Observatoire des media

ACRIMED

Affaire DSK (1) : des médias orphelins

par Mathias Reymond,

Porté au pinacle par une grande partie des médias depuis plus d’un an, Dominique Strauss-Kahn voit son avenir de candidat à la présidentielle largement remis en cause, et ce quelle que soit l’issue de l’enquête (et du probable procès) pour « acte sexuel criminel, tentative de viol et séquestration » sur une femme de chambre d’un grand hôtel new-yorkais. Face au déferlement d’images et de commentaires passionnés – et parfois même délirants –, il est difficile de décrypter globalement le comportement des médias en un seul article. C’est pourquoi nous entamons une série sur ce que les médias présentent désormais comme « l’affaire DSK ».

Depuis l’élection de Nicolas Sarkozy, en 2007, les commentateurs politiques les plus médiatiques jouent – jusqu’à l’excès – aux petits chevaux de la présidentielle et reproduisent les égarements du passé. Rappelons-nous qu’Édouard Balladur était en tête des sondages jusqu’en février 1995, et qu’il ne fut même pas présent au second tour en mai 1995. Souvenons-nous que Lionel Jospin était donné gagnant en 2002, puis qu’il ne fut même pas présent au second tour. Enfin, si le duel Royal-Sarkozy était dans les bouches de tous les éditorialistes plus d’un an avant le second tour de l’élection de 2007, précisons que la candidate socialiste ne l’a été que parce que des sondages l’annonçaient comme la mieux placée pour l’emporter face au candidat de l’UMP. Le choix ne s’étant pas fait sur le fond, mais simplement sur des anticipations, Ségolène Royal, et les sondologues, ont perdu.

Identique scénario allait se reproduire pour l’élection présidentielle de 2012 : Dominique Strauss-Kahn était – selon des sondages qui n’ont aucun fondement scientifique [1] –, à son tour, le mieux à même de faire (enfin !) gagner le Parti socialiste. Apparemment, il n’en sera rien, au grand dam des éditorialistes.

Héros du Parti socialiste

Les médias ont donc perdu leur candidat. Glosant depuis des mois sur son éventuelle candidature, les voilà orphelins. En 2006, ces mêmes médias pronostiquaient (espéraient ?) le retour de Lionel Jospin, et plus de trois cents articles avaient été rédigés sur ce thème en l’espace de quelques mois. Trois cents articles pour rien [2].

Aujourd’hui, pour Nicolas Demorand, dans Libération (16 mai 2011 [3]), « les socialistes perdent le seul candidat qui avait, dans toutes les configurations possibles, la faveur des sondages ». Des sondages commandés et commentés par les médias eux-mêmes. Porté aux nues par Libération et Demorand lui-même (du temps où il officiait sur France Inter, puis Europe 1), Dominique Strauss-Kahn « était, selon Alain Duhamel de RTL, une chance historique pour les socialistes. Parce que son profil correspondait exceptionnellement aux circonstances ». Alain Duhamel qui, souvenons-nous en, avait « oublié » d’écrire un chapitre sur Ségolène Royal dans son livre sur ceux qui allaient être les futurs candidats à l’élection présidentielle de 2007.

Pour Claude Askolovitch, sur Europe 1, « Dominique Strauss-Kahn était le leader qui était attendu par une moitié de la France à gauche et qui pouvait devenir président de la République, donc quelqu’un qui était attendu par beaucoup de gens ». Il était, en tout cas, très attendu par Askolovitch lui-même, qui préparait un livre sur le directeur général du Fonds monétaire international (FMI). Projet suspendu.

Dans son éditorial, Demorand insiste : DSK était « le plus à même de battre Nicolas Sarkozy ». Il était, pour Jean-Michel Aphatie de RTL, « celui qui pouvait incarner [le leadership]  » du PS. Pour Le Figaro, « le directeur général du Fonds monétaire international était le favori pour la présidentielle de 2012 » et « favori de la primaire socialiste en vue de la présidentielle française de 2012 » selon Le Monde (17 mai). Mais favori pour qui, au fait ? Pour les commanditaires des sondages et ceux qui y croient… Les Echos, plus lucides, préfèrent le présenter simplement comme « le chouchou des sondages ».

Héraut de la régulation financière

« Économiste reconnu, charismatique, fin politique », selon La Tribune, « brillant, apprécié par la droite et les milieux d’affaires, estimé au-delà des frontières », pour Libération, les journalistes économiques ne tarissent pas d’éloges pour Dominique Strauss-Kahn, et résument parfaitement le regard que les éditorialistes portent sur lui. Pour Les Echos, « Dominique Strauss-Kahn est une pièce maîtresse dans la gestion de la crise de la dette ». Dans La Tribune, on précise que « Dominique Strauss-Kahn a laissé jusqu’ici un bilan plutôt positif au sein du FMI ». « La foi de Dominique Strauss-Kahn dans le multilatéralisme et ses talents de négociateur en ont fait l’accoucheur de consensus mondial », claironne Le Monde (17 mai). Pour Alain Duhamel, « son métier était de répliquer aux crises ». Rien de moins.

Les journalistes sont unanimes : DSK était (est ?) le grand héraut de la régulation financière, le héros de la crise financière. « Dominique Strauss-Kahn a joué jusqu’à présent un rôle crucial depuis l’éclatement de la crise de la dette souveraine de la zone euro, insistent Les Echos, [...] Par son action énergique en faveur des pays européens en crise, Dominique Strauss-Kahn est parvenu à atténuer la méfiance, voire la franche hostilité, à l’égard de l’institution de Washington, de secteurs non négligeables de la population du Vieux Continent. » Et les contestations qui ont fleuri dans plusieurs pays sont écartées d’un revers de manche : « Quoique encore stigmatisé dans les manifestations contre l’austérité en Grèce, en Irlande et au Portugal, le FMI apparaît aujourd’hui moins qu’auparavant comme la bête noire des gauches et des syndicats européens » (Les Echos). Quels sont les fondements de cette hypothèse saugrenue ? Aucune enquête internationale n’a été menée pour mesurer l’indice de popularité du FMI…

Tentons une contre-hypothèse. Si Strauss-Kahn n’était pas français, et surtout, si Strauss-Kahn n’incarnait pas la « gauche moderne », la « deuxième gauche », celle de Michel Rocard et Jacques Delors, celle qui a rompu depuis longtemps avec le marxisme, celle qui a soutenu le tournant de la rigueur en 1983 et qui veut aujourd’hui pactiser avec le centre, si Strauss-Kahn n’était pas de cette gauche-là, aurait-il été adoubé par les médias ? Serait-il « irremplaçable », comme l’affirmait encore Jean-Michel Aphatie sur RTL ?

« Irremplaçable », il l’est incontestablement pour Le Monde (17 mai), qui assure que « personne ne pourra le remplacer le 27 mai au G8 de Deauville. Personne d’autre ne pourra faire en juin la navette entre l’Asie, l’Amérique et l’Europe pour rapprocher les points de vue sur le pilotage de l’économie destiné à assurer à la planète une croissance "forte, équilibrée et durable" ».

« Irremplaçable », il l’est certainement pour Bernard Guetta, de France Inter, qui tire un bilan assez enthousiaste – et en prenant quelques distances avec la vérité – du directeur général du FMI : « [Dominique Strauss-Kahn] était devenu l’un des principaux artisans de ce sauvetage en prônant un réengagement des États dans l’économie et un soutien budgétaire à la consommation, afin que la croissance puisse repartir aussi vite que possible » (France Inter). Sans rentrer dans les détails, soulignons que le FMI – donc DSK – a plutôt plaidé, encore récemment, pour un « rééquilibrage des finances publiques » [4]. Les politiques d’austérités (baisse du nombre de fonctionnaires, réduction des dépenses des États concernés, etc.) menées vont d’ailleurs dans ce sens et non pas vers un « réengagement des États dans l’économie ».

Préjugeant de ce que serait le monde sans DSK, Bernard Guetta ne cache pas sa déception : « Sans lui, les idées de régulation auraient eu bien plus de mal à s’imposer dans les forums internationaux ». Se sont-elles simplement imposées ? Et si oui, est-ce grâce à DSK, ou plutôt « grâce à » la crise financière elle-même ? « Sans lui, ajoute Guetta, l’aide à la Grèce aurait été beaucoup plus difficile encore à débloquer et ne l’aurait été qu’au prix de sacrifices autrement plus grands encore que ceux qui ont été demandés à ce pays en faillite. » Que peut-il en savoir ?

Le quotidien du soir continue l’éloge de Dominique Strauss-Kahn : « Le 30 avril, il a clos un budget en bénéfice de 1,261 milliard de dollars, et certaines ONG [lesquelles ?] de Washington reconnaissent avoir du mal à critiquer un directeur souvent plus à gauche qu’elles dans sa dénonciation des inégalités et des turpitudes des banques. Le FMI ne se vit plus en "père Fouettard", mais en médecin des pays en banqueroute. » Les Grecs apprécieront.

Héros des Français

Cela ne fait pas de doute, pour une grande partie des médias, cette affaire va ternir l’image de la France. « C’est une violence faite à l’image et au prestige de la France », estime Thomas Legrand sur France Inter. Sur la même radio, Dominique Seux confirme : « C’est l’angle de politique intérieure qui est le plus évoqué depuis hier [...]. Mais il y a d’autres volets. Le premier, c’est idiot de le rappeler, concerne l’image de la France. » Sur TF1, François Bachy, solennel, lâche : « C’est l’image de la France qui est quelque part touchée. »

Il ne vient pas à l’idée des commentateurs que Dominique Strauss-Kahn n’est pas autant connu à l’étranger qu’en France… Combien de Français – et de journalistes – connaissent le nom de l’ancien directeur du FMI (Rodrigo Rato) ? Du directeur actuel de la Banque mondiale ? Voire, combien de Français seraient capables de reconnaître l’actuel secrétaire général de l’Organisation des nations unies ?

Et pour Nicolas Demorand, porte-parole des Français, DSK était « peut-être l’un des mieux placés pour répondre aux inquiétudes des Français ». (Libération). Claude Askolovitch, apparemment ému, prévient sur Europe 1 : « S’il est jugé coupable, ça va être un choc pour énormément de Français. » Même sentiment pour Alain Duhamel, pour qui DSK était assurément « le plus populaire des candidats »… alors qu’il n’était pas encore candidat.

Pour conclure – provisoirement –, il ne faut pas s’étonner devant « l’onde de choc » que cette affaire provoque dans des médias qui avaient tant aimé et tant attendu DSK. Combien de centaines d’articles ont été consacrées à son éventuelle candidature ? Combien d’éditorialistes ont commenté ses longs mois de silence ? Combien de reportages ont mis en lumière le travail « exceptionnel » du forcément futur candidat – et forcément futur vainqueur – de l’élection présidentielle ?

Et si, comme le montrent les « unes » de la presse, le « choc » n’était pas plutôt subi par ces médias qui ont porté Dominique Strauss-Kahn aux nues ?

Comme l’écrivait André Gunthert, lundi, sur le site Culture Visuelle, « ce n’est pas l’image de Dominique Strauss-Kahn qu’affichent aujourd’hui les “unes”. C’est l’autoportrait d’une presse en plein désarroi face à la disparition de son candidat préféré ».

Mathias Reymond

 
  • Enregistrer au format PDF

Notes

[1Nous reviendrons plus longuement dans un prochain article sur la façon dont les médias et les sondages ont porté Strauss-Kahn aux nues.

[2Voir l’article que nous avions consacré, à l’époque, à cette question « Le retour de Jospin : 300 articles pour rien ? » et, pour mémoire, l’article sur le plagiat des Inrockuptibles : « Les Inrockuptibles copient Acrimed ».

[3Sauf indication contraire, toutes les citations datent du 16 mai 2011.

[4Voir le communiqué du FMI daté du 12 mai 2011. Communiqué dans lequel on peut lire que « les pouvoirs publics devraient chercher à rétablir une croissance saine du crédit et à renforcer les défenses des banques ».

Les jeux de l’été d’Acrimed : les vrais-faux débats

Entre débats faussement vrais et débats vraiment faux.

Loi Travail : retour sur la symbiose entre un journaliste de BFM-TV et un syndicaliste policier

Le maintien de l’ordre, un travail d’équipe.