Observatoire des media

ACRIMED

Accueil > Critiques > (...) > Canal plus, la fausse impertinence

EN BREF

Canal+ : Zapping 1 - Bolloré 0

par Julien Salingue,

Depuis plusieurs semaines, la rumeur enfle : le « Zapping » de Canal+ serait dans le viseur du sniper Bolloré. Une rumeur qui avait déjà circulé à la rentrée 2015, selon laquelle le patron-nettoyeur n’appréciait guère l’indépendance d’esprit de l’équipe du « Zapping », et voulait la peau de son principal responsable, Patrick Menais, à défaut de pouvoir mettre le « Zapping » au pas.

Le 7 avril, l’émission « Complément d’enquête » (France 2) était consacrée à Vincent Bolloré et à ses « affaires ». Des sujets peu complaisants à l’égard du milliardaire, dénonçant notamment ses activités en Afrique. Une émission qui n’aurait jamais pu être diffusée sur Canal+, devenu depuis quelques mois un temple de la censure.

Mais l’équipe du « Zapping » a décidé que les téléspectateurs de Canal+ avaient le droit d’être informés des activités du Big boss. Conséquence : l’édition du 8 avril du « Zapping » est un moment d’anthologie, à regarder sans modération (et désolé pour la pub) :




Lorsque l’esprit d’indépendance, l’humour et l’intelligence se combinent pour dénoncer les activités plus que douteuses d’un grand patron des médias, Acrimed ne peut qu’applaudir. Alors disons-le tout net : merci, bravo, et longue vie au « Zapping », qui ne lâche rien face à Bolloré !



Julien Salingue

 
  • Enregistrer au format PDF

Souscription 2018Souscription 2018

A la une

Souscription 2018 : appel à la mobilisation générale !

Plaidoyer (inquiet) pour que les dons affluent…

Aquarius : Bernard Guetta vole au secours du gouvernement italien

Demi-vérités et omissions orientées sur le service public.

Misère du documentaire politique

À propos de deux films consacrés au « Penelopegate » qui consacrent l’inanité et l’inutilité du journalisme politique.

La macronie en marche pour mettre les médias au pas

Bilan de 12 mois d’atteintes plus ou moins graves et insidieuses à l’indépendance des médias et à la liberté d’informer.