Observatoire des media

ACRIMED

Ariane Massenet au « Grand journal » de Canal + : le degré zéro de l’interview politique

par Julien Salingue,

Le « Grand journal de Canal + » nouvelle formule est arrivé. La grand-messe animée par Michel Denisot, diffusée du lundi au vendredi, a fait sa rentrée, avec quelques nouveautés. Ali Baddou est parti, Jean-Michel Aphatie est resté, le « Petit Journal » s’institutionnalise... Nous avions déjà apprécié l’art avec lequel le « Grand Journal » parvient à transformer la politique en spectacle. Le pire est toujours possible, comme le montre une nouvelle rubrique : « Le Grand Oral d’Ariane Massenet »... ou le degré zéro de l’interview politique. Toutes les apparences de l’impertinence, sans jamais aborder la moindre question de fond. Revue de détails, avec en prime une vidéo.

Diffusé quelques minutes après les « Guignols de l’info » et juste avant le « Petit Journal » de Yann Barthes, « Le Grand Oral d’Ariane Massenet » repose sur un principe simple : la journaliste évoque des « événements » qui se sont produits quelques années plus tôt à la même date que l’émission du jour, et pose à l’invité des questions d’actualité ayant un – vague – rapport avec ces événements. Une idée, chacun l’avouera, aussi radicalement novatrice que prometteuse, qui donne à Ariane Massenet l’occasion de nous montrer une fois de plus l’étendue de son talent. Elle avait déjà fait ses preuves au cours des années précédentes avec sa navrante chronique, le « Bureau de vérification des rumeurs » (dont le titre se suffit à lui-même). Mais cette fois, c’est confirmé : certains journalistes ont définitivement fait leur l’adage selon lequel le ridicule ne tue pas.

En témoigne cette retranscription exhaustive – sans commentaire, ou presque – de l’ensemble des questions posées la semaine dernière, par Ariane Massenet, durant sa nouvelle chronique, aux invités politiques du « Grand Journal » : François Hollande, Martine Aubry, Ségolène Royal et Nadine Morano. Qu’ils soient tous remerciés d’avoir accepté de répondre [1].

Lundi 29 août : François Hollande, Britney Spears et les fantasmes des Français

Ariane Massenet questionne :

- « Le 29 août 88, c’est la première des “Guignols”. Je ne sais pas si vous vous en souvenez, si vous regardiez à ce moment-là. On a beaucoup dit que les “Guignols” avaient fait gagner Jacques Chirac. Est-ce que vous avez peur de perdre à cause des “Guignols” ? Ils ont fait une image de vous de bonne pâte, qui était pas la plus flamboyante, on va dire. […] Vous y pensez, à ça ? »

- « On va regarder la « une » du Point, c’était le 29 août 1984 : “Le couple qui dérange” [image de la « une » du Point avec Ségolène Royal et François Hollande]. 2004, pardon. Aujourd’hui lequel des deux dérange le plus ? »

- « Y a eu une rumeur qui disait que, peut-être, le couple politique Hollande-Royal pourrait se reformer en vue de gagner la primaire. C’est une rumeur ? »

- « 29 août 2003, je sais pas si vous vous rappelez de cette séquence, c’était Madonna et Britney Spears qui s’embrassaient. [images d’archives]. Est-ce que vous faites partie des 49 % d’hommes français qui fantasment lorsque deux femmes s’embrassent ? »

- « Et il y a eu un sondage, cet été, peut-être l’avez-vous vu, dans l’hebdomadaire Marianne, sur les personnalités politiques et est-ce qu’elles font fantasmer les Français. La réponse est plutôt non. […] Si on enlève Rama Yade, les hommes politiques ne font fantasmer que 1,75 % des Français. Est-ce que vous pensez que c’est un problème ? »

- Rumeur, fantasmes et guignoleries : une première réussie.

Mardi 30 août : Martine Aubry, la politique-fiction et le téléphone rouge

Ariane Massenet interroge :

- « Un petit exercice de politique-fiction avec vous, Martine Aubry, donc, le 30 août 2010, c’était sur RTL, écoutez ce que disait Bernard Kouchner : [extrait d’une interview de B. Kouchner]. Vous êtes présidente de la République, il vous propose ses services, vous le reprenez dans votre gouvernement, oui ou non ? »

- « Nicolas Sarkozy a prôné l’ouverture, je vais vous donner quelques noms pour savoir si vous ferez la même chose, vous êtes toujours présidente de la République. Est-ce que vous acceptez les politiques suivants : Rama Yade ? Jean-Louis Borloo ? Nicolas Hulot ? [Martine Aubry répond, pour la première fois, par l’affirmative]. Ah, première bonne réponse, premier espoir. François Bayrou, pour terminer ? »

- « 30 août 1963, la naissance du téléphone rouge, l’Est et l’Ouest se parlent, Kennedy et Khrouchtchev, vous êtes donc présidente de la République, vous avez accès au téléphone rouge, quelle est la première personne que vous appelez parmi ces trois propositions […] : Barack Obama, Dimitri Medvedev, Hu Jintao ? Qui appelez-vous en premier ? »

- Trois minutes de politique-fiction, durant lesquelles nous apprenons qu’Ariane Massenet espère une ouverture du PS sur sa droite et que Martine Aubry, qui ne sera peut-être pas candidate à l’élection présidentielle, ne veut pas s’allier avec Rama Yade, qui ne lui a rien demandé.

Mercredi 31 août : Ségolène Royal, Bernard-Henri Lévy et le string à l’école

Ariane Massenet demande :

- « On va revenir sur des 31 août, des événements qui se sont passés un 31 août. C’était en 2009, Dominique Besnehard, qui vous avait soutenue en 2007, disait ceci, regardez [D. Besnehard évoque sa « prise de distance » avec S. Royal]. On va maintenant écouter une déclaration, qui a été faite il y a quelques semaines, vous allez me dire si vous reconnaissez cette voix [Jamel Debbouze déclare qu’il soutient Martine Aubry]. Deux soutiens en moins. Quels sont les fidèles de 2007 qui sont encore avec vous ? Est-ce que Pierre Bergé est toujours avec vous ? Le chanteur Cali ? Et Bernard-Henri Lévy ? »

- « 31 août 85, première diffusion sur Canal + du porno, regardez cette image [image en crypté d’un film pornographique]. […] On vous sait très attachée, Ségolène Royal, aux valeurs traditionnelles. Pour et contre, tout simple. Pour ou contre le porno à la télé ? Pour ou contre le string à l’école, en 2003 vous étiez contre ? Pour ou contre un statut professionnel pour les prostituées ? Pour ou contre l’uniforme à l’école ? Et enfin pour ou contre l’obligation d’apprendre La Marseillaise à l’école ? »

- « Et on va terminer avec deux petites rumeurs. La rumeur dit que Dominique Strauss-Kahn rentrerait dimanche soir. Est-ce que vous êtes au courant ? Est-ce que vous en savez plus ? »

- « Et la reformation du couple politique François Hollande-Ségolène Royal, on l’a vu en “une” de Marianne cet été, on dit que, peut-être, il y aurait une reformation, un couple politique qui se reformerait pour battre Martine Aubry, oui ou non ? »

- Stars, rumeurs (bis) et porno : le retour de « l’esprit Canal » ?

Jeudi 1er septembre : Nadine Morano, le langage SMS et les femmes cougars

Ariane Massenet s’enquiert :

- « Le 1er septembre 2001, les banques ont commencé à distribuer les premiers euros. Est-ce que vous êtes fluette [fluent ?] avec la conversion, je voulais juste tester ça : vous savez qu’une baguette, en 2001, elle coûtait 3 francs, ce qui fait 46 centimes d’euros, en moyenne, évidemment, est-ce que vous connaissez le prix d’une baguette, aujourd’hui, en euros ? L’opposition veut réduire le salaire des ministres, vous gagnez combien en francs ? Est-ce que vous connaissez le salaire en francs d’une vendeuse de chez Kookaï ? »

- « Le 1er septembre 1971, je sais pas si vous vous en souvenez, c’était la création d’un comité contre le vice, à Saint-Tropez [images d’archives]. [...] J’aimerais connaître l’avis de l’ancienne secrétaire d’État à la Famille sur certaines questions de société. Choquée ou pas choquée ? Notamment sur la volonté de légaliser le cannabis ? Si un de vos enfants veut participer à une émission de télé-réalité, vous êtes choquée, pas choquée ? Choquée, pas choquée par les clubs échangistes ? Les femmes cougars ? L’utilisation des abréviations dans les SMS au quotidien ? MDR ça veut dire quoi ? TKT ? PTDR ? CC ? »

- « On va terminer par deux petits bruits de couloir pour finir. Vous êtes chargée des élections à l’UMP, et il paraît qu’on vous aurait chargée de convaincre Pierre Charron, qui est un ami du président mais qui est peut-être un petit peu trop bavard, de ne pas se présenter aux sénatoriales à Paris, est-ce que c’est vrai ou est-ce que c’est faux ? »

- On attend avec impatience le deuxième « bruit de couloir », malheureusement mis de côté faute de temps : une source bien informée nous a confié qu’il s’agirait d’un sondage confidentiel, réalisé par SMS, portant sur les fantasmes des Français au sujet des strings des femmes cougars en uniforme.

Vendredi 2 septembre : …

Malheureusement, pas de « Grand Oral » le vendredi. Mais, parce que souvent les images parlent autant, sinon plus, que les mots, nous vous offrons un petit montage, réalisé par nos soins, qui prouvera que tout ce que nous avons écrit est... authentique.

Vous avez dit navrant ?

Julien Salingue

 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

[1Pour nous concentrer sur les questions d’Ariane Massenet, nous n’avons pas retranscrit les réponses des invités. Les quelques coupes, signalées par un […], sont très courtes et destinées à faciliter la lecture.

Le médiateur de Radio France répond à Acrimed : mépris, condescendance et autosatisfaction

Son impartialité mise en cause, il réplique par une critique des auditeurs et un éloge de son propre travail.

Docteur Patrick et Mister Cohen

Déontologie journalistique à géométrie variable.

Mardi Cinéma d’Acrimed : « À l’intérieur des rédactions » (cycle de projections-débats)

Au cinéma La Clef (Paris 5e) avec quatre documentaires réalisés à l’intérieur de la rédaction de quotidiens de presse.

Zemmour superstar

Il dit n’importe quoi... et tout le monde en parle !