol, les violences conjugales, les discriminations salariales, ou encore le harcèlement, alors même que ces formes de domination sont statistiquement documentées [5].


Un procès sans témoin

De manière plus générale, la troisième caractéristique du dossier de Causeur est que la parole n’est jamais donnée aux associations et personnes incriminées. Un long procès à charge donc, sans que les accusées puissent se défendre, ce qui ne manque pas de faire sourire (ou grincer des dents) lorsque l’on sait que lesdites accusées sont par ailleurs taxées d’avoir des méthodes dignes du totalitarisme.

Il s’agit, plus prosaïquement, de ridiculiser des militantes et des groupes sans leur donner la possibilité de répliquer, en tirant des propos de leur contexte, en raccourcissant des citations ou en caricaturant leur pensée.

Ainsi, le féminisme intersectionnel, consistant à lutter contre les dominations de genre, mais aussi contre les dominations racistes et l’exploitation capitaliste, qui a fait l’objet d’importantes élaborations théoriques (politiques, philosophiques ou sociologiques), est résumé en un demi-paragraphe comme un « gloubi-boulga sociologique ». C’est tout ? C’est tout.

On a bien évidemment le droit de critiquer le féminisme intersectionnel, mais la moindre des choses serait, pour ce faire, d’en exposer les principaux tenants et aboutissants… Représentante de ce courant, Rokhaya Diallo est, à l’image de militantes d’autres courants féministes évoqués dans ce dossier, particulièrement décriée, et sa pensée résumée en une phrase enfantine : « chacun fait ce qu’il lui plait ». En résumé :

Plutôt que de faire dire à Rokhaya Diallo ce qu’elle n’a jamais dit, Causeur aurait mieux fait de la contacter, ce que nous avons fait tant les propos d’Eugénie Bastié, auteure de l’article sur le « néoféminisme », nous semblaient réducteurs. Rokhaya Diallo nous a confirmé ne jamais avoir dit ou écrit que « la femme voilée incarne le féminisme », tout simplement car… elle ne le pense pas.

Autre exemple, l’association Osez le Féminisme ! (OLF), dont les activités se réduiraient, selon Causeur, à la dénonciation des « violences symboliques ». Extrait :

Le féminisme médiatique des dames d’OLF entend donc désormais lutter contre les « violences symboliques ». Cela va du regard d’un homme dans le métro à « madame la présidente » à l’Assemblée, en passant bien sûr par les stéréotypes dans les manuels scolaires et les jouets.

Ou encore :

Loin de nous l’idée de porter un jugement – positif ou négatif – sur l’orientation et les activités d’OLF. Mais quelques remarques s’imposent ici, tant les propos d’Eugénie Bastié qui prétend, rappelons-le, faire un travail de journaliste, sont – à nouveau – réducteurs. OLF lutte contre les « violences symboliques » ? C’est effectivement le cas, et il n’y a rien de déshonorant à cela ! Car les « violences symboliques » ne sont pas, contrairement à ce que laisse entendre Causeur en jouant sur la double acception du terme « symbolique », des violences mineures ou secondaires.

Rappelons ici que le pouvoir de violence symbolique est, selon Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron, qui ont largement contribué à la définition et à la diffusion de cette notion, « tout pouvoir qui parvient à imposer des significations et à les imposer comme légitimes en dissimulant les rapports de forces qui sont au fondement de sa force ». Les violences symboliques ne sont pas moins discriminatoires que les violences physiques, avec lesquelles elles forment un continuum.

Mais il y a un autre problème : Causeur ment. Un mensonge par omission peut-être, mais un mensonge. Nous nous sommes rendus sur le site d’OLF et avons pu constater que si la lutte contre les violences symboliques est l’une des facettes de l’activité du groupe, elle est loin d’être la seule. En parcourant les quatre derniers numéros du magazine d’OLF, nous avons ainsi pu lire des articles sur : la situation des femmes migrantes, la place des femmes dans les professions hospitalières, les violences intra-familiales, l’excision, le droit à l’IVG, la lutte contre le viol [6], etc. Eugénie Bastié considère-t-elle sérieusement que nous sommes ici dans le domaine de la « violence symbolique » ? Pourquoi oublie-t-elle soigneusement de mentionner une part essentielle des activités d’OLF ? Parce que cela ne correspondrait pas à son propos ? Une drôle de manière, chacun l’avouera, de pratiquer le métier de journaliste…


***



Et le reste du « dossier » est à l’avenant : raccourcis, caricatures, « oublis », petits et gros mensonges, etc. Une « enquête » qui n’en est pas une, et au cours de laquelle un seul point de vue (caricatural) s’exprime : voilà qui est d’autant plus gênant lorsque l’on se pose en pourfendeur de la « pensée unique ». Mais de toute évidence, Causeur a décidé, par ces procédés, de se construire des adversaires à sa mesure. Technique malheureusement très répandue chez les journalistes aimant se transformer en petits procureurs, qui permet de fabriquer soi-même l’argumentation de l’adversaire pour mieux la critiquer et, au final, de propager un discours dégoulinant d’idéologie sous couvert d’ « enquête ».

Du journalisme, ça ?



Julien Salingue et Vincent Bollenot

 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

[1Pour une critique « de fond », on pourra se reporter à la « Lettre ouverte à Causeur et à sa "terreur féministe" », sur le site Terrafemina.com. Voir également l’article publié sur Lesinrocks.com.

[2La plaisanterie de Milan Kundera (1967) relate l’histoire de Ludvik, un jeune étudiant tchécoslovaque, membre du Parti communiste, qui, suite à une plaisanterie (« Vive Trostky ! ») sur une carte postale adressée à une jeune femme qu’il tente de séduire, subit les foudres du régime stalinien.

[4Sur 75.000 viols par an en France, seuls 10.000 sont déclarés. Pour s’en tenir à des sources officielles, on pourra lire le Rapport 2012 de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales.

[5Voir par exemple l’important travail de l’observatoire des inégalités sur ces sujets ou la documentation produite par l’INSEE.

[6Notons ici qu’OLF fut l’une des associations à l’initiative de la campagne « Viol : la honte doit changer de camp ».

Le Magazine électronique d’Acrimed (numéro 163-septembre 2016)

Édito, agenda, sélections d’articles et de livres...

Le médiateur de Radio France répond à Acrimed : mépris, condescendance et autosatisfaction

Son impartialité mise en cause, il réplique par une critique des auditeurs et un éloge de son propre travail.

Docteur Patrick et Mister Cohen

Déontologie journalistique à géométrie variable.